Cergy - Reims (Division 1, 1re journée)

Cergy frappé par la guigne

SabatierFlorianLe public de la préfecture, sevré de hockey depuis quatre mois, est venu nombreux assister au premier match des Jokers "nouvelle formule", puisque l'équipe a été fortement modifiée par rapport à la saison dernière. Au niveau des étrangers, seul Dave Lapierre est resté fidèle au HCCP.

C'est dire que l'intersaison a été agitée dans le club de la ville nouvelle. Sébastien Gauthier et Nelson Vargas Dias sont partis faire un tour à Brest, Vladimir Konopka a rejoint Cédric Boucamus à Courbevoie, Milan Sejna se retrouve à Évry, Mika Kara est parti sous le soleil de Nice et André Niec est retourné dans le championnat autrichien. De plus, les deux gardiens titulaires ont décidé, soit d'arrêter sa carrière en ce qui concerne Olivier Courally, soit de partir à Tulsa aux États-Unis pour Sylvain Michaud. L'équipe s'est retrouvée fortement dégarnie et le téléphone du coach Jacob a chauffé très fort durant la période estivale pour combler tous ces départs.

Malheureusement, le public francilien devra attendre le prochain match à domicile contre Brest, ou se déplacer à Neuilly lors de la deuxième journée, pour voir cette équipe des Jokers évoluer avec quasiment tous ses renforts, car plusieurs gros pépins sont venus perturber le début de saison et les plans d'Alan Jacob. Cela a commencé par la blessure au genou de Dave Lapierre sur un match de préparation, qui sera indisponible au moins jusqu'à fin octobre. La nouvelle recrue défensive, le Suédois Johan Andersson, est en délicatesse avec une épaule, et aucun "Joker" médical n'est en vue pour le moment.

Cerise sur ce gâteau indigeste, les fédérations slovaque et canadienne n'ont toujours pas validés les transferts internationaux des recrues estivales, seuls le défenseur Jan Galko et le gardien suédois Tommy Sandahl sont qualifiés pour ce premier match. Les Québécois Dany Roch et David Lizotte, accompagnés du petit prodige de LHJMQ Stanislav Lascek, sont condamnés à suivre le match des tribunes.

Reims se déplaçant avec la totalité de son effectif (moins Kirill Sokolov), le rapport de forces se trouvait, à première vue, en fort déséquilibre aux dépens des préfectoraux... Et bien que nenni. L'équipe de Cergy est capable d'assurer le spectacle, même amputée de ses renforts étrangers. Cette mésaventure des transferts a obligé Alan Jacob à revoir ses alignements en catastrophe, et cela a homogénéisé ses lignes et servi à responsabiliser un peu plus un noyau de joueurs qui ne pouvaient que compter sur eux-mêmes sur cette rencontre. Il est certain que les Jokers seront encore plus confiants une fois les renforts revenus car les "p'tits" Français ont constaté de visu de quoi ils étaient capables, les rendant plus confiants sur l'importance de chacun.

Seul le manque de profondeur de banc aura joué contre les Franciliens, et non la qualité qui était bien présente. Bien regroupés autour de leur nouveau portier suédois Tommy Sandahl, auteur d'une prestation de bonne facture ce soir, les Jokers ont repoussé les coups de boutoir des Champenois, notamment ceux des frères Sabatier ainsi que du sniper québécois Desrosiers qui se sont acharnés à tromper la vigilance défensive val-d'oisienne durant les trois quarts du temps sur le premier tiers.

Quant au cerbère rémois Filip Kubis, il a fait preuve d'un bon professionnalisme en restant très concentré malgré les rares incursions de l'attaque cergy-pontaine. Rares incursions, mais très dangereuses, à l'image d'Olivier Viennot qui fusille à bout portant le portier slovaque qui arrive a bloquer ce tir durant un épisode à la moitié du tiers où les Jokers ont assailli les cages champenoises un peu plus souvent, que ce qu'ils nous avaient montré jusque là.

Malgré tout, la supériorité numérique concédée par Coustenoble pour un accrochage indiscutable en faveur des Jokers ne donnera absolument rien, ce qui peut paraître normal vu que le power-play sous cette configuration n'a très certainement pas été travaillé sur ce trio inédit à l'entraînement.

Cet handicap, les Rémois ne l'ont pas, et c'est à la fin de la première pénalité enregistrée par Cergy, par l'intermédiaire du nouveau défenseur Dimitri Bogus, que les visiteurs du jour ouvrent la marque. Francis Desrosiers, étrangement esseulé au bord du slot, crucifie Sandahl par un tir à bout portant magistralement servi par Rolands Vigners. Les préfectoraux sont avertis, les "taules" se paieront très cher à cause d'un power-play bien rodé par l'attaque de Reims à l'entraînement. L'unité spéciale dédiée est très efficace et apporte le danger très rapidement autour de la zone de Sandahl. La différence se fera sur cet aspect du jeu.

Cependant le match est très propre, ce qui facilite le travail d'un trio arbitral qui devient un duo à cinq minutes de la fin du premier tiers, après que l'arbitre féminine, Suéva Torribio, a malencontreusement ramassé un puck en plein visage qui la met out pour le reste du match. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement et espérons la revoir très rapidement sur le glaçon. Mais cet événement semble avoir perturbé les deux arbitres qui vont faire preuve de fébrilité sur le deuxième tiers en laissant passer de part et d'autre des gestes très limites, notamment plusieurs obstructions du cerbère Kubis sur Olivier Viennot entre autres, et des accrochages flagrants commis par certains défenseurs préfectoraux qui commencent à être à la peine à force de tourner à seulement quatre joueurs sur ce poste primordial.

Ce duo arbitral se remet de ses émotions en punissant Tony Delage pour un nouvel accrochage indiscutable. Et revoilà les Jokers dans une position plus qu'inconfortable pour eux. Cette infériorité voit, à la grande surprise des défenseurs champenois qui se feront mystifier par un Édouard Outin revenu au bercail durant l'été, un face-à-face devant Kubis qui se terminera par un tir non cadré de l'ex-Gapençais. Ce sursaut surprenant de Cergy en infériorité se révèle être un feu de paille car l'unité spéciale de Reims frappe une deuxième fois sur ce match avec une belle combinaison entre Martin Vesely et Maxime Gervais ainsi que de l'incontournable Desrosiers très bien inspiré.

Tony Delage refeait parler de lui très rapidement en retournant en punition pour un accrochage récurrent. Le manque de forme du défenseur saint-pierrais, couplé à la fatigue du match, rend ce geste automatique pour lui, car se faisant de plus en plus déborder aisément par l'attaque adverse. Bis répetita, le jeu de puissance se révèle encore payant et Roland Vigners met le troisième but, assisté par Jérémy Sabatier auteur d'un très bon match. Les Jokers commencent à boire le calice jusqu'à la lie quand Jan Rehor, superbement servi par Marek Grill, inscrit le premier but à 5 contre 5 de la partie.

OutinEdouardDu côté des préfectoraux, la fatigue et un zeste de renoncement en cette fin de deuxième tiers échauffe les esprits, et Olivier Viennot purge une pénalité pour dureté. Maigre consolation, il emmène avec lui en prison un Martin Vesely faussement surpris de se retrouver sur le banc à côté de la table de marque pour la même raison.

Le public francilien espère que l'entraîneur québécois des Jokers saura trouver les mots pour que son équipe remonte sur la glace au troisième tiers en laissant au vestiaire le petit renoncement observé en fin de deuxième période afin d'éviter de prendre une grosse raclée en guise de hors d'œuvre pour l'ouverture du nouveau championnat.

Si Alan Jacob a trouvé les mots, l'effet positif se fera attendre puisque les Rémois aggraveront le score au bout de 45 secondes par le cador Desrosiers, encore servi par Savoie. Ces deux-là semblent s'entendre à merveille sur le glaçon, et pas besoin d'avoir fait "sciences po" pour comprendre qu'ils multiplieront les points pour leur équipe sur cette saison.

À partir de ce but, les Rémois lèveront le pied légèrement mais la malchance des Jokers leur facilitera encore plus la tâche avec la sortie sur blessure d'Édouard Outin, blessure qui semble heureusement bénine car pour ce qui concerne les tuiles les Cergyssois sont proches de l'overdose. La fatigue accentue les pénalités du côté de Cergy mais Reims n'en profite plus. Seul Sébastien Savoie ponctue l'avancée inexorable du compteur à 0-6.

Les Jokers ont démontré un courage et une abnégation de très bon augure pour la suite, mais la mission du jour était impossible à remplir si son but était la victoire. S'il s'agissait juste de ne pas prendre une fessée cinglante, la mission est en partie réussie.

Par rapport à leurs remarquables matchs de préparation, les Rémois ont quelque peu déçus leurs supporters qui s'attendaient à un festival de buts et à un jeu sans bavures malgré les six buts encaissés par Sandahl, mais la décision de lever le pied légèrement était sage de la part des Champenois pour éviter les blessures de début de saison. À 5 à 0 en début de troisième tiers, il n'y avait plus qu'à gérer cette fin de partie et les Rémois l'ont gérée avec brio.

Pour Jacob et ses joueurs, la priorité est à l'infirmerie pour soigner les petits bobos et prier pour que les transferts soient validés cette semaine car il faut absolument ramener des points du déplacement de Neuilly. À la vue du calendrier des Cergy-Pontains, les conséquences des manquements des deux fédérations étrangères peuvent avoir des conséquences gravissimes sur l'avenir des Jokers puisque la troisième journée verra l'arrivée à la préfecture de l'épouvantail finistérien, qui a déjà fait sa première victime de la saison en pulvérisant Nice. Un déplacement toujours délicat à Bordeaux en match avancé de la cinquième journée clôturera les rencontres à très haut risque car dans le cas d'un scénario-catastrophe qui verrait nos Jokers engranger 0 point sur ces parties de début de championnat la situation serait plus que délicate au niveau de la confiance et du moral des troupes. Personne ne peut prédire la réaction d'un groupe remanié en profondeur durant l'intersaison, et le reste du championnat serait une interminable course à l'échalote pour remonter la pente en n'ayant que très peu de marge de manœuvre, les accidents ne seront plus permis.

C'est dommage que cette guigne se soit manifestée à ce moment précis (bien que je me demande s'il y a un moment idéal pour en être victime ), car les dirigeants du club avaient fait de gros efforts financiers pour que nos joueurs puissent bénéficier d'une préparation idéale, et les mauvaises blagues du début de saison gâche un peu ces efforts qui ont été réels.

Les supporters des Jokers préfèrent penser que ces coups de boutoir du destin servent à souder les liens entre nos joueurs et que le match d'aujourd'hui aura servi a démontrer à notre équipe, si elle en doutait encore, qu'elle peut évoluer sans ses renforts étrangers sans ridicule et en fournissant un spectacle à leur public digne d'une D1. Les points du match à Neuilly sont déjà primordiaux.

 

Cergy - Reims 0-6 (0-1, 0-3, 0-2)
Samedi 11 septembre 2010 à 18h15 à la patinoire du parvis de la préfecture. 400 spectateurs.
Arbitrage de Gilles Durand assisté de Jérémy Metais et Sueva Torribio (sortie sur blessure).
Pénalités : Cergy 16' (2', 6', 8'), Reims 20' (4', 6', 10').
Évolution du score :
0-1 à 14'26" : Desrosiers assisté de Vigners et Savoie (sup. num.)
0-2 à 25'11" : Vesely assisté de Gervais et Desrosiers (sup. num.)
0-3 à 31'48" : Vigners assisté de J. Sabatier et Rouillard
0-4 à 35'55" : Rehor assisté de Grill
0-5 à 40'45" : Desrosiers assisté de Savoie
0-6 à 54'07" : Savoie assisté de Coustenoble


Cergy

Gardien : Tommy Sandahl.

Défenseurs : Dimitri Bogus - Tony Delage ; Jan Galko - Erwan Personne.

Attaquants : Tristan Lemaire - Roland Fontaine - Édouard Outin ; Thomas Fromentin - Frédéric Hostein - Olivier Viennot (C) ; Antoine Dubois - Nicolas Lachat - Benoît Proutat.

Remplaçant : Mickaël Muller (G). Absents : Johan Andersson (épaule), Stanislav Lascek (transfert non validé), Dany Roch (transfert non validé), David Lizotte (transfert non validé), David Lapierre (genou).

Reims

Gardien : Filip Kubis.

Défenseurs : Armand Coustenoble – Maxime Gervais ; Filip Prochazka - Tristan Lohou ; Damien Morel - Martin Vesely (A) ; Wilfried Molmy (C).

Attaquants : Sébastien Savoie (A) – Francis Desrosiers – Rolands Vigners ; Jan Rehor – Marek Grill – Valère Vrielynck ; Jérémy Sabatier – Florian Sabatier – Thybaud Rouillard ; Thomas Czubernat.

Remplaçant : Steven Catelin (G). Absents : Nicolas Carbonell, Pierre Gimel, Kirill Sokolov.