Amiens - Caen (match amical)

IMG_1348Drôle de match

Dernière affiche amicale au Coliseum d'Amiens. Dernier match de préparation avant les débuts officiels. Ce samedi 11 septembre, le promu cannais se déplace en terre picarde. Devant 1800 spectateurs, Gothiques et Drakkars ont soixante minutes pour finaliser leurs gammes. Avec de belles profondeurs de banc de chaque côté, les deux entraîneurs nous ont montré plusieurs possibilités pour leurs équipes. De tout cela résulte un drôle de match.

La berceuse du Drakkar

Dans un jeu brouillon, peinant à s'ouvrir, Marcos ouvre les hostilités par une charge, et un arrêt de jeu survient, laissant le temps au numéro 10 caennais d'être évacué.

IMG_1518Si cette première boîte est légale, le faire-trébucher du capitaine Vincent Bachet ne l'est pas. Deux minutes d'infériorité, et Thompson se montre sur un revers de Julien Lebey. Au complet, Kowalczyk gratte un palet dans la zone offensive et voit son tir stoppé par Fouquerel. Le portier caennais doit cependant s'incliner lorsque Hecquefeuille, sur le côté gauche, effectue une superbe passe transversale que Kevin Bergin expédie dans le but en angle fermé (6'59", 1-0).

Kevin Da Costa réagit pour les blancs et son équipe suit, mais Thompson tient bon. Pour l'instant. Les secondes s'égrènent, un joli mouvement se dessine derrière le but amiénois et le numéro 3 caennais d'un soir (comme la plupart des autres équipiers) a raison du Canadien (10'26", 1-1). Les locaux s'endorment, les visiteurs contrent, et seuls Bergin, Hecquefeuille, ou Petit animent l'offensive amiénoise. De l'autre côté, Thompson se fait des frayeurs. Le gardien amiénois n'a pas l'air à l'aise et concède un but « pour lui » sur un tir ras de glace (18'13", 1-2). Les Picards n'y sont pas à l'image d'un Pazak qui passe dans le vide. Le tiers s'achève, bienvenu pour les Amiénois, sympathique pour les Caennais.

Un sursaut d'une minute vingt

À la reprise, la berceuse jouée par les Normands a définitivement endormi les Picards. Le portier des gris allongé, le 3 double son compteur. Les spectateurs assistent ensuite à une mitaine peu rassurante de ce même gardien. Sur l'action suivante, le numéro 30 des locaux est feinté par une passe quand sa défense dort, les Caennais font le break (23'09", 1-4).

Sanstitre-12copieOn constate alors une réaction amiénoise. Poussés par le public, les picards repartent de l'avant. Kowalczyk tire masqué, sans succès, et Thompson remporte deux duels coup sur coup. Alexis Gomane en prison, Grégory Béron égalise. Pourtant le but n'est pas accordé, car le palet ressort immédiatement. Fouquerel s'arrête de jouer, constatant le but, et les arbitres valident le lancé victorieux d'un Pazak opportun (26'15", 2-4). Le temps d'inspirer profondément, et Paul Deniset fusille un Fouquerel dont la défense a été spectatrice de la combinaison amiénoise (26'38", 3-4). Cinquante-sept secondes passent et Petit se poste derrière le but adverse. Sa passe file entre les jambes de deux blancs, et arrive dans la palette d'Anthony Mortas qui égalise pour les siens (27'35", 4-4). Une minute vingt, et trois buts sont déjà passés.

Les dix minutes restantes dans le tiers ne sont alors que de longues phases d'attaques successives, de pénalités, de tirs hors cadre, de nouvelles combinaisons essayées, et de quelques arrêts de part et d'autre. Amiens joue haut dans la dernière minute, et Thomas Roussel revient à temps pour annihiler un 3 contre 1. Le tiers se clôt sur une boîte de Romain Bault sur Charles Geslain dans un combat des 7 bien engagé.

Histoire de ne pas finir sur un nul

Trente secondes suffisent dans le troisième tiers pour que les arbitres envoient un Normand en prison. À croire que les Amiénois n'aiment pas les supériorités, il faut attendre de voir les deux équipes au complet pour qu'Anthony Mortas sollicite Fouquerel. Puis c'est Kowalczyk qui se montre une énième fois devant le but, sans plus de réussite avant que son compère Pazak n'opère un raid avec Mortas dont le tir est hors cadre.

IMG_1479C'est un Paul Deniset vif et intenable qui va libérer les Picards : un tir puissant de la bleue dévié par Kowalczyk redonne l'avantage aux locaux (49'15", 5-4). Caen réagit timidement, trop pour inquiéter un Billy Thompson retrouvé. Le portier picard tient de nouveau son rang et ne laissera plus les Normands marquer. L'entraîneur caennais chamboule la totalité de ses lignes, rien n'y fait. Les actions sont nombreuses, le manque de cohésion se fait sentir, et Amiens manque de réussite pour aggraver le score. Petit prend un coup au visage, à l'image d'un jeu haché et d'un milieu de terrain devenu une zone dangereuse. Tentant le tout pour le tout, Fouquerel sort à dix secondes du buzzer. Au même moment, Valentin Claireaux récupère le palet, monte au créneau, et lance joliment hors cadre.

Les soixante dernières minutes de préparation pour les deux équipes arrivent à leur terme. Quelques polémiques peuvent naître. À quelques jours des débuts officiels, les débats sont naturellement ouverts, mais il semble inutile d'en faire trop. D'une part, parce que les deux équipes nous ont montré ce soir qu'elles étaient capables du meilleur comme du pire cette saison, qu'elles se cherchaient encore. D'autre part, car la reprise se fera dans quelques jours - qu'on le veuille ou non - et que le temps passera quoi qu'il arrive. Mais que l'on peut se montrer confiants pour les Picards et optimistes pour les Normands, respectivement aux objectifs des deux équipes.

Après match

Retour dans le hall du Coliseum. Les Amiénois se douchent quand les Caennais embarquent déjà. Les quelques spectateurs restés pour voir les joueurs sont récompensés trente minutes plus tard, et les premières impressions sont livrées. « C'est un match comme les autres qui permet de nous affûter encore un peu, déclare Billy Thompson. Les deux premiers buts que je prend sont regrettables, ce sont des contres et des palets perdus, le genre de but à éviter. Je ne sais pas ce qui s'est passé sur les trois buts successifs, les gars ont réagi d'un seul coup, sans vraiment y penser. »

Julian Marcos fait son apparition, boitant sur le côté gauche. Le défenseur des Gothiques est passé entre les mains du kiné, victime d'une charge en début de match.

Le temps d'y jeter un œil et les deux compères Paul Deniset et Kévin Bergin nous accordent quelques minutes. « Ce soir, c'était un peu comme des montagnes russes. Les adversaires gagnaient 4-1, et puis on s'est réveillé, on a marqué trois buts. Derrière on s'arrête. On a eu des alternances de bons et de mauvais moments, affirme Paul Deniset. Pour Billy, c'est certain qu'il est un très bon gardien, mais qu'il aurait aimé éviter ces buts-là. Je pense que ça arrive de temps en temps. En même temps, notre équipe a laissé des chances à l'adversaire qu'on n'aurait pas dû laisser. La défense est à revoir, mais pas seulement les défenseurs, toute l'équipe. Il y avait une très bonne ambiance ce soir, j'ai hâte de voir le public au complet. » Arrive alors la question de l'entente avec ses équipiers de ligne. Il suffit de parler du loup pour le voir... Kévin Bergin rejoint son compatriote et se prête au jeu de l'interview : « Après les problèmes administratifs de cet été, c'est la première fois qu'on jouait vraiment ensemble avec Val (Claireaux) et Paul, on doit encore beaucoup travailler, mais on est content, car ce soir on s'est donné des occasions. Ça se voit dans le travail de notre bloc. »

Pour finir, les deux Canadiens sont unanimes sur leur même envie : « Gagner le plus de matchs possibles, c'est la priorité. Si notre équipe gagne et qu'on n'a marqué aucun point, ce n'est pas grave. Il faut qu'on soit là pour créer un maximum d'occasions. » Voilà tout ce que l'on peut souhaiter à un trio motivé.

Adrien Lhermitte / Photos : Elie Lefebvre

Galerie Photo de la rencontre : Cliquer ici 

Amiens - Caen 5-4 (1-2, 3-2, 1-0)
Samedi 11 septembre 2010 à 19h30 au Coliseum d'Amiens, 1800 spectateurs.

Pénalités : Amiens 4' (2', 2', 0') ; Caen 8' (0', 4', 4')
Évolution du score :
1-0 à 06'59" : Bergin assisté de Hecquefeuille et Claireaux
1-1 à 10'26" : 3 assisté de 61 et 21
1-2 à 18'13" : 14 assisté de 42 et 29
1-3 à 21'22" : 3 assisté de 21
1-4 à 23'05" : 61 assisté de 21 et 3
2-4 à 26'15" : Pazak (sup. num.)
3-4 à 26'38" : Deniset assisté de Bergin et Claireaux
4-4 à 27'35" : Mortas assisté de Petit
5-4 à 49'15" : Kowalczyk assisté de Deniset et Hecquefeuille

Amiens

Gardien : Billy Thompson.

Défenseurs : Thomas Roussel – Pavel Kowalczyk ; Vincent Bachet (C) - Romain Bault puis Maxime Belov ; Kevin Hecquefeuille (A) - Julian Marcos [puis Bault].

Attaquants : Grégory Béron – Martin Tomasek – Miroslav Pazak ; Valentin Claireaux – Paul Deniset – Kevin Bergin (A) ; Yannick Offret – Anthony Mortas – Simon Petit.

Remplaçants : Léo Bertein (G), Florent Neyens, Aïna Rambelo, Teddy Trabichet et Louis Boucherit.

Caen

Gardien : Clément Fouquerel.

Défenseurs : #14 - Tommy Lafontaine ; Udo Marie – Charles Geslain ; #41 - #18.

Attaquants : #12 - Kévin Da Costa - #24 ; Julien Lebey – Pierre Bennett - #74 (puis #10) ; #3 - #61 – Alexis Gomane.

Remplaçant : Arnaud Goetz (G).