Angers - Rouen (Ligue Magnus, 5e journée)

2010-10-16-Angers-RouenPour la première fois de la saison, le Haras a fait le plein pour la réception de Rouen (1100 spectateurs). Une ambiance assez chaude dans les tribunes, bien emmenée par la centaine de supporters rouennais. Les deux équipes ne sont pas au complet : David Holmqvist fait défaut dans les rangs des Dragons alors que l'infirmerie angevine est toujours bien garnie (Pierre-Luc Laprise, Brice Chauvel et Matthieu Frecon).

Le match démarre tambour battant et il ne faut que 40 secondes à Éric Fortier pour inquiéter Fabrice Lhenry d'un tir balayé. Les Rouennais ne s'en laissent pas compter et Carl Mallette file à toute vitesse pour décocher un tir sur le plastron de Peter Aubry. Pas de phase d'observation dans ce match et les Angevins sont plus incisifs. Néanmoins, ils ne surprennent pas vraiment l'arrière-garde rouennaise. Matthieu Brunelle, l'explosif attaquant des Dragons file sur le côté gauche en contre et place un tir qui rase le montant gauche de Peter Aubry (6'). Sueurs froides dans les tribunes...

Globalement la domination est angevine et il faut toute la maladresse locale pour que les Ducs ne prennent pas l'avantage au score. Sur une offrande de Tomas Baluch, Valentin Michel reprend le palet dans le slot... La rondelle passe entre les bottes de Lhenry et à droite de son poteau (9'). C'est au tour de Jonathan Bellemare de "louper" le palet dans l'enclave alors que le but était grand ouvert (12'). Les réponses rouennaises sont sporadiques mais les débats s'équilibrent de plus en plus.

Les protégés de Rodolphe Garnier ont même la mainmise sur les huit dernières minutes de ce tiers. François-Pierre Guénette inquiète à deux reprises un Peter Aubry sérieux (13' et 14'). Puis c'est le début des pénalités stupides pour les Angevins. Daniel Carlsson dégage directement dans les tribunes de sa zone défensive (15') et voit de la prison ses partenaires batailler ferme devant des Dragons tout feu tout flamme. Mais Peter Aubry, décidément très en jambes, sauve les meubles. En fin de tiers, l'ex-Rouennais Carlsson (encore lui) accroche bêtement Carl Malette, puis quelques secondes plus tard, Lauri Lahesalu dégage illégalement le palet dans les tribunes. Les Ducs se retrouvent donc en double infériorité numérique. Une aubaine pour l'armada rouennaise à laquelle il faut à peine plus d'une minute pour concrétiser cette double offrande angevine. Calle Bergström, de la bleue, envoie un missile que ne peut contrôler Peter Aubry. Carl Mallette est plus prompt que la défense et reprend victorieusement le rebond (0-1, 19'27"). Chaque équipe aura eu sa période faste mais seuls les Rouennais ont su en profiter.

TARDIFJR_Luc_100911_171Le deuxième tiers repart sur les mêmes bases et Rouen est clairement plus incisif. Peter Aubry s'emploie devant des tirs de Calle Bergström (21') et un break de Julien Desrosiers (22'). Mais l'indiscipline qui a fait défaut aux Angevins durant le premier tiers change de camp. Per Braxenholm, le solide défenseur suédois, subit une charge scandaleuse dans le dos de la part de Luc Tardif alors qu'il est face au plexiglas. Le fils du président de la fédération, bien aidé par son capitaine Carl Mallette sur cette affaire, a littéralement pété un plomb (23'). Le défenseur angevin, allongé sur la glace et visage en sang, mettra de longues minutes à se relever et rejoindre péniblement l'infirmerie angevine. Le bilan est sans appel : transfert aux urgences et traumatisme crânien !

Les arbitres n'ont pas le choix et infligent un 5'+20' à Luc Tardif... Ce dernier sortira du match sous les huées du Haras et escorté par son partenaire Calle Bergström jusqu'au vestiaire. Les Angevins, gonflés à bloc pour venger leur partenaire, exploitent superbement ces cinq minutes de supériorité. Jonathan Bellemare en fait voir de toutes les couleurs à la lourde défense rouennaise. Après une offrande d'Éric Fortier, il décroche un tir ras glace de la bleue que dévie astucieusement Marc Bélanger entre les bottes de Fabrice Lhenry (1-1, 23'28"). Sur une action quasi similaire, Marc Bélanger dévie au ras du montant gauche du portier rouennais un tir de la bleue de Lauri Lahesalu (2-1, 25'24"). Le Haras est en ébullition et les nombreux supporters rouennais restent sans voix. La correction aurait pu être plus lourde lors de ces cinq minutes de supériorité si Thiery Poudrier n'avait pas vu son tir passer juste au-dessus de la cage désertée par le portier normand (26').

Le Dragon rouennais a tant bien que mal laissé passer l'orage et repart à l'assaut des buts angevins. Il manque un brin de réussite à Ilpo Salmivirta puisque son tir plein axe à mi-distance frappe le poteau gauche de Peter Aubry (28'). Les visiteurs cherchent à revenir au score, mais leur jeu est tellement brouillon qu'ils n'inquiètent le goalie angevin que sur des frappes lointaines. Calle Bergström (32') et Matthieu Brunelle (34') font ainsi briller le dernier rempart des Ducs. Une nouvelle sueur froide parcourt les supporters angevins quand un tir anodin de Jonathan Janil est mal arrêté de la main par Thiery Poudrier aux abords de ses cages... Le palet flotte dans le slot angevin et Peter Aubry – complètement perdu sur cette action – s'allonge de tout son corps pour bloquer miraculeusement la rondelle (38'). Les débats sont toujours aussi indécis entre deux très belles équipes.

2010-10-16-Angers-Rouen2Le troisième tiers va définitivement sonner le glas des espoirs rouennais. En moins de cinq minutes, les Ducs inscrivent deux nouveaux buts. Tout d'abord par l'omniprésent Marc Bélanger qui reprend victorieusement un rebond consécutif à un tir de la bleue de Thiery Poudrier. Le nouvel homme fort de l'attaque angevine est un brin chanceux puisque sa reprise à bout portant est déviée de la crosse par Fabrice Lhenry. Le palet le lobe et roule sur son dos avant de finir sa course tranquillement dans les filets (3-1, 43'21"). C'est bel et bien un hat-trick que s'offre l'attaquant franco-canadien d'Angers ! Moins d'une minute plus tard, Jonathan Bellemare s'y reprend à trois fois à bout portant avant que le palet ne passe difficilement au-dessus de la botte droite du portier international rouennais (4-1, 44'19). La messe est dite et le Haras est en ébullition.

Rodolphe Garnier, lui-même abattu, ne jugera pas nécessaire de prendre un temps mort pour recadrer ses troupes. Dès lors, les Angevins déroulent et Brian Henderson nous gratifie de son show habituel en passant trois joueurs rouennais. Malheureusement pour lui, son tir frôle le montant droit de Fabrice Lhenry, complètement abandonné par sa défensive (49'). Un cinglage de Julien Desrosiers sur Julien Albert permet aux Ducs de se retrouver une nouvelle fois en supériorité. Daniel Babka dispute la rondelle le long de la bande derrière son but avec Éric Fortier. Inexplicablement, le grand défenseur slovaque dégage le palet de la main vers Thiery Poudrier. Ce dernier sert sur un plateau Lauri Lahesalu posté plein axe. Le défenseur estonien des Ducs a tout son temps pour ajuster Fabrice Lhenry d'un tir en lucarne droite (5-1, 51'46"). Lahesalu s'affirme une nouvelle fois comme le leader incontestable de la défense angevine. Les supporters locaux sont aux anges et les joueurs rouennais sont prostrés sur la glace. La fin de match ne donnera rien malgré les vaines tentatives jaunes et noires. Peter Aubry ne tremble pas et le public applaudit en continu son équipe jusqu'au retentissement de la sirène libératrice.

Un match de haute volée pour Angers qui lance – enfin – sa saison en signant une très grosse performance. L'envie était angevine durant ce match. Nul doute que la future confrontation entre les deux équipes mardi prochain en coupe de la ligue sur le glaçon normand aura un goût de revanche. Un match engagé gâché par le geste honteux de Luc Tardif.

Côté angevin, Marc Bélanger a été élu homme du match. C'est tout à fait logique au vu de sa prestation et de son engagement de tous les instants. François-Pierre Guénette est l'heureux élu côté rouennais.

Étoiles du match : *** Marc Bélanger (Angers), ** Jonathan Bellemare (Angers), * Lauri Lahesalu (Angers).

Commentaires d'après-match (dans Paris Normandie)

Rodolphe Garnier (entraîneur de Rouen) : "La pénalité [de Tardif] est sévère car il donne charge dans le dos, alors qu'elle était de côté. Et nous avons été privés d'un joueur d'impact, qui avait fait un très bon début de match. Pourtant après le premier tiers-temps, c'était le scénario idéal. Angers avait commencé fort, très agressif, avant de baisser un peu vers la 12e minute. Peut-être les joueurs se sont vus trop faciles... Ensuite on n'a pas payé le prix. On s'est fait défoncer dans tous les compartiments du jeu. Une leçon de hockey à la fois sur le plan tactique et physique. À la limite pas un bon match car il faut être deux et là, il n'y avait qu'une équipe sur la glace."

 

Angers - Rouen 5-1 (0-1, 2-0, 3-0)
Samedi 16 octobre 2010 à 18h30 à la patinoire du Haras. 1100 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté de Matthieu Loos et Jérémy Rauline.
Pénalités : Angers 6' (6', 0', 0') ; Rouen 31' (0', 25', 6').
Évolution du score :
0-1 à 19'26" : Mallette assisté de Bergström et Zwikel (double sup. num.)
1-1 à 23'28" : Bélanger assisté de Bellemare et Fortier (sup. num.)
2-1 à 25'24" : Bélanger assisté de Lahesalu et Poudrier (sup. num.)
3-1 à 43'21" : Bélanger assisté de Poudrier et Bellemare (sup. num.)
4-1 à 45'19" : Bellemare assisté de Lacroix et Bélanger
5-1 à 51'46" : Lahesalu assisté de Poudrier et Fortier (sup. num.)


Angers

Gardien : Peter Aubry.

Défenseurs : Lauri Lahesalu – Michael Irani ; Daniel Carlsson – Simon Lacroix ; Pavol Mihalik – Per Braxenholm [puis Charlie Doyle à 23'].

Attaquants : Jonathan Bellemare (C) – Éric Fortier – Marc Bélanger ; Julien Albert – Thierry Poudrier – Tomas Baluch (A) ; Brian Henderson – Juho Jokinen (A) – Valentin Michel.

Remplaçants : Lucas Normandon (G), Nicolas Hébert. Absents : Brice Chauvel, Pierre-Luc Laprise, Matthieu Frecon.

Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Jonathan Janil - Jens Olsson ; Juha Alen - Daniel Babka ; Cédric Custosse - Calle Bergström.

Attaquants : Julien Desrosiers - Carl Mallette (C) - Mathieu Brunelle ; Luc Tardif Jr - Jonathan Zwikel (A) - Teddy Da Costa ; Marc-André Thinel (A) - François-Pierre Guénette - Ilpo Salmivirta.

Remplaçant : Sebastian Ylönen (G), Alexandre Mulle. Absent : David Holmqvist.