Angers - Caen (match amical)

Dur, dur la méthode Constantine !

GoetzLes Ducs d'Angers effectuaient leur dernier match amical avant le début des compétitions officielles (samedi prochain pour le trophée des champions). C'est le premier match de Kevin Constantine, le nouvel entraîneur des Ducs, à domicile. Les Angevins comptent toujours à l'infirmerie Jonathan Bellemare, Brice Chauvel et Pavol Mihalik.

Côté caennais, un nouveau joueur est a l'essai, il s'agit de l'américain Jeremiah Cunningham.

Le match démarre tambour battant et les Ducs marquent d'entrée de jeu en supériorité par l'inévitable Marc Bélanger. Servi par Éric Fortier dans l'axe, il trompe Arnaud Goetz d'un tir ras glace le long du poteau gauche (2'). Il s'agit de la première apparition du néo-Angevin sur la glaçon angevin. Une intégration parfaite puisque depuis son arrivée, il en est à un but par match.

Les Ducs continuent de pousser mais on sent que les systèmes de jeu mis en place par Kevin Constantine ne sont pas encore bien assimilés. Passes mal ajustées, des joueurs qui se choquent entre eux, etc. Bref, les Ducs semblent perdus sur la glace. Néanmoins l'opposition n'est pas farouche et les Ducs s'en sortent relativement bien. Côté caennais, Kevin Da Costa et l'impressionnant Jeremiah Cunningham viennent défier un Peter Aubry en grande forme dans les cages locales. Plus rien ne sera marqué dans ce tiers mais on sent le jeu poussif du côté angevin. Les Caennais essaient de jouer juste et s'appliquent dans tous leurs gestes.

Le deuxième tiers reprend sur les mêmes bases mais les joueurs d'Angers balbutient de plus en plus leur hockey. On voit de plus en plus les Caennais, mais Peter Aubry veille au grain notamment sur des tirs à bout portant de Jérémie Romand et de l'inévitable Jérémiah Cunningham. Ce dernier a une aisance technique impressionnante et un patinage au-dessus du lot ! Mais les pénalités se suivent à un rythme soutenu et Angers met à contribution Arnaud Goetz qui réalise des parades de grande classe...

Sur une action angevine rondement menée où le but visiteur est assiégé, Jérémie Romand se couche dans le slot et bloque le palet de façon illicite. L'arbitre siffle fort logiquement un pénalty et Marc Bélanger se charge de le tirer. Il fait une feinte de corps sur son côté droit et pousse la rondelle dans le but en faisant bouger la cage... Le but est injustement refusé car la cage a bougé après l'entrée du palet ; Malgré les protestations de Marc Bélanger et de son coach, le but sera bel et bien invalidé. La pilule est dure à avaler du côté du banc angevin !

Pire, à quelques minutes de la fin de la deuxième période, les Caennais égalisent en supériorité d'un tir à mi-distance dans le petit filet gauche d'un Peter Aubry masqué et impuissant (1-1, 39'). Ce score de parité reflète assez bien la physionomie de ce match... Des Ducs dominants mais tellement brouillons, et des Drakkars bien dans leur match.

Le troisième tiers reprend et le jeu des Ducs est toujours aussi approximatif ! Kevin Constantine a beau parler avec ses joueurs sur le banc pour les recadrer, rien n'y fait. Au contraire des Caennais qui jouent sereinement. On sent que l'étau se resserre sur le but angevin et il faut toute la maladresse des joueurs de la Manche pour ne pas que le score bouge. Malgré cela les Ducs marquent un nouveau but par l'intermédiaire de Tomas Baluch, d'une déviation dans le slot. Un but une nouvelle fois refusé, à juste titre. En effet, le Slovaque est entré dans la zone du gardien avant le palet !

Les dix dernières minutes sont assez fades pour les locaux. Un contre rondement mené par la première ligne caennaise fait mouche. Un attaquant complètement démarqué sur la gauche trompe tranquillement Peter Aubry, médusé (55'). Pire, une accélaration de Jérémiah Cunningham scotche littéralement la défense angevine... Le joueur à l'essai s'en va battre le gardien angevin en break (1-3, 59'). La victoire caennaise est bel et bien scellée.

Un match d'une certaine médiocrité de la part des Angevins. L'assimilation des nouvelles directives de jeu n'est pas encore assimilée, ils ont donc des excuses après cette intersaison mouvementée. On peut légitimement supputer qu'ils vont trouver leurs marques rapidement. Les compétitions vont vite arriver et l'étau va se resserrer autour de la formation du président Juret.

Côté caennais, des joueurs appliqués et un Jeremiah Cunningham exceptionnel. Le numéro 10 caennais va sans doute se voir proposer un contrat par la direction des Drakkars. Arnaud Goetz a été très présent dans sa cage et a effectué des parades impressionnantes. Nul doute que cette équipe va en faire douter plus d'un pour son retour parmi l'élite du hockey hexagonal. La mayonnaise semble prendre dans ce groupe solidaire. Une touche de Cunningham et l'assaisonnement sera parfait.