Rouen - Caen (Coupe de la ligue, poule A, 1re journée)

thinel_marcandr_090926_225Rouen à l’aise dans son antre

Les affiches opposant Rouen et Caen ne sont jamais dénuées de charme. D’abord, il s’agit d’un derby et puis, un an plus tôt, Caen avait titillé son illustre voisin en s’imposant lors des matchs amicaux, puis en ne s’inclinant que d’un but à chaque rencontre suivante. Depuis, Caen a franchi un palier en accédant à la ligue Magnus, mais qui est le meilleur ? Le candidat au titre de D1 ou l’équipe visant le maintien en Magnus ?

Dès le premier face-off, les Dragons s’emploie à dissiper tout doute sur leur domination dans ce match. Dès les premières secondes, ils s’installent dans la zone des Drakkars, jouant physiquement dans les bandes pour conserver le palet. Ils étouffent la défense adverse qui est obligée de faire un dégagement interdit. Un court répis pour les hommes de Bertrand Pousse car il leur est impossible de remplacer la ligne sur la glace. Rouen amène du sang frais et Teddy Da Costa se rend maître du palet derrière le but et sert Guenette installé « dans un fauteuil » devant la cage (1-0 à 01'39"). Pourtant, Arnaud Goëtz assure une bonne prestation devant les filets. Mis à contribution dès la première minute, il tient en échec les tireurs Haut-Normands de nombreuses fois : Thinel en premier, puis Brunelle ou Desrosiers. Le portier caennais empêche le score de s’emballer.

Au bout de quelques minutes, le HCC réussit à sortir le palet de sa zone et à mener des incursions dans la défense adverse, mais sans être inquiétant. Erwan Pain et Jérémie Romand se trouvent de plus en plus en attaque. Toutefois la concrétisation n’arrive pas. Il faut attendre la dixième minute pour trouver un tir intéressant. Il est signé Julien Lebey mais Sebastian Ylonen écarte proprement le danger devant la cage des Dragons.

Et sur chaque offensive adverse, les hommes de Rodolphe Garnier ripostent. Desrosiers initie une très belle combinaison avec Brunelle en lui transmettant le palet à la bleue depuis le fond de la patinoire. Il part ensuite pleine vitesse pour récupérer le palet et défier le gardien mais sans succès. Mais à une minute de la fin de la première période, les Dragons sont bien ancrés en attaque. Thinel force le portier à bouger en feintant la passe, puis profite de l’espace ouvert pour aggraver la marque (2-0 à 19'01").

Le deuxième tiers-temps sera le meilleur pour les visiteurs. La ligne Geslain-Bennett-Lebey récolte les fruits de son travail. À force de créer du mouvement autour du but, Charles Geslain réussit à remettre le palet devant pour Bennett qui finit le travail (2-1 à 25'06"). Comme au premeir tiers, chaque offensive génère une riposte mortelle de jaunes et noirs. C’est Desrosiers qui s’intronise en vengeur. Sur une sortie un peu audacieuse de Goëtz, le Rouennais est présent en premier sur le palet mais derrière la cage. Hardiment, il envoie le palet contre la jambière du gardien qui perd le palet des yeux. Julien Desrosiers n’a plus qu’à se servir et recréer l’écart (3-1 à 26'23").

Malgré ce revers, les Caennais enregistrent des succès dans les lignes spéciales. En infériorité, les Dragons pourtant hyper dominants à 5 contre 5 réussissent à peine à franchir la ligne bleue. Les Bas-Normands s’essaient même à quelques contres mais les défenseurs veillent. Seul Desrosiers parvient à forcer la boîte caennaise. Rouen joue très écarté et fait circuler le palet. Une nouvelle fois Julien Desrosiers perçoit le décalage et lance au niveau du but pour trouver un trou de souris (4-1 à 29'31").

tardif_lucjunior_091003_033Lors des supériorités numériques, Caen fera preuve d’un bel opportunisme qui permet de relativiser l’écart de but. Antoine Vigierprend un tir (5-3 à 34'40"). Puis au troisième tiers, Aziz Baazi profitera d’un écran d’Alexis Gomane pour faire tinter la lucarne d’un tir à la bleue : poteau rentrant (9-4 à 49'10").

Mais à nouveau, les vengeurs reviendront à la charge. D’abord Brunelle, infiltré à pleine vitesse, réussira à forcer le mouvement du gardien et passe au-dessus des jambières (6-3 à 35'46"). Ensuite c’est Da Costa qui répondra du tac au tac en profitant égalément d’un écran pour tromper le gardien (10-4 à 50'54").

Jérémie Romand a beau délivrer un excellent tir du poignet entre les jambières de Sébastian Ylonen (4-2 à 33'25"), rien n’y fait. Les Caennais n’ont pas la force de contenir la déferlante offensive. Guenette en profite pour refaire l’écart (5-2 à 33'42"). Puis Udo Marie se retrouve sonné à terre suite à une charge un peu appuyée de l’épaule, signe que les Drakkars ont un genou au sol.

Carl Mallette et ses coéquipiers en profitent pour faire étalage de leurs capacités offensives. En premier lieu Thinel, lancé à fond derrière la défense, reçoit la passe de Guenette juste devant le but. Il rentre le palet dans le mouvement de freinage (et manque de peu de rentrer le gardien avec) (7-3 à 39'17"). Ensuite, Mallette prend sa chance à distance. Arnaud Goëtz interpose son bouclier mais un « klonk » retentit : le bruit du ricochet contre la crosse qui dévie le palet au fond des filets… (8-3 à 43'18").

Puis après un but refusé de Zwikel et l’augmentation du score par Tardif, Clément Fouquerel rentre sur la glace et met fin au calvaire de son coéquipier. Mais les Dragons sont portés par le succès, et la ligne de jeunes enfonce le clou une dernière fois grâce à Rech qui reçoit un palet dans le dos du gardien (11-4 à 55'01").

Au bilan, le score est sans concession. Rouen à su démontrer ses grandes qualités offensives durant ce match et n’a fait qu’une bouchée des Bas-Normands. Toutefois, on peut relativiser ce score par quelques éléments. Rouen a encore beaucoup joué sur les qualités individuelles, et elles sont nombreuses. Les Dragons ont appuyé sur leur avantage physique, évident dès le début. De plus, Caen jouait sans sa première ligne offensive et a dû aligner toute sa profondeur de banc : 2 défenseurs en attaque et rentrée de Vandecandelaere qui vient de réintégrer l’équipe. Les Caennais ont également montré qu’ils étaient capables de saisir les occasions en attaque. Après tout, ces qualités seront utiles pour le maintien, et la coupe de la ligue n’est pas un objectif majeur pour le HCC.


Rouen - Caen 11-4 (1-0, 0-2, 0-2)
Mardi 14 septembre 2010 à 20h00 à la patinoire Guy-Boissière. 2100 spectateurs.
Arbitrage de M. Hauchart assisté de MM. Métais et Furet.
Pénalités : Rouen 6' (0'; 4'; 2') ; Caen 8' (4'; 2'; 2').
Évolution du score :
1-0 à 01'39" : Guenette assisté de Da Costa et Bergstrom
2-0 à 19'01" : Thinel assisté de Guenette
2-1 à 25'06" : Bennett assisté de Geslain et Lebey
3-1 à 26'23" : Desrosiers assisté de Brunelle et Mallette
4-1 à 29'31" : Desrosiers assisté de Brunelle et Olsson (sup. numérique)
4-2 à 33'25" : Romand
5-2 à 33'42" : Guenette assisté de Thinel et Bergstrom
5-3 à 34'40" : Vigier assisté de Romand
6-3 à 35'46" : Brunelle assisté de Desrosiers et Mallette
7-3 à 39'17" : Thinel assisté de Guénette
8-3 à 43'18" : Mallette assisté de Bergstrom et Brunelle
9-3 à 46'10" : Tardif assisté de Olsson et Zwikel
9-4 à 49'10" : Baazi assisté de Pain et Romand
10-4 à 50'54" : Da Costa assisté de Janil et Gutierez
11-4 à 55'01" : Rech assisté de Gutierez et Da Costa


Rouen

Gardien : Sebastian Ylonen.

Défenseurs : David Holmqvist – Jens Olsson ; Juha Alen – Calle Bergstrom ; Cédric Custosse puis Léo Paillie à 40’ – Jonathan Janil.

Attaquants : Julien Desrosiers – Carl Mallette (C) – Mathieu Brunelle ; Luc Tardif – Jonathan Zwikel – Ilpo Salmivirta ; Marc-André Thinel – François-Pierre Guénette – Teddy Da Costa ; puis à 40' Romain Gutierrez – [Da Costa] – Anthony Rech ; Alexandre Mulle.

Remplaçant : Fabrice Lhenry (G). Absent : Daniel Babka (genou).

Caen

Gardien : Arnaud Goëtz puis Clément Fouquerel à 46’10.

Défenseurs : Vladimir Urban – Aziz Baazi ; Samuel Gibbons – Tommy Lafontaine (C) ; Antoine Vigier – Alexis Gomane (A) puis Olivier Vandecandelaere à 10’.

Attaquants : Erwan Pain - Kevin Da Costa – Jérémie Romand ; Udo Marie - Jonathan Avenel (A) - Raphaël Mazie [puis Gomane à 10'] ; Charles Geslain - Pierre Bennett - Julien Lebey.

Absents : Jonathan Duchesneau (blessure), Antti Urpo, Jeremiah Cuningham (non validés).