SKA Saint-Pétersbourg (KHL) - Carolina Hurricanes (NHL)

BerdyukovGeorgiVingt ans. Vingt ans qu'une équipe de NHL n'avait pas débarqué sur le sol russe. Cela date de septembre 1990, quand Montréal et Minnesota osaient entrer dans l'URSS finissante. Le rideau de fer est ensuite tombé, mais parfois il semble plus hérissé que jamais dans les relations tendues entre NHL et KHL.

Cette rivalité, le SKA Saint-Pétersbourg l'a exercé tout l'été en essayant de prendre à la NHL quelques-uns de ses meilleurs joueurs. Des manoeuvres en partie réussies. Lres recrues d'outre-Atlantique se font pourtant discrètes, et c'est le duo suédois Weinhandl-Mårtensson qui tient le SKA à bout de bras en ce début de saison. Le problème, c'est que le meilleur marqueur Matthias Weinhandl est absent ce soir, ménagé à cause d'une douleur au dos. Idem pour Sergei Zubov dont l'expérience fait défaut en défense. La première ligne de l'an passé était jusqu'ici en petite forme parce que son centre Petr Cajanek revenait tout juste de blessure, mais il s'est montré rétabli avec un doublé au dernier match.

L'engouement est évidemment fort autour de ce match, et les Carolina Hurricanes le ressentent eux-mêmes. Plusieurs joueurs ont expliqué recevoir des appels d'amis ou des commentaires de journalistes, qui leur tiennent tous le même discours : attention, il ne s'agit pas d'un simple match de pré-saison. Ils défendent l'honneur de la NHL, surtout face au club du président de la KHL Aleksandr Medvedev. Avec deux entraînements par jour, Carolina a préparé ce moment. Son entraîneur Paul Maurice a déclaré que ce match lui permettrait de voir ce dont son équipe était capable de faire avec la rondelle. Ces dernières années, les Hurricanes étaient une équipe vieillissante, mais ils se sont largement rajeunis à l'intersaison. Ils ont maintenant un effectif dont l'atout majeur est la vitesse. À eux de l'utiliser sur une grande glace.

On se dit que le match commence tranquillement avec un contrôle du palet par le SKA et un tir en contre de Sutter, droit dans le plastron de Nabokov. Mais soudain, un dégagement de Joe Corvo contre la bande est intercepté par Gleb Klimenko qui renvoie en fond de zone. La passe de derrière la cage de Konstantin Panov est alors déviée par le patin de Jussi Jokinen et trompe le malheureux Cam Ward (1-0). Le but-gag ! Les Russes se sentent-ils trop chanceux ? Igor Golovkov a la gentillesse d'offrir une relance dans l'axe à Zach Dalpe qui se présente face au but. Il évite Nabokov qui s'avance pour faire front, mais Georgi Berdyukov se couche carrément sur la ligne pour empêcher l'égalisation. Le SKA est sauvé par son défenseur international junior !

Ce but rapide a en tout cas animé rapidement le match. Les duels deviennent intense entre des Américains vexés et des Russes volontaires. Jusqu'au moment où Maksim Afinogenov se donne en spectacle en traversant la patinoire en possession du palet. Le feu follet conclut son action solitaire par... une passe en retrait à la star adverse Eric Staal qui part en breakaway ! Evgeni Nabokov repousse la tentative, mais Afinogenov revient asséner une charge avec la crosse au capitaine de Carolina et ajoute donc une pénalité à sa première erreur.

La défense russe protège bien Nabokov pendant cette infériorité, mais elle est à peine terminée que Gusev fait trébucher Larose en zone neutre. Jeff Skinner s'approche cette fois plus près de la cage, mais Tuomo Ruutu prend une pénalité sur l'action et on joue finalement à 4 contre 4. Skinner fait le show avec un 360° sur son revers qui contourne totalement le défenseur Denisov. Le problème, c'est que le junior américain doit avoir lui-même la tête qui tourne : il en laisse échapper son palet au moment d'arriver à la cage !

Les poncifs se vérifient ce soir : les Russes gardent le palet dans la crosse, les Américains pratiquent un jeu direct et rapide. Le SKA n'a qu'une occasion franche, une belle passe de derrière la cage d'Anton But pour Tony Mårtensson qui tire juste à côté de la lucarne. Les Hurricanes, eux, cadrent leurs lancers. Pendant longtemps, ces tentatives sont plus nombreuses que dangereuses, mais le vif ailier de quatrième ligne Patrick O'Sullivan se crée deux bonnes occasions sur ses rares présences. L'avantage semble donc peu à peu passer aux blancs, mais ceux-ci paient très cher une pénalité de Pitkänen. Le lancer de la bleue de Maksim Rybin touche le bas du gant de Cam Ward qui a raté son arrêt (2-0). Et de deux buts bêtes...

2010-10-04-SKA-Carolina2Le SKA, lui, est resté au vestiaire. Il n'arrive pas à sortir de sa zone et cafouille totalement ses relances. Les Hurricanes se déchaînent. Tuomo Ruutu masque le gardien pendant un tir de la bleue, et plonge comme un mort de faim sur le rebond (2-1). Patrick Dwyer s'infiltre ensuite dans le slot pour récupérer un rebond dévié de la jambière droite par Nabokov (2-2). Le match est subitement relancé.

On a le sentiment de revivre la seule autre confrontation de clubs russo-américaine de l'histoire récente, le Magnitogorsk - New York Rangers... La hargne des joueurs de NHL bouscule des adversaires trop tranquilles en menant au score.

La tension monte et une petite échauffourée éclate. Harrison part en prison et les joueurs regagnent leurs bancs respectifs. Tim Gleason donne alors un petit coup de crosse en passant à Sushinsky, et Aleksei Petrov veut venger son capitaine en sautant au cou de l'Américain. C'est donc parti pour une bagarre qui verra les deux hommes renvoyés au vestiaire.

Outre cette parenthèse, la partie est riche en jolis gestes, mais aussi en erreurs grossières. La mauvaise passe suivante est américaine : l'indolent service du revers en zone défensive de Jamie McBain est intercepté par Petr Cajanek, qui donne le palet à Aleksei Yashin en profondeur. Le numéro 19 a le temps de faire se coucher Cam Ward et de s'ouvrir la cage (3-2). Les Russes répliquent par une faute de marquage. Jeff Skinner, oublié devant Nabokov, a le temps de cueillir un rebond et de tranquillement se décaler pour marquer en angle (3-3).

Entre-temps, Carolina a changé de gardien. Cam Ward se réjouissait de pouvoir se venger ce soir de la finale du Mondial de Québec. Après sa boulette de la fin de premier tiers, il n'aura plus la chance de se rattraper de rien du tout, remplacé par le second gardien Justin Peters.

En troisième période, c'est au tour du SKA de démarrer tambour battant. Privé de son meilleur joueur Eric Staal, Carolina subit, et Tuomo Ruutu part en prison. Le jeu de puissance bleu est parfaitement installé. Maksim Sushinsky traverse devant la cage pour recevoir une passe en retrait au premier poteau. Les Américains sont restés passifs les yeux rivés sur le palet, et le défenseur Brett Carson a senti passer un courant d'air dans son dos (4-3). Les Péterbourgeois ne se reposent plus sur leurs lauriers et continuent de mettre la pression sur une défense fébrile.

Vitali Vishnevsky accroche Brandon Sutter, mais Carolina ne profite pas de la pénalité car Pitkänen n'arrive pas à organiser le jeu à la ligne bleue. Pire, Cole est sanctionné à son tour. Il ne faut que quelques secondes à la ligne-phare enfin ressuscitée pour marquer à quatre contre quatre : Cajanek tire de la bleue, et au rebond, Yashin réussit une passe du revers entre les jambières du gardien pour Sushinsky qui a la cage ouverte (5-3).

Il reste sept minutes à jouer. La dernière chance de Carolina, c'est une pénalité de Gusev pour accrochage, mais Pitkänen la gâche en levant sa crosse vers le visage de Brylin. Et un expulsé de plus... Le couloir qui mène aux vestiaires est très fréquenté ce soir. Igor Golovkov, qui n'a fait que trois présences dans le match après sa grosse bourde initiale, vient s'accrocher avec Harrison mais le regrette très vite et ne semble pas vraiment prêt à affronter un adversaire qui a jeté les gants. Dès le premier coup de poing, il se couvre la tête. Le SKA a bien fait de ne pas essayer la boxe, il ne serait sûrement pas sorti vainqueur.

2010-10-04-SKA-CarolinaEn hockey, cependant, les Russes ont eu ce qu'ils voulaient : une victoire sur un adversaire de NHL. Ils ont su utiliser au mieux leur maîtrise technique et n'ont cessé de porter le danger depuis l'arrière de la cage. On les comprend car les défenseurs de Carolina n'ont jamais su remédier à cette tactique imparable : tout s'est passé dans leur dos.

Grand sourire chez deux joueurs qui ont connu un début de saison difficile. Evgeni Nabokov, dans le doute en début de championnat, a paru en forme ce soir, la vitesse avec lequel il gelait les palets chauds en est une indication. On comprend cependant qu'il ait eu quelques difficulté à se réadapter au jeu européen, car il semble jouer de manière assez avancée, n'hésitant pas à partir loin de ses cages. Quant à Aleksei Yashin, il a passé deux rencontres en tribunes la semaine dernière, puni de sa méforme. Comprenez son soulagement de recevoir des mains de Medvedev le trophée de joueur du match. Weinhandl absent, la première ligne a su prendre ses responsabilités.

Ce n'était pas un grand match, il y a eu trop d'erreurs pour le prétendre. Mais ce fut une affiche agréable, sympathique et mouvementée. Les spectateurs en ont eu pour leur argent et repartent avec le sourire. Ce match donne en fait surtout envie d'en voir d'autres. Pas pour qu'on vienne cancaner "c'est nous qu'on est les meilleurs, na-na-nère", juste pour le plaisir des confrontations entre deux cultures de hockey bien différenciées. Prochaine étape après-demain entre deux équipes de "milieu de tableau", Riga et Phoenix. Que le SKA batte une équipe très moyenne de NHL n'est pas en soi une surprise. Pour une saine rivalité sur la glace, il ne faut pas "cacher" ni ses meilleures équipes ni ses meilleurs joueurs. Ne pas préparer en avance des excuses à la défaite... Pour pouvoir vaincre avec panache, il faut prendre le risque de perdre.

Chacun continue de camper sur sa "pravda", mais il faudrait arrêter la communication de part et d'autre de l'océan : le SKA n'a pas été véritablement flamboyant ni dominateur, de même qu'une charge en retard ne signifait sûrement pas une chasse généralisée aux genoux de Staal. À la conférence de presse d'avant-match, les dirigeants de la KHL ont annoncé que la NHL avait donné son accord pour le respect mutuel des contrats. Ce n'est pas demain cependant que le respect supplantera le chauvinisme.

Désignés joueurs du match : Brandon Sutter pour Carolina et Aleksei Yashin pour le Saint-Pétersbourg.

Commentaires d'après-match

Paul Maurice (entraîneur de Carolina) : "Staal n'est pas blessé. Mais on aurait dit qu'ils se rapprochaient de ses genoux. C'est une star de NHL et il doit jouer en NHL. On peut aimer les bagarres ou pas, mais quand il y a des joueurs qui frôlent dangereusement ses genoux sans répercussions, si on ne résout pas le problème de cette façon ça va mal finir. Je n'ai pas de problème avec notre discipline. En fait je pense que nous avons joué un match discipliné. J'ai beaucoup aimé notre deuxième période. Ensuite nous avons un peu perdu notre concentration, mais ça arrive dans ces circonstances."

SushinskyMaksimMaksim Sushinsky (attaquant de Saint-Pétersbourg) : "Nous avons une très bonne équipe, et le public voulait voir du beau hockey. Je pense qu'il a aimé. Si nous avions perdu, nous n'aurions pas cherché d'excuses. Carolina peut se plaindre de tout, la taille de la glace, l'arbitrage ou le décalage horaire, cela ne change pas le fait que notre équipe était plus forte, surtout techniquement. Vous avez vu le cinquième but. En Amérique du nord, ils sauront maintenant que notre ligue est vraiment forte. Ils ont un système purement américain, mais nous avons beaucoup appris avec [le précédent entraîneur du SKA] Barry Smith. C'est facile pour nous de les jouer. Je ne pense pas que nous serions perdus là-bas, nous sommes capables d'adapter notre jeu. Nous avons beaucoup de joueurs âgés avec l'expérience de la NHL. Ce serait facile pour eux sur des petites glaces. [...] En cas de victoire dans ce match, on nous a promis des vestes du club avec des manches en cuir. Je ne plaisante pas..."

Tim Gleason (défenseur de Carolina) : "Match émotionnel. Parfois une altercation éclate. Mais c'est le hockey. Je n'avais jamais participé à un combat avec des gants. Et je ne comprends pas pourquoi j'ai été expulsé. Pas grave. Ce n'est jamais agréable de perdre, mais nous attendons l'ouverture de la saison à Helsinki. Vous pouvez penser le contraire, mais pour nous c'est juste un match de pré-saison. Il est clair que l'adversaire était motivé et chaudement encouragé par ses supporters. Le SKA a gagné, tant mieux pour lui et tant pis pour nous. Rien à rajouter."

Evgeni Nabokov (gardien de Saint-Pétersbourg) : "C'est le premier match de KHL où j'ai vu un soutien vraiment fort et passionné des supporters. Ils étaient notre sixième homme et nous ont aidés, comme c'est typique en NHL. On ne va pas savourer ce succès six mois, mais j'ai l'impression que notre équipe avait besoin d'un signal de victoire. Pour nous unir et sentir que nous sommes capables de grandes choses. Je m'attendais à ce qu'ils soient prêts à se battre à tout moment. N'écoutez pas les analystes qui vous diront que ce match était amical pour Carolina. Ils se sont battus comme pour un match de championnat."

 

SKA Saint-Pétersbourg - Carolina Hurricanes 5-3 (2-0, 1-3, 2-0)
Lundi 3 octobre 2010 au Palais de Glace de Saint-Pétersbourg. 12000 spectateurs.
Arbitrage de Vyacheslav Bulanov (RUS) et Stéphane Auger (CAN) assistés de Sergei Shelyanin (RUS) et Dan Schachte (USA).
Pénalités : Saint-Pétersbourg 68' (4', 10'+5'+20', 4'+5'+20'), Carolina 93' (4', 8'+5'+20', 6'+5'+20'+5'+20').
Évolution du score :
1-0 à 01'51" : Panov assisté de Klimenko
2-0 à 19'54" : Rybin assisté d'Afinogenov (sup. num.)
2-1 à 21'50" : Ruutu assisté de Jokinen et Carson
2-2 à 23'22" : Dwyer
3-2 à 26'53" : Yashin
3-3 à 34'52" : Skinner assisté de Ruutu et Pitkänen (sup. num.)
4-3 à 41'47" : Sushinsky assisté de Yashin et Cajanek (sup. num.)
5-3 à 46'36" : Sushinsky assisté de Yashin et Cajanek (sup. num.)


SKA Saint-Pétersbourg

Gardien : Evgeni Nabokov.

Défenseurs : Vitali Vishnevski - Denis Grebeshkov ; Sergei Gusev - Sergei Peretyagin ; Denis Denisov - Aleksei Petrov ; Georgi Berdyukov - Igor Golovkov.

Attaquants : Aleksei Yashin - Petr Cajanek - Maksim Sushinsky (C)
 ; Anton But - Tony Mårtensson - Maksim Afinogenov ; Gleb Klimenko - Konstantin Panov - Maksim Rybin ; Aleksandr Kuchevyarenko - Sergei Brylin - Dmitri Shitikov.

Remplaçant : Maksim Sokolov (G). Absents : Jakub Stepanek (G), Sergei Zubov (cuisse), Matthias Weinhandl (dos).

Carolina Hurricanes

Gardien : Cam Ward puis Justin Peters à 26'53".

Défenseurs : Joe Corvo - Joni Pitkänen ; Anton Babchuk - Jay Harrison ; Tim Gleason - Jamie McBain ; Brett Carson - Bobby Sanguinetti.

Attaquants : Chad LaRose - Eric Staal (C) - Erik Cole ; Jeff Skinner - Jussi Jokinen - Tuomo Ruutu ; Jiri Tlusty - Brandon Sutter - Patrick Dwyer ; Patrick O'Sullivan - Zach Dalpe - Tom Kostopoulos
       
Absent : Sergei Samsonov (cou).