Courbevoie - Mulhouse (Division 1, 3e journée)

Mulhouse, finie l'insouciance ?

2010-09-25-Courbevoie-MulhouseAvec déjà deux défaites en deux journées, Mulhouse est le sujet d'inquiétude de ce début de saison de division 1. Faut-il y voir un simple retard à l'allumage pour une équipe qui n'est toujours pas au complet ? Ou le mal est-il plus profond ?

Depuis le redémarrage à zéro après le titre de 2005 et la saison blanche qui avait suivi, les Scorpions s'étaient donné une allure virginale, celle d'un club reparti sans la cause de ses problèmes (le président Heyberger) et avec ses atouts, l'enthousiasme et la passion. Il avait rapidement remonté les échelons pour rappeler que Mulhouse est désormais une ville de hockey. Ces quatre années, de la D3 aux demi-finales de D1, ont constitué une période dorée d'insouciance.

L'intersaison a ramené les Scorpions sur terre, et en particulier à la réalité financière. L'équipe est longtemps restée en chantier, et les derniers mouvements ne sont pas achevés. Le gardien Mickaël Gasnier a maintenant des velléités de départ vers la région bordelaise, et la plupart des renforts étrangers attendent toujours leur licence. Les Mulhousiens sont-ils atteints par la morosité ? Ils font pâle figure dans leurs maillots blancs tristounets, sans supporters pour les encourager. Pas le moindre ultra à l'horizon pour riposter en cordes vocales au porte-voix et à la grosse caisse des partisans du COC.

2010-09-25-Courbevoie-Mulhouse1Courbevoie, l'adversaire du jour, est en meilleure position sur le plan comptable, puisqu'il a un point... en un match. La défaite frustrante en ouverture face à Toulouse a au moins ramené cette précieuse unité. Quant au déplacement à Reims, il est à refaire la semaine prochaine. Une panne de surfaceuse providentielle a mis au fin au calvaire à 4-0 après un tiers-temps.

Piqués par un ancien Scorpion

Les deux équipes jouent gros, et cela explique un long round d'observation pendant lequel elles ne se découvrent pas. La défense de Courbevoie laisse cependant filer Jonathan Boehrer qui reçoit une longue passe de Julien Aubry à la bleue, entre les deux arrières. Le COC est lui aussi privé de son premier gardien (Julien Figved), mais sur blessure. Nicolas Fourcade tient cependant le fort. Il le prouve sur cette action, puis sur la première infériorité numérique, Sevcik ayant asséné un cinglage après avoir perdu un duel derrière la cage adverse au pressing.

En neuf minutes, Courbevoie n'a toujours pas adressé le moindre tir à Joffrey Pingrit. Mais surviennent alors trois minutes de temps fort qui font monter la pression. Comble pour les Mulhousiens, c'est un de leurs anciens joueurs, passé sous maillot adverse cet été, qui leur marque ce premier but : Roman Jasko envoie un missile dans le haut du filet après une passe-abandon en entrée de zone de Matus Hanes (1-0, 11'46"). Un Jasko qui gâche toutefois la première supériorité de son équipe en commettant un cinglage après s'être fait prendre à revers.

2010-09-25-Courbevoie-Mulhouse2Mulhouse semble avoir plus de potentiel technique, mais commet aussi plus d'approximations. Exemple avec Maximilien Tromeur qui rate un contrôle anodin derrière son but et offre ainsi un palet à Sevcik qui donne aussitôt une passe en retrait parfaite. Pingrit doit s'avancer pour parer le tir, pendant que Tromeur fait faute (18'07"). Les Alsaciens finissent donc le premier tiers-temps à quatre contre cinq, et l'ancien gardien d'Annecy doit capter de sa mitaine un tir de Hanes à mi-distance.

Pas prêt collectivement, Mulhouse recourt à des individualités. L'attaquant suédois Ludwig Claesson, qui a commencé le match en défense pour compenser les absences, réveille ses instincts offensifs et traverse toutes les lignes avant d'être mis en échec en haut des cercles. William Ohlund a suivi l'action et hérite du palet face à la cage, mais son tir est repoussé par l'épaule droite de Nicolas Fourcade. Une seconde fois, Claesson tentera le coast-to-coast solitaire, mais deviendra si prévisible que la porte se refermera plus tôt. Quand les actions ne sont pas trop personnelles, elles sont trop collectives : Matej Kiska, en bonne position face au gardien, ne tire pas et préfère la passe en retrait à Gadoury, mais un défenseur se couche devant le Canadien.

Des occasions manquées encore plus regrettées quand un tir rasant en pivot de Daniel Sevcik surprend Pingrit à son poteau opposé (2-0, 27'30"). Mulhouse est très mal en point, d'autant que les pénalités s'accumulent. Une méconduite du capitaine Julien Aubry altère encore les lignes réduites. Un lancer axial de Jasko finit encore dans les filets : le coup de grâce ? Non, le but est annulé pour une obstruction préalable d'Alexandre Motte sur le gardien (31'09").

Gadoury, comme un éclair dans la nuit

2010-09-25-Courbevoie-Mulhouse4C'est un tournant dans le match. Au lieu du 3-0, on reprend donc à quatre contre quatre. Juste au moment où Mulhouse revient à cinq, Kévin Gadoury déborde tout le monde, se fait contrer, mais récupère le palet et le place parfaitement entre la hanche du gardien et son poteau (2-1, 32'39"). La fusée canadienne a encore du carburant et fonce dans l'axe, où Konopka l'accroche : M. Juret consulte son assistant puis accorde le tir de pénalité. Gadoury le transforme sans bavure en fusillant le gardien (2-2, 33'13"). En une minute, il a sauvé son équipe.

Mulhouse n'est cependant pas sorti d'affaire. Ales Cerny continue son abonnement à la prison : trois durant ce tiers-temps ! Benoît Paillet et surtout Yann Guyot au rebond ont la cage ouverte, mais le palet est repoussé in extremis sur la ligne (photo de gauche). Les Alsaciens auraient même pu prendre l'avantage quand un tir en angle de Matej Kiska rebondit sur la barre... ou à l'intérieur du point de vue mulhousien.

Mulhouse domine en troisième période, mais subit une première alerte quand Hanes est pris de vitesse par un contre de Motte qui ne cadre pas son tir. Les Scorpions ne gomment pas leur indiscipline, et un surnombre est la pénalité de trop. À peine sorti d'une méconduite de dix minutes, l'ex-international Benoît Paillet réussit une très belle entrée de zone avec Yann Guyot et décroche la toile d'araignée en lucarne (3-2, 48'28"). Mais deux minutes plus tard, ce même Guyot est sanctionné pour retenir, et la reprise dans le cercle de droit de Matej Kiska remet les deux équipes à parité (3-3, 50'33").

2010-09-25-Courbevoie-Mulhouse3Kévin Gadoury a perdu une incisive supérieure au cours du deuxième tiers, et l'arbitre demande s'il lui est possible d'enlever son maillot taché de sang. Il échange sa tenue avec celle du jeune défenseur Benoît Salvin, qui ne joue plus en cette fin de match. Le numéro 20 mué en 14 tente un dribble improbable en zone offensive, et sur le contre, Motte et Frano sont tout près de marquer.

Courbevoie passe toute la dernière minute du temps réglementaire en zone offensive. À une seconde de la fin, Sevcik tente un tir en angle impossible, et Paillet marque au rebond du revers... après la sirène !

Par la volonté de Paillet

Cette dernière minute donne le ton de la prolongation, qui est totalement dominée par le COC : dix tirs cadrés à un, plus un lancer de la bleue de William Place qui frappe le poteau. Les Mulhousiens sont dépassés par la combativité de Paillet et de Motte, et leur capitaine Julien Aubry les rappelle à l'ordre sur le banc : "Faites quelque chose !" Oui, mais quoi ? Attendre les tirs au but, tout au plus ? Pas forcément. En fin de prolongation, Mulhouse est tout près de réussir le hold-up : Aubry est justement à la réception d'un centre de Tromeur, mais le dévie à côté du cadre.

Deuxième match de championnat à Courbevoie, et deuxième dénouement aux pénaltys. Ceux qui ont déjà démontré leur capacité de tir s'élancent évidemment les premiers. Roman Jasko choisit la feinte à gauche et lève le palet du revers. Kévin Gadoury, qui a déjà converti un tir de pénalité dans le jeu, choisit le tir à mi-hauteur côté mitaine. À ces deux réussites succèdent deux échecs. Sevcik vise entre les jambières, mais Pingrit ferme la porte. Kiska échoue dans la botte droite de Fourcade.

2010-09-25-Courbevoie-Mulhouse5Benoît Paillet est pressé, il s'élance avant le signal de l'arbitre et est interrompu dans son élan. De quoi perdre la concentration ? Non, il repart de plus belle, freine devant le gardien pour lui faire tenter le poke-check et glisse le palet au fond (photo de gauche). Nicolas Fourcade arrête ensuite la tentative d'Aubry. Courbevoie est donc plus heureux que contre Toulouse et remporte sa première victoire. Mulhouse tâtonne toujours dans ses relances et sa construction de jeu, mais repart au moins avec un point en attendant mieux.

Commentaires d'après-match

Cédric Boucamus (entraîneur de Courbevoie) : "Nous sommes soulagés de cette victoire. C'est seulement notre cinquième match, dont trois contre des équipes de D2. Le groupe est simplement en train de se former et de se composer. J'ai voulu changer le fonctionnement de l'équipe ici à Courbevoie et placer des bases solides pour les trois ans à venir. Nous sommes capables de faire de belles choses mais aussi de passer à travers et de nous faire remonter, comme contre Toulouse où on a vendangé. On aurait dû gagner, mais on se rattrape ce soir. Prendre deux points, c'est du bonheur, surtout chez nous où nous voulons être intraitables. À Reims, on n'était pas prêt, on a pris trois buts en trois pénalités. C'est parti très vite, c'est une équipe qui patine deux fois plus vite que Mulhouse."

Christer Eriksson (entraîneur de Mulhouse) : "On a des difficultés actuellement parce qu'on ne joue pas au complet. On est sous recrutement contrôlé, on a été validé très tard. On a changé la totalité du comité parce qu'on a une grosse dette. On n'a pas voulu faire les choses sans avoir de certitudes économiques. On a donc recruté très tard et on attend les licences. Mais on sera là cette saison, on sera prêt !"

(photos de Caroline Landré, voir la galerie complète

 

Courbevoie - Mulhouse 3-3 (1-0, 1-2, 1-1, 0-0) / 2-1 aux tirs au but
Samedi 25 septembre 2010 à 20h00 à la patinoire Thierry-Monier. 180 spectateurs.
Arbitrage de Thibaud Juret assisté de Jérémie Douchy et F. Tocqueville.
Pénalités : Courbevoie 22' (4', 4'+10', 4', 0'), Mulhouse 38' (4', 10'+10', 4', 10').
Tirs cadrés : Courbevoie 45 (10, 15, 10, 10), Mulhouse 36 (11, 9, 15, 1).
Évolution du score :
1-0 à 11'46" : Jasko assisté de Hanes et Boissière
2-0 à 27'30" : Sevcik assisté de Paillet et Slupski
2-1 à 32'39" : Gadoury assisté de Kiska (sup. num.)
2-2 à 33'33" : Gadoury
3-2 à 48'28" : Paillet assisté de Sevcik et Place (sup. num.)
3-3 à 50'33" : Kiska assisté de Papaux et Cerny (sup. num.)
Tirs au but :
Courbevoie : Jasko (réussi), Sevcik (arrêté), Paillet (réussi).
Mulhouse : Gadoury (réussi), Kiska (arrêté), Aubry (arrêté).


Courbevoie

Gardien : Nicolas Fourcade.

Défenseurs : Grégory Boissière - Roman Jasko ; Vladimir Konopka - Yoann Petiot ; Ludovic Duranceau (A) - William Place (C).

Attaquants : Alexandre Motte - Pavol Frano - Matus Hanes ; Marc Slupski - Benoît Paillet (A) - Daniel Sevcik ; Maxime Levot - Thierry Caillaux - Guillaume Pons ; Yann Guyot.

Remplaçants : Yannick Wilfart (G), Sébastien Trabach. Absent : Julien Figved (déchirure du triceps).

Mulhouse

Gardien : Joffrey Pingrit.

Défenseurs : Ales Cerny - Maximilien Tromeur ; Lilian Prunet (A) - Yann Marez ; Benoît Salvin - Ludwig Claesson.

Attaquants : Kévin Gadoury - Adrien Dufournet (A) - Matej Kiska ; Mans Papaux - Julien Aubry (C) - Jonathan Boehrer ; William Ohlund - Mickaël Marchand - Maxime Mathieu ; [puis Claesson].

Remplaçant : Sylvain Haenlin (G). Absents : Mickaël Gasnier (en partance), David Croteau, Dovydas Kulevicius, Dustin Hatletid (tous en attente de licence).