Villard-de-Lans - Grenoble (Ligue Magnus, 4e journée)

Grenoble arrache le derby

2010-10-09-villard-grenoble4-resizedOurs et Brûleurs de Loups se retrouvent ce soir pour la centième fois en match officiel. Sur le plan comptable, Grenoble mène assez largement au chapitre des victoires avec soixante contre seulement trente-deux pour les joueurs du Vercors, les autres rencontres s'étant soldées par des matchs nuls. Mais ce soir, les deux équipes ont besoin de la victoire pour lancer une nouvelle dynamique. Villard sort en effet de deux défaites cuisantes à Dijon (0-11) et face à Morzine mardi en coupe de la ligue (2-7) après un début de saison pourtant assez réussi et compte bien sur le derby pour retrouver la hargne et l'envie qui ont fait défaut lors de ces deux matchs.

Quant aux Brûleurs de Loups, ils se sont rassurés offensivement et défensivement face à l'équipe de France des moins de 20 ans en inscrivant treize buts sans en encaisser un seul. Invaincus à l'extérieur depuis le début de la saison mais distancés au classement à cause de deux défaites à domicile, ils ont besoin de passer un test plus probant tout en décrochant deux points indispensables compte tenu de leur inhabituelle dixième place.

Les deux équipes sont privées d'éléments importants sur blessure (Baylacq et Moisand côté grenoblois, Sage-Vallier et Sedlak côté villardien) ce qui n'empêche pas les deux équipes d'être prêtes à en découdre pour ce derby qui sent la poudre.

2010-10-09-villard-grenoble2Les Villardiens, motivés par l'enjeu, sont les premiers en actiom par Diaferia d'abord qui bute sur Ferhi puis par Nicolas Sigouin dont le tir heurte le poteau. Première frayeur pour les Grenoblois, mis sous pression dès les premières minutes, et pas franchement à leur avantage face à l'enthousiasme villardien. Heureusement pour eux, une pénalité de Sigouin vient interrompre la domination locqle. Grenoble peut enfin souffler et s'installer en zone offensive. Il ne lui faut pas longtemps pour concrétiser : sur un tir de la bleue d'Aymeric Gillet, Pascal Favarin repousse, Matthieu Le Blond récupère le palet et marque du revers en lucarne opposée, ne mettant pas longtemps à se rappeler au bon souvenir de son ancien public (0-1, 05'16").

Dans la foulée, Arrossamena n'est pas loin de doubler la mise mais se heurte à Favarin et se fait sanctionner dans la foulée, par frustration. Une pénalité qui redonne les clés du jeu aux Ours. Sous l'impulsion de Zdenek et Zdrahal, le jeu de puissance villardien s'installe et teste Ferhi qui répond présent. Mais sur une entrée de zone rapide, Nicolas Favarin laisse sur place les défenseurs grenoblois, repique au centre sans opposition, feinte Ferhi et n'a plus qu'à pousser la rondelle au fond des filets (1-1, 08'23"). Un but d'une facilité déconcertante qui doit beaucoup à la passivité de la défense grenobloise. Une pénalité partout, un but partout : le derby est lancé !

La ligne étrangère grenobloise tente de prendre l'initiative et Ludek Broz trouve le poteau sur une reprise devant les cages. Mais l'embellie est de courte durée pour les visiteurs à cause de fautes qui s'accumulent. Si le box play grenoblois fonctionne plutôt bien pendant la pénalité de Le Blond, il est de nouveau exposé sur celle de Viktor Wallin, ce dernier ayant en plus le mauvais goût de contester la décision de M. Mendlowictz ce qui lui vaut dix minutes de pénalité supplémentaires. Sans son "roc" suédois en défense, l'infériorité numérique grenobloise vacille et finit par céder sur un tir du poignet anodin de Nicolas Favarin, légèrement dévié au passage par Pavel Zdrahal, Ferhi se laissant surprendre par la trajectoire du palet (2-1, 14'31").

Les Ours prennent les devants dans ce tiers et rien ne semble devoir entraver leur euphorie... jusqu'à cet incroyable engagement entre Broz et Gauthier : le palet ressort en direction de Nicolas Sigouin, heurte le patin du défenseur villardien et finit sa course au fond des filets sous les yeux d'un Pascal Favarin qui ne fait que constater les dégâts (2-2, 18'02"). Ce but gag permet à Grenoble de revenir au vestiaire à égalité au score : quasi inespéré au vu de la seconde partie du tiers...

2010-10-09-villard-grenoble1En début de deuxième période, les Brûleurs de Loups reprennent l'initiative. Alexandre Rouleau lance Nicolas Arrossamena qui s'engouffre entre les deux défenseurs villardiens et remporte son face à face avec Pascal Favarin en glissant le palet entre ses jambières (2-3, 22'23"). Dans la foulée, les hommes de Jean-François Dufour sèment le trouble dans la défense villardienne qui est souvent prise à revers. Pascal Favarin réalise un arrêt réflexe sur une reprise à bout portant de Nicolas Arrossamena. Il récidive quelques minutes plus tard en sortant une mitaine spectaculaire face à Matthieu Le Blond qui s'avançait complètement seul face à lui.

Les arrêts de classe du portier villardien se multiplient et empêchent Grenoble de se détacher au score. Et sur un changement de ligne grenoblois trop tardif, Pavel Zdrahal s'avance et décoche un tir que Ferhi ne fait que repousser de la jambière sur... Marc-André Tourigny qui reprend victorieusement le rebond, libre de tout marquage (3-3, 28'11").

Au lieu de prendre le large, Grenoble se voit rejoindre au score et continue de buter sur un Pascal Favarin en état de grâce à l'image de Broz, de nouveau frustré sur une reprise pourtant en très bonne position. En fin de tiers, chaque équipe aura l'occasion de prendre les devants en supériorité numérique : Villard d'abord sur une obstruction d'Aymeric Gillet, puis Grenoble à la suite d'un palet dégagé directement en tribune par Nicolas Favarin. Mais contrairement au premier tiers, les défenses prennent le pas sur les attaques et le score reste de parité à la deuxième pause.

La décision doit donc se faire au troisième tiers et les deux équipes sont beaucoup plus prudentes dans leur jeu, évitant de trop se découvrir. Stéphane Barin n'hésite pas à utiliser seulement deux lignes défensives et Jean-François Dufour utilise abondamment sa ligne "étrangère". Villard commence mieux grâce à une pénalité de Mitja Sivic qui commet une obstruction sur Marc-André Tourigny. Mais les Ours ne profitent pas de la supériorité numérique. Au terme des deux minutes, Kevyn Richard se fait sanctionner pour une crosse haute et c'est au tour des Brûleurs de Loups de jouer la supériorité numérique... sans plus de réussite. Les occasions sont plus rares que lors des deux tiers précédents et l'importance du prochain but grandit au fil des minutes. Baptiste Amar pense trouver la solution sur une déviation devant la cage mais Pascal Favarin reste intraitable.

La tension monte d'un cran, les défenseurs deviennent plus nerveux lorsque les attaquants adverses s'approchent de leur gardien d'un peu trop près. Les gants finissent par tomber entre Tourigny et Tartari suite à une lutte pour le palet le long de la bande. Les deux joueurs sont expulsés mais le Canadien, auteur de la faute initiale, est sanctionné de deux minutes supplémentaires. Grenoble manque d'imagination sur le power-play. Sur un contact assez chaud devant la cage de Favarin, quelques bousculades se produisent, Papa perd ses nerfs et se rend coupable d'un piquage qui lui vaut 2'+2' assorties de dix minutes de méconduite. Le Blond prend dix minutes au passage pour contestation et Grenoble est ainsi privé de trois attaquants pour finir le tiers-temps tout en ayant à défendre à quatre pendant quatre minutes ! L'occasion est belle pour Villard d'emporter la décision mais elle sera gâchée par Yann Diaferia, sanctionné à son tour pour un retenir. Les Brûleurs de Loups peuvent ainsi laisser le chrono défiler plus sereinement... La dernière occasion du match est grenobloise avec une pénalité de Jiri Zdenek à une minute du coup de sirène mais la défense villardienne tient bon et les deux équipes doivent disputer une prolongation.

2010-10-09-villard-grenoble3Grenoble a l'avantage dès le début grâce à la pénalité de Zdenek qui lui permet de jouer à quatre contre trois pendant une minute. Dufour choisit alors une option peu commune en alignant... trois défenseurs (Amar, Wallin et Rouleau) et un seul attaquant (Broz). Un moyen de miser sur le talent de ses défenseurs pour faire la différence alors que trois attaquants sont sur le banc des prisons. La tactique ne fonctionne pas à cause d'une transmission de palet un peu trop lente pour vraiment créer des décalages. À sa sortie de prison Zdenek combine avec Gauthier mais Ferhi bloque le palet en extension avec sa jambière, emportant la cage au passage.

Grenoble domine globalement la prolongation mais quelques contres villardiens sont dangereux et font passer des sueurs froides dans la défense grenobloise. Les deux gardiens répondent présents. À plusieurs reprises M. Mendlowictz aurait pu siffler une pénalité, il se décide à le faire à vingt-quatre secondes de la fin de la prolongation contre Alexandre Rouleau, coupable d'un retenir sur Diaferia. Pénalisé, Rouleau en profite pour en rajouter en malmenant Diaferia qui reste couché sur la glace quelques instants. Barin demande un temps mort, met au point sa tactique mais la défense grenobloise parvient à éviter tout tir dangereux de Villard jusqu'à la fin de la prolongation.

Aux tirs au but, seul Ludek Krayzel parvient à marquer, comme à Briançon en coupe de la ligue, Ferhi arrêtant pour sa part les trois tirs villardiens.

Le derby a tenu toutes ses promesses, proposant un suspense haletant et un jeu assez enlevé avec une première partie de match plus spectaculaire et une deuxième plus tendue avec quelques frictions dignes d'un derby. Comme l'année dernière, il a fallu aller jusqu'à l'épreuve des tirs au but pour départager les deux équipes avec à chaque fois une victoire grenobloise. Cette fois, c'est Ludek Krayzel, dont l'habileté technique fait merveille dans cet exercice, qui endosse le rôle du sauveur, sans oublier Eddy Ferhi, impeccable sur les trois tirs villardiens. Auparavant, les Grenoblois auront montré beaucoup d'agressivité sur le porteur du palet après des débuts plutôt difficiles. À défaut de s'être complètement rassurés offensivement et en power-play, la faute à de nombreux ratés en bonne position devant la cage et à un très bon Pascal Favarin, ils ont remporté un succès (le troisième de la semaine) qui fera un bien fou au moral.

Villard n'a pas à rougir de cette défaite après avoir démontré beaucoup d'envie durant tout le match. Pascal Favarin a réalisé un grand match malgré un début plutôt raté avec un deuxième but grenoblois casquette. Mais ses arrêts sortis de nulle part au deuxième tiers ont permis à ses coéquipiers de rester dans le match et décrocher l'égalisation, synonyme d'un point bien mérité. Plus que l'aspect comptable, c'est aussi moralement que les Ours ont marqué des points en retrouvant un esprit de corps et une hargne qu'il faudra conserver pour les prochaines échéances.

(photos www.hockey-passion.com)


Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Pascal Favarin (gardien de Villard-de-Lans) : "On est déçu d'avoir perdu mais quand même satisfait de notre prestation. On voulait de l'intensité, on a réussi. Ca a failli payer, mais finalement ça se joue sur pas grand chose."

Stéphane Barin (entraîneur de Villard-de-Lans) : "Il y a deux buts sur trois qui me restent en travers de la gorge... C'est dommage parce qu'on aurait pu maîtriser le match à un moment. À nous de prendre les deux points au match retour."

Eddy Ferhi (gardien de Grenoble) : "On a été très surpris de l'ambiance ici. C'était une ambiance de play-off avec un public qui se répondait, de l'intensité sur la glace, tout le monde était un peu nerveux. Il fallait qu'on gagne ces deux points, qu'on se rassure. C'était un match accroché."

Jean-François Dufour (entraîneur de Grenoble) : "C'est une bonne victoire pour le moral. Le plus important, c'était les deux points à prendre et on a réussi. On a été agressif à la cage, même si sur les vingt premières minutes, on s'est laissé surprendre par la vitesse."

 

Villard-de-Lans - Grenoble 3-3 (2-2, 1-1, 0-0, 0-0) / 0-1 aux tirs au but

Samedi 9 octobre à 20h30 à la patinoire André Ravix de Grenoble. 1160 spectateurs
Arbitrage de Marc Mendlowictz assisté de Geoffrey Barcelo et Adrian Popa
Pénalités : Villard-de-Lans 47' (2', 2', 8'+5'+10'+20', 0'), Grenoble 71' (6'+10', 2', 6'+5'+10'+10'+20', 2').

Évolution du score :

0-1 à 05'16" : Le Blond assisté de Gillet et Avenel (sup. num.)
1-1 à 08'23" : Favarin assisté de Zdenek (sup. num.)
2-1 à 14'31" : Zdrahal assisté de Favarin (sup. num.)
2-2 à 18'02" : Broz
2-3 à 22'23" : Arrossamena assisté de Rouleau
3-3 à 28'11" : Tourigny assisté de Zdrahal et Tougas

Tirs au but :
Villard-de-Lans : Diaferia (arrêté), Gauthier (arrêté), Favarin (arrêté).
Grenoble : Leblond (arrêté), Krayzel (réussi), Avenel (arrêté).

 

Villard-de-Lans

Gardien : Pascal Favarin.

Défenseurs : Pierre-Antoine Simonneau - Nicolas Favarin (C) ; Guillaume Tougas - Nicolas Sigouin ; Stéphane Guillot-Diat (A) ; Victor Vitton Mea.

Attaquants : Pavel Zdrahal - Quentin Jacquier - Jiri Zdenek ; Kevyn Richard - Jean-Christophe Gauthier - Yann Diaferia ; Cédric Guillot-Diat (A) - Marc-André Tourigny - Maxence Wagret.

Remplaçants : Romain Farruggia (G), Alexis Dicharry, Francky Sadani. Absents : Daniel Sedlak (blessé au visage), Thibaut Sage-Vallier (déchirure aux ischio-jambiers).

Grenoble

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Baptiste Amar (C) - Jason Crossman ; Alexandre Rouleau (A) - Viktor Wallin ; Rémi Colotti - Aymeric Gillet.

Attaquants : Graham Avenel - Christophe Tartari (A) - Mathieu Le Blond ; Ludek Krayzel - Ludek Broz - Mitja Sivic ; Raphaël Papa - Loup Benoît - Nicolas Arrossamena ; Elie Raibon.

Remplaçants : Anthony Koren (G), Maxime Suzzarini, Joris Bedin. Absents : Julien Baylacq (disjonction acromio-claviculaire), Maxime Moisand (adducteurs), Vincent Llorca (blessé à la main), Sébastien Raibon (inflammation à la main).