Wasquehal - Valenciennes (match amical)

2010-09-19-wasquehal-valenciennesLes Lions mordent 18 fois

Pour cette seconde confrontation en moins de vingt-quatre heures, l'effectif raccourci des Diables Rouges de Valenciennes s'apprête à souffrir. Toujours en attente de plusieurs renforts, le club du Hainaut ne dispose en outre que du seul Morad Chakir pour garder une cage soumise à rude épreuve.

La défense tardant pour sa part à se mettre en route, le premier rebond est vite exploité par Thomas Fauchart (1-0 à 01'02"). Le choc entre Van Desteene et Chilinski n'aidant pas, Valentin Vienne profite des réglages adverses pour effacer Benoît Brassart et doubler la mise de près (2-0 à 05'04").

Comme la veille, Valenciennes attend plusieurs minutes pour lancer, mais le danger est bien réel pour François Durand, appelé aujourd'hui à délaisser son rôle de coach assistant et décisif pour empêcher Tillier, esseulé, de réduire l'écart. Plus agressifs que la veille, les Hennuyers pâtissent cependant aujourd'hui encore d'un déficit évident sur le plan technique. Que peuvent-ils opposer à l'exploit individuel d'un attaquant venu de Ligue Magnus, à savoir Mickaël Bardet, extirpé du coin droit (3-0 à 08'21") ?

Au courage, Morad Chakir fait front à Valentin Vienne, d'un double arrêt, puis à Haramis, seul devant le slot, et surtout Edmond Chan, qui prend pourtant le temps de préparer un lancer haut (presque) décisif. Le premier nommé, très en vue, revient à la charge pour permettre à Thomas Fauchart de signer le doublé, non sans avoir préalablement et patiemment attendu que le portier effectue le premier geste. Sur l'engagement, Nilly isole Haramis, pour annoncer une nouvelle hémorragie (5-0 à 12'40")...

Morad Chakir pris d'assaut

Ses équipiers ne pouvant écarter bien longtemps le danger, Morad Chakir multiplie les arrêts, assez souvent en face-à-face, et retarde l'aggravation de la marque, notamment devant Edmond Chan. Les trois lancers valenciennois apparaissent bien maigres face aux trente proposés par les Lions.

Livré à lui-même, le dernier rempart rouge et blanc aura moins d'interventions à effectuer au cours de la deuxième période... mais ses filets trembleront plus souvent. La faute à Maxime Boschetti, qui, dans une position assez excentrée, parvient à trouver le filet opposé de son club formateur, une première depuis son retour à la glace. Son ancien équipier du roller lillois, Edmond Chan, l'imite dans la minute suivante, d'un raid solitaire (7-0 à 23'41").

Aujourd'hui forte de quatre lignes, l'attaque métropolitaine accule les visiteurs. Adam Haramis s'en donne encore à coeur joie. Insaisissable, même lorsqu'il est accroché, et doté d'une bonne vision du jeu, l'ancien Carolo est encore présent sur le huitième but, oeuvre de Frédéric Nilly en hauteur (8-0 à 27'27").

Une facilité synonyme à mi-rencontre d'un certain relâchement chez les Lions. Ainsi, Giguerre surprend Benjamin Louf et part à l'assaut de la cage de François Durand, manquée par un tir trop enlevé. Ironie du sort, c'est une leçon de sang-froid dans le dernier geste que donnent alors les bleus et jaunes, sur une conclusion de près de Haramis, après que Nilly a contré Ludovic Mathieu, et un face-à-face bien négocié par le novice Arthur Delbecque (10-0 à 33'46").

Autre secteur dans lequel Wasquehal assoit sa supériorité : les engagements, obligeant Valenciennes à redoubler d'efforts et à subir le pilonnage de Benjamin Louf, toujours à l'affût d'une fenêtre de tir depuis la ligne bleue. Situation à l'origine du onzième but, signé Lionel Wiotte. Pourtant, Valenciennes n'abdique pas, et termine mieux la période, une fois de plus par l'intermédiaire de Giguerre, dont le tir croisé de la droite est détourné par la plaque de Durand, le gant de ce dernier chauffant lui aussi devant Mathieu.

Comme la veille, le dernier vingt relève avant tout de l'anecdote, le suspense ayant depuis longtemps disparu. D'autant que François Lenière-Piquet y va à son tour d'un petit festival, aussi facile que le but de Fauchart offert sur un plateau par Boschetti. La marque de la veille est atteinte allégrement grâce à Delbecque (14-0 à 48'34").

S'il en est un qui ne lève pas le patin, c'est bien Adam Haramis. Le Québécois aura particulièrement soigné ses statistiques pour son entrée dans l'équipe. Las d'avoir manqué une échappée en infériorité numérique, il profite du gain de la mise au jeu suivante par Nilly pour loger la rondelle hors de portée du courageux Chakir (15-0 à 52'23").

L'événement du troisième tiers vient, quelques secondes plus tard, d'une passe de Janot pour Grégoire Giguerre, dont la reprise trompe François Durand (15-1 à 53'40"). Maigre consolation pour les équipiers de Morad Chakir, encore mis à rude épreuve par le pressing de Mickaël Bardet et les montées d'Alexis Thomas et du polyvalent Nicolas Hamoudi (18-1 à 57'32").

Cet affrontement déséquilibré a permis à Frédéric Nilly de faire tourner son effectif, l'alternance de buteurs étant un point très important à une semaine de l'entrée dans les compétitions officielles. Le retour de Mathieu Mille contribuera à stabiliser une défense peu mise en difficulté et encore en quête d'automatismes du fait des nombreux remaniements opérés durant l'été.

La marque est très lourde pour les Diables Rouges, mais l'issue de la rencontre, anecdotique, ne doit pas occulter le fait que Valenciennes attend encore le renfort de deux recrues tchèques, qui avec le Canadien Rivard, retenu par les formalités administratives, devraient permettre à la formation d'Éric Sarliève de retrouver des couleurs pour le début du championnat.

 

Wasquehal - Valenciennes 18-1 (5-0, 6-0, 7-1)
Dimanche 19 septembre 2010 à 13h00 à la patinoire Serge-Charles.
Arbitrage de Guillaume Gardiol et Eddie Caron.
Pénalités : Wasquehal 8' (2', 0', 6'), Valenciennes 6' (2', 2', 2').
Tirs cadrés : Wasquehal 69 (30, 19, 20), Valenciennes 17 (3, 8, 6).
Évolution du score :
1-0 à 01'02" : Fauchart assisté de Louf
2-0 à 05'04" : Vienne
3-0 à 08'21" : Bardet assisté de Lenière-Piquet
4-0 à 12'23" : Fauchart assisté de Vienne
5-0 à 12'40" : Haramis assisté de Nilly
6-0 à 22'09" : Boschetti assisté de Vienne et Fauchart
7-0 à 23'41" : Chan assisté de Thomas
8-0 à 27'27" : Nilly assisté de Haramis
9-0 à 32'36" : Haramis assisté de Nilly
10-0 à 33'46" : Delbecque
11-0 à 35'36" : Wiotte assisté de Louf
12-0 à 40'35" : Lenière-Piquet (sup. num.)
13-0 à 41'35" : Fauchart assisté de Boschetti
14-0 à 48'34" : Delbecque assisté de Thomas et Hamoudi
15-0 à 52'23" : Haramis assisté de Nilly (inf. num.)
15-1 à 53'40" : Giguerre assisté de Janot
16-1 à 55'16" : Bardet
17-1 à 55'51" : Thomas
18-1 à 57'32" : Hamoudi

 

Wasquehal

 Gardien : François Durand.

Défenseurs : Alexis Thomas (C) - Quentin Leclaire ; Benjamin Louf - Thibaut Verschaeve ; Hugo Picard.

Attaquants : François Lenière-Piquet - Lionel Wiotte - Mickaël Bardet (A) ; Thomas Fauchart - Maxime Boschetti - Valentin Vienne ; Frédéric Nilly - Adam Haramis - Axel Canaguier ; Nicolas Hamoudi (A) - Edmond Chan - Arthur Delbecque.

Remplaçant : Fabien Chardon (G). Absents : Mathieu Mille (dos), Julien Peyre.

Valenciennes

 Gardien : Morad Chakir.

Défenseurs : Benoît Brassart - Anthony Vincent ; Ludovic Mathieu - Kevin Tillier.

Attaquants : Maxime Chilinsky - Grégoire Giguerre (A) - Antoine Janot ; Fabien Fiévet - Xavier Raux (C) - Thomas Van Desteene ; Louis Camurat - Benjamin Poiret.

Absents : Vincent Rivard, Alexis Bachetti.