Bilan et perspectives de la division 3

Pour la première fois, un bilan complet de la division 3 a été réalisé, qui apporte un coup de projecteur exhaustif sur la division-socle du hockey français.

Pour le compléter utilement, voici les perspectives de la nouvelle saison qui s'ouvre, avec sa nouvelle formule : 4 poules de 7 puis des play-offs en aller-retour jusqu'au carré final.

Groupe A (ouest)

C'est bien sûr Tours qui fait figure d'épouvantail. De l'équipe première, il ne reste plus que "l'étranger-modèle", le nouvel entraîneur-joueur Radek Stepan, et les jeunes Mathieu Pasquier et Mickaël Lamothe. Le reste de l'effectif est constituée de la réserve, avec le retour sur la glace de François Gleize (40 ans). Cette équipe mélange toutes les générations du hockey tourangeau : Yvon Bourgaut (51 ans) y côtoie Bastien Quinsac, le fils de Philippe qui a été champion de France en 1980 à ses côtés. Les Remparts, nouveau nom du club, devront se défendre contre des assaillants slovaques : Marek Matej et Martin Novak, les nouveaux attaquants de Limoges, une équipe qui avait devancé la réserve tourangelle l'an passé sans ses deux atouts (mais avec un entraîneur-joueur canadien reparti entre temps).

Yven Sadoun, après sa saison s'apprentissage comme entraîneur, va retrouver avec sa formation de Rennes un adversaire qu'il connaît bien : Brest, qui a recréé une réserve. En plus des jeunes locaux comme Gonzales et les frères D'Arvor qui auront le temps qui n'avait plus en D1, les Albatros comptent sur le retour sur la glace de deux joueurs qui avaient connu le Super 16 aux côtés des frères Sadoun : Sami Wikström et Bruno Maynard. Du coup, les Finistériens ont gagné le derby breton à la première journée et s'annoncent comme des prétendants sérieux à la qualification.

Or, c'est un objectif également clairement affiché par Poitiers, qui s'est renforcé. Avec les retours au jeu de Mick Joyeux et Charly Venien, plus l'arrivée de Vincent Lousteau-Casaux, le meilleur marqueur de Niort, les Dragons peuvent cracher le feu en attaque avec un jeu rapide, même s'ils sont plus légers en défense. Cela fait cinq équipes pour quatre places

Après le départ de leur entraîneur saint-pierrais Frédéric Levêque, qui était parfois coach mais souvent joueur du fait d'un effectif réduit, les Niortais abordent la saison sur la pointe des patins, même s'ils ont gagné leur match d'ouverture chez la réserve de La Roche, le petit poucet du groupe.

Groupe B (IDF/Normandie)

L'ACBB est entré dans une phase de réflexion et de reconstruction après des années difficiles en division 2. Il a d'abord retrouvé le goût de jouer en D3, et ses prestations en fin de saison ont montré qu'il avait les moyens de battre tout le monde dans cette division. L'arrivée d'Antoine Motte et du gardien Franck Constantin (en provenance de la réserve de Courbevoie) rend cette équipe encore plus solide.

Les joueurs de Boulogne-Billancourt sont donc les favoris légitimes mais ils devront compter avec les équipes-réserves franciliennes toujours dangereuses (Cergy, Courbevoie, Neuilly, Asnières) qui peuvent abriter à l'occasion des joueurs expérimentés, tel Jérôme Veret, l'an passé en Magnus, qui est passé sur le banc de l'équipe première de Neuilly-sur-Marne mais continue à jouer en D3. Les Havrais de Pierre-Jean Serville n'auront pas la partie facile dans ce groupe, alors que Saint-Ouen comptera sur l'association avec l'Entente Deuil/Garges pour bénéficier du même réservoir que les autres réserves de D1.

Groupe C (nord-est)

On le sait, le HC Metz est entré en conflit avec la FFHG depuis la création du club. La fédération lui reproche son manque de licenciés et d'efforts sur le mineur, le club conteste. Le HC Metz est engagé dans les mêmes catégories pour l'instant, mais on constate qu'il a obtenu que les créneaux de la patinoire (le problème selon Vladimir Kuznetsov interrogé la saison dernière) ont été décalés et commencent maintenant à 18h, laissant le temps aux enfants d'arriver après l'école. On verra comment la FFHG jugera le bilan du mineur, mais sur le bilan senior, le pronostic est favorable. Les partants ont été remplacés avantageusement : les deux Russes ont été remplacés par des compatriotes, et le Letton Undelis a été substitué par un Japonais, Naoki Kaneko. Des joueurs comme Sébastien Bergeret (ex-Anglet) ou encore Pierrick Dogar, un revenant de l'ancien club de Metz renforcent la densité de l'effectif. Avec le meilleur gardien de la division 3 (Cédric Dietrich), Metz sera à n'en pas douter le grand favori pour la montée.

Son principal rival se trouve peut-être déjà dans sa poule avec Compiègne, son nouvel entraîneur-joueur David Dostal et ses anciens joueurs d'élite comme Ondrej Prokop. Il faut dire que la poule nord-est est de nouveau la plus dense. La réserve de Strasbourg est toujours compétitive, et celle d'Epinal peut l'être tout autant. Chalons bénéficie toujours de l'association avec Reims. Même si la piste du retour dans la région de J-B Dell'Olio n'a pas abouti, Valenciennes peut compter sur ses deux Tchèques, notamment l'attaquant Lukas Mizerik qui ne fait pas preuve de mizerik...orde devant le but. Le Tornado Luxembourg s'en est rendu compte : le niveau de la D3 française est devenu plus élevé que la D3 mondiale !

Groupe D (sud-est)

Besançon a l'avantage de la stabilité, mais est très dépendant de deux joueurs : le gardien titulaire Sébastien Clerc et l'entraîneur-joueur Lukas Frank, qui marque la moitié des buts. Au complet, ces Remparts sont solides ; enlevez ces deux pierres et ils peuvent s'écrouler.

Yannick Maillot, entraîneur-joueur de l'ambitieux Colmar, a découvert un au cours d'une rencontre houleuse d'autres rivaux venus de son précédent club, Briançon, qui a monté une réserve avec les vétérans des Hautes-Alpes. C'est une typologie d'équipe proche de l'ancienne équipe Orcières/Gap qui avait déclaré forfait en seconde phase il y a quelques années, mais cette fois sous les couleurs briançonnaises.

Morzine aussi a remis en place sa réserve, de quoi donner du temps de jeu aux jeunes du cru mais aussi à un Romain Bonnefond qui ne joue plus en Ligue Magnus avec le recrutement de l'été. Ces quatre équipes devront défendre les quatre places en play-offs face aux réserves de Dijon et de Mulhouse, créées l'an dernier après la disparition du championnat espoirs dans l'est.

Le petit nouveau (le seul malheureusement), le Hockey Club de Provence basé à Aubagne, s'est inscrit en D3 dans une période où la région provençal concentre les attentions avec l'ouverture de la grande patinoire de Marseille. Sa force est de disposer de deux gardiens compétents, Cyprien Bautru (ex-doublure de Nantes) et Thibaud Sainte-Croix (ex-junior de Dijon). Ils étaient absents lors du 22-4 à Morzine, un bizutage dont il ne faut pas trop tenir compte. La profondeur de banc est cependant limitée.