Français Volants - Évry (Coupe de France, 1er tour)

Après un premier match de championnat décevant samedi dernier contre les Jets de Viry (3-4 en prolongation), où l'animation offensive plus que poussive et une défense perméable ont inquiété, les Français Volants accueillent pour ce premier tour de la Coupe de France l'autre club de l'Essonne, les Peaux Rouges d'Évry. À noter le retour d'Einar Engström au front de l'attaque des Français Volants, retour supposé faire beaucoup de bien aux Parisiens.

Après une entame de match assez musclée où plusieurs pénalités sont distribuées, les Peaux Rouges vont plier en infériorité numérique à 3'59'' : suite à une belle passe d'Engström situé derrière la cage, Martial n'a plus qu'à reprendre tranquillement pour tromper la vigilance du cerbère d'Evry. Le jeu offensif des Volants s'avère dès ces premières minutes bien plus fluide que la semaine précédente.

Les Volants bénéficient quelques secondes plus tard d'une nouvelle pénalité où Engström va montrer son aisance et sa rapidité d'exécution en plaçant une superbe mine de la bleue sur le montant de la cage adverse : le break n'est pas passé loin.

Mais ce qui arrive souvent dans ce cas de figure va arriver : sur une supériorité numérique à 7'24'', Kevin Ledoux tire à mi-distance : Johan Bäcko pense la capter mais le palet s'échappe lentement entre ses jambières. 22 secondes plus tard, Évry marque un deuxième but : si Backö peut repousser le tir de Benjamin De Avelar, il ne peut rien contre celui d'Antoine Devaux suite au rebond laissé par le gardien parisien. En moins de trente secondes, Évry a complètement retourné le cours du match (1-2).

MAZZONE_Arnaud-Franais_Volants-200901Sur une nouvelle supériorité numérique, les Français Volants égalisent : le gardien d'Évry se troue sur une frappe relativement anodine de Brendan Martial. Mais, là encore, les Peaux Rouges réagissent assez rapidement : jolie passe de la droite vers la gauche de Kevin Ledoux pour Matt Burto qui reprend instantanément le palet. Ce but est le résultat d'une très jolie construction.

Il s'ensuit une série de nouvelles pénalités qui n'amèneront rien de concret au niveau du jeu où des occasions nettes.

Sur ce premier tiers, on peut constater une meilleure animation offensive de la part des locaux par rapport à leur premier match. L'apport offensif d'Engström est indéniable mais la défensive parisienne, point de satisfaction globale de la saison passée, est toujours aussi friable et poreuse.

Les dix premières minutes du deuxième tiers montre un jeu alerte et vivant de part et d'autre sans d'occasion véritablement franche. La première occasion sérieuse intervient à 32'40'' : sur une double supériorité, Johan Backö effectue un superbe double arrêt puis il est sauvé par sa transversale. À 36'40'', là encore durant une énième supériorité, Évry accentue son avance et réalise le break : sur une mise en jeu dans la zone offensive, Kevin Ledoux marque d'un joli slap en pleine lucarne.

Ce tiers a été de qualité mais les visiteurs ont incontestablement obtenu plus d'occasions nettes, qu'ils ont fini par convertir. On peut constater trop d'indiscipline de la part des locaux qui subissent beaucoup de pénalités.

Le troisième tiers commence sur une superbe occasion des joueurs d'Évry : parti en contre en infériorité numérique, un de leurs joueurs trouve la transversale de Johan Bäcko. Un accident de jeu survient à 47'54'' : Nicolas Chauveau des Français Volants part en contre et percute le gardien adverse. Celui-ci restera de longues minutes sur la glace avant de pouvoir tenir à nouveau sa place.

Si les Volants bénéficient de nombreuses supériorités numériques, celles-ci sont mal jouées. Il faut attendre la dernière minutes de jeu (59'13'') pour que les locaux en exploitent enfin une... en triple supériorité numérique (5 contre 3 et gardien hors de ses cages) : sur une jolie passe de Frédérick Brodin, Arnaud Mazzone place une jolie frappe à la bleue. Mais il est trop tard.

On ne peut nier que la victoire d'Évry est méritée et ce même si les Volants ont mieux joué que contre leur voisin de Viry-Châtillon. S'il y a du mieux en attaque, la défensive reste toujours problématique. Aux joueurs et à l'entraîneur de travailler sur ce point capital pour espérer des jours meilleurs par la suite. L'autre point à travailler est incontestablement la gestion des supériorités numériques, assez mal jouées dans leur ensemble.

 

Français Volants – Évry 3-4 (2-3, 0-1, 1-0)
Samedi 2 octobre 2010 à 18h45 à la patinoire Sonja-Henie. 250 spectateurs.
Pénalités : Français Volants 30' (10', 8'+10', 2'), Évry 40' (10', 6'+10', 14').
Évolution du score :
1-0 à 03'59" : Martial assisté d'Engström et Mazzone (sup. num.)
1-1 à 07'24" : Ledoux assisté de Burto et Pousset (sup. num.)
1-2 à 07'46" : Devaux assisté de De Avelar et Niverd
2-2 à 09'02" : Martial assisté de Lamey et Engström (sup. num.)
2-3 à 10'42" : Burto assisté de Ledoux et Pousset
2-4 à 36'40" : Ledoux assisté de Burto (sup. num.)
3-4 à 59'17" : Mazzone assisté de Brodin et Segura (sup. num.)