Épinal - Villard-de-Lans (Ligue Magnus, 1re journée)

Une si longue attente pour un seul petit but...

ZdrahalPavelVillard au "hangar", c'est toute une histoire. Celle d'un match mort-né, le 29 décembre dernier, après qu'un trou s'est formé à l'échauffement. Ironie du sort, c'est le même arbitre, Savice Fabre, qui officie ce soir, dans la Cité des Images. Là où les Ours n'ont plus gagné depuis cinq ans. C'était à quelques mètres de là, sur le chantier de ce qu'était autrefois Poissompré. Courage, plus qu'un an avant qu'elle renaisse de ses cendres...

Comme pour mieux faire passer la pilule, l'ICE n'aborde pas cette saison de transition sans ambitions. Loïc Lacasse, le nouveau gardien du temple, apporte une réelle plus-value à un groupe majoritairement préservé à l'intersaison. Une continuité étrangère à Villard cette année puisque dix départs ont été recensés. C'est dire les responsabilités pesant sur les nouveaux arrivants, et notamment ces jeunes Canadiens (les Gauthier, Sigouin, Tougas et autres Tourigny), issus d'une filière qui a fait ses preuves en division 1 : le junior AAA québécois. De bonnes pioches pour le club qui révéla, en son temps, un certain Éric Doucet...

Les Villardiens ne venaient pas en favoris, loin s'en faut. Mais, c'est bien connu, il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Un adage qui s'est encore vérifié. Pour gagner, garder sa cage inviolée ne suffit pas toujours. Il faut aussi marquer. Les hommes de Santino Pellegrino, incapables de concrétiser et d'élever leur niveau de jeu, l'ont appris à leurs dépends en perdant un match à leur portée, sans rien enlever au mérite des Alpins.

Mais voilà, un jeu de puissance impuissant (et toujours privé de Stéphane Gervais), une fébrilité récurrente dans le dernier geste et un Pascal Favarin des grands soirs auront douché leurs espoirs. Comme entrée en matière, il y a mieux...

Des buts, non, des pénalités, oui...

Et pourtant, tout avait bien commencé. Les Dauphins étrennaient ce soir leur nouveau maillot "domicile", plus sobre et donc beaucoup plus consensuel que son devancier, honni pour sa lourdeur graphique et son design douteux. Ils retrouvaient également Jan Plch, suspendu mardi à Dijon, et s'appropriaient rapidement le contrôle du palet, cherchant à le faire vivre en zone offensive.

Un vœu pieux face à des Villardiens bien en place et qui n'auront jamais dérogé à leur plan de jeu. Assurer une bonne couverture pour mieux contre-attaquer. Et quand il faut accélérer le jeu, les Ours sont bien pourvus avec Jiri Zdenek, très percutant, et surtout Jean-Christophe Gauthier et Marc-André Tourigny, deux attaquants de poche qui partagent la même vivacité. Avec Yann Diaferia, le troisième larron, ils forment une véritable "schtroumpf line" appuyée, comme il se doit, par Guillaume Tougas et Nicolas Sigouin, deux rampes de lancement au physique impressionnant. Voire dissuasif par moment.

Question vitesse d'exécution, Loïc Lacasse n'a rien à leur envier et se signale notamment d'une parade à bout portant devant Diaferia, imparablement décalé par Tourigny (14'35"). Auparavant, Jan Simko (03'52") et Benoît Quessandier (04'27") s'étaient également illustrés en contres, profitant d'un box-play qui n'aura pas eu grand mal, ce soir, à repousser son assaillant. Car le jeu de puissance isérois est lui aussi en rodage.

Sous l’œil inquisiteur de Savice Fabre, les Lorrains perdent (encore) Quessandier sur blessure et se voient sanctionnés à deux reprises au début de l'acte médian. Le danger reste pourtant superficiel devant Lacasse, qui dégage une sérénité désarmante pour des attaquants ayant parfois quelques difficultés à s'en approcher. À l'exception, bien sûr, des inévitables Gauthier et Tourigny.

L'ICE, de son côté, semble avoir plus de cordes à son arc... mais toujours pas de powerplay digne de ce nom. Une vérité toujours d'actualité dans une deuxième période marquée, entre autres, par les cages vides ratées de Simko et Boisclair (33e), pour la seule occasion du Canadien ce soir. Un comble pour un buteur aussi réputé, qui a toutefois beaucoup travaillé dans les coins sans pour autant négliger le défi physique. Simonneau et Sedlak, secoués en fin de match, pourront le confirmer.

Dans l'attente d'un but qui ne vient pas, la frustration fait inévitablement son effet, matérialisée par quelques accrochages devant Pascal Favarin. De quoi saucissonner un peu plus un match qui tarde à se décanter. Le bras de fer va se poursuivre encore longtemps. Jusqu'à la toute fin du troisième tiers-temps...

Mieux vaut tard que jamais

Les Ours ont une particularité cette saison. Celle de compter en leurs rangs les deux doyens de la Ligue Magnus. Si Pavel Zdrahal est toujours ce grand échalas de l'époque angloye, Daniel Sedlak, lui, tient toujours son rang derrière. Le poids des ans s'est fait sentir devant Simko, qui le déshabille en un-contre-un avant d'échouer sur un Favarin décidément infaillible (53e).

Épinal a laissé passer sa chance et va concéder une dernière pénalité. Celle de trop, sur une charge incorrecte de... Jan Simko (59'31"). Gauthier temporise ligne de fond puis remise sur Simmoneau à la bleue, qui décale aussitôt Sedlak à sa gauche. Le vétéran slovaque fait mouche d'un joli tir croisé (0-1 à 59'53"). Il restait moins de sept secondes à jouer...

Les hommes de Stéphane Barin peuvent savourer sans retenue un succès long, très long à se dessiner. Villard-de-Lans risque d'en surprendre plus d'un cette saison et démarre parfaitement sa saison. Les Spinaliens ne peuvent pas en dire autant...


Épinal - Villard-de-Lans 0-1 (0-0, 0-0, 0-1).
Samedi 18 septembre 2010 à 20h15 à la patinoire provisoire de Poissompré. 499 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de Jérémy Rauline et Nicolas Crégut.
Pénalités : Épinal 20' (4' + 6' + 10') ; Villard-de-Lans 28' (6' + 6' + 16').
Tirs : Épinal 34 (10 + 12 + 12) ; Villard-de-Lans 34 (12 + 10 + 12).

Évolution du score :
0-1 à 59'53" : Sedlak assisté de Simmoneau et Gauthier (sup. num.)

 

Épinal

Gardien : Loïc Lacasse [sorti de sa cage à 59'54"].

Défenseurs : Peter Slovak - Fabien Leroy ; Jan Hagelberg - Niko Mäntylä ; Guillaume Papelier - Benoît Quessandier.

Attaquants : Jan Simko - Michal Petrak (A) - Guillaume Chassard (C) ; Maxime Boisclair - Timo Kuuluvainen - Jan Plch (A) ; Kévin Benchabane [ou Anthony Rapenne] - Erwan Agostini - Tarik Chipaux ; Nathan Ganz.

Remplaçants : Mathieu Perrin (G), Martin Charpentier, Jonathan Gury. Absents : Stéphane Gervais (convalescent), Yvan Charpentier.

Villard-de-Lans

Gardien : Pascal Favarin.

Défenseurs : Daniel Sedlak - Pierre-Antoine Simonneau ; Nicolas Sigouin - Guillaume Tougas ; Stéphane Guillot-Diat (A) - Nicolas Favarin (C).

Attaquants : Kevyn Richard - Pavel Zdrahal - Jiri Zdenek ; Marc-André Tourigny - Jean-Christophe Gauthier - Yann Diaferia ; Cédric Guillot-Diat (A) - Quentin Jacquier - Thibaut Sage-Vallier.

Remplaçants : Romain Farruggia (G), Francky Sadani. Absent : Victor Vitton-Mea.