Grenoble - Briançon (Coupe de la ligue, poule D, 5e journée)

Grenoble qualifié avec la manière

Après leur victoire aux tirs au but dans le derby de l'Isère samedi, les Brûleurs de Loups passent un test important ce soir en recevant les Diables Rouges en coupe de la Ligue. Les trois victoires accumulées la semaine dernière ont permis de faire le plein de confiance après un début de saison difficile. Et l'enjeu du match est important car Grenoble peut décrocher son billet pour les quarts de finale de la compétition en cas de succès. Pour Briançon, il s'agira de prendre sa revanche après la défaite concédée sur la glace de René Froger aux tirs au but lors du match aller.

Les Brûleurs de Loups enregistrent le retour de Sébastien Raibon sur le banc mais sont toujours privés de Baylacq, Llorca et Moisand. Du côté de Briançon, on déplore deux blessés, Greg Alberti et Kaj Ohberg, ce qui conduit Luciano Basile à aligner seulement cinq défenseurs au coup d'envoi. À noter la présence sur le banc grenoblois de Romain Carry, entraîneur des Espoirs Elite, qui vient assister Jean-François Dufour pendant les matchs.

Les Brûleurs de Loups sont les premiers à se mettre en action. À peine le palet mis en jeu, les attaquants grenoblois investissent la zone briançonnaise et créent le décalage : Baptiste Amar arrive lancé et se présente seul devant Sopko mais le gardien briançonnais sort un arrêt réflexe de grande classe. Le ton est donné dans cette rencontre qui débute sans round d'observation. La dynamique grenobloise est stoppée par une pénalité d'Eddy Ferhi qui a commis la maladresse de dégager le palet au-dessus des balustrades. Le jeu à la crosse du portier grenoblois est toujours aussi approximatif mais c'est bien la seule chose qu'on peut lui reprocher ce soir. Briançon en profite pour installer son jeu de puissance. Marc-André Bernier fait passer le frisson dans les tribunes de Pôle Sud avec un tir juste au dessus de la cage grenobloise. Malgré un bon power-play, Briançon ne parvient pas à ouvrir le score.

De retour à cinq contre cinq, les Brûleurs de Loups tentent d'intéressantes combinaisons offensives. Avec beaucoup de vitesse et de générosité, ils se montrent dangereux en attaque, en proposant un jeu plaisant fait de nombreuses passes, précises pour la plupart. Sopko se montre très vigilant et ne laisse rien passer. Et à chaque fois, deux pénalités de Ludek Broz, pour une charge les poings en avant et pour un accrocher, renvoie les Grenoblois dans leur zone. Ferhi et sa défense bien en place font le métier et tuent ces deux pénalités. Le tiers s'achève sur un score nul et vierge et des regrets pour les deux équipes : Grenoble a passé son temps à tuer des pénalités et n'a pas attaqué suffisamment longtemps malgré un jeu offensif bien huilé, alors que Briançon a raté une belle occasion de prendre les devants avec trois supériorités numériques stériles.

Au début du deuxième tiers, Briançon met une énorme pression sur la cage grenobloise : le palet ne sort quasiment plus de la zone défensive et il faut un Ferhi très concentré pour neutraliser les offensives briançonnaises. Les Diables Rouges semblent avoir passé la vitesse supérieure mais il leur manque la finition à l'image d'un 2 contre 1 entre Ankerst et Bourgaut qui aurait mérité meilleur sort. Les défenseurs grenoblois sauvent ce qui peut l'être à l'image de Gillet qui se jette devant un tir briançonnais afin de neutraliser une action dangereuse. Grenoble plie mais tient bon. Et contre le cours du jeu, un lancer de la bleue d'Aymeric Gillet est dévié en aveugle par Raphaël Papa qui tourne le dos aux cages. Ce geste, techniquement très réussi, surprend Ramon Sopko qui s'incline pour la première fois (1-0, 24'54"). Ce but grenoblois vient au moment où on l'attendait peut-être le moins.

Briançon continue d'y croire et pousse pour égaliser. Lampérier, bien en vue ce soir, mais encore Perez ou Rohat ont de bonnes opportunités mais ils sont tous neutralisés par Eddy Ferhi et sa défense. Dans la seconde moitié du tiers, Jean-François Dufour panache ses lignes et cela fonctionne plutôt bien : Sivic trouve des coéquipiers plus adaptés avec Avenel et Benoît qui sont sur la même longueur d'onde côté vitesse tandis qu'Arrossamena retrouve la ligne des Tchèques. L'épatant Joris Bedin peut donner ses premiers coups de patin sur la glace avec succès.

Un centre de Sivic pour Loup Benoît, tout seul devant la cage, aurait pu permettre à Grenoble de doubler la mise mais l'attaquant international espoir effectue une reprise trop molle. Une frayeur parcourt le banc grenoblois lorsqu'Alexandre Rouleau est touché sur un contact devant la cage de Ferhi et regagne le banc avec difficulté. Mais le solide défenseur québécois sera rapidement de retour sur la glace pour une chevauchée conclue par un tir sur Sopko.

Finalement Briançon se fait pénaliser pour la première fois de la rencontre, par Viktor Szélig. Une première supériorité numérique que Grenoble ne tarde pas à faire fructifier : Broz décale le revenant Rouleau près du cercle d'engagement, ce dernier reprend instantanément d'un tir en lucarne, Sopko est battu (2-0, 37'34"). Cette combinaison avait déjà fonctionné face à l'équipe de France des moins de 20 ans et permet à Grenoble de marquer après seulement dix secondes de supériorité numérique ! Baptise Amar et ses coéquipiers ont fait preuve de réalisme et rentrent au vestiaire avec deux buts d'avance, une avance quasi inespérée compte tenu de la physionomie du match jusqu'à présent.

Avec deux buts d'avance au début du dernier tiers-temps, les Brûleurs de Loups semblent bien engagés. Leur avance au score permet de se libérer dans le jeu et tenter de plus en plus de combinaisons. Une nouvelle fois Amar se retrouve en excellente position devant la cage pour reprendre un centre en retrait mais comme lors de la première minute, il bute sur Sopko. Briançon réagit à son tour en créant le surnombre devant la cage mais Ferhi ferme la porte. Une pénalité est appelée à l'encontre de Briançon, Grenoble construit patiemment depuis sa zone défensive avec six joueurs de champ, Broz lance Sivic sur l'aile gauche qui s'échappe le long de la bande, passe derrière la cage et centre en retrait pour Krayzel qui arrivait au bon moment devant la cage. La reprise du Tchèque, encore excellent ce soir, fait mouche (3-0, 43'36"). Cette fois les Diables Rouges semblent touchés moralement et accusent le coup.

Les Brûleurs de Loups continuent leur festival et Jean-François Dufour fait tourner ses lignes. Il donne plus de temps de glace à Joris Bedin qui sera à l'origine d'une action remarquable : le jeune grenoblois déborde sur l'aile gauche, effectue une passe transversale dans la palette de Ludek Krayzel lequel laisse en retrait à Alexandre Rouleau qui catapulte le palet au fond des filets (4-0, 44'54"). Une magnifique action collective qui a pris de vitesse la défense briançonnaise, trop lente à réagir sur le coup.

C'est en trop pour Luciano Basile qui voit son équipe sombrer et demande un temps mort. Les Diables Rouges sont complètement dépassés dans le jeu dans ce troisième tiers et n'ont plus guère espoir de victoire. Il leur reste à essayer de sauver l'honneur ce qu'ils parviendront à faire grâce à la complicité d'Aymeric Gillet qui rend involontairement le palet à Edo Terglav à la ligne bleue. Il n'en faut pas plus au capitaine briançonnais pour s'échapper tout seul et marquer, Ferhi relâchant malencontreusement le palet après avoir fait le premier arrêt (4-1, 49'28"). Un petit accroc dans la marche en avant grenobloise qui ne perturbe pas outre mesure les Brûleurs de Loups. Une pénalité de Jaka Ankerst leur procure leur deuxième supériorité numérique. Et le power-play grenoblois se montre encore d'une redoutable efficacité. Ludek Broz sert en retrait à la ligne bleue Viktor Wallin dont le tir, légèrement dévié au passage par Mitja Sivic, traverse une forêt de joueur pour finir au fond des filets (5-1, 52'30").

La frustration briançonnaise commence à se traduire par quelques échanges d'amabilités devant la cage de Ferhi, Wallin et Terglav étant invités à rejoindre simultanément la prison. Ils seront bientôt suivis de Baptiste Amar, coupable d'une obstruction. Grenoble doit donc défendre à trois contre quatre sans ses deux défenseurs majeurs. Dufour n'hésite pas à faire confiance à sa jeune garde qui s'en sort avec beaucoup de courage jusqu'à ce que Michal Korenko expédie un missile de la ligne bleue qui finit droit dans la lucarne de Ferhi (5-2, 56'13"). Le manque de profondeur de banc grenoblois a eu ses limites, mais vu l'écart au score, cela reste sans conséquence. Les Grenoblois gèrent leur avance de trois buts jusqu'au coup de sirène.

Les Brûleurs de Loups confirment donc leur résultat du match aller et s'assurent ainsi la qualification pour les quarts de finale ainsi que la première place de la poule. Un résultat très positif qui leur permet de réaliser un des premiers objectifs de leur saison. Mais au delà du résultat, c'est la manière qui a beaucoup plu ce soir. Extrêmement solides défensivement pendant la première moitié du match, ils ont montré enfin une résistance efficace en infériorité numérique, un secteur qui avait beaucoup de lacunes jusqu'à présent. Cela leur a permis d'ouvrir le score et de se libérer petit à petit offensivement, en proposant de bons enchaînements collectifs capables d'amener rapidement le danger devant les cages de Sopko.

Et les individualités grenobloises se sont enfin montrées à la hauteur, tirant le groupe vers le haut : Eddy Ferhi a réalisé une excellente prestation dans ses cages, permettant à son équipe de tenir pendant la période de domination briançonnaise. Impliqué directement sur deux buts, Ludek Krayzel, par sa technique exceptionnelle, a réalisé des actions de haut vol, en protégeant son palet et en distillant des passes dans de tous petits périmètres. Viktor Wallin commence à cadrer ses tirs et cela porte ses fruits, quant à Alexandre Rouleau, double buteur, il a montré l'importance qu'il avait dans le dispositif grenoblois, notamment en supériorité numérique. Les jeunes se sont mis au diapason : Raphaël Papa, en marquant d'une belle déviation, et Joris Bedin dont la vitesse de patinage, la précision de passe et l'engagement sont déjà impressionnants à seulement 17 ans. Une belle prestation collective à confirmer dès les prochaines échéances.

Du côté briançonnais, on regrettera principalement le manque de finition et l'inefficacité en supériorité numérique. Dominateurs pendant les trente premières minutes, les Diables Rouges n'ont pas marqué et ont concédé l'ouverture du score, se trouvant menés 1-0 à la mi-match. En ouvrant le score, ils auraient certainement fait douter leurs adversaires et aurait pu s'ouvrir le chemin du succès. En plus d'un potentiel offensif déficient, les Briançonnais ont également montré de sérieuses lacunes défensives, l'absence d'un cadre comme Kaj Ohberg y contribuant certainement pour beaucoup. Avec deux buts encaissés en infériorité numérique en seulement deux occasions, le bilan est particulièrement négatif. Malgré un effectif plus "light" que les années précédente, Briançon a quand même les moyens de rectifier le tir et a encore toutes les cartes en main pour se qualifier sans tenir compte des résultats de Gap : il leur faudra pour cela battre à deux reprises l'équipe de France des moins de 20 ans la semaine prochaine. Un objectif largement à leur portée.

Désignés meilleurs joueurs du match : Eddy Ferhi (Grenoble) et Loïc Lampérier (Briançon) 

Commentaire d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Eddy Ferhi (gardien de Grenoble) : "C'était un excellent match. Le meilleur de la saison jusque là. On a fait quelques ajustements dans le système et ça commence à porter ses fruits. On a surtout été solide en défensive, les gars ont extrêmement bien joué."

 

Grenoble - Briançon 5-2 (0-0, 2-0, 3-2)

Mardi 12 octobre à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3100 spectateurs
Arbitrage de Bruno Colleoni assisté de Guillaume Florentin et Alexis Grabit
Pénalités : Grenoble 10' (6', 0', 4'), Briançon 6' (0', 2', 4')
Tirs cadrés : Grenoble 33 (8, 11, 14), Briançon 28 (12, 6, 10) 

Évolution du score :

1-0 à 24'54" : Papa assisté de Gillet
2-0 à 37'34" : Rouleau assisté de Broz et Wallin (sup. num.)
3-0 à 43'36" : Krayzel assisté de Sivic et Broz
4-0 à 44'54" : Rouleau assisté de Krayzel et Bedin
4-1 à 49'28" : Terglav
5-1 à 52'30" : Wallin assisté de Broz et Sivic (sup. num.)
5-2 à 56'13" : Korenko assisté de Terglav et Raux

Grenoble

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Baptiste Amar (C) - Jason Crossman ; Alexandre Rouleau (A) - Viktor Wallin ; Rémi Colotti - Aymeric Gillet.

Attaquants : Graham Avenel [puis Papa] - Christophe Tartari (A) - Mathieu Le Blond ; Ludek Krayzel - Ludek Broz - Mitja Sivic [puis Arrossamena] ; Raphaël Papa [puis Avenel] - Loup Benoît - Nicolas Arrossamena [puis Sivic] ; Elie Raibon ; Joris Bedin ; Maxime Suzzarini.

Remplaçants : Sébastien Raibon (G). Absents : Julien Baylacq (disjonction accromio-claviculaire), Maxime Moisand (adducteurs), Vincent Llorca (blessé à la main).

Briançon

Gardien : Ramon Sopko.

Défenseurs : Viktor Szélig (A) - Kévin Dusseau ; Gary Levêque (A) - Michal Korenko ; Luka Tosic.

Attaquants : Nicholas Romano - Loïc Lamperier - Edo Terglav (C) ; Mickaël Perez - Damien Raux - Marc-André Bernier ; Peter Bourgaut - Jaka Ankerst - Sébastien Rohat ; Charles Townsend - Pierre-Charles Hordelalay.

Remplaçant : Aurélien Bertrand (G). Absents : Kaj Ohberg (blessure à l'épaule), Greg Alberti (déchirure).