Grenoble - Morzine-Avoriaz (Ligue Magnus, 5e journée)

Grenoble domine son sujet

2010-10-16-grenoble-morzine1Vainqueurs de Briançon mardi et qualifiés pour les quarts de finale de la coupe de la Ligue, les Brûleurs de Loups peuvent désormais concentrer tous leurs efforts sur la Ligue Magnus où ils affichent un retard conséquent au classement (neuvièmes). Mais c'est surtout un bien curieux bilan qu'affichent les Grenoblois après quatre journées : deux victoires à l'extérieur (Mont-Blanc et Villard) pour deux défaites à... domicile (Strasbourg et Amiens). C'est donc une première victoire à Pôle Sud en Ligue Magnus que les hommes de Jean-François Dufour cherchent à obtenir ce soir. Du côté morzinois, les choses se passent mieux avec trois victoires pour une défaite (à Amiens) même si les Pingouins ont eu chaud samedi dernier face à Caen en reversant in extremis une situation bien compromise. Quatrièmes au classement, ils ont un bon coup à jouer ce soir.

Toujours privés de Llorca, Moisand et Baylacq, les Grenoblois doivent en plus faire sans Raphaël Papa, touché comme Baylacq à l'épaule. Une absence qui permet à Elie Raibon de s'installer en troisième ligne aux côté de Benoît et Arrossamena. À Morzine, l'effectif est au grand complet, seul manque à l'appel la dernière recrue annoncée pendant la semaine, le défenseur russe Maksim Gubin. À noter dans l'effectif morzinois, la présence de trois joueurs formés à Grenoble : Cyril Papa (qui ne pourra donc pas croiser son frère sur la glace), Nicolas Antonoff et Martin Millerioux, ainsi que celle de Christian Elian et Romain Bonnefond, passés eux aussi par Pôle Sud. Des retrouvailles qui promettent...

2010-10-16-grenoble-morzine2Les Morzinois sont les premiers à se montrer offensifs. Ils portent le danger dans la zone grenobloise et Ferhi doit se montrer vigilant dès les premières minutes. Mais sur le premier engagement grenoblois en zone offensive, Ludek Broz remporte la mise en jeu et sert Ludek Krayzel dont le tir est repoussé par Richard. Le palet revient jusqu'à Alexandre Rouleau à la ligne bleue qui tente sa chance de loin et trouve la lucarne morzinoise (1-0, 03'26"). Assommés par ce but précoce, les Pingouins tardent à se relever. Ils subissent dans les secondes suivantes un véritable siège dans leur zone défensive. Après plusieurs tirs dangereux, Ludek Broz, derrière la cage, centre pour Ludek Krayzel qui se présente au bon moment devant Richard et ne laisse aucune chance au portier morzinois à bout portant (2-0, 04'07"). Santeri Immonen doit déjà demander un temps mort pour remobiliser ses troupes. Comme face à Briançon mardi, l'ouverture du score met les Grenoblois en confiance et leur permet d'aborder plus sereinement le reste de la rencontre.

Le HCMA essaie de réagir, de manière parfois un peu dispersée. Un cinglage de Baptiste Amar leur donne un petit coup de pouce. Ils installent le jeu de puissance mais manquent de réalisme devant la cage. Eddy Ferhi est dans la continuité de sa performance de mardi et bloque toutes les tentatives. Grenoble sort renforcé de cette infériorité numérique et continue de proposer un jeu enthousiaste et porté vers l'avant. Sans pour autant se découvrir à outrance. Les derniers ajustements tactiques de Jean-François Dufour ont semble-t-il été bien pris en compte. Quant au jeu en infériorité numérique, déjà très convaincant mardi, il confirme sa solidité retrouvée. Une deuxième pénalité, d'Aymeric Gillet cette fois, est effacée comme la première.

Les Pingouins n'arrivent pas marquer ce but qui les relancerait. Pire même, ils se retrouvent en difficulté sur une action offensive grenobloise : avec Viktor Wallin à la ligne bleue, Guillaume Richard doit repousser plusieurs tirs, Nicolas Arrossamena parvient à ressortir le palet pour Alexandre Rouleau qui arrive lancé et expédie le palet au fond des filets pour la deuxième fois de la soirée (3-0, 18'31"). Rouleau, le monsieur plus des Brûleurs de Loups en ce moment, permet à son équipe de virer en tête à la première pause avec une avance très confortable.

2010-10-16-grenoble-morzine3Dos au mur, les Pingouins doivent tout tenter au deuxième tiers-temps. Une pénalité de Martin Millerioux pour un dégagement dans les tribunes ralentit leur effort face à des Grenoblois, sûrs de leur hockey comme rarement cette saison. Ils gardent le contrôle de la rondelle et sont rarement mis en difficulté par des attaquants morzinois trop approximatifs et pas assez tranchants en attaque. Et si l'attaque morzinoise connaît des ratés, que dire de la défense ? Baptiste Amar récupère le palet en zone neutre, dribble trois adversaires avant de porter l'estocade à Guillaume Richard et déposer le palet derrière la ligne de but (4-0, 27'20"). Un petit bijou du capitaine grenoblois qui doit beaucoup à l'incroyable passivité de la défense visiteuse. Avant la mi-match, l'affaire paraît déjà entendue et il n'y a quasiment plus qu'une équipe sur la glace tant les Pingouins paraissent absents.

Jean-François Dufour n'hésite pas à faire rentrer tout son banc en donnant du temps de glace à Joris Bedin et Maxime Suzzarini, moins souvent utilisés. Bedin est d'ailleurs à un cheveu d'inscrire son premier but avec les seniors sur un 2 contre 1 avec Nicolas Arrossamena mais il n'appuie pas assez son tir, permettant à Guillaume Richard, qui avait bien lu le jeu, de revenir in extremis. Le portier morzinois s'accroche malgré les quatre buts encaissés et passe encore un moment difficile pendant que Mathieu Jestin est en prison. Et quand les Pingouins arrivent enfin à se montrer dangereux en attaque, comme sur une pénalité de Broz, Eddy Ferhi se montre très solide et ne leur laisse aucune chance de revenir dans la partie. À 4-0 après deux périodes, l'affaire paraît entendue depuis longtemps.

Qu'attendre dès lors de la troisième période ? Une réaction morzinoise d'abord, avec des présences plus fréquentes d'Immonen sur la glace et un bon pressing d'entrée des Pingouins qui se heurtent de nouveau à la muraille Eddy Ferhi. La bonne période morzinoise, toujours aussi stérile, sera interrompue par une pénalité de Matic Kralj. Sans forcer leur talent, les Brûleurs de Loups reprennent les commandes du jeu et posent la crosse sur le palet. Lancé en profondeur par Ludek Broz, Graham Avenel s'avance, passe la ligne bleue, tire et le palet finit au fond comme s'il n'y avait pas de gardien (5-0, 47'40"). Un but certes anecdotique mais qui n'a pas montré Guillaume Richard sous son meilleur jour.

2010-10-16-grenoble-morzine4Jean-François Dufour va dès lors accentuer son coaching, testant toutes les associations possibles et imaginables en attaque. Le tout en faisant la part belle aux plus jeunes qui se font plaisir en se créant un maximum d'occasions. Après Bedin, c'est Suzzarini qui s'illustre, tout près de reprendre un centre au cordeau devant la cage. Avec son physique démesuré, il protège bien son palet et assure ses passes. Seule lui manque la vitesse, caractéristique en revanche d'Elie Raibon et de Joris Bedin qui s'en donnent à cœur joie.

Les Morzinois n'y croient plus et concèdent une dernière pénalité de Ben O'Connor à un peu moins de trois minutes de la fin. L'occasion d'une dernière démonstration offensive grenobloise ? Cela en prend le chemin avec un power-play bien installé et plusieurs tirs dangereux. Mais sur une reprise de volée qui aurait pu faire mouche, Aymeric Gillet manque le palet, les Morzinois peuvent se dégager et jouer le contre : Tartari revient bien en défense mais ne peut se saisir du palet. Les Pingouins finissent par marquer en lucarne par l'intermédiaire de Stefan Majernik qui prive dans les derniers instants Eddy Ferhi d'un blanchissage pourtant mérité (5-1, 59'22").

Malgré ce but, les Pingouins ont connu une soirée très difficile, à oublier rapidement. Avec un Guillaume Richard plutôt fébrile, ils se sont montrés très naïfs en défense à l'image du boulevard laissé à Baptiste Amar pour inscrire le quatrième but. Immonen a dû renforcer sa présence sur la glace au fil du match pour limiter la casse. Le renfort annoncé du jeune arrière russe Maksim Gubin fera le plus grand bien à une défense qui vient d'encaisser onze buts lors des deux derniers matchs de Magnus. En attaque, point fort théorique des Morzinois cette saison, le tableau n'est guère plus reluisant. Les deux premières lignes, mélanges hétéroclites de renforts de tous horizons, manquent encore d'automatismes au point que celle de Cyril Papa et Mickaël Brodin a été plus en vue. Et malgré des occasions franches, la finition n'a pas été au rendez-vous, les Pingouins ne perçant la muraille Ferhi qu'à la dernière minute sur contre-attaque. Les Morzinois pourront se ressourcer mardi à Mont-Blanc en coupe de la ligue, compétition dans laquelle ils sont encore invaincus.

Succès tranquille des Brûleurs de Loups qui alignent ainsi leur cinquième victoire d'affilée. Comme mardi, les Grenoblois ont eu la bonne idée d'ouvrir le score et se sont rendu le reste de la rencontre plus facile. Ce soir encore, les leaders ont répondu présents à l'image de la ligne "étrangère" qui semble enfin avoir trouvé son rythme de croisière. Rouleau, déjà double buteur mardi, a encore inscrit deux buts ce soir ; Ferhi, tout aussi solide que mardi, est passé tout près du blanchissage ; Krayzel, tourne à un but par match et continue de donner le tournis aux défenseurs par son maniement de la crosse déroutant. Broz continue de distiller des passes décisives et enfin Amar, discret en début de saison, monte en puissance à l'image de son but plein de maîtrise et de confiance. Seuls Sivic, qui a grandement besoin de débloquer son compteur but, et Tartari, plutôt effacé ce soir, restent en retrait. Les jeunes en profitent pour se mettre au diapason : Benoît, Raibon, Bedin et Suzzarini, promis en début de saison à la quatrième ligne, ont montré qu'il faudra désormais compter avec eux. Réalistes en attaque, sérieux en défense : les Brûleurs de Loups semblent enfin avoir retrouvé un jeu cohérent, fluide et sûr. Après ces deux bonnes performances cette semaine, leur saison parait enfin lancée.

Désignés meilleurs joueurs du match : Alexandre Rouleau (Grenoble) et Cyril Papa (Morzine-Avoriaz)

(photos www.hockey-passion.com)


Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Alexandre Rouleau (défenseur de Grenoble) : "L'esprit est bon en ce moment. On enchaîne les victoires et ça fait du bien."

Eddy Ferhi (gardien de Grenoble) : "Au niveau de la tactique, ça nous convient mieux. Mais il y a encore du boulot, on ne va pas sauter de joie maintenant."

 

Grenoble - Morzine-Avoriaz 5-1 (3-0, 1-0, 1-1)

Samedi 16 octobre à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3200 spectateurs
Arbitrage de Jimmy Bergamelli assisté de Guillaume Gielly et Geoffrey Barcelo

Pénalités : Grenoble 6' (4', 2', 0'), Morzine-Avoriaz 10' (0', 4', 6')
Tirs cadrés : Grenoble 37 (14, 9, 14), Morzine-Avoriaz 30 (11, 9, 10)

Évolution du score :

1-0 à 03'26" : Rouleau assisté de Krayzel et Broz
2-0 à 04'07" : Krayzel assisté de Broz et Sivic
3-0 à 18'31" : Rouleau assisté de Arrossamena et Le Blond
4-0 à 27'20" : Amar assisté de Crossman et Broz
5-0 à 47'40" : Avenel assisté de Broz et Krayzel (sup. num.)
5-1 à 59'22" : Majernik assisté de Santala et Toivonen (inf. num.)

 

Grenoble

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Baptiste Amar (C) - Jason Crossman ; Alexandre Rouleau (A) - Viktor Wallin ; Rémi Colotti - Aymeric Gillet.

Attaquants : Graham Avenel - Christophe Tartari (A) - Mathieu Le Blond ; Ludek Krayzel - Ludek Broz - Mitja Sivic ; Elie Raibon - Loup Benoît - Nicolas Arrossamena ; Joris Bedin ; Maxime Suzzarini.

Remplaçants : Sébastien Raibon (G). Absents : Raphaël Papa (disjonction acromio-claviculaire), Julien Baylacq (disjonction acromio-claviculaire), Maxime Moisand (adducteurs), Vincent Llorca (blessé à la main).

Morzine-Avoriaz

Gardien : Guillaume Richard

Défenseurs : Nicolas Antonoff [puis Immonen au 3e tiers] - Jimi Santala ; Ben O'Connor - Martin Millerioux ; Christian Elian (A) [puis Antonoff au 3e tiers] - Mathieu Jestin ; Santeri Immonen.

Attaquants : Denis Kadic - Toni Koivunen (A) - Matic Kralj ; Denislam Yusupov - Stefan Majernik - Martin Arup ; Cyril Papa - Mickaël Brodin (C) - Niko Toivonen.

Remplaçants : Adrien Morin (G), Olegs Koreškovs, Théophile Mourin, Romain Bonnefond, Loïc Gaydon. Absent : Maksim Gubin (non qualifié).