Compiègne : Interview de David Dostal

dostal_david-3Non reconduit à Caen, l'ancien international rebondit cette saison à Compiègne, en Division 3, pour poursuivre le développement du club de l'Oise.

Rétrospectivement, que vous reste-t-il de votre expérience caennaise ?

Nous avons terminé par un titre de champion, donc ce n'était pas si mal, après un bon travail sur deux ans. J'étais en fin de contrat, et peut-être pas apprécié de certaines personnes. En gagnant le titre, on pense obtenir une deuxième chance, mais ce fut difficile d'apprendre le non renouvellement de mon contrat aussi tard. En avril, certaines équipes sont bien avancées dans leur recrutement.

Comment se sont noués les contacts avec Compiègne  ?

J'avais des contacts en Division 1, mais les propos du président m'ont séduit. Monsieur Tagliapietra m'a expliqué ce qu'il voulait faire, m'a dit que des joueurs d'Amiens et des étrangers allaient évoluer chez nous. Tout est à construire, nous avons besoin de bénévoles, mais il faut agir sur la durée.

Votre première expérience en Division 3 à Limoges en 2007-2008 va-t-elle vous servir ?

Limoges m'a servi, bien sûr, car je veux réaliser la même chose. Être manager général, développer une méthode de travail, encadrer l'équipe de Division 3...

Quels sont les objectifs assignés à l'équipe première ?

L'objectif est d'essayer de monter. Ce qui ne sera pas évident car de belles équipes se dresseront face à nous. Nous avons tous signé pour monter.

Quelles sont vos premières impressions sur le club ?

L'impression est positive car les volontés de chacun sont coordonnées. Le club a rencontré des difficultés pour le vestiaire, mais le dialogue s'est instauré avec la Mairie. La communication est également à renforcer. Il faut bien faire les choses sans brûler les étapes.

Les liens avec les Gothiques d'Amiens semblent moins importants que par le passé. Qu'en est-il exactement ?

Ce partenariat, motivé par des problèmes d'effectif, a été mis de côté. Les bons juniors évoluent avec les Gothiques, et ne peuvent se permettre de se déplacer systématiquement. Nous avons alors fait signer plusieurs joueurs, comme Alexandre Delplanque, Rémy Feuillet ou Pierre Brohard.

dostal_david-2Votre recrutement allie d'ailleurs expérience et jeunesse.

Oui. En plus de Lefranc et Teixeira Leite, l'expérience de Prokop, cumulée à celle de Fronty ou Selin, nous permet de combiner ces deux aspects très importants pour une équipe. Le plus difficile est de trouver une cohésion avec seulement deux entraînements par semaine.

Le carton initial face à Valenciennes peut-il paradoxalement constituer un danger dans une saison qui s'annonce longue ?

Les dix premières minutes ont été assez serrées, car nous étions stressés et chacun souhaitait faire ce qu'il souhaitait. Puis tout s'est débloqué, mais attention, Valenciennes était privé de plusieurs joueurs, notamment de son gardien.

Il ne faudra jamais sous-estimer nos adversaires. Au contraire, continuer dans cette voie, rester concentré, ne jamais se relâcher. La longueur de la saison peut en effet être un piège.

Quels adversaires redoutez-vous le plus ?

Les individualités peuvent parfois jouer, comme par exemple un Radek Stepan à Tours. Mais un seul match a été joué, attendons Noël pour dégager des tendances.

Sur un plan personnel, quel sera votre rôle sur la glace ?

J'ai envie de faire monter un jeune auprès de Prokop et Lefranc. Anthony Panto peut tenir ce rôle. Mais dans les moments importants, il m'arrive aussi de prendre place auprès de ces deux joueurs. Le but c'est que tout le monde joue, et que le joueur appelé à intégrer le premier trio ait conscience de la chance qu'il a d'évoluer auprès de ces deux joueurs importants.