Amiens - Reims (U18 élite)

Les Phénix se sont brûlé les ailes

2010-10-2-amiens-reims-u18-4C’était un match à enjeu, déjà, pour cette troisième journée du championnat Cadets Elite qui opposait les équipes d’Amiens et de Reims, toutes deux en tête du classement. Et à en croire les coups de crosses contre la balustrade résonnants dans la patinoire pour cette entame de match, aucune des deux équipes ne voulait cédait la place de leader à l’autre.

D’ailleurs, Reims ne perd pas de temps pour faire planer le danger dans la zone défensive amiénoise : Nicolas Thos prend un premier tir en se présentant seul face à Kello, qui récupère le puck dans son gant. Avant la minute de jeu, c’est au tour des locaux de donner à Dylan Célestin l’occasion de s’échauffer après que Thomas a éliminé les deux défenseurs rémois lui barrant l’accès à la cage. À son tour, Nicolas Leclerc lance de la bleue et trouve la mitaine de Célestin.

À la 5e Yohann Le Moine prive son équipe d’un attaquant pour deux minutes. La punition est bien gérée par les cadets amiénois qui ne laissent pas réellement le loisir à leurs visiteurs de s’installer dans leur zone offensive. En zone neutre, Maurin Bouvet peut contrer l’attaque rémoise et monter à la cage avec Romain Carpentier. L’action sera sans conséquence mais aura au moins permis au compteur d’égrener quelques secondes. Cependant, dans les derniers instants de la pénalité, Benoît Valier peut ouvrir le score pour son équipe (0-1 ; 6’12’’). Ce but engendre les protestations du gardien amiénois pour qui il est certainement resté mystérieux. En effet, beaucoup de joueurs stagnaient devant sa cage et on ne sait par où a bien pu passer ce traître de palet. Toutefois, les locaux ne permettent pas vraiment aux Phénix de savourer cette avance car suite à un gros travail de Serer et Carpentier pour garder le palet, Bouvet s’en va fusiller Célestin pour remettre les compteurs à égalité (1-1 ; 6’57’’).

2010-10-2-amiens-reims-u18-5Les actions se succèdent des deux côtés, et, motivés par leurs coachs, les cadets amiénois prennent l’avantage trois minutes plus tard grâce à Marius Serer (2-1 ; 9’28’’). À l’inverse, les visiteurs ne se laissent pas intimidés si facilement et coupent rapidement court aux festivités quand Benjamin Adon recolle au score (2-2 ; 9’51’’). Par la suite, les jeunes Gothiques se retrouvent encore en infériorité, tout aussi bien négociée que la première avec un bon pressing de la défense amiénoise, et sans encaisser de but cette fois-ci.

Un moment de flottement est fatal à l’équipe de Reims. Guillaume Leclerc laisse intelligemment la rondelle à son coéquipier Fabien Kazarine à l’entrée de la zone d’attaque et celui-ci troue littéralement Célestin (3-2 ; 13’06’’). Les locaux semblent prendre peu à peu le contrôle du match et Reims finira le tiers en jouant des contres sur les erreurs adverses. La troisième pénalité amiénoise tombe et malgré des tirs de Fritsch et Thos, échouant respectivement sur les jambières de Kello et dans la crosse de Guillaume Leclerc, les Gothiques réussissent à faire pencher la balance de leur côté une nouvelle fois quand Kazarine et Thomas partent en contre, ce dernier tirant dans une cage quasiment vide après que Fabien a déporté le gardien (4-2 ; 18’27’’).

La dernière occasion, et pas des moindres, est pour les amiénois. Dos Reis contre Pierre Crinon et s’en va défier Célestin. Celui-ci coince le caoutchouc dans ses jambières mais bouge un peu trop vite. De ce fait le palet roule lentement jusqu’à la ligne de but, sans la dépasser, avant d’être rattrapé in extremis par la mitaine du portier rémois. Plus de peur que de mal donc.

2010-10-2-amiens-reims-u18-3Dans ce début de deuxième période, les Phénix sont à l’attaque. Valier, auteur d’un petit festival en zone offensive, ou bien Bouche lancent sur un Kello vigilant. Thos est le premier représentant rémois à cirer le banc des punis, durant quatre minutes qui plus est. Le jeu de puissance amiénois n'est pas franchement installé durant ce laps de temps, ce qui permet à Reims de se dégager à plusieurs reprises même si les jeunes Gothiques tentent de rattraper leurs erreurs.

L’opportunité d’alourdir le score se présente lorsque Benoît Valier commet une obstruction. Ainsi, à 5 contre 3, les Gothiques peuvent s’installer dans leur zone offensive sans trop de problèmes et multiplier les tentatives. D’ailleurs, suite à une jolie combinaison avec Joel Dos Reis, Carpentier permet à son équipe de prendre trois longueurs d’avance sur leurs visiteurs du jour (5-2 ; 26’49’’). Nicolas Thos a à peine le temps de prendre un shoot qui atterrit sur le plastron de Kello que les Amiénois repartent à l’attaque et Kazarine peut inscrire un sixième but facilement (6-2 ; 27’24’’). Les crosses des Phénix claquent sur le glaçon et ça râle sur le banc, mais pourtant, ce n’est pas encore terminé.

Toujours porteurs du palet, les locaux ne semblent pas totalement satisfaits de l’écart, et c’est sans doute pourquoi Kazarine, encore lui, en remet une couche en insrivant son triplé. Sur un tir de la bleue de son homonyme Fabien Métais, il reprend le puck qui échappe à la mitaine de Célestin et trouve le filet gagnant (7-2 ; 29’04’’).

2010-10-2-amiens-reims-u18-2Lorsque Le Moine abandonne ses équipiers pour deux minutes, la tendance s’inverse quelque peu et on voit enfin Reims se procurer des occasions en power play. Néanmoins, Kello résiste aux récidives rémoises. Les visiteurs récoltent ensuite une minute de double supériorité numérique, l’occasion pour Vladimir Kovin de demander un temps mort.

Sur le banc amiénois, tous écoutent les consignes de Olivier Duclos : « On ne rentre pas dans leur jeu, les gars, ils vont commencer à mettre des coups. On est là pour jouer au hockey, et la semaine prochaine, c’est Grenoble. » Les trente secondes écoulées, ses joueurs repartent en opinant du casque. Pourtant, deux minutes plus tard, on retrouve Alexis Besson en prison pour dureté, et Crinon ainsi qu’un substitut remplaçant le gardien côté rémois, privés de jeu pour quatre et deux minutes. Une deuxième fois à 5 contre 3, les cadets locaux ne peuvent en profiter avant que le buzzer ne retentisse dans la patinoire.

Le dernier tiers est plus haché. La qualité et la vitesse de jeu baissent des deux côtés et le palet n’a de cesse de faire des allers et retours entre les deux zones offensives. Aucune des deux formations ne réussira à trouver la faille durant les cinq premières minutes, faute peut-être au manque d’occasions réellement dangereuses. Les esprits n’ont pas fini de s’échauffer et les comptes ne sont apparemment pas entièrement rendus. Le gardien rémois se voit pénaliser de dix minutes de méconduite, obligeant un de ses coéquipiers à se dévouer pour écoper de la pénalité à sa place.2010-10-2-amiens-reims-u18

En réponse à ce mauvais comportement, les Amiénois enfoncent définitivement le clou et prennent le large en vingt et une secondes. D’abord, Bouvet trompe Célestin (8-2 ; 46’21’’), puis Besson trouve le moyen de marquer le neuvième but (9-2 ; 46’42’’). Cette fois-ci c’est sûr, à trop chercher les amiénois, les Phénix les ont bien trouvés.

Toutefois l’équipe de Reims a le mérite de ne pas lâcher prise et de tenter jusqu’au bout, même si on voit mal quelle solution serait la bonne pour qu’elle puisse revenir au score tant Kello est solide dans sa cage. Ce n’est pas faute d’essayer, mais Caekaert rate son occasion. Les Gothiques, eux, en veulent encore, partis dans leur élan, mais Célestin ne se fera plus surprendre, ni par Serer, ni par Dos Reis.

Valier paraît bien déterminé à marquer à nouveau. Il s’offre un contre malheureusement raté alors qu’un défenseur amiénois lui courait derrière. La deuxième fois sera la bonne pour Reims, et même en infériorité, Adon va réussir à glisser le caoutchouc sous les jambières de Kello (9-3 ; 56’41’’).

La fin du match sera brouillonne et manquera de précision de part et d’autre, les cadets locaux essayant de rester en possession du palet jusqu’au bout. Le tir de Pierre-Olivier Bannier visant l’intérieur du second poteau n’y changera rien, les jeunes Amiénois s’imposent une nouvelle fois sur leur glace.

Avec cette grosse victoire, la troisième consécutive, les Cadets Elites amiénois prennent donc seuls la tête du classement, avec trois points d’avance sur les Phénix. Samedi prochain, ils reçoivent l’équipe de Grenoble, première ex-aequo chez les "sudistes" avec Gap. L’occasion pour les U18 Gothiques de montrer que le Coliséum n’est décidément pas le lieu où on les battra si facilement et d’asseoir encore un peu plus leur avance au classement. Reims affrontera les jeunes Ducs de Dijon, sixièmes au classement général.

Emilie Enault / Photo : Elie Lefebvre

Galerie photo de la rencontre : Amiens - Reims


Amiens - Reims 9-3 (4-2 ; 3-0 ; 2-1)
Samedi 2 octobre 2010 au Coliséum d’Amiens.
Arbitrage d'Adrien Ernecq.
Pénalités : Amiens 20’ (6’, 10’, 4’), Reims 34’ (0’, 2’+2’+10’, 2’+10’+8’)
Evolution du score :
0-1 à 06'12'' : Valier assisté de Adon (sup. num.)
1-1 à 06'57'' : Bouvet assisté de Carpentier et Serer
2-1 à 09'28'' : Serer assisté de Bouvet
2-2 à 09'51'' : Adon assisté de Caekaert
3-2 à 13'06'' : Kazarine assisté de G. Leclerc
4-2 à 18'27'' : Thomas assisté de Kazarine (inf. num.)
5-2 à 26'49'' : Carpentier assisté de Dosreis (double sup. num.)
6-2 à 27'24'' : Kazarine assisté de Métais et N. Leclerc
7-2 à 29'07'' : Kazarine assisté de Métais et Matima
8-2 à 46'21'' : Bouvet assisté de G. Leclerc et Thomas (double sup. num.)
9-2 à 46'42'' : Besson assisté de Kazarine (sup. num.)
9-3 à 56'41'' : Adon assisté de Valier (inf. num.)

 

Amiens

Attaquants : Marius Serer – Maurin Bouvet – Romain Carpentier ; Fabien Métais – Rémi Thomas – Fabien Kazarine ; Gabin Dasilva – Joel Dosreis – Yohann Lemoine.

Défenseurs : Nicolas Leclerc – Alexis Besson ; Alvin Matima – Guillaume Leclerc ; Pierre Lathuillière – Marc Antoine Herbet.

Gardien : Quentin Kello.

Remplaçants : Corentin Cunsolo (G), David Artano.

Reims

Attaquants : Benjamin Adon – Benoît Valier – Mathieu Caekaert ; Jérémie Collin – Léon Ruelle – Nicolas Thos ; Jean Roch Pirot – Florient Dars.

Défenseurs : Adrien Curatolo – Alexandre Bouche ; Jérémy Fritsch – Alexandre Chrétien ; Pierre Olivier Bannier – Pierre Crinon.

Gardien : Dylan Celestin.

Remplaçante : Marie Delhalt (G).