Wasquehal - Chambéry (Division 2, 3e journée)

pesce_florianLa déroute subie à Rouen a quelque peu calmé l'enthousiasme des Lions de Wasquehal, à la relance à domicile pour la venue des Éléphants de Chambéry. Les deux formations ayant en commun d'avoir vaincu les Renards d'Orléans, le vainqueur de leur affrontement pourra se prévaloir d'un début de saison positif, au moins sur le plan arithmétique.

Pour faire partie des cadres des Lions, Thomas Fauchart sait très bien que sa formation n'a jamais réussi à vaincre les Éléphants depuis son accession en Division 2. C'est donc avec détermination qu'il suit le mouvement incisif de son nouveau compagnon de ligne, Adam Haramis, qui contourne la cage pour lancer vers Nicolas Philippeau, le rebond revenant vers le numéro 18, démarqué (1-0 à 00'57"). La défense visiteuse est encore à la recherche de ses marques sur l'engagement, et Kevin Grabit n'a d'autre recours que de stopper irrégulièrement François Lenière-Piquet.

Heureusement pour les hommes de Rémy Enselme, le danger s'atténue. Une succession de pénalités casse même totalement le rythme proposé par les Nordistes en entrée de match. Les lancers chambériens se succèdent, d'abord de loin par Sarzier et Cano, pour autant d'arrêts de la mitaine. Ensuite de plus près, quand Florian Pesce voit son tir puissant détourné par la plaque. Les trois fautes wasquehaliennes entre la quatrième et la huitième minute sont finalement effacées par la vigilance de l'ancien Dunkerquois et le positionnement de la défense dirigée par Mathieu Mille.

À la suite d'une percée de Maxime Boschetti sur la gauche, Wasquehal dispose de son deuxième jeu de puissance, toutefois aussi peu décisif que le premier. Et comme, au retour à cinq, Jérémy Bigot récupère un travail de ses partenaires derrière la cage pour venir tranquillement tromper Julien Peyre (1-1 à 13'27"), les deux formations semblent encore parties pour un chassé-croisé dont elles ont le secret n'ayant pu se départager la saison dernière.

Les Lions opportunistes...

Les bleus et jaunes peinent à trouver de bonnes positions pour lancer vers la cage, et à se repositionner une fois la rondelle perdue. Le pressing de Rol ou de Bigot, qui traîne encore dangereusement dans la zone, inquiètent encore leur dernier rempart. Mais la première ligne, où Edmond Chan a retrouvé ses partenaires de l'an dernier, à savoir Lionel Wiotte et Mickaël Bardet, remet de l'ordre dans la maison, provoquant une nouvelle faute de Grabit. Wiotte bute dans un premier temps sur la crosse de Fauge, mais les Lions parviennent à se détacher de façon opportuniste : Nicolas Philippeau se rate sur un palet envoyé au fond par Haramis, tout heureux de récupérer la rondelle sous le regard désabusé de l'ancien portier de Villard, revenu trop tardivement (2-1 à 17'55").

Coup du sort pour les Éléphants, encore hagards lorsque Valentin Vienne centre pour Nilly au second poteau (3-1 à 18'24"). Et comme Julien Peyre prend sa revanche à deux reprises sur Jérémy Bigot, toujours bien positionné sur le jeu de puissance pour reprendre une passe devant la cage puis tenter une déviation, Wasquehal peut entrevoir la suite des opérations avec sérénité.

Mathieu Mille est ainsi à l'origine des premières salves nordistes du deuxième tiers. Si la précision fait parfois défaut à ses attaquants, la baisse de régime de Chambéry, dont les attaquants sont par moments très isolés, conduit à une troisième faute de Grabit, trop engagé contre la bande dans le dos de Thomas Fauchart. Les lancers se succèdent ainsi sur Philippeau, abandonné sur un palet échu à Maxime Boschetti, qui insiste pour le faire rentrer (4-1 à 29'13"), et met les Éléphants KO. Au propre comme au figuré, car moins de trois minutes après son but, le numéro 7 évite une charge de Florian Pesce, qui heurte violemment la balustrade et reste étendu sur la glace (32'01").

Plus de peur que de mal pour l'ancien Ours du Vercors, qui se relève, à l'image se ses partenaires, relancés par des fautes de Leclaire et Vienne. Benoît Sarzier vient encore porter le danger à la ligne bleue, contrôlant le disque pour viser la lucarne, encore bien préservée par Julien Peyre, par ailleurs impeccable sur un lancer plus puissant de Gabriel Périllat, et dont le gant chauffe encore pour s'opposer à Christophe Cano. Si les imprécisions, des passes moins précises et une faute d'Enselme cassent la révolte, Florian Pesce fait son retour à point nommé pour isoler Anthony Schieste, dont la reprise instantanée devant une cage ouverte offre à Chambéry un regain d'espoir pour la dernière période (4-2 à 37'49").

mille_mathieu-2... tremblent jusqu'au bout

Espoir que le public pense réduit à néant au retour des vestiaires quand Edmond Chan se positionne devant l'enclave pour gêner Philippeau sur un lancer de Lionel Wiotte, et ainsi mieux le tromper (5-2 à 40'45"). Et sur un lancer de Gabriel Périllat, qui privilégie le tir à la passe vers le centre. Et enfin en voyant Anthony Schieste rater le doublé, et la cage d'un Julien Peyre en déséquilibre avec !

Pourtant, les Éléphants auront encore l'occasion de peser sur la fin de rencontre. Le duo arbitral ne laisse en effet rien passer aux hommes de Frédéric Nilly, sanctionnés de cinq pénalités mineures en autant de minutes... et amputés de deux joueurs essentiels, Lionel Wiotte et Alexis Thomas pour dix minutes. À quatre contre cinq, l'expérience de Bardet ou de Mille se fait sentir pour soulager Julien Peyre. Mais l'ancien Dijonnais, puni pour obstruction, est rejoint sur le banc par Chan, coupable d'un dégagement hors limites.

En double supériorité numérique, les lancers savoyards sont plus précis et échouent non plus sur l'armature de la cage mais sur un Peyre solide. Celui-ci ne tremble pas sur le tir en force de Fauge, et écarte en deux temps, de la crosse, le danger présenté par David Escolier. S'il dévie au-dessus de son but un essai de Rémy Enselme, il doit finalement s'incliner lorsque Frachon et Grabit viennent s'associent pour le tromper (5-3 à 55'21").

Il est cependant trop tard pour Chambéry, tombé sur un gardien inspiré dans une fin de match où Wasquehal a su rester solidaire lors de longues infériorités. Et préserver un avantage dessiné en fin de première période, au grand dépit de Nicolas Philippeau, crédité de deux assistances à Orléans et contraint de laisser sa place à moins de trois minutes du terme à Damien Angella. Soirée à oublier pour les Savoyards...

 

Wasquehal - Chambéry 5-3 (3-1, 1-1, 1-1).
Samedi 16 octobre 2010 à 18h30 à la patinoire Serge Charles. 200 spectateurs.
Arbitrage de Guillaume Gardiol et Christian Maltaverne.
Pénalités : Wasquehal 46' (8', 8', 10'+2x10'), Chambéry 12' (6', 4', 2').
Tirs : Wasquehal 36 (12, 12, 12), Chambéry 37 (11, 12, 14).
Évolution du score :
1-0 à 00'57" : Fauchart
1-1 à 13'27" : Bigot assisté de Cano et Frachon
2-1 à 17'55" : Haramis assisté de Mille (sup. num.)
3-1 à 18'24" : Nilly assisté de Vienne
4-1 à 29'13" : Boschetti (sup. num.)
4-2 à 37'49" : Schieste assisté de Pesce et Grabit (sup. num.)
5-2 à 40'45" : Chan assisté de Wiotte
5-3 à 55'21" : Grabit assisté de Frachon (double sup. num.)

 

Wasquehal

 Gardien : Julien Peyre.

Défenseurs : Mathieu Mille (C) - Hugo Picard ; Quentin Leclaire - Benjamin Louf ; Alexis Thomas (A) - Nicolas Hamoudi.

Attaquants : Mickaël Bardet (A) - Lionel Wiotte [Canaguier à 50'48"] - Edmond Chan ; Adam Haramis - François Lenière-Piquet - Thomas Fauchart ; Valentin Vienne - Maxime Boschetti - Frédéric Nilly ; Axel Canaguier.

Remplaçants : Fabien Chardon (G), Arthur Delbecque.

Chambéry

 Gardien : Nicolas Philippeau puis Damien Angella à 57'44".

Défenseurs : Christophe Cano - Benoît Sarzier ; Kévin Grabit - Thibaut Frachon ; Alexandre Fauge (A) - Thomas Herodier.

Attaquants : Jérémy Bigot (A) - Gabriel Périllat - Emmanuel Rol (C) ; Renaud Van Den Abbeele - Anthony Schieste - Florian Pesce ; David Escolier - Rémy Enselme - Fabien Marcon.

Absent : Kévin Enselme.