Rouen - Angers (Coupe de la ligue, poule A, 6e journée)

AUBRY_Peter_100911_073Aux forceps

Final de la phase de poules de Coupe de la Ligue, avec en jeu, entre autres, la première place de la poule et Amiens en gueuleton au prochain tour pour le vainqueur. Nous sommes mercredi, une fois n'est pas coutume, à cause, la veille, d'un mouvement de grève du personnel municipal de la patinoire contre la réforme nationale des retraites.

Le RHE 76 a connu toutes les peines du monde pour venir à bout d'Angevins d'abords coriaces et solidaires, puis semeurs de zizanie au troisième tiers, malgré l'absence de trois titulaires, puis de deux supplémentaires. Tomas Baluch n'est pas remonté sur le glaçon rouennais après la seconde pause. Peter Aubry, le gardien de l'ASGA, a été expulsé en toute fin de deuxième tiers par un arbitre aux grandes oreilles. Ces deux « forfaits » additionnels au plus mauvais moment car les Ducs accusaient alors un retard de deux buts !

S'il avait été là, Sébastien Chabal, qui devait hier donner le coup d'envoi de la partie, aurait attendu longtemps avant de voir une occasion dans ce match... Mis à part un lancer frappé de loin par Calle Bergström sur le casque de Peter Aubry lors de la première des (trop) nombreuses pénalités de la rencontre (3'01), on aura attendu la... 39e minute et un tir de Daniel Babka (sur le poteau ?) pendant qu'Éric Fortier était très sévèrement puni pour un cinglage sur Fabrice Lhenry (38'12).

Non pas que les deux finalistes de la coupe Magnus 2010 y aient mis de la mauvaise volonté. Bien au contraire. Mais il manquait pas mal d'explosivité aux attaques pour prendre le dessus sur les défensives. Ces dernières ont fait preuve d'une grande efficacité en empêchant au maximum le trafic d'attaquants avec ou sans palet dans le slot. Et lorsque cela se présentait, il y a toujours eu un geste défensif pour nuire aux lancers dangereux.

MALLETTE_Carl_100911_293Dès lors, les tirs étaient très souvent adressés de loin. Parfois, ils étaient aussi très excentrés. Comme les gardiens, qui en outre ne sont n'importe qui, faisaient leur travail dans un match serré, ce sont les jeux de puissance qui allaient faire la différence.

Cependant, dans le premier tiers les deux équipes aux canonniers pourtant réputés se montraient défaillants dans leurs tentatives à un joueur de plus.

Surtout les visiteurs lorsque François-Pierre Guénette récupère la rondelle d'un coup d'épaule au nez et dans la crosse d'Éric Fortier installé avec ses coéquipiers en avantage numérique chez leurs hôtes. Car la recrue des Hautes Alpes, part en deux-contre-un avec Julien Desrosiers. L'ailier international, après la bonne passe du joueur de centre, ne se prive pas d'ajuster le but dans le haut des filets et ouvre score (1-0 à 31'37).

Les joueurs de Martin Lacroix, éternel intérimaire du coaching angevin, (Kevin Constantine, l'entraîneur en chef, a démissionné deux jours avant ce match et au bout d'un mois seulement de collaboration au Haras) sont fébriles et ils enfilent les prisons. Alors à cinq contre trois, ce fut facile pour les Dragons d'enfiler derechef. François Pierre Guénette reprend, vers une cage ouverte, un gros rebond que Peter Aubry a concédé d'un tir à bout portant d'Ilpo Salmivirta (2-0 à 39'06).

Peter Aubry, qui a offert la double supériorité aux joueurs de Rodolphe Garnier en bougeant sa cage du patin sur une chance de Marc-André Thinel, est énervé. Le portier s'en prend à l'arbitre et ne lui parle pas que de la pénurie de gas-oil. Le siffleur fou tout rouge le condamne à dix minutes de méconduite. Mais le Canadien de trente trois ans est furieux et dit tout haut ce qu'il pense au zèbre royal. Il en faut beaucoup moins d'habitude pour que Bergamelli se mette sous les feux de la rampe à la place d'y mettre le jeu, « la game ». Comme l'homme aux manches oranges est mieux équipé des oreilles que des yeux, au discrédit du gardien, il exclut Peter Aubry du match !

LAHESALU_Lauri_100911_157Lucas Normandon fait donc son entrée devant la cage des Ducs. Il fait le boulot pendant les cinq minutes d'infériorité de son équipe causées par le renvoi de son collègue. Surtout devant Matthieu Brunelle (42'38).

Heureusement, Lucas Normandon pourra souffler sur quatre pénalités rouennaises. Parce que les joueurs des bords de Seine se font prendre petit à petit au piège tendu pars des Angevins roublards. Ceux-ci pourrissent le match. Le sabotage de la rencontre est orchestré par Jonathan Bellemare que Bergamelli, après l'expulsion inintelligente de Peter Aubry protège malgré les mauvais coups distribués par le capitaine des Ducs. Les Dragons ne se concentrent plus sur leur jeu mais sur les joueurs adverses pour se venger des provocations adverses. Tous les contacts sont autant de motifs à chamailleries, querelles et voie de faits. À l'image de leur capitaine Carl Mallette très bien stoppé entre la balustrade et le fessier de Daniel Carlsson mais vexé qui accroche puis décoche quelques crochets sur son ancien partenaire (44'08). Et cela fonctionne !

Pendant la quatrième infériorité rouennaise de ce tiers, qui donne une double supériorité à l'ASGA, Lauri Lahesalu, sur le cercle d'engagement droit, réduit la marque dans le haut des filets (2-1 à 51'19). Trois minutes plus tard, les Normands se déconcentrent et s'arrêtent de jouer quand la cage de Lucas Normandon a bougé (volontairement ?). C'est une erreur. Marc Bélanger récupère le caoutchouc, part en contre à droite et adresse un tir-passe qui poursuit son chemin débonnaire entre les jambières de Fabrice Lhenry sans doute pas exempt de tout reproche (2-2 à 54'23).

Les joueurs angevins orphelins d'entraîneur en chef poursuivent leurs bons mouvements. Jonathan Bellemare fait briller un Fabrice Lhenry pas décontenancé par le second encaissé (54'45). Les dernières escarmouches de part et d'autres ne donnent pas de vainqueur à la fin de l'heure de jeu. Alors il faut jouer la prolongation.

Celle-ci ne sera que dans un seul sens. Sud – Nord, c'est à dire vers le but des joueurs du Maine-et-Loire. Jonathan Janil prend le meilleur sur Pavol Mihalik. L'ancien Caennais s'arrache le long de la bande à droite et d'un tir excentré à ras la glace entre les jambières de Lucas Normandon offre Amiens aux supporters de l'île Lacroix pour le prochain tour de la coupe de la ligue. Ouf !

 

Rouen - Angers 3-2 après prolongation (0-0, 2-0, 0-2, 1-0)
Mercredi 20 octobre 2010 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2183 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli assisté de Pierre Dehaen et Yann Furet.
Pénalités : Rouen 20' (10', 2', 8') ; Angers 53' (8', 8'+10'+5'+20', 2').
Évolution du score :
1-0 à 31'37" : Desrosiers assisté de Guénette et Babka (inf. num.)
2-0 à 39'06" : Guénette assisté de Salmivirta et Thinel (double sup. num.)
2-1 à 51'19" : Lahesalu assisté de Fortier et Poudrier (double sup. num.)
2-2 à 54'23" : Belanger
3-2 à 62'20" : Janil assisté de Desrosiers et Olsson

 

Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Jonathan Janil – Daniel Babka ; Jens Olsson – Calle Bergström ; Cédric Custosse – Juha Alen.

Attaquants : Julien Desrosiers – Carl Mallette (C) – Teddy Da Costa ; Ilpo Salmivirta – François-Pierre Guénette – Marc-André Thinel (A) Mathieu Brunelle – Jonathan Zwikel – Alexandre Mulle.

Remplaçants : Thibault Maggi (G), Florian Duval, Nicolas Lehericey et Quentin Berthon. Absents : Sebastian Ylönen (EDF U20), David Holmqvist (adducteurs), Luc Tardif Jr (suspendu), Romain Guttierez, Peter Valier et Anthony Rech (EDF U20).

Angers

Gardien : Peter Aubry [puis Lucas Normandon à 39'06]

Défenseurs : Michael Irani – Lauri Lahesalu ; Daniel Carlsson – Simon Lacroix ; Pavol Mihalik.

Attaquants : Eric Fortier – Jonathan Bellemare (C) – Marc Bélanger ; Tomas Baluch (A) puis Valentin Michel à 40'00 – Thiery Poudrier – Matthieu Frecon ; Juho Jokinen (A) – Brian Henderson – Julien Albert.

Remplaçant : Nicolas Hebert. Absents : Charlie Doyle (légère entorse du rachis cervical), Per Braxenholm (adducteurs), Pierre-Luc Laprise (genou), Brice Chauvel (adducteurs), Kevin Constantine (entraîneur, transféré à Ambri-Piotta).