Grenoble - Strasbourg (Ligue Magnus, 1re journée)

Strasbourg plus efficace

2010-09-18-grenoble-strasbourg1Après la "mise en bouche" de la coupe de la ligue, place à la Ligue Magnus qui s'ouvre sur la glace de Pôle Sud avec la réception de l'Étoile Noire de Strasbourg.

Les deux équipes ont connu des fortunes diverses mardi avec la douche froide des Brûleurs de Loups face à Gap pour le début de la saison à domicile et à l'inverse une première bonne performance pour les hommes de Daniel Bourdages avec une victoire significative face à Amiens. C'est dire que les deux équipes, au complet pour cette rencontre, auront un capital confiance diamétralement opposé au coup d'envoi. Strasbourg, qui ne s'est encore jamais imposé à Grenoble, croit en l'exploit.

Et les premières minutes de jeu ne font que confirmer l'impression que les Alsaciens ne sont pas venus pour repartir les mains vides. Ils effectuent un pressing constant dans la zone grenobloise et Devin allume la première mèche avant la minute de jeu. Le pressing visiteur semble payer mais un but est logiquement refusé pour une faute sur Eddy Ferhi alors que Viktor Wallin défend son gardien face à David Cayer. L'avertissement est sans frais pour les Brûleurs de Loups mais la menace strasbourgeoise n'est pas écartée pour autant vu que les attaquants grenoblois ont toutes les peines du monde à porter le danger hors de la zone neutre. Eddy Ferhi est donc très sollicité en ce début de rencontre et réalise quelques arrêts miracles comme face au duo Cayer-Bradley.

2010-09-18-grenoble-strasbourg2

À force de plier, la défense grenobloise finit par se mettre à la faute et Jason Crossman est sanctionné pour une faute sur Cayer, intenable en début de rencontre. La défense grenobloise tente tant bien que mal de repousser les assauts visiteurs et pense avoir fait le plus dur mais suite à un mauvais dégagement en sortie de zone, Lionel Tarantino récupère directement le palet et transmet à Cayer lequel décale Jan Cibula qui finit le travail d'un tir croisé, Ferhi ne pouvant que constater les dégâts à cinq secondes de la fin de la pénalité (0-1, 07'14").

Ce but aurait pu faire sortir les Brûleurs de Loups de leur léthargie mais il n'en est rien. Les Strasbourgeois gardent la main mise sur la rondelle face à des locaux à court de solutions offensives. La construction du jeu est catastrophique côté grenoblois et l'Etoile noire continue son cavalier seul dans ce tiers, Ferhi devant s'interposer de nouveau. La deuxième pénalité du tiers est logiquement pour Grenoble avec Ludek Broz cette fois sanctionné. L'issue sera la même : Jan Cibula récupère le palet le long de la bande, sert Pasi Petriläinen dont le lancer transperce Eddy Ferhi, visiblement masqué sur l'action (0-2, 17'33").

En deux supériorités numériques, l'Étoile noire a marqué par deux fois, preuve de l'efficacité du système à quatre attaquants mis en place par Daniel Bourdages, avec Lionel Tarantino dans le rôle du quatrième homme. Mais ces deux buts sont surtout concrétiser venus une domination incontestable des visiteurs. Le capitaine grenoblois Baptiste Amar tente de sauver les meubles dans la dernière minute avec une bonne remontée de palet suivie d'un tir sur le poteau mais Grenoble repart logiquement aux vestiaires avec un handicap de de deux buts.

2010-09-18-grenoble-strasbourg3Probablement secoués dans le vestiaire par Jean-François Dufour, les Brûleurs de Loups offrent un visage plus offensif après la première pause. Le tandem tchèque Broz-Krayzel sonne la charge mais la précision manque pour tromper Hiadlovsky.

La défense grenobloise se sort enfin sans dommage d'une pénalité (contre Gillet) et évite la passe de trois qui aurait pu mettre un terme définitif aux espoirs isérois dans ce match. Il faut attendre quasiment la mi-match pour voir les Strasbourgeois enfin pénalisés par David Striz. Le power-play grenoblois se met en place mais bute sur un Hiadlovsky alors impeccable et souvent bien placé sur la trajectoire des tirs grenoblois. À défaut de leur permettre de marquer, ce jeu de puissance permet aux Grenoblois de mettre enfin leur emprise sur le jeu dans cette rencontre.

Mais la réussite devant la cage fuit les hommes de Jean-François Dufour à l'image d'Arrossamena qui ne cadre pas un tir alors qu'il était en bonne position. La défense strasbourgeoise plie mais Hiadlovsky réalise un sans-faute dans ce deuxième tiers où les attaquants grenoblois peinent à créer des décalages vraiment décisifs.

Grenoble évolue de nouveau en supériorité numérique suite à un cinglage de Paul Bradley sur Tartari. La pression grenobloise est énorme avec des tirs de la bleue et autres mouvements devant la cage de Hiadlovsky qui parvient à arrêter avec brio un tir de Sivic pourtant en excellente position mais qui manque de clairvoyance dans le dernier geste. Chaque équipe a eu sa période mais après quarante minutes de jeu, ce sont bien les joueurs de l'Étoile noire qui ont toujours deux buts d'avance.

2010-09-18-grenoble-strasbourg4Il ne reste plus que vingt minutes à Grenoble pour revenir à hauteur. Une pénalité de Cesnek d'entrée de jeu semble être un signe favorable. Mais encore une fois, l'offensive grenobloise, traduite surtout par des tirs des défenseurs qui n'hésitent plus à participer au jeu offensif, peine à concrétiser sa domination face à une défense alsacienne bien regroupée et qui commet peu d'erreurs. Et au moment où on se demande vraiment comment l'attaque grenobloise va pouvoir trouver enfin l'ouverture, Ludek Krayzel déborde la défense strasbourgeoise le long de la bande et décoche un splendide tir du poignet qui vient se loger dans la lucarne de Hiadlovsky qui voit passer le palet au-dessus de son épaule (1-2, 48'01").

À douze minutes de la fin, Grenoble peut enfin se remettre à croire en une issue favorable. Mais l'espoir sera de courte durée. À peine deux minutes plus tard, Michal Cesnek lance en profondeur, David Cayer récupère et remet devant le slot à Paul Bradley qui n'a plus qu'à dévier la rondelle dans les buts de Ferhi (1-3, 49'47"). La défense grenobloise a été prise de vitesse sur une action foudroyante des Strasbourgeois qui reprennent deux buts d'avance au meilleur moment.

Touchés moralement, les Brûleurs de Loups manquent de conviction lorsque Pasi Petriläinen part en prison. Après avoir mis près de cinquante minutes pour marquer un premier but, ils ne trouveront pas les ressources pour en inscrire un deuxième. Une pénalité malvenue de Tartari à deux minutes de la fin de la rencontre empêche même les Grenoblois de mettre la pression sur Strasbourg dans les derniers instants du match, la sortie de Ferhi étant bien trop tardive pour espérer un quelconque effet positif.

2010-09-18-grenoble-strasbourg5Strasbourg repart de Grenoble avec la victoire pour la première fois de son histoire et ce après avoir joué le match parfait en s'appuyant sur des ingrédients de base : un bon power-play, une défense solide et un très bon gardien. Le premier tiers, très bien négocié avec deux buts en supériorité numérique, a rendu le reste du match plus facile aux Strasbourgeois qui n'avaient plus qu'à gérer leur avance en se reposant sur un Hiadlovsky des grands soirs, la maladresse des attaquants grenoblois faisant le reste. Daniel Bourdages a reconstitué une première ligne de feu avec Cayer, Bradley et Cibula, une ligne qui devrait faire souffrir bien des défenses cette saison. L'apport de Pasi Petriläinen à la bleue est intéressant en power-play tout comme celui de Lionel Tarantino qui a visiblement trouvé ce qu'il était venu chercher en Alsace : du temps de jeu. Ce Strasbourg-là a toutes les caractéristiques d'un outsider du championnat... À suivre.

Pour la deuxième fois cette semaine, les Brûleurs de Loups sortent vaincus sur leur glace. Une bien mauvaise habitude qui pourrait donner le ton d'une saison qui s'annonce bien compliquée pour les Isérois. Les symptômes sont les mêmes que mardi avec une attaque bien faiblarde qui n'a pour instant inscrit que trois buts en deux matchs officiels. Trop peu pour espérer l'emporter. Ce soir, les Grenoblois se sont mis en difficulté tout seuls avec un premier tiers très mal négocié et un catastrophique 0/2 en infériorité numérique. Ensuite la révolte a eu lieu mais de manière désordonnée et peu construite.

Après Broz mardi, Krayzel a semblé endosser ce soir le rôle du sauveur. Insuffisant. Tartari et Sivic ne sont pas dans le coup en ce début de saison, les jeunes manquent d'efficacité devant la cage, du coup les arrières, Rouleau, Amar et Wallin en tête, tentent de soutenir leur attaque. Ce qui n'est pas sans risque de se découvrir. Jean-François Dufour devra trouver rapidement des solutions offensives la semaine prochaine avec des déplacements délicats à Briançon et Mont-Blanc. Hors de leur base, les attaquants grenoblois parviendront peut-être enfin à se libérer... Le temps presse.

Désignés meilleurs joueurs du match : Ludek Krayzel (Grenoble) et Vladimir Hiadlovsky (Strasbourg)

(photos www.hockey-passion.com)

Commentaire d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Baptiste Amar (capitaine de Grenoble) : "Le rythme était supérieur à ce qu'on a vu jusqu'à présent et on n'a pas entamé le match comme on aurait dû. On a mis 20 minutes à se mettre dedans, c'est dommage. Ca fait deux matchs perdus à domicile, on n'a pas l'habitude de ça à Grenoble..."

Grenoble - Strasbourg 1-3 (0-2, 0-0, 1-1)

Samedi 18 septembre à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 2800 spectateurs
Arbitrage de Alexandre Bourreau assisté d'Adrian Popa et Guillaume Gielly
Pénalités : Grenoble 8' (4', 2', 2'), Strasbourg 8' (0', 4', 4').

Évolution du score :

0-1 à 07'14" : Cibula assisté de Cayer et Tarantino (sup. num.)
0-2 à 17'33" : Petriläinen assisté de Cibula et Cayer (sup. num.)
1-2 à 48'01" : Krayzel assisté de Broz
1-3 à 49'47" : Bradley assisté de Cayer et Cesnek

 

Grenoble

Gardien : Eddy Ferhi (sorti à 59'45").

Défenseurs : Baptiste Amar (C) - Aymeric Gillet ; Viktor Wallin - Maxime Moisand ; Alexandre Rouleau (A) - Jason Crossman ; Vincent Llorca.

Attaquants : Raphaël Papa - Christophe Tartari (A) - Mathieu Leblond ; Ludek Krayzel - Ludek Broz - Nicolas Arrossamena ; Julien Baylacq - Mitja Sivic - Graham Avenel ; Elie Raibon - Loup Benoît - Maxime Suzzarini.

Remplaçants : Sébastien Raibon (G), Rémi Colotti.

Strasbourg

Gardien : Vladimir Hiadlovsky.

Défenseurs : Pasi Petriläinen - Ziga Svete ; Michal Cesnek - David Striz ; Maxime Mallette - Hugues Cruchandeau (A).

Attaquants : David Cayer - Paul Bradley - Jan Cibula ; Pierre-Antoine Devin (A) - Elie Marcos (C) - Édouard Dufournet ; Juho Lehtisalo - Lionel Tarantino - Julien Burgert ou Timothée Franck.

Remplaçants : Gilles Beck (G), Pierre Bougé, Noé Gersanois, Jérémy Quillier.