Colmar - Briançon II (Division 3, poule D, 3e journée)

Un match de goons

C'était la rentrée à la patinoire de Colmar ce soir. Forts d'une saison précédente réussie au niveau sportif (3e de leur poule de play-offs derrière Toulon et Belfort), les Haut-Rhinois abordent ce nouvel exercice avec des ambitions à la hausse : cette année, le président Fusillier vise le carré final, ni plus, ni moins ! (et même plus pour les années à venir)

La formule actuelle change : la première phase est composée de 4 poules de 7 équipes. Les quatre premiers de chaque groupe se rencontrent ensuite en éliminatoires : quarts de finale puis demis. Les quatre finalistes disputent alors le carré final. La poule de Colmar (poule D) rencontrera en éliminatoires la poule C (dite "poule de la mort" car incluant Strasbourg, Metz et Compiègne entre autres).

La poule D est composée, en plus de Colmar, des équipes de Besançon et Aubagne et des réserves de Morzine, Dijon et Mulhouse... plus la réserve de Briançon. Ainsi, le club haut-alpin est maintenant équipé pour connaître les affres de la relégation en D3 que l'intelligentsia hockeyistique française lui souhaite depuis quelques années.

Blague à part (quoique...), les Diables rouges, version réservistes, ont remporté deux victoires dans l'est face à Mulhouse et Dijon et sont déjà présentés comme un des favoris du groupe. Il faut dire que l'équipe est avant tout composée d'anciennes "gloires" locales ayant évolué en D1 et en Ligue Magnus "à Froger"... ou "à la Blache". En effet, les frangins Cal, Joubert, Ravoire et Sébastien Vidal, bref la fine équipe gapençaise, ont rejoint les Moreaux ou Gastaud. Finies les bastons entre Haut-Alpins pour savoir qui aura la suprématie départementale, tous sont unis maintenant sous le maillot de la sous-préfecture. Mine de rien, attention à cette équipe car ces mêmes joueurs sont loins d'être rouillés et ont suffisamment de bouteille pour savoir gérer un match, en plus de savoir manier la rondelle... On le verra d'ailleurs tout à l'heure.

Côté colmarien, l'effectif 2010-2011 a été globalement reconduit avec l'adjonction de quatre nouveaux : Christopher Dehan (Nice), Gilles Heintz (de retour après des passages à Mulhouse, Strasbourg puis Belfort), Timo Preuss (un jeune Allemand ayant joué à Mulhouse lors de leur première saison en D2, avant de retourner en réserve de Freiburg) et un joueur canadien toujours en attente de validation de sa licence. S'y ajoutent trois-quatre juniors, pressentis pour venir épauler l'équipe fanion quand le besoin s'en fera sentir.

Les Titans ont démarré leurs entraînements relativement tôt, courant août, mais n'ont pas disputé tous les matches de préparation qu'ils voulaient (la fédé ne permet plus la dérogation des matches amicaux joués fin août début septembre, soit à la limite de validité des anciennes licences alors que les nouvelles ne sont pas systématiquement reçues). Ils ont été laminés à Meudon en Coupe de France (15-0) mais l'exercice n'était pas vain non plus. Après tout, c'était une première pour le club. Le premier match de championnat, joué à Aubagne la semaine dernière, s'est soldé par une victoire 8-4 contre les Provencaux.

VidalCe soir, on entrait donc dans le vif du sujet pour les deux adversaires avec une question : c'est qui le chef ?

Bon, vu le déroulement de ce match de goons (on peut déjà le dire), un simple résumé des buts (et de deux trois faits marquants) devrait suffire :

3'38" But de Colmar (Zaenker) refusé pour position de hors-jeu

9'19" Après une progressive montée en puissance, Briançon ouvre le score par Sébastien « MasterGoon » Vidal, bien positionné et idéalement servi par Lionel Blanchard

11'37" Colmar, en infériorité, revient au score sur une combinaison entre Heintz (sortant de prison) et Maillot

29'19" Un peu à contre-courant du match, Colmar prend la tête sur une belle ouverture de Yannick Maillot que Julien Fuchs exploite.

36'05" La partie devient plus tendue, MasterGoon Vidal s'échauffe les poings contre BézaudGoon Blanck qui refuse la proposition. L'ancien Gapençais est prié de se calmer (il est toujours permis de rêver) douze minutes sur le banc des infamies.

36'41" Colmar prend une deuxième longueur d'avance, méritée celle-ci car les jeunes Alsaciens font preuve de nettement plus de détermination qu'en début de partie. C'est Maillot (doublement accroché auparavant quand même), diablement bien servi par Pierre Buchlin, qui exécute la sentence.

Dès lors, la partie, déjà quelque peu saccadée par les pénalités, devient chaotique, Briançon sort les boîtes (à claques) musclées dès que l'occasion le permet. Et tout ce petit monde se retrouve gentiment aux vestiaires, non sans que le corps arbitral ait eu des problèmes à gérer la partie, notamment les entrées et sorties de prison... et ce n'est pas fini !

42'19" TGV Timo (Preuss) éclipse tout son monde mais son lancer ricoche sur la transversale de Mickaël Doré, battu pour l'occasion.

49'13" quatrième réalisation colmarienne sur ce joli échange Blanck-Maillot en double supériorité... eh non ! Paraît-il qu'il y avait un patin alsacien dans la zone alpine... mais ce n'est pas l'essentiel. L'essentiel, c'est de se friter la tête, GoonJunior Vaissaire en avait tellement envie... Baston presque générale sur le glaçon, visiblement, Briançon exploite la moindre contrariété de jeu avec ses poings... pour finalement un joueur de chaque côté en taule... même pas drôle ! Pourtant, c'est le tournant du match.

Pas drôle, en effet, la suite... pour Colmar !

49'59" MasterGoon Vidal is back from jail... Installation en zone colmarienne, énorme charge dans le dos du sieur sur un Colmarien face à la bande... même pas sanctionnée par l'arbitre. Dans la continuité de l'action, Briançon revient au score face à des Colmariens déconcentrés suite à la charge (3-2).

50'17" Vidal sort... son (habile) jeu de mains avec la crosse et slalome impunément dans la défense locale  pour le 3-3.

52'10" Briançon prend la tête du match, sur un tir à bout portant de Cyril Arnaud face à Marc Buchlin abandonné. Sciés, les Colmariens... C'est malin d'avoir montré le tableau d'affichage à 3-1, en sortie de pugilat !

Le reste du match est pénible à regarder : joué rarement à 5 contre 5, arbitres dépassés par le comportement des teignes, les alpins « gèrent », les Colmariens n'y croient plus... On ne parle pas de la sortie triomphale et exemplaire des visiteurs devant les tribunes. C'était un match de goons on vous dit...

Quelques enseignements quand même. Après un premier tiers globalement subi, Colmar a plutôt bien géré son match en exploitant le peu d'occasions franches qui se sont proposées à eux. Au fur et à mesure de la partie, les Titans ont pris de plus en plus d'assurance, au point de gêner sensiblement leurs adversaires pendant le troisième tiers par un travail efficace et omniprésent de fore-check... mais tout ceci, c'était avant le bourre-pif général. Ceci dit, avec un peu de travail dans le placement, notamment devant Buchlin, et les relances, ça devrait tenir la route. Mais il faudra quand même cravacher pour rester dans le peloton de quatre.

Deuxième enseignement : Colmar est toujours trop indiscipliné. Ce défaut n'a pas trop d'importance quand on vise la dernière place de la poule de relégation. C'est nettement plus dommageable quand on vise le carré final. Quand on vise le podium et qu'on gagne 3-1 à dix minutes de la fin du match, on évite les méconduites pour vannes et/ou les pirouettes sur glace et on garde son énergie et sa concentration pour le score... Visiblement, y'a encore de boulot à ce niveau !

Troisième enseignement : Marc Buchlin est toujours en forme dans sa cage, qu'on se le dise ! Merci les deux arrêts réflexes consécutifs face à Moreaux en première période. Merci aussi ce grand écart inespéré alors que la cage est grande ouverte (29'33").

Briançon favori de la poule... certes. Par le cursus de bon nombre des zigs sur la glace, on voit bien que le placement est bien plus cohérent, que les passes sont plus automatiques et plus précises, que le powerplay est mieux installé, etc... Cela compense un patinage un peu pépère... mais ça n'excuse pas le comportement, on va dire décevant, de joueurs comme Jean-François Cal ou Hugues Moreaux que j'ai personnellement vu nettement plus corrects sur la glace dans leurs glorieuses années.

Prochain exercice pour Colmar : à Besançon, équipe qui compte trois victoires en trois matches et qui est menée à bout de bras par son entraîneur-joueur Lukas Frank... Finie la récré, on se reconcentre svp !


Colmar - Briançon 3-4 (1-1, 2-0, 0-3)
Samedi 16 octobre 2010 à 17h55 à la patinoire de Colmar. 200 spectateurs.
Arbitrage de MM. Geoffroy et Zaegel.
Pénalités : Colmar 50' (12', 8'+10', 10'+10') ; Briançon 34' (4', 10'+10', 10').
Tirs : Colmar 21 (8, 9, 4) ; Briançon 37 (13, 12, 12).
Évolution du score :
0-1 à 09'19" : Vidal assisté de Blanchard
1-1 à 11'37" : Maillot assisté de Heintz (inf. num.)
2-1 à 29'19" : Fuchs assisté de Maillot et Koenig
3-1 à 36'41" : Maillot assisté de P. Buchlin (sup. num.)
3-2 à 49'59" : N. Ravoire
3-3 à 50'17" : Vidal
3-4 à 52'10" : Arnaud assisté de J.-F. Cal


Colmar

Gardien : Marc Buchlin.

Défenseurs : Eloi Lenner (C) – Sébastien Muller ; Mickaël Tin (A) - Gilles Heintz ; Laurent Blanck – Pierre Zaenker.

Attaquants : duos d'ailiers Pierre Schultz - Timo Preuss ; Joan Koenig – Julien Fuchs ; Thimothée Heydt – Benjamin Leconte (A) ; Yann Pflieger – Christopher Dehan en rotation avec les centres Yannick Maillot, Pierre Buchlin et Vincent Besserer.

Remplaçants : Julien Hagenmuller (G), Quentin Besserer, Xavier Dufihl, Joris Eigelthinger.

Briançon

Gardien : Mickaël Doré.

Défenseurs : Jean-François Cal – Jonathan Vaissaire ; Hugues Moreaux (C) – Laurent Cal (A) ; Alexandre Joubert – Sébastien Joubert.

Attaquants : Lionel Blanchard – Cyril Arnaud – Christophe Gastaud ; Sébastien Vidal – Nicolas Ravoire - Stéphane Ravoire ; François Gonthier – Kenny Castegnaro – Éric Briolat.

Remplaçant : Matthias Aman (G).