Formule du Mondial : une bonne nouvelle

On a eu plusieurs fois l'occasion de plaider contre la formule en deux tours du Mondial, y compris à Mannheim où la patinoire pleine pour les affiches du premier tour ne l'étaient plus ensuite pour des rencontres d'aussi bonne qualité, mais dont les participants n'étaient pas connus à l'avance.

Comme annoncé lors du bilan du Mondial, le congrès semi-annuel de l'IIHF a mis un terme à ce défaut en votant la formule à deux poules de 8. Une bonne nouvelle pour la France et pour les "petits pays", qui ont réussi à contrer la volonté des grands de réduire le Mondial à 14. On a donc à la fois une formule claire et élargie.

Autre bonne nouvelle pour les pays du niveau de la France : s'ils terminent à la dernière place de leur poule et descendent, ils n'auront plus à participer à des pensums contre les Israéliens ou les Chinois. Ils joueront au contraire dans une poule de 6 au niveau dense et intéressant, avec deux montées (en élite) et une descente.

La division I sera en effet divisée verticalement et non plus horizontalement, comme tous les connaisseurs le souhaitaient depuis longtemps. Mais elle s'appellera toujours "division I", groupe A et B. Les pays des niveaux inférieurs ne souhaitaient pas voir évoluer les noms de divisions et se retrouvaient en division IV ou V...

Le principal obstacle à cette réforme est que le Mondial sera un peu plus long, puisque chaque équipe jouera 7 matchs au lieu de 6 (et trois de plus pour les finalistes), ce qui ne plaisait guère aux Nord-Américains. Par contre, Suédois et Finlandais, qui inaugureront cette formule en deux poules pour leurs organisations communes de 2012 et 2013, y gagnent 4 recettes de plus chacun et ont donc mis au rancart leurs arguments de réduction de l'élite.

Un compromis satisfaisant pour tous a donc été trouvé. "Cela fait longtemps que je n'avais pas connu un congrès aussi constructif", a d'ailleurs noté le président de l'IIHF René Fasel.