Amiens : Remise des maillots 2010

Derrière les nuages se prépare la saison à venir

Gothiques_remise_des_maillot_2010Tel pourrait être le proverbe improvisé dans le centre ville amiénois ce mercredi 8 septembre. Depuis un mois, cette remise des maillots est attendue, et depuis trois jours que nous avions laissé les Gothiques dimanche soir à la sortie de leur bus, scellant le tournoi d'Asnières, les Amiénois se sont rendus en Normandie pour perdre face à Rouen et se montrer en public vingt-quatre heures après.

Mais les joueurs ne nous ont pas oubliés pour autant. Entrés dans les locaux de la Caisse d'Epargne – fidèle partenaire du club depuis dix ans – dix minutes avant l'heure convenue, nous y retrouvions un Thomas Henno occupé à masquer le nouveau maillot des Picards. Dommage monsieur le Président, nous avons eu le temps de le voir, mais promis nous n'en parlerons à personne.

Arrive 18h, les joueurs débarquent et n'ont visiblement pas oublié nos visages. Confirmant l'image sympathique que l'on avait d'eux, nous avons été salués par les groupes successifs en polos noir et rouge. Le temps que la salle se remplisse d'une bonne centaine de personnes, et l'avenant Kevin Bergin vient nous serrer la main en compagnie de Billy Thompson pour engager une discussion avec l'accent québécois : « Merci pour les photos et le reportage. Je connaissais pas du tout HockeyArchives et c'est un copain qui m'a dit qu'il y avait une bonne photo de moi dessus. » Bien sur, devant tant de compliments, le sourire de la photographe Élie était radieux, d'autant que Kevin traduisait en anglais l'histoire à Billy et lui nommait « ArchivesHockey » en quelques mots.

Maillot_2010_versoMais à 18h20, nous arrivons sur le motif principal de cette réunion quand le président Thomas Henno finit de saluer tous les présents et laisse la parole à la directrice de communication de la banque qui ouvre la séance. Quelques applaudissements et Alain Jauny, vice-président d'Amiens Métropole chargé des sports, en va de son discours et assure au président que la subvention de la mairie sera au moins à la même hauteur que les saisons passées. « J'ai découvert le hockey sur glace il y a sept ans. On voudrait vibrer davantage et on sait que le groupe peut nous faire vibrer plus. Je profite de la présence des joueurs pour leur dire qu'ils en ont les capacités, et que nous sommes derrière eux. » Puis l'élu du Conseil Général poursuit l'élan d'encouragements. « Faites-nous vibrer, faites vibrer le chaudron. On sait que, lorsque ça fonctionne sur la glace, ça fonctionne aussi dans le chaudron. Vous êtes un club référence. Quand des gens viennent nous voir en nous demandant comment faire pour avoir de l'ambiance, on leur dit d'aller voir les Gothiques sur un match. Et cette saison, les basketteurs de Saint-Quentin viendront vous voir. »

Enfin, Thomas Henno prend le micro et fait un point avec les partenaires sur le championnat qui s'annonce. « Il y a eu des turbulences dans certains clubs. Je prendrai notamment le cas de Briançon qui doit faire face à des sanctions financières. À Amiens, la rigidité financière est forte, ce qui est parfois frustrant, mais au moins nous assure une continuité positive dans le championnat. Cette année, on peut prétendre à une troisième place. Briançon aura donc du mal, même si cela reste un grand club. Angers, avec son président Mickaël Juret qui est un de mes vieux copains, veut le titre à tout prix. Le club a amené de gros renforts et ce sera dur de lutter comme face à Rouen. D'ailleurs, Amiens a perdu hier contre l'éternel rival, mais lui a donné du fil à retordre.

Au niveau de l'équipe en elle-même, on avait avec Antoine Richer l'envie de monter d'un cran. Cela se traduit par un niveau plus technique et des gabarits plus costauds. Cette année, la taille moyenne de l'équipe est de 1,80m pour 81,5 kilos. Rouen a la plus grande taille moyenne avec 1,83 mètres et nous sommes le troisième club le plus lourd derrière Angers et ses 83,5 kilos de moyenne. »

Thomas_HennoEt pendant que le président donnait ces quelques chiffres intéressants, les joueurs debout sur le côté droit se comparaient à hauteur de tête. Blagues et taquineries échangées, il était temps de faire place aux présentations individuelles. Le jeune Léo Bertein était appelé le premier et traversait la pièce pour se rendre à côté de la mascotte. Une poignée de photographes changeaient alors immédiatement de place pour le prendre en photo, donnant subitement l'impression d'avoir une superstar en face de soi, ce que les autres joueurs n'ont pas manqué de faire remarquer au jeune gardien.

Les défenseurs prenaient place les uns après les autres tandis que Richer et Henno se passaient la parole pour parler de leurs protégés. En arrivant sur Pavel Kowalczyk, le président ne put s'empêcher de faire part aux personnes présentes qu'il s'agissait là d'un des meilleurs assistants défensifs de la Magnus mais également du joueur le plus lourd du championnat. Juste après, Julian Marcos souriait en entendant Henno le décrire comme « le comique de la bande ». Puis c'est au tour de Thomas Roussel de traverser la salle sous les applaudissements et d'aller serrer joyeusement la main de la mascotte. Son compère Teddy Trabichet le suit en boitillant, et Richer fournit l'explication : « Teddy a pris un petit tampon hier soir, mais rien de grave. Ce matin nous avons été rassurés. »

Et l'on passe aux attaquants. Ah non, pardon, il restait le discret Maxime Belov que le duo de présentateur avait omis d'appeler. Rectification faite, Kevin Bergin, son mètre quatre-vingt-dix,  ses quatre-vingt-onze kilos et son pas assuré traversaient la salle. Puis l'espoir (pour une saison encore) Grégory Béron, dont le rôle est porté davantage dans l'équipe première qu'avec les U22, recevait l'image d'un « entre amuseur et compétiteur » d'Antoine Richer. Valentin Claireaux prend la pose avec la mascotte et Paul Deniset prend son tour. Anthony Mortas s'avance souriant en entendant le président annoncer « Je vais maintenant vous demander d'attendre un peu le joueur suivant. C'est le papy de la glace et il va mettre du temps à traverser la pièce. » Antoine Richer rectifie gentiment : « J'aime pas papy. Pour moi c'est un joueur de l'équipe, et si des jeunes jouaient comme lui, on aurait des jeunes encore plus intéressants. » Le récemment blessé (mais pour quelques jours seulement) Yannick Offret est le suivant sur la liste avant que le président ne souhaite une « bonne saison avec nous » à Miroslav Pazak. Simon Petit était décrit à son tour tandis que Martin Tomasek restait dans son coin, souriant à l'appareil d'Élie avant de rejoindre ses partenaires.

Gothiques_remise_des_maillot_2010Après une photo de groupe, les joueurs – visiblement curieux – se décalent pour voir le nouveau maillot dévoilé. Reprenant le modèle du maillot collector du millième match (qui a d'après Henno fait un carton auprès des supporters), Amiens fait donc un mélange qui devrait plaire aussi bien aux puristes adeptes des couleurs traditionnelles qu'aux amis du rose innovant. Un maillot inversé avec le noir, blanc et rouge à la place du rose de l'an dernier, et vice versa. Au final, une belle réussite avec le logo toujours présent sous l'aisselle gauche.

Il est alors temps pour Thomas Henno d'annoncer le plus important. « Les objectifs cette saison sont simples, clairs, et doivent être remplis. On vise une troisième place minimum au général et un passage dans les demi-finales. Cela passe par une des trois meilleures attaques et une des trois meilleures défenses du championnat. En second objectif, il serait bien de ramener une coupe, qu'importe laquelle, il n'y en a pas de petite. La ligue ou la Coupe de France, plus médiatisée. Mais on pourra compter sur des supporters toujours plus nombreux et un cap des 700 abonnés qui est franchi. »

Une invitation à aller parler avec les joueurs - tout en profitant des petits fours et du champagne offerts par le club - nous était à peine lancée que Gothiques et partenaires se mélangeaient pour converser plus amplement. Et, comme avant la remise, Kevin Bergin revient nous voir pour parler plus longuement. Le temps de s'interrompre pour signer un autographe à un jeune garçon qui regardait le colosse depuis deux minutes avec deux grands yeux pleins d'admiration, et l'on en profitait pour jeter un coup d'œil autour de nous. Nous étions au milieu d'une centaine de personnes, les polos noirs et rouges étaient dispersés partout, occupés à échanger avec les personnes venues à leurs rencontres. Le jeune garçon parti, Kevin reprenait : « Cela ne fait que deux semaines que Paul (Deniset) est arrivé, on doit encore se trouver. Je ne suis pas habitué à jouer avec un bloc de cinq. Dans les autres championnats où j'étais, on jouait avec les six défenseurs, on était juste les trois attaquants ensemble. D'ailleurs, au début j'avais peur de venir en France, des papiers à remplir et du temps nécessaire pour m'installer. Mais dès le premier jour où je suis arrivé, beaucoup de gens du club m'ont aidé. En dix jours, j'étais installé avec tout ce qu'il me fallait quand je pensais qu'il me faudrait trois semaines. »

L'heure tourne et il est temps que les joueurs s'en aillent. Ils sont tout de même restés une bonne demi-heure avec le public. On promet à Kevin de le recroiser à la sortie du match contre Caen ce samedi 11 et de mettre d'ici là les dernières photos d'Asnières qu'Élie n'a pas publié la première fois. Enfin, retour dehors sous le mauvais temps picard. Qu'importe la pluie dehors, le soleil dans les esprits amiénois motive un groupe ambitieux. Telle est l'idée qui ressort de cette remise des maillots.

Adrien Lhermitte / photos : Élie Lefebvre

Galerie photo de la remise des maillots : Cliquer ici