Grenoble - Gap (Coupe de la ligue, poule D, 1re journée)

Des débuts difficiles

2010-09-14-grenoble-gap2Pour leur premier match officiel de la saison à domicile, les Brûleurs de Loups reçoivent les Rapaces de Gap avec l'espoir de confirmer une pré-saison plutôt positive avec quatre victoires pour une seule défaite lors du premier match. L'effectif grenoblois, entraîné par Jean-François Dufour, est au complet pour ce match avec Eddy Ferhi qui débute dans la cage iséroise.

Côté gapençais, la campagne de préparation s'est mal terminée du côté de l'Italie avec une défaite face à Val Pellice et surtout la blessure sur commotion de Mike Beynon qui a décidé de mettre un terme à sa carrière. Si l'on ajoute l'absence de Tekel, cela fait donc deux défenseurs majeurs qui manquent à l'appel ce soir dans les rangs des Rapaces, les jeunes Vitali et Baridon étant titularisés en défense. À noter plusieurs messages de soutien adressés à Damien Fleury avant le début de la rencontre.

Le début du match est conforme à ce qu'on peut imaginer : une équipe de Grenoble prenant le jeu à son compte face à une équipe de Gap qui pense avant tout à assurer ses arrières et à profiter des contre-attaques qui se présentent. Malgré tout, les Brûleurs de Loups se procurent peu d'occasions dangereuses jusqu'à un centre au cordeau de Julien Baylacq pour la palette de Graham Avenel qui avait parfaitement flairé le coup en se présentant au second poteau (1-0, 4'50").

2010-09-14-grenoble-gap3Les choses se présentent bien pour les locaux qui doivent cependant jouer à quatre contre cinq après une première pénalité de Raphaël Papa. Gap en profite pour se montrer plus audacieux offensivement avec son éternelle arme fatale, Jiri Rambousek. Mais Eddy Ferhi réalise un bon début de rencontre et reste très solide dans ses buts en bloquant les tentatives gapençaises.

Après une pénalité de Cornaire qui remet les deux équipes à quatre contre quatre, les coéquipiers de Baptiste Amar se retrouvent de nouveau en infériorité numérique pour un retard de jeu dû à un changement de joueurs trop tardif au goût de M.Velay. Même si les Grenoblois parviennent à tuer relativement facilement les pénalités, les débats ont tendance à se rééquilibrer.

Quelques approximations de part et d'autre ne permettent pas de faire évoluer le tableau d'affichage jusqu'à ce que Jiri Rambousek fasse le spectacle avec un slalom dans la défense grenobloise, très statique sur l'action, avant de conclure par un tir croisé parfaitement ajusté qui laisse Ferhi sans réaction (1-1, 14'55"). Tout est à refaire pour Grenoble. Les Brûleurs de Loups, poussifs offensivement, ne parviennent pas à remettre la machine en route avant la fin du tiers. Alexandre Rouleau écope d'une pénalité sévère pour une charge jugée incorrecte, mais celle-ci est vite compensée par une faute de Sean Roche.

2010-09-14-grenoble-gap4La deuxième période débute donc à quatre contre quatre. Pendant dix minutes insipides, les Brûleurs de Loups ont toutes les peines du monde à accélérer et laissent passer une nouvelle occasion lorsque Jakub Suchanek est sanctionné pour avoir expédié le palet au-dessus de la balustrade. Avenel, très en jambes ce soir, fait apprécier ses qualités de dribbleur avec une action tout près d'aboutir, mais l'excellent Quemener veille. Mathieu Leblond bute également sur le portier gapençais et n'a pas autant de réussite qu'une semaine plus tôt face à Chamonix. Tartari, malgré une faute au départ en récupérant le palet, est neutralisé sans ménagement sur une contre-attaque mais l'arbitre ne bronche pas.

Les affaires grenobloises se compliquent lorsqu'Aymeric Gillet est sanctionné pour avoir touché Julien Correia à la tête avec sa crosse alors que Raphaël Papa est déjà en prison. Il écope d'une double pénalité mineure et les Brûleurs de Loups se retrouvent à trois contre cinq. Une situation délicate à gérer alors que c'est au tour d'Alexandre Rouleau de heurter Jiri Jelen avec sa crosse. Mais la sanction sera cette fois toute autre : M. Velay octroie deux minutes de pénalités au Gapençais pour simulation !

Le vent tourne est Grenoble finit le tiers en supériorité numérique avec des prisons successives de Charette et Suchanek. Jean-François Dufour sent la bonne occasion et prend un temps mort. Les Brûleurs de Loups passent à l'offensive et bombardent la cage de Quemener. Mais les puissants tirs de la bleue de Rouleau, Amar et Wallin sont tous non cadrés et sont autant d'occasions manquées. Les Grenoblois laissent même partir Jiri Rambousek qui bute cette fois sur un Ferhi impeccable. Il fallait bien ça pour préserver le score de parité à la pause.

2010-09-14-grenoble-gap5Il faut donc faire la différence en troisième période et les Isérois semblent bien décidés à passer l'accélérateur. Mais ils se heurtent à un mur nommé Ronan Quemener qui multiplie les arrêts exceptionnels comme ce réflexe étonnant face à Mathieu Leblond alors que ce dernier tirait dans une cage vide. Parfois il est suppléé par ses défenseurs, tous prêts à se jeter sur les tirs grenoblois pour repousser l'échéance.

Et à force de montrer plus de mordant, les Rapaces finissent par voir leurs efforts récompensés. Après une grosse défense en infériorité numérique, les Gapençais bénéficient d'une faute un peu bête de Christophe Tartari qui laisse traîner sa crosse après avoir été pris de vitesse sur l'action. Une faute qui va se payer cher car sur le power-play les Rapaces sont déchaîné. C'est une vraie partie de flipper qui s'engage autour de la cage d'Eddy Ferhi. Après plusieurs arrêts miracles, le portier international doit finalement s'avouer vaincu sur un nième rebond repris victorieusement par Rane Carnegie (1-2, 47'00").

Gap est en passe de réaliser le hold-up parfait sur la glace de Pôle Sud, d'autant plus que les attaques grenobloises sont loin d'être tranchantes. Les Rapaces se mettent à y croire au fil des minutes alors qu'à Grenoble on pense déjà à la sortie du gardien. Mais ce sera inutile car les hommes de Jeff Dufour finissent par arracher une égalisation miracle après un gros cafouillage devant la cage de Quemener, Ludek Broz se chargeant de pousser au fond le palet qui traînait entre le gardien et la ligne de but (2-2, 57'48"). Place donc à la prolongation pour départager les deux équipes.

2010-09-14-grenoble-gap6Grenoble débute bien avec notamment quelques bonnes tentatives d'Amar et Krayzel mais la défense gapençaise parvient à se dégager. De belle manière même, puisque sur une relance, Romain Moussier sert Jean-Charles Charette qui se joue d'Alexandre Rouleau et parvient à tromper Eddy Ferhi d'un tir croisé peu puissant mais bien placé (2-3, 61'51").

Les Rapaces s'imposent donc en mort subite grâce à beaucoup d'abnégation et à un certain réalisme qui a fait justement défaut à leurs adversaires. Jiri Rambousek a une nouvelle fois fait l'étalage de tout son talent, et même s'il a raté quelques occasions franches, il a remis les siens dans la rencontre en égalisant. Rane Carnegie apporte un plus à l'attaque gapençaise au centre de la deuxième ligne et devrait faire trembler les filets cette saison. Mais la bonne surprise du jour à Gap, c'est la défense : on savait Quemener en pleine ascension, il l'a confirmé ce soir. On s'attendait en revanche à moins de rigueur des six de derrière du fait des absences de Tekel et Beynon. Il n'en a rien été et la défense gapençaise s'est souvent montrée précise et plus prompte sur le palet. Encourageant pour la suite.

À Grenoble en revanche, c'est la soupe à la grimace. Une première défaite à domicile pour débuter fait toujours tâche dans le décor. Encore plus si cette défaite est due aux carences attendues de l'équipe avec notamment un manque de réussite offensive assez flagrant et forcément inquiétant pour la suite. Car Grenoble a bien péché dans la finition ce soir avec certains cadres (Krayzel, Sivic, Tartari notamment) pas capables d'apporter le plus qu'on attend d'eux sur ce genre de match. Et les défenseurs sont au diapason avec Amar décevant offensivement, Gillet sanctionné par son entraîneur après le deuxième but gapençais et Rouleau qu'on a connu en meilleur forme avec quelques approximations inhabituelles de sa part.

Finalement, les rares satisfactions ce soir se nomment Eddy Ferhi, auteur de quelques arrêts décisifs, et surtout Graham Avenel qui laisse entrevoir un potentiel technique intéressant. Mais ce Grenoble-là n'a pas suffisamment de réserves cette saison pour jouer en dessous de sa valeur et vient d'en avoir une cinglante confirmation ce soir. Puisse cela servir de leçon pour le reste de la saison.

Désignés meilleurs joueurs du match : Eddy Ferhi (Grenoble) et Jiri Rambousek (Gap)

(photos www.hockey-passion.com)

Grenoble - Gap 2-3 après prolongation (1-1, 0-0, 1-1, 0-1)

Mardi 14 septembre à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 2607 spectateurs
Arbitrage de Damien Velay assisté de Adrian Popa et Guillaume Gielly

Pénalités : Grenoble 14' (6', 6', 2, 0'), Gap 14' (4', 8', 2', 0')
Tirs : Grenoble 31 (11, 8, 10, 2), Gap 33 (7, 13, 12, 1)

Évolution du score :

1-0 à 04'50" : Avenel assisté de Baylacq
1-1 à 14'55" : Rambousek assisté de Jelen
1-2 à 47'00" : Carnegie assisté de Correia et Cornaire (sup. num.)
2-2 à 57'48" : Broz assisté de Wallin
2-3 à 61'51" : Charette assisté de Moussier

 

Grenoble

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Baptiste Amar (C) - Aymeric Gillet ; Viktor Wallin - Maxime Moisand ; Alexandre Rouleau (A) - Jason Crossman ; Vincent Llorca.

Attaquants : Raphaël Papa - Christophe Tartari (A) - Mathieu Leblond ; Ludek Krayzel - Ludek Broz - Nicolas Arrossamena ; Julien Baylacq - Mitja Sivic - Graham Avenel ; Elie Raibon - Loup Benoît - Joris Bedin.

Remplaçants : Sébastien Raibon (G), Rémi Colotti, Maxime Suzzarini. 

Gap

Gardien : Ronan Quemener.

Défenseurs : Jakub Suchanek - Jérémy Baridon ; Justin Vienneau - Romain Vitali ; Matus Luciak - Alexandre Cornaire.

Attaquants : Jiri Rambousek - Jiri Jelen - Julien Correia ; Sean Roche - Rane Carnegie - Romain Moussier (C) ; Jérémy Paradis - Jean-Charles Charette (A) - Mathieu André.

Remplaçants : Adrien Fénart (G), Dimitri Thillet, Kévin Zampa, Jonathan Piras, Antoine Picot. Absents : Milan Tekel (blessé), Mike Beynon (commotion, arrête sa carrière).