Brest - Nice (Division 1, 1re journée)

Entrée en matière réussie pour les Albatros

C’est la reprise ! Le championnat de D1 débute enfin après de longs mois d’attente. Pour les Albatros la rentrée a sonné depuis un moment puisque les joueurs ont repris la glace depuis presque un mois. En revanche, on peut vraiment considérer ce match comme une rentrée pour les Niçois. En effet les Aigles ont retrouvé la glace de Jean Bouin il y a 11 jours seulement. Et tandis que leur adversaire du soir disputait 3 matchs de préparation face à des équipes de haut niveau français (Rouen, Caen, Angers), les Azuréens eux n’ont pas joué un seul match amical. Si on ajoute à cela la fatigue du plus long déplacement du championnat de D1, on ne peut vraiment pas dire que les circonstances plaident en faveur de Nice.

D’entrée de jeu les bienfaits d’une bonne pré-saison vont se remarquer. D’un côté, les Brestois se trouvent les yeux fermés et font tourner le palet dans tous les sens. De l’autre, les Niçois tentent tant bien que mal de se mettre en place. Il ne faut que 14 secondes à Sébastien Gauthier pour ouvrir son compteur but de la saison dès le premier cafouillage devant la cage de Jimmy Lundberg (1-0). Un baptême du feu rude pour le nouveau gardien suédois. La domination locale en début de partie est totale. Le jeu collectif brestois est bien huilé et c’est un régal pour les yeux de voir Martin Gascon et consorts faire tourner le palet sur des jeux collectifs élaborés. Dans ce contexte Nice ne peut faire grand chose et subit. Les Aigles se font doublement sanctionner à 2’57’’. Gascon concrétise le 1er jeu de puissance du match et on se dit que la soirée va être longue pour Lundberg (2-0).

Et pourtant après quasiment dix minutes de folies brestoises, Nice parvient peu à peu à se dégager et à entrer en zone offensive. C’est tout d’abord Skoglund qui tente sa chance (9’22’’) d’un lancer du poignet. Quelques secondes plus tard, Slaninak fait un tour de cage et sert au millimètre du revers le jeune César Fleury qui expédie illico le palet en pleine lucarne de Macrez (2-1). Ce but revigore les visiteurs et c’est au tour de Brest d’être sanctionné. Vorobel puis Ansell vont en prison mais les Albatros tiennent bon à 3 contre 5. Nice pousse mais tombe sur un Macrez efficace qui effectue plusieurs arrêts face aux recrues suédoises et à Brejka (13’57’’). Ca sera en fait la plus grosse période de domination visiteuse et ils n’auront jamais l’occasion de revenir à hauteur de leur adversaire  par la suite.

En effet l’enthousiasme brestois, un peu refroidi par ces cinq minutes difficiles, se remet en marche. En fin de tiers, les Albatros profitent d’un nouveau jeu de puissance pour donner un score plus logique à cette période. Petricko en embuscade devant l’enclave dévie un tir de la bleue de Ansell (3-1).

Le deuxième tiers continue sur les mêmes bases. Brest maîtrise et impose son jeu. Tout comme face à Angers, les Albatros font preuve d’une redoutable efficacité lorsqu’il s’agit d’aller chiper le palet à l’adversaire ou travailler dans les coins. On voit ainsi Petricko, qui s’impose physiquement derrière le but de Lundberg, expédier le palet à Gauthier positionné devant le but. L’ancien joueur de Cergy dribble tranquillement le portier des Aigles et signe un doublé (4-1).

Si la première ligne brestoise monopolisait les statistiques de cette première moitié de match, ce sont les deux autres lignes qui vont prendre le relais par la suite. Motreff puis Lefebvre portent le score à 6-1. En face, le seul point vraiment positif est la tenue de Gyllberg-Slaninak-Fleury et de Banas-Brejka en défense. C’est en effet le seul bloc qui parvient à mettre du danger sur la cage de Macrez, notamment grâce à la technique d’un Jozef Slaninak prometteur qui a une bonne capacité à conserver le palet. Cependant cela reste trop timide pour tromper le portier brestois.

La physionomie du match reste la même dans le dernier tiers.  Lundberg est sauvé plusieurs fois par ses poteaux (Ansell, Dian, Vargas Dias). Sa défense connaît de gros problèmes de marquage ce qui permet aux Brestois de continuer à imposer leur collectif et à porter le score à 9-1 sur des réalisations de Motreff, Lefebvre, Vargas Dias. Le seul petit bémol et à mettre sur le compte du jeu de puissance brestois qui fait vraiment bien tourner le palet mais qui ne crée pas suffisamment de danger vers la cage niçoise. Un petit peu plus de tirs serait la bienvenue. Le clou du spectacle sera le but inscrit par Dian en infériorité numérique. Le Slovaque, seul en échappée, exécute  littéralement le pauvre Lundberg d’un slap terrible (10-1).

Premier match et première victoire remportée haut la main. Les Albatros ont vraiment régalé le public par leur jeu collectif. La feuille de match en témoigne, toutes les lignes ont contribué à ce succès. La différence avec l’équipe de l’an passé est assez nette. Il y a beaucoup moins d’exploits personnels, plus de combativité et de construction. Face à une équipe niçoise clairement en manque de préparation, les Albatros ont eu tout le loisir de se mettre en valeur. Reste que face à une équipe au point cela sera sûrement plus difficile à mettre en place, mais ce qu’on a vu est prometteur pour la suite.

Pour Nice tout n’est pas négatif. Commencer sa saison à Brest en n’ayant pu se préparer efficacement n’était vraiment pas l’idéal. C’était même quasiment mission impossible. Attendons quelques semaines avant de juger le potentiel de cette équipe.


Brest – Nice 10-1 (3-1, 3-0, 4-0)
Samedi 11 septembre 2010 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 500 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Peronnin assisté de Romain Herrault et Jérémie Douchy.
Pénalités : Brest 10' (6’, 2’, 2’), Nice 14' (6’, 4’, 4’).
Évolution du score :
1-0 à 00’14" : Gauthier assisté de Petricko et Gascon
2-0 à 04’06" : Gascon assisté de Ansell et Vorobel (sup. num)
2-1 à 09’36" : Fleury assisté de Slaninak
3-1 à 15’57" : Petricko assisté de Gascon et Ansell (sup. num)
4-1 à 24’00" : Gauthier assisté de Petricko
5-1 à 27’16" : Vargas Dias assisté de Lemoine et Motreff
6-1 à 37’28" : Prosvic assisté de Dian et Lefebvre
7-1 à 45’17" : Motreff assisté de Vargas Dias et Lemoine
8-1 à 47’29" : Lefebvre assisté de Prosvic
9-1 à 51’44" : Vargas Dias assisté de Lemoine et Holik
10-1 à 58’03" : Michal Dian (inf. num)

 

Brest

Gardien : Landry Macrez.

Défenseurs : Slavomir Vorobel – Alexey Volkov ; Nathan Ansell –David Hennebert ; Vladimir Holik – Francis Ballet.

Attaquants : Martin Gascon (C) – Matus Petricko – Sébastien Gauthier ; Alexandre Lefebvre (Cormier à 50’) – Jaroslav Prosvic (A) – Michal Dian ; Nelson Vargas Dias – Nicolas Motreff (A) – Tristan Lemoine.

Remplaçant : Pierre Pochon (G).

Nice

Gardien : Jimmy Lundberg.

Défenseurs : Mattias Ottosson – Johan Carlson ; Sylvain Roy (A) – Mickaël Kara ; Andrej Brejka – Tomas Banas (C).

Attaquants : Jacob Alner – Marcus Skoglund (A) – Mickaël Mahaut ;  Charles André Outin – Aurélien Macon – Thomas Bottone ; Johan Gyllberg – Jozef Slaninak – César Fleury  ; Pierre Carreton.

Remplaçant : Kévin Fouassier (GB).