Wasquehal - Orléans (Division 2, 1re journée)

Maxime Boschetti plus rusé que les Renards...

boschetti_maxime-2

Presque six mois ont passé depuis le carré final de Division 3 organisé à la maison. Les Renards font ce soir leurs grands débuts en Division 2, un niveau convoité depuis plusieurs saisons et enfin atteint par les joueurs de Gilbert Ledigarcher.

Pour aider la formation du Loiret dans ses premiers coups de patin en Division 2, le recrutement de Pavol Milec, promu capitaine, est la principale information de l'intersaison. Très présent d'entrée de jeu, il est vrai au sein d'une formation réduite à quatorze éléments, il récupère la rondelle derrière la cage de Fabien Chardon pour distiller ses premières passes dangereuses.

Chez les Lions, un attaquant piaffait d'impatience depuis la sortie du calendrier, il s'agit de Maxime Boschetti. L'ancien entraîneur-joueur du club de roller de Lille termine dans la métropole son tour du Nord-Pas de Calais des patinoires, après des débuts à Valenciennes et des passages successifs à Dunkerque et Béthune, entrecoupés d'un intermède rémois. Cinq ans après ses derniers coups de patin en Division 3, il ne rate pas son retour officiel à la glace, concluant d'un but la première action rapidement menée par Thomas Fauchart (1-0 à 01'31").

Histoire de compliquer un peu plus les débuts des Renards, les anciens Amiénois sont également bien en jambes. Très à l'aise dans la protection du palet, Mickaël Bardet travaille derrière la cage de Marek Pastorek, avant de trouver Lionel Wiotte bien placé (2-0 à 03'09").

Gilbert Ledigarcher est ainsi amené à demander un temps mort. Synonyme de remontée sensible à la surface, car les débats s'équilibrent, sous la houlette de Pavol Milec, isolé par Saint-André mais contré de justesse par un défenseur. À la manoeuvre sur le premier jeu de puissance, son tir en force provoque un trafic devant la cage, occasionnant la faute de Benjamin Louf. Avec deux joueurs en moins, Fabien Chardon fait face en deux temps à Lucas Déhu, servi devant le but, mais la suite est plus brouillonne pour les visiteurs, comme en témoigne la passe trop appuyée de Morgan Noale vers Thomas Saint-André.

Mathieu Mille s'efforçant de calmer les dernières ardeurs du jeu de puissance adverse, Wasquehal peut reprendre sa marche en avant, et une passe en profondeur de Wiotte déviée par Boschetti donne de nouvelles frayeurs à Pastorek, qui espérait sûrement un autre scénario pour son baptême du feu. Bloqués en zone neutre, les Renards rencontrent désormais des difficultés pour se relancer. Le palet leur semble par moments insaisissable lorsque Mille ou Thomas guident le jeu nordiste, aidés en cela par Mickaël Bardet, accroché par Alexandre Paul.

L'occasion pour Marek Pastorek de montrer son vrai visage, d'une intervention impeccable de la mitaine face à Alexis Thomas, avant de se coucher à temps devant Lionel Wiotte. Autant d'efforts réduits à néant car Maxime Boschetti pointe à nouveau sa crosse, qui contrôle parfaitement la passe de Lionel Wiotte avant d'expédier la rondelle sous la barre (3-0 à 12'20"). Sur l'engagement, la confusion règne car Thomas Fauchart vient défier le gardien slovaque, qui repousse le disque, redirigé dans la cage par un gant nordiste. À la confusion succède le courroux, notamment pour Morgan Noale, dépité envers le corps arbitral, le but étant validé (4-0 à 12'31").

saintandre_thomas

Malgré ce coup du sort, et une nouvelle poussée de la volontaire ligne de Maxime Boschetti pour isoler Edmond Chan, les Renards relèvent le museau avant le premier coup de sirène, à la faveur de deux fautes wasquehaliennes. Sur la première, Morgan Noale fait chauffer Fabien Chardon, et remet cela quelques secondes plus tard, occasionnant un rebond exploité par Thomas Saint-André (4-1 à 15'59"). Sur la seconde, Mathieu Mille prend le dessus sur l'attaque orléanaise, à l'aide de Benjamin Louf, qui fait le ménage à l'occasion.

L'ouverture de leur compteur a permis aux jaunes et rouges de se libérer. Certes, Fauchart perce encore leur défense, mais l'essentiel des initiatives du début de deuxième tiers vient des hommes de Gilbert Ledigarcher. La faute provoquée par Pavol Milec expose une fois de plus Chardon à la gâchette de Morgan Noale, dont le tir n'est cette fois pas cadré.

À l'image de Saint-André, heurté à pleine vitesse par le solide Mille, Orléans butte toutefois sur la défense nordiste, bien en place, hormis sur un palet mal négocié par Alexis Thomas, sauvé par son dernier rempart sur la reprise de Lucas Déhu. Plus pressants aux abords de la cage, les visiteurs passent encore près du but de l'espoir par Milec, servi depuis le coin gauche mais qui se heurte à son tour à une jambière bien placée.

La fin de 19 mois d'attente !

Quant à Marek Pastorek, il est de nouveau employé après la demi-heure de jeu, par Nilly de près, et sur un tir en force de Mille parfaitement maîtrisé de la mitaine. Très en vue sur le premier trio, François Lenière-Piquet défie à son tour le portier orléanais, notamment sur un tir de pénalité d'Axel Canaguier (38'50"). Hélas pour lui, dans les secondes suivantes François Lenière sème la panique dans la défense, ce dont profite Mickaël Bardet, au revers victorieux (5-1 à 39'04").

C'en est trop pour les Renards, même si Morgan Noale, très en vue offensivement, et Milec font encore admirer la puissance de leur lancer à l'occasion. Wasquehal essaie de corser l'addition dans le dernier tiers, par l'intermédiaire de Fauchart, qu trouve lui aussi la mitaine de Pastorek, et Thomas, monté au soutien de Nilly et Haramis. Incapable de capitaliser sur ses temps forts, Orléans encaisse un dernier but de Mickaël Bardet, sur une pénalité différée dont l'ancien Amiénois est lui-même à l'origine (6-1 à 54'11"). Ironie du sort, Alexandre Paul venait juste de trouver la barre transversale nordiste, signe des malheurs offensifs des Renards en cette entame de championnat.

À l'issue d'une rencontre rendue facile par sa réussite dans le premier tiers, et plutôt maîtrisée, Wasquehal démarre sa saison dans de bonnes dispositions. Et empoche sa première victoire à domicile depuis le... samedi 28 février 2009.

Commentaires d'après-match

Gilbert Ledigarcher (entraîneur d'Orléans) : "On a abordé le match avec contraction, sans pouvoir se libérer. Wasquehal a bien joué le coup, même si les deux premiers buts viennent d'erreurs défensives de notre part. Au retour aux vestiaires, la messe n'était pas dite, et j'ai dû pousser l'équipe à se ressaisir. Notre deuxième tiers a été généreux, nous méritions mieux, mais le but encaissé nous a coupé les jambes en vue de la fin de match, où nous avons connu une baisse de régime. C'est un dur apprentissage après quatre saisons sans adversité, sans difficulté. Il n'y a pas photo, le score est logique. Pour marquer, il faut shooter davantage. Milec est notre locomotive, mais il était parfois trop seul."

 

Wasquehal - Orléans 6-1 (4-1, 1-0, 1-0)
Samedi 25 septembre 2010 à 18h30 à la patinoire Serge Charles. 145 spectateurs.
Arbitrage de Frédéric Masse et Eddie Cardon.
Pénalités : Wasquehal 18' (8', 6', 4'), Orléans 16' (4', 4', 8').
Tirs : Wasquehal 42 (14, 14, 14), Orléans 23 (10, 7, 6).
Évolution du score :
1-0 à 01'31" : Boschetti
2-0 à 03'09" : Wiotte assisté de Bardet
3-0 à 12'20" : Boschetti assisté de Wiotte et Louf (sup. num.)
4-0 à 12'31" : Boschetti
4-1 à 15'59" : Saint-André assisté de M. Noale et Milec (sup. num.)
5-1 à 39'04" : Bardet
6-1 à 54'11" : Bardet assisté de Wiotte et Mille

Wasquehal

 Gardien : Fabien Chardon.

Défenseurs : Mathieu Mille (C) - Nicolas Hamoudi ; Hugo Picard - Quentin Leclaire ; Benjamin Louf - Alexis Thomas (A).

Attaquants : Mickaël Bardet (A) - Lionel Wiotte - François Lenière-Piquet ; Thomas Fauchart - Maxime Boschetti - Edmond Chan ; Axel Canaguier - Frédéric Nilly -  Adam Haramis ; Valentin Vienne à 33'30".

Remplaçants : Julien Peyre (G), Arthur Delbecque.

Orléans

Gardien : Marek Pastorek.

Défenseurs : Tomas Smolka - Morgan Noale (A) ; David Gren - Alexy Chelossi.

Attaquants : Thomas Saint-André - Lucas Déhu (A) - Pavol Milec (C) ; Nicolas Viguier puis Antoine Aubert à 20'00" - Mickaël Degand - Alexandre Paul ; Seydou Diarra à 36'33".

Remplaçant : Arthur Noale (G).
Absents : Alexandre Aufrère et Gianni Vigezzi (travail), Numa Mineur et Jérémy Baron (blessés).