Brest - Courbevoie (Division 1, 4e journée)

Brest assure l’essentiel

Enfin un match ! C’est ce que doivent penser les quelques 700 spectateurs du Rïnkla stadium mis au régime forcé depuis un mois. Depuis la dérouillée infligée aux Aigles niçois (10-1) les Albatros ont corrigé les Toulousains (8-1) et les Jokers de Cergy (12-2). Le parcours de l’adversaire du soir, Courbevoie, est davantage en dents de scie. Une seule victoire (4-3), face aux Scorpions mulhousiens qui peinent pour l’instant, et deux défaites face au promu de Toulouse-Blagnac (3-2) et Reims (4-2). L’attaquant Pavel Frano a quitté l’équipe la semaine dernière pour être remplacé par Nicolas Boucher qui n’est pas qualifié pour ce match.

Les Albatros sont également touchés par un départ, normalement provisoire, celui de Nathan Ansell. Le défenseur canadien qui connaissait un bon début de saison est rentré au Canada pour raison de santé. À noter que ce match est placé sous le signe de la solidarité avec l’association « 1 Maillot pour la Vie » qui permet à des enfants hospitalisés de rencontrer des sportifs de haut niveau afin de leur apporter un peu d’espoir et de joie.

Contrairement à Nice en ouverture de championnat, les Coqs s’offrent quelques occasions en début de rencontre. Macrez est impeccable sur les tirs de Motte (1’20’’) et de Sevcik (1’56’’). Les Albatros, malgré des errements défensifs comme cette perte de palet de Ballet juste devant son gardien qui failli profiter à Hanes (5’40’’), ne sont pas en reste et ont des occasions plus franches. Ainsi Hennebert loupe sa reprise alors que la cage est grande ouverte (0’50’’) et Gascon se voit débouter à bout portant par la mitaine de Fourcade (4’).

Les arbitres ont le sifflet facile en ce début de match et Courbevoie se voit réduit à trois sur des fautes de Sevcik et Place (6’59). Fourcade multiplie les parades notamment sur Lefebvre. Ce dernier après avoir touché le poteau parvient enfin à glisser le palet dans la cage à sa troisième occasion en l’expédiant d’un tir malin en lucarne (1-0).

C’est au tour de Brest d’être sanctionné. Macrez est régulièrement mis à contribution. Le portier brestois frustre Matus Hanes (très en vue sur ce match) d’un glissement de jambière efficace (12’30’’). Le collectif brestois est bien moins fluide que face à Nice, les passes n’arrivent pas dans les crosses. Ce propos est à nuancer car il s’applique moins au premier bloc brestois orchestré par un Gascon étincelant. Ainsi, à l’issue d’un bon jeu de passe autour de la cage adverse, Matus Petricko parvient à marquer dans un angle fermé (2-0). Le but est accordé à Gascon. Il est pourtant difficile de les confondre tant les gabarits sont différents !

Brest bafouille ses passes et Courbevoie continue d’alerter Macrez en début de deuxième tiers. Il faut un Landry impeccable pour débouter Marc Slupski qui était absolument seul (26’). Avec ses comparses de ligne Paillet et Sevcik, ils arrivent à faire tourner en bourrique une défense brestoise plus fébrile qu’à l’accoutumée. Hélas pour les visiteurs, le réalisme brestois se met en route par la suite. Les Albatros bénéficient de plusieurs supériorités numériques. Petricko, encore lui, dévie tout d’abord un tir lointain de Ballet (3-0). Gauthier prend son temps pour ajuster entre les jambières un Fourcade esseulé (4-0).

Courbevoie n’a pas dit son dernier mot cependant. Slupski se fait encore débouter par Macrez mais cette fois Hanes est là pour prendre le rebond et réduire le score (4-1). L’écart ne reste pas longtemps à 3 buts. Les locaux profitent encore une fois d’une supériorité numérique (sur une faute bête d’équipement non conforme de Guyot qui préfère ramasser son casque plutôt que de rentrer au banc). « Maestro » Gascon adresse une transversale à Ballet qui la reprend d’un slap puissant du rond d'engagement. La rondelle tape le gant de Fourcade mais rentre tout de même (5-1). Brest passe la vitesse supérieure et 23 secondes plus tard c’est au tour de Vorobel de battre le portier adverse en reprenant en l’air son propre rebond (6-1). Splendide !

L’écart est fait et André Peloffy en profite pour faire rentrer Pochon dans les cages pour le dernier tiers. Le rythme a baissé mais Courbevoie continue de bien jouer. Les Coqs excellent pour couper les passes brestoises vraiment peu inspirées ce soir. Paillet d’un tour de cage en double supériorité numérique s’en va tromper un Pochon impeccable jusque là (6-2). Mais les Albatros ont à cœur de clôturer la marque et cela est fait sur un lancer frappé de Slavomir Vorobel assisté de… Martin Gascon bien sûr ! 7-2 score final.

Brest a assuré l’essentiel, à savoir les deux points de la victoire. Cependant, au niveau de la manière, on qualifiera la prestation des Albatros de globalement moyenne par rapport à ce qu’on avait entrevu lors de la première journée. Le jeu collectif était moins inspiré, les passes arrivaient dans les patins ou étaient coupées par l’adversaire. Si on peut saluer les prestations vraiment très solides des gardiens Landry Macrez et Pierre Pochon, on décèle tout de même une fébrilité chez les défenseurs qui laissent traîner des palets dangereux et qui ont parfois un placement douteux donnant lieu à quelques problèmes de marquage. Au niveau offensif on peut se féliciter de l’efficacité en jeux de puissance avec pas moins de 4 buts inscrits mais il est surprenant que la différence ne ce soit pas faite davantage à 5 contre 5.

D’ailleurs, en regardant de plus près la feuille de match, Brest peut vraiment dire merci à son 1er bloc. Si la victoire face à Nice avait été marquée par un partage de points à peu près égal entre les 3 blocs brestois, force est de constater que ce ne fut pas le cas sur ce match. André Péloffy déclarait dans la presse locale qu’il n’y avait pas de « star » que le collectif primait. Certes cela s’est vu lors des trois premières journées, mais sur ce match le 1er bloc s’est nettement démarqué tandis que les deux autres étaient à la peine. Les performances de Martin Gascon (meilleur pointeur de la division), même s’il ne se prend pas pour une étoile, le font de plus en plus considérer comme tel aux yeux des supporters. Sur ce match, il a tout simplement été éblouissant par ses dribbles, ses passes et sa vision de jeu. Les deux autres blocs n’ont pas démérité et ont montré de l’envie mais ils ont manqué d'efficacité. Face aux grosses équipes de la division, Brest aura besoin de l’ensemble de ses blocs pour l’emporter.

Pour expliquer la performance moyenne des Albatros il serait injuste de passer sous silence le bon match de Courbevoie. Si les passes locales ne circulaient pas bien c’est en grande partie grâce à la bonne anticipation et au bon pressing des joueurs du C.O.C., qui ont offert une opposition inattendue et bien supérieure à celle des Niçois encore en rodage il y a un mois. Nicolas Fourcade, malgré les 7 buts encaissés, peut être crédité d’un très bon match. En attendant le retour de Figved, il assure bien l’intérim. En attaque Benoît Paillet est toujours présent et il constitue une bonne ligne avec Sevcik et Slupski. Enfin la recrue Matus Hanes est un bel atout offensif. Il s’est montré dangereux tout au long de la soirée et il aurait pu marquer un ou deux buts de plus en étant réaliste. Une performance encourageante donc pour les visiteurs.

 

Brest – Courbevoie 7-2 (2-0, 4-1, 1-1)
Samedi 9 octobre 2010 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 701 spectateurs.
Arbitrage de Thibaud Juret assisté de Ronan Tomou et Geoffrey Issambourg.
Pénalités : Brest 16' (6', 4', 6'), Courbevoie 12' (6', 10', 0’).
Évolution du score :
1-0 à 08’44’’ : Lefebvre assisté de Gauthier et Gascon (sup. num)
2-0 à 18’32’’ : Gascon assisté de Vorobel et Gauthier
3-0 à 26’43’’ : Petricko assisté de Gauthier et Ballet (sup. num)
4-0 à 28’44’’ : Gauthier assisté de Gascon et Petricko (sup. num)
4-1 à 32’43’’ : Hanes assisté de Slupski et Paillet
5-1 à 34’59’’ : Ballet assisté de Holik et Gascon (sup. num)
6-1 à 35’22’’ : Vorobel assisté de Lefebvre et Prosvic
6-2 à 50’23’’ : Paillet assisté de Sevcik et Duranceau (sup. num)
7-2 à 54’25’’ : Vorobel assisté de Gascon et Gauthier

 

Brest

Gardien : Landry Macrez puis Pierre Pochon à 40’.

Défenseurs : Vladimir Holik – Francis Ballet ; Slavomir Vorobel – Aleksei Volkov ; David Hennebert.

Attaquants : Matus Petricko – Martin Gascon (C) – Sébastien Gauthier ; Alexandre Lefebvre – Jaroslav Prosvic (A) – Michal Dian ; Nelson Vargas Dias – Nicolas Motreff (A) – Tristan Lemoine.

Remplaçant : Jérémy Cormier. Absent : Nathan Ansell (retour au Canada).

Courbevoie

Gardien : Nicolas Fourcade.

Défenseurs : William Place (C) – Ludovic Duranceau (A) ; Vladimir Konopka – Vincent Elbaze ; Yoann Petiot.

Attaquants : Alexandre Motte – Sébastien Trabach – Matus Hanes ; Marc Slupski – Benoit Paillet (A) – Daniel Sevcik ; Yann Guyot – Guillaume Pons – Maxime Levot.

Absents : Julien Figved (blessé), Nicolas Boucher (non qualifié), Roman Jasko, Grégory Boissière, Thierry Caillaux.