Dunkerque - Annecy (Division 2, 2e journée)

2010-10-09-dunkerque-annecyDéjà une affiche

Pour l’année de ses quarante ans, le HGD affiche cette saison un nouveau visage. Les changement de maillots et de logos, ainsi que l'adoption d'une mascotte en forme de yéti s'accompagnent de bouleversements humains en profondeur. Sur le glaçon, plusieurs recrues sont enregistrées, ce qui n'était pas fréquent ces derniers temps sur les bords de la Mer du Nord. Sur le banc, si Marc Leroux est confirmé à l'issue de son intermède de la fin de saison 2009-2010, la nouveauté vient des personnes chargées de l'épauler : les habituels Bernard Lesecq et Serge Gavazzi ont tiré leur révérence durant l'été, mais le grand absent de l'organigramme dunkerquois est Karl Dewolf, qui n'a pu trouver un accord avec ses dirigeants.

Auteur du carton de la journée initiale, Annecy n'a pas manqué ses débuts à l'étage inférieur, mais s'attend à un premier test chez des Dunkerquois eux aussi vainqueurs d'entrée, sur la glace du Hogly. Il ne faut pas plus d’une demi-minute aux Corsaires pour donner le ton de la rencontre, d’une première incursion rapide et déterminée. Petr Zich arrive en effet à point nommé pour récupérer la rondelle dans une défense surprise, et rendre plus facile l‘ouverture du score de son compatriote Hanzal, servi sur un plateau (1-0 à 00'37").

Les deux fautes successives de Moretti et Thomas sont plutôt bien annihilées par le bloc bleu, bien regroupé face à un jeu de puissance annecien en rodage, les tirs successifs étant hors cadre ou contrés à trois reprises, notamment par Houque. La plus belle occasion est même à mettre au profit des Nordistes, sur un lancer de Chabot arrêté de justesse par les jambières de Bossier, masqué sur le coup.

Après cinq minutes plutôt difficiles, et malgré un contre de Loïc Destoop, qui récupère son propre rebond et contourne la cage pour échouer de quelques centimètres, les Chevaliers du Lac sont plus présents et équilibrent les débats. Suite à un bon travail derrière la cage de Romain Pierrel, une reprise de Damien Laplace est ainsi repoussée par le poteau, le même Laplace voyant ensuite son essai vers la lucarne bien capté par Marc-André Martel, au secours d’une défense par ailleurs contrainte à plusieurs dégagements interdits.

bossier_cyrilUn surnombre haut-savoyard coupe l’élan des joueurs de Cédric Boldron, à nouveau exposés à la puissance de feu du duo Rozenthal - Hanzal, à l’entente encourageante. Le troisième larron, Clément Thomas, n’est pas en reste, y allant de toute sa puissance pour lancer vers la cage, mais Cyril Bossier s’étend de tout son long pour écarter la rondelle. Le brio du portier alpin sur cette salve tranche considérablement avec son impuissance sur l’action suivante, un lancer moins tendu de l’aile droite, oeuvre de Ghislain Folcke, dont on semblait plutôt attendre un centre (2-0 à 11'37").

En bon mentor, Cédric Boldron tente de secouer le cocotier, sème ses adversaires et vient se présenter seul devant Martel, toujours imperturbable. L’avantage numérique des blancs et rouges étant alors marqué par une succession de passes hasardeuses entrecoupées d’un hors-jeu, l’ancien Briançonnais se démène dans le coin pour mieux centrer vers Romain Pierrel, positionné devant la cage, mais Marc-André Martel ne fait pas de cadeau à son ancien équipier mulhousien, qui a pourtant pris le soin de contrôler l’offrande au préalable. Peut-être encore marqué par cette occasion manquée, le numéro 19 se rend coupable d’une obstruction, et s'apprête à quitter temporairement la glace par le mauvais côté, cherchant le banc des bannis au pied de la tribune et non à proximité de la table de marque, particularité de la patinoire Michel-Raffoux...

Le premier tiers difficile des visiteurs prend une tournure un peu plus amère quand une passe de Guillaume Le Masson est interceptée par François Rozenthal, dont l’accélération sur la gauche, malgré un accrochage, est décisive, car Jiri Hanzal a bien suivi et conclut sous la barre (3-0 à 18'41").

Les Chevaliers sortent la tête du Lac...

Annecy revient sur la glace avec un autre visage, plus offensif et déterminé, laissant les approximations et la difficulté dans le dernier geste au vestiaire. Martel doit ainsi secourir sa défense, surprise par un rebond capricieux échoué à Maxime Catelin, et encore prise de court lorsque Thomas Bussat manque le cadre. La deuxième ligne poursuit par un travail de sape initié par Boldron et relayé par le capitaine Benjamin Arnaud, arrêté fautivement par Simon Chabot.

L’aide de Yoann Crettenand n’est pas de trop pour booster le jeu de puissance annecien, plus dangereux pour Marc-André Martel. Le portier québécois trébuche même suite à une montée de l’ancien Toulousain. Masqué, il s’incline finalement sur un lancer de Clément Donsez à la ligne bleue (3-1 à 23'12"). Puis une charge trop appuyée de Zich sur Mikula assoit un peu plus la mainmise annecienne sur le deuxième tiers.

Certes, Hanzal parvient sur un coup à lancer Rozenthal, mais le palet, arrivé de derrière, est trop difficile à contrôler. Pire, le Tchèque est même invité à rejoindre la prison pour une obstruction. Dans ces conditions, Juraj Sadlon en profite pour placer un lancer haut, sur lequel Martel est contraint de laisser un rebond, accaparé par Romain Laplace (3-2 à 29'41").

Le navire corsaire tangue un peu plus sur une nouvelle faute de Simon Chabot, couplée à un retard de jeu pour le moins malvenu. La sanction est quasi immédiate : Bussat profite du double avantage numérique pour offrir l'égalisation à Maxime Catelin, idéalement placé (3-3 à 31'43").

... mais Clément Thomas les noie rapidement

La situation est suffisamment grave pour que les tribunes bien garnies de Raffoux redoublent d'intensité dans leurs encouragements. Leurs protégés en ont grandement besoin, car, si Marc-André Martel calme un temps les ardeurs adverses d'une mitaine solide, il parait en difficulté sur le nouveau tir en force de Sadlon, qui ricoche sur le haut du corps du Québécois... sans pénétrer dans le but. Ironie du sort, François Rozenthal profite du placement avancé des Blancs pour lancer Clément Thomas, plein de sang-froid face à Bossier (4-3 à 35'26").

Ces quelques secondes animées sont fatidiques à Annecy, à son tour en double infériorité numérique. Comme son adversaire, Dunkerque profite de cette situation idéale, et se détache irrémédiablement sur une accélération côté gauche de Loïc Destoop, qui ajuste Cyril Bossier (5-3 à 38'10"). Les Chevaliers du Lac ne pourront refaire surface dans la dernière période. Ils s'inclineront de nouveau face au jeu direct de Clément Thomas, qui trouve le dessous de la barre dans un angle difficile (6-3 à 45'45").

La première ligne nordiste profite en effet de la fin de rencontre pour soigner ses statistiques : lancé par Hanzal en infériorité, Thomas trouve cette fois le poteau, mais le palet revient vers le Tchèque, qui lance directement dans le but d'un Bossier dépité (7-3 à 47'30"). Enfin, suite à un essai manqué de Crettenand, François Rozenthal s'échappe, tente de centrer, mais le palet contré revient sur Clément Thomas, pour le triplé (8-3 à 49'25").

La succession d'offensives portées par les Maritimes dans les dix dernières minutes ne permettra pas à la marque d'évoluer. Pas plus qu'un ultime essai de Romain Pierrel côté visiteurs, car, face à son ancien partenaire ou encore Mikula, Martel règne. La prestation du nouveau portier dunkerquois, couplée à une attaque où Jiri Hanzal s'est particulièrement illustré aux côtés de Rozenthal et Thomas, étaient de trop pour les Chevaliers du Lac, qui savent désormais que la route vers la remontée s'avère longue.

Commentaires d'après-match

Cédric Boldron (entraîneur-joueur d'Annecy) : "Beaucoup d'erreurs personnelles, ajoutées à une mauvaise entame où Dunkerque en voulait plus, ont scellé notre sort. Au deuxième tiers, nous avons dominé, mais à 3-3 une erreur de défense nous est fatale peu après que nous ayons raté le palet du 4-3. Après, cela se joue dans la tête, ce qui prouve que nous avons encore beaucoup de travail sur le plan psychologique."

 

Dunkerque - Annecy 8-3 (3-0, 2-3, 3-0)
Samedi 9 octobre 2010 à 18h45 à la patinoire Michel-Raffoux. 960 spectateurs.
Arbitrage de Eddie Cardon et Christian Maltaverne.
Pénalités : Dunkerque 34' (10', 14'+10', 2'), Annecy 32' (8', 10'+10', 4').
Évolution du score :
1-0 à 00'37" : Hanzal assisté de Rozenthal
2-0 à 11'37" : Folcke assisté de Houque (sup. num.)
3-0 à 18'41" : Hanzal assisté de Rozenthal
3-1 à 23'12" : Donsez assisté de Arnaud (sup. num.)
3-2 à 29'41" : R. Laplace assisté de Sadlon
3-3 à 31'43" : Catelin assisté de Bussat (double sup. num.)
4-3 à 35'26" : Thomas assisté de Rozenthal
5-3 à 38'10" : Destoop assisté de Chabot (double sup. num.)
6-3 à 45'45" : Thomas
7-3 à 47'30" : Hanzal assisté de Thomas (inf. num.)
8-3 à 49'25" : Thomas assisté de Rozenthal

 

Dunkerque

 Gardien : Marc-André Martel.

Défenseurs : Grégory Dubois (A) - Petr Zich ; Simon Chabot - Ghislain Folcke ; Clément Derepper ; Alexandre Delmotte à 40'00".

Attaquants : Clément Thomas (A) - Jiri Hanzal - François Rozenthal (C) ; Loïc Destoop - Antoine Houque - François Moretti ; Benjamin Turpin - Arnaud Péan - Aurélien Zajac.

Remplaçants : Pierrick Boudot (G), Christophe Eichenholc. Absents : Benjamin N’Guyen (blessé), Benjamin Denis et Xavier Davranche (suspendus).

Annecy

 Gardien : Cyril Bossier.

Défenseurs : Christophe Vito - Andrej Penxa ; Juraj Sadlon - Thomas Eischen ; Guillaume Le Masson - Yoann Crettenand ; Clément Donsez.

Attaquants : Thomas Bussat (A) - Maxime Catelin (A) - Vladimir Mikula ; Benjamin Arnaud (C) – Cédric Boldron – Fabrice Leglaive ;  Romain Laplace – Romain Pierrel – Damien Laplace ; Léo Hubert à 40'00".

Remplaçant : Benjamin Accarier (G).