Amiens - Morzine (Ligue Magnus, 2e journée)

Les Pingouins prennent un coup de froid

Amiens-Morzine_poigne_de_mainPremier gros test au Coliseum ce samedi 25 septembre. Amiens reçoit des Morzinois dont beaucoup de monde se méfie cette saison, à juste titre. Le choc entre les deux habituels outsiders de l'élite promet d'être rude.

D'un côté, les Alpins viennent avec trois victoires consécutives en autant de matchs joués, seize buts marqués pour deux d'encaissés avec, en prime, un savon passé à Gap (6-0) lors de la première journée. Côté local, il faut enchaîner après s'être relancé en coupe de la ligue face à Dijon (8-4) et avoir bien démarré en Magnus à Caen (5-2).

Morzine au complet, Amiens devra faire sans Marcos, encore en convalescence. Devant 2500 spectateurs, la maîtrise des Gothiques aura raison des Pingouins pour en arriver à 4-0 à cinquante minutes de la fin. Suspense anéanti ? Pas tant que ça. Les Morzinois profiteront d'une pluie de pénalités chez les gris en fin de match pour revenir à 2-4 et y croire encore.

Observation sur la banquise

Pazak-Koivunen-Bachet

Pour ceux qui trouvaient qu'Amiens marquait toujours rapidement dans le match, la confirmation est venue ce soir encore. Les visiteurs entrent mal dans le bain et se font dominer. Valentin Claireaux gratte un palet dans le coin et Kevin Bergin en hérite. Le Canadien transmet à Martin Tomasek qui arrive seul dans l'axe comme une balle et trompe une première fois Guillaume Richard (3'24, 1-0).

Les Pingouins, la tête sous l'eau, tentent de réagir et se créent quelques occasions dans les dix premières minutes. Puis le rythme baisse d'intensité, coupé par des hors-jeu et des passes hasardeuses. La deuxième ligne amiénoise se montre encore et Tomasek, bien en jambes, passe d'une cage à l'autre pour permettre à Bergin d'alerter Richard. Pour toute réponse, Christian Elian fait une passe vicieuse devant le but de Thompson qu'aucun de ses équipiers ne peut dévier.

Intervient alors un premier coup de sifflet arbitral quand Valentin Claireaux presse un peu trop en zone offensive (12'47). Les blancs s'installent alors longuement dans la zone amiénoise. Martin Arup est le seul à lancer puis Amiens se dégage et Kevin Bergin fait un bel effort en zone offensive pour gagner du temps. Applaudi par le public, celui qui était (il y a encore quelques semaines) la recrue la plus contestée semble avoir inversé la tendance par sa combativité. La pénalité prend fin, et les équipes se cherchent le reste du temps dans un premier tiers d'observations et d'ajustements.

Les Gothiques brisent la glace

AltercationLes Amiénois semblent bien moins timides à la reprise. Fini de s'échanger des politesses, il faut maintenant jouer : Quarante-huit secondes de jeu et un contre se dessine pour les locaux. Miroslav Pazak enrhume la défense des Pingouins avec une feinte mais tire hors cadre quand Richard glisse sur le ventre. Heureusement, Paul Deniset suit de près la manœuvre et achève le travail (20'48, 2-0).

Dos à la banquise, les visiteurs tentent de se retourner, et en l'occurrence d'aller vers le but de Thompson. La domination change de camp et Arup tire le premier avant d'être imité par Denis Kadic qui tente sa chance. Mickaël Brodin lance à son tour de la bleue et Roussel réplique sur une rare action offensive amiénoise. Non content de se voir confisquer le caoutchouc, Antonoff profite du tir de Béron devant le but et de l'arrêt de Richard pour exprimer physiquement son mécontentement sur le 3 picard. En prison pour deux minutes (27'50, charge avec la crosse). Les locaux font tourner le palet mais ne trouvent pas la faille. Cyril Papa donne alors une autre chance à ses adversaires en commettant une faute qui laisse son équipe à trois contre cinq durant sept secondes. Pas de quoi faire la différence, mais la sensation que les Alpins prennent des relais au cachot. Cependant, les Amiénois ne se montrent pas des plus tranchants, la faute à un portier des Pingouins loin d'être manchot.

Equipement_hockey_Amiens_noir_et_blancAu complet, Simon Petit fait un slalom en zone offensive entre les piquets blancs et lance pour un Bergin au rebond qui loupe l'occasion et s'en prend le casque entre les gants. Richard ne fait que retarder l'échéance : Tomasek côté droit transmet à Béron qui se retrouve encore seul dans l'axe et en profite (32'35, 3-0). On est à la mi-match que le break est fait.

Dans un jeu plus physique, Valentin Claireaux prend alors un coup et ne reviendra plus sur la glace. Richer procède à un remaniement des lignes : Claireaux est remplacé sur le deuxième bloc par Offret, lui-même remplacé par le jeune Florent Neyens sur le troisième. Mais pour les six dernières minutes, les visiteurs vont avoir des occasions de revenir au score sur deux prisons consécutives (35'20 et 36'32). Alors à trois contre cinq pour une cinquantaine de secondes, les blancs montrent le bout du bec. La défense picarde est solide, l'expérience parle, et les rares tirs pris sont stoppés intelligemment par Thompson. Le tiers s'achève qu'Amiens prend encore deux minutes pour un surnombre contesté par les supporters.

One-man show arbitral

Pour démarrer ces vingt dernières minutes de jeu, les Amiénois jouent à quatre contre cinq pendant 1'43". Le portier des gris ajuste alors sa mitaine puis dévie le tir de Mathieu Jestin du bouclier. Ce sera tout pour la supériorité et Amiens en rajoute une couche à cinq contre cinq. Offret, à gauche, repique vers le but et transmet au deuxième poteau à un Paul Deniset démarqué. Toujours là au bon endroit et au bon moment, la recrue phare amiénoise ajuste Richard qui se jette (41'39, 4-0). Le portier de Morzine ne renonce pas pour autant et poursuit ses efforts.

Thompson_arrtLa défense picarde, en revanche, prend la vilaine habitude de prendre des buts dans les dix dernières minutes. Cette fois, c'est le zèbre du soir qui va y contribuer avec des pénalités à n'en plus finir. Même en étant le plus objectif possible, on doit tout de même avouer que la moitié des décisions sont contestables, et que la responsabilité de l'autre moitié revient à des Amiénois fatigués et en perte de lucidité. Tomasek, apparemment victime d'une faute non sifflée, commet l'identique, cette fois signalée par les arbitres (46'52). Antonoff tire une première fois de la bleue quand ses équipiers masquent Thompson qui détourne pourtant la rondelle. On prend les mêmes et on recommence dix secondes plus tard, avec cette fois un but au bout du lancer (47'41, 4-1). Les supporters, attristés de voir l'invincibilité d'un Thompson apprécié prendre fin, ne manquent pas d'applaudir l'arbitre principal qui va donner le nom des pointeurs à la table de marque.

Morzine sait profiter de l'occasion et le capitaine Vincent Bachet fait un accrocher (49'52). Sur un décalage, Thompson s'allonge sur le côté droit et attend le tir d'un Morzinois décalé. Le puck s'élève et la mitaine du Canadien est impeccable, saluée par un public debout. Les « Billy Billy » descendent des tribunes et n'ont pas finit d'être chantés. Seul bémol à cet opéra sportif, le second but morzinois inscrit par Martin Millerioux qui crucifie le 41 local (52'27, 4-2). On pense alors Amiens maintenant occupé à fermer le jeu, mais la pénalité reste. En cause, une autre faute signalée par les arbitres que ce but annule. À cinq, enfin, mais pour quelques secondes seulement, le temps que Trabichet retourne au cachot (51'55). La défense tient et enfin la tendance s'inverse quand Morzine est coupable d'un surnombre (57'45). La fin de match tranquille des Amiénois est confortée quand Cyril Papa laisse les siens à trois contre cinq (58'31). Guillaume Richard « cœur de lion » veille alors pour ne pas prendre d'autres buts malgré les tentatives de Mortas.

Le match s'achève et les récompenses de meilleurs joueurs sont distribuées à Billy Thompson et Toni Koivunen pour chaque équipe. Le test a donc tourné à l'avantage des Picards qui continuent sur leur bonne lancée. Prochain match pour les deux équipes mardi. Amiens et Morzine recevront respectivement Epinal et Villard de Lans dans une coupe où les deux équipes ont à cœur de bien se placer.

Adrien Lhermitte / Photos : Élie Lefebvre

Galerie photo de la rencontre : Amiens-Morzine

Réactions d'après-match

Santeri Immonen (entraîneur-joueur de Morzine-Avoriaz) : « La défaite est dure malgré la pression lors des dernières minutes. 4-0, c'était trop, mais l'équipe n'était pas bonne ce soir. Ces deux buts comme ça restent un mystère pour moi : on montre qu'on est capable de faire de belles choses mais c'est un peu tard dans la match. Il faut se relancer dès mardi. On savait qu'Amiens avait une bonne équipe et que ce serait difficile mais on était prêt pour ce match. On a peut-être manqué un peu de chance. »

 Billy_Thompson_regard_gardien_gros_planMathieu Jestin (défenseur de Morzine-Avoriaz) : « On a fait un bon troisième tiers mais on se met dedans tout seul dès le premier. On leur donne le premier but, et sur le deuxième ils n'ont plus qu'à pousser le palet dans la cage vide. On a vraiment du mal sur le premier tiers à rentrer dedans avec une grande patinoire, un premier match test. Puis, moralement, c'est dur dans le deuxième. Ce qu'il faut, c'est apprendre de nos erreurs et avancer. On va bosser encore aux entraînements. Le recrutement est de qualité, on va essayer de faire un bon parcours en coupe et une bonne saison, faire mieux que l'an dernier. »

Billy Thompson (gardien d'Amiens) : « C'était un bon match qu'on a bien contrôlé durant cinquante minutes. Pas facile contre une bonne équipe de Morzine. L'équipe se relâche un peu, ce qui peut sembler normal quand on mène largement. Après, c'est à moi d'assurer encore derrière. J'essaye de prendre le moins de buts possible, mais ce n'est pas toujours facile (sic). Sur les deux de ce soir, je ne peux pas faire grand chose. J'ai entendu les supporters scander mon nom, et je suis vraiment heureux que le public soutienne l'équipe comme cela, ça fait plaisir. Je ne connais pas l'équipe d'Épinal mais j'espère qu'on fera un bon match, c'est que je tente de faire à chaque fois. De toute façon, je joue pour gagner. »

 

Amiens - Morzine 4-2 (1-0, 2-0, 1-2)
Samedi 25 septembre au Coliseum d'Amiens. 2500 spectateurs
Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté d'Adrien Ernecq et Yann Furet.
Pénalités : Amiens 16' (2', 8', 6'), Morzine 8' (0', 4', 4').
Évolution du score :
1-0 à 03'24" : Tomasek assisté de Bergin et Claireaux
2-0 à 20'48" : Deniset assisté de Pazak et Kowalczyk
3-0 à 32'35" : Béron assisté de Tomasek et Pazak
4-0 à 41'39" : Deniset assisté de Offret et Tomasek
4-1 à 47'41" : Antonoff assisté de Arup et Koivunen (sup. num.)
4-2 à 51'27" : Millerioux assisté de Koivunen (sup. num.)

 

Amiens

Gardien : Billy Thompson

Défenseurs : Pavel Kowalczyk – Thomas Roussel ; Teddy Trabichet – Kevin Hecquefeuille (A) ; Romain Bault – Vincent Bachet (C).

Attaquants : Grégory Béron – Paul Deniset – Miroslav Pazak ; Kevin Bergin (A) – Martin Tomasek – Valentin Claireaux [puis Offret à 34'] ; Simon Petit – Anthony Mortas – Yannick Offret [puis Florent Neyens 34'].

Remplaçants : Léo Bertein (G), Louis Boucherit, Aïna Rambelo. Absent : Julian Marcos (en convalescence).

Morzine :

Gardien : Guillaume Richard.

Défenseurs : Nicolas Antonoff – Jimi Santala ; Mathieu Jestin – Christian Elian ; Martin Millerioux – Santeri Immonen ; Ben O'Connor.

Attaquants : Mickaël Brodin – Martin Arup – Toni Koivunen ; Cyril Papa – Denis Kadic – Mati Kralj ; Oleg Koreskovs – Stefan Majernik – Niko Toivonen.

Remplaçants : Adrien Morin (G), Denislam Yusupov, Loïc Gaydon.