La série A est partie

Le championnat italien 2010/11 a commencé ce jeudi soir. En ouverture de la saison a déjà été disputée la Supercoupe, manifestation traditionnelle qui met face-à-face les vainqueurs de la coupe d'Italie (Renon) et du championnat (Asiago). Les deux équipes dominatrices de la saison 2009/10 s'étaient aussi affrontées en finale et Asiago avait gagné le titre en seulement quatre rencontres (sur 7). En Supercoupe, Renon a pris une belle revanche en battant les Vénétiens chez eux sur le score de 0-3, buts de Tudin, Scelfo et Watson.

Le premier trophée assigné, et les opérations de marché conclues pour le moment, on recommence à parler du championnat. Durant la présentation des équipes, des nouveaux joueurs (60% des étrangers remplacés) et des entraîneurs, nombreuses ont été les proclamations pour capter la sympathie des tifosi et, come toujours, tous les clubs se sont montrés convaincus d'avoir aligné la meilleure équipe possible. Un pronostic n'est donc pas facile, mais c'est le devoir du chroniqueur de choisir dans la masse et de donner crédit aux déclarations les plus crédibles.

Digne de citation, une affirmation du nouveau coach de Valpellice, Barry Martinelli : "Si l'on considère que toutes les équipes ont bien dépensé les huit points concédés pour les étrangers (1 point pour un joueur étranger, 0,5 point pour ceux avec un double passeport, les "Italo/..."), les favoris sont les clubs avec un bon gardien qui ont dans leur effectif le plus de joueurs italiens expérimentés.

RAMOSER_Roland-20100508-2164Si l'on réexamine les cartes avec ces critères, les favoris pour le titre 2010/11 restent les quatre demi-finalistes de l'an passé : Asiago, Renon, Bolzano et Val Pusteria. Tous ont des Italiens d'excellent niveau, en voici quelques exemples : Strazzabosco et Tessari chez les champions sortants ; Gruber, Ansoldi et Rolli Ramoser à Collalbo où joue le Renon ; Egger et Borgatello à Bolzano ; Helfer et Oberrauch à Brunico. Chez les gardiens, le seul conservé est Cloutier, le Canadien de Renon qui figure depuis des années parmi les meilleures du championnat ; Asiago a perdu Bellissimo et son substitut Perugini n'a pas convaincu pour le moment ; Bolzano et Val Pusteria ont remplacé Häkkinen et Jakaitis avec le Canadien Matt Zaba et le Finlandais Tommi Nikkilä, encore à évaluer.

Ceci étant dit et vu le début de saison, le favori devrait être Renon. Trois ans au sommet, et un entraîneur - Erwin Kostner - qui rentre en Italie avec l'envie de gagner - donnent au club de Collalbo les meilleures chances : maintenant ou jamais plus, parce que les cycles finissent un jour et qu'il faut savoir profiter du bon moment.

Bolzano et Val Pusteria ont la possibilité de s'insérer dans les candidats au titre. Adolf Insam, le nouveau entraîneur du chef-lieu du Haut-Adige, a opéré une révolution dans l'effectif et compte beaucoup sur l'apport de deux jeunes, son fils Marco et Anton Bernard, rentrés en Italie après une expérience outre-Atlantique. À Brunico, le coach Mair, après une excellente saison sans trophée, veut concrétiser la croissance collective des loups du Val Pusteria.

Plus problématique, la défense du titre par l'Asiago de John Harrington, mais l'année passée les Lions du plateau n'étaient pas plus favoris, et pourtant le scudetto est bien sur leurs maillots !

Tous les autres participants chercheront à profiter d'un faux-pas des leaders, à commencer par Pontebba. Les Aigles du Frioul ont un parc d'Italiens enviable (Marchetti et Felicetti surtout), un très bon gardien, le Slovène Andrej Hocevar, un entraîneur antipathique mais compétent techniquement (l'Américain Tom Pokel) qui a déjà fait suer Bolzano l'an dernier pour la qualification en demi-finale obtenue seulement au septième match. Sur le même plan que Pontebba, on pourrait trouver Alleghe, surtout si Gusten Törnqvist se montre un gardien capable d'apporter de la sécurité à l'arrière-garde, mais le départ de Nicola Fontanive (casé en Norvège) et la position incertaine de Lino De Toni enlèvent aux Civette de la fantaisie et de l'expérience en attaque.

Fassa, Valpellice et Cortina sont tout à fait prêts à participer au dialogue pour la cinquième place. Fassa a dû renoncer à Adam Dennis, le gardien parti à Cologne, et à l'entraîneur Sterling : pourront-ils être remplacés ? Le Valpellice de l'après-Vogin repart sous la guide de Bryan Martinelli qui a confirmé les cadres (sauf Sisca) et trouvé dans l'Américain Regan un gardien rassurant. Beaucoup dépendra des progrès des jeunes Runer, Pozzi, Canale et Frigo. McKay à Cortina a procédé à de nombreux changements et a déjà un problème avec la blessure à l'épaule du nouveau gardien Ryan Munce. L'objectif est d'éviter à un des clubs les plus titrés d'Italie l'exclusion des play-offs pour la seconde année consécutive.