Reims - Valence (Division 1, 6e journée)

Les Phoenix prennent feu !

L’obstacle montpelliérain franchi victorieusement, Reims retrouve ce week-end une équipe au style plus accrocheur, les Lynx de Valence, avec l’ambition de valider les deux points acquis dans l’Hérault. Pour ne pas tomber dans le piège drômois, le coach rémois a mis en garde ses joueurs contre tout excès de confiance, tout en s’appuyant sur leurs points forts. Côté alignement, seul Lohou fait toujours défaut et Reims peut se présenter dans une formation habituelle face aux Lynx.

Et pour se préserver de toutes mauvaises surprises face à une formation en bas de tableau au classement (11ème), l’idéal est de démarrer du bon pied. Seulement en l’espace de 47 secondes, les Rémois se mettent doublement à la faute et Valence se retrouve en position avantageuse pour prendre les devants au score. Heureusement, les Lynx peinent à installer leur jeu de puissance face à des Rémois bien organisés, qui s’en sortent finalement sans dommage. Revenus à 5, ces derniers peuvent enfin placer leurs premières banderilles, qui vont très vite semer le trouble dans la défensive adverse, à l’instar de Lacaes pris par la patrouille à 4’49". Pourtant en infériorité, Valence n’hésite pas à se porter à l’attaque et tente une percée par Parviainen avec un tir du revers, sans succès non plus. Seulement, sur le contre la réponse rémoise est terrible. Desrosiers transmet sur l’aile droite à Savoie, ce dernier accélère et transmet le puck au deuxième poteau à Jéréy Sabatier, qui ne se fait pas prier pour ouvrir la marque (1-0 à 05’09").

Sur sa première occasion, Reims a saisi sa chance et Valence semble sonné par ce fait de match. Pour preuve, sur la remise en jeu, la défense des Lynx cafouille un palet devant ses buts. Il n’en faut pas plus à Rehor pour exploiter le revirement et récupérer la rondelle pour la transmettre à Florian Sabatier, qui marque comme à la parade sur le deuxième tir rémois (2-0 à 05’34"). Le réalisme glacial a parlé et Valence se retrouve bien en retard désormais, regrettant sûrement sa double supériorité du début de match. De son coté, Reims poursuit sur sa lancée et continue à faire souffrir son hôte du soir, cela malgré une nouvelle infériorité à la sixième. Tour à tour, Savoie, Rehor et Vrielynck ont l’occasion de donner un break intéressant, mais la réussite n’est pas au rendez-vous à chaque fois.

Ces petits « maux » rémois permettent aux Lynx de rester en vie et ceux-ci sortent petit à petit la tête de l’eau au fil des minutes. Kubis n’a pourtant que peu de travail à effectuer jusque là, le Tchèque faisant le métier face aux essais de Parviainen ou encore Tharreau. Reims obtient deux autres chances en supériorité, mais les gros canons des Phénix buttent sur un Valentin alerte cette fois-ci. Le temps passe et les locaux se heurtent toujours à une formation drômoise qui attend son heure pour refaire surface. Et cela a bien failli arriver en toute fin de période. Alors en infériorité, Parviainen fausse compagnie à l’arrière-garde rémoise et se présente seul face à Kubis, qui sort vainqueur de son duel à la grande joie de Bocquaine. Assurément un arrêt déterminant que vient de réaliser là le portier tchèque, permettant aux Phénix de garder leur aise à la marque. Cette dernière frayeur passée, les hommes de François Dusseau peuvent regagner leur chambre, conscients que rien n’est acquis.

A la reprise, Reims, qui a pris note de l’avertissement en fin de premier tiers, repart sur les chapeaux de roue. Profitant d’une énième supériorité numérique, Molmy adresse une longue passe avec la bande à Vigners, qui s’avance sans être attaqué et nettoie la lucarne droite de Valentin (3-0 à 20’15"). On croit le plus dur de fait, mais un relâchement coupable et immédiat va relancer Valence. Parviainen s’en va dans un débordement, fait le tour de cage et sert Billieras qui réduit le score, se faisant quelque peu pardonner sa pénalité précédente (3-1 à 20’52"). Le jeu a du mal à gagner en fluidité en ce début de tiers et une nouvelle pénalité drômoise n’y aide pas. Les Phénix tentent d’en profiter, sauf qu’un surnombre vient contrarier leurs plans (22’15"). A son tour en infériorité, Reims n’en reste pas moins dangereux et Desrosiers, servi par Vesely, s’en va mystifier Valentin d’un tir partie supérieure au premier poteau (4-1 à 23’30").

Trois minutes plus tard, les locaux vont enfoncer un peu plus le clou en supériorité. Sur un jeu de passes rapides du duo Florian Sabatier/Prochazka, Molmy se retrouve esseulé dans l’axe et vient ajuster tranquillement le portier drômois (5-1 à 28’15"). Suite à ce but, Valence change de gardien et Lucas Fournier remplace Valentin. Comme lors du troisième but, Reims va relâcher son attention et va le payer quasi immédiatement. Samson parvient à s’avancer en zone offensive, mais son tir, contré par Prochazka, revient dans la palette de Sangiorgio, qui profite de l’aubaine pour marquer (5-2 à 29’28"). Ce but redonne de l’allant aux Lynx, qui mettent du coup plus de pression sur les buts de Kubis.

Le pressing des visiteurs s’avère toutefois limite et va occasionner une montée de la tension dans les débats. Pendant une dizaine de minutes, le corps arbitral va tenter de gérer avec psychologie les diverses frictions entre Phénix et Lynx, suite à quelques touchettes des visiteurs à l’encontre de Kubis. Durant ce passage rugueux, les pénalités distribuées occupent les responsables des prisons, mais le jeu perd en intensité. Valence passe bien prêt de recoller un peu plus au score et il faut un Kubis omniprésent pour préserver l’avantage des siens. En fin de période, Reims creuse l’écart en situation de 5 contre 4, avec un tir précis de Prochazka qui laisse sans réaction Fournier (6-2 à 38’42"). Rien ne change jusqu’à la sirène et les Phénix peuvent regagner leur vestiaire avec une avance confortable.

Au retour sur le glaçon, la tension semble être retombée et le jeu regagne en clarté. Reims retrouve son jeu rapide et Valence est de nouveau en souffrance. A la 44ème, Desrosiers offre un nouveau déboulé en zone offensive et repère son compatriote Gervais, posté au deuxième poteau, qui s’en va transpercer la muraille Fournier pour la septième fois de la soirée (7-2 à 43’00"). Deux minutes plus tard, après un nouvel échange d’amabilités, les gros canons rémois reviennent en scène. Savoie, servi par Gervais, parvient à repiquer vers le portier des Lynx, pour l’ajuster de son revers magique (8-2 à 45’29").

L’électrochoc du changement de gardien n’ayant pas porté ses fruits, le coach des Lynx décide de relancer son gardien n°1 Valentin pour les dix dernières minutes. En parallèle, la tension va refaire son apparition et, sur un arrêt de jeu, le tandem Savoie/Lacaes termine de s’expliquer de façon virile. Les deux joueurs partis « se reposer » en prison, le jeu reprend ses droits et Reims peut continuer à se faire plaisir dans ce match. A la 53ème, Vrielynck bonifie un travail le long de la bande de Rehor, puis repère dans le slot Molmy, qui fusille à bout portant Valentin (9-2 à 52’00"). La suite du match est décousue, Valence est résigné et seul Parviainen continue de tester la mitaine de Kubis.

De son côté, Reims continue d’attaquer et va alourdir la note dans les dernières minutes. A 58’05", Rouillard, après une première feinte, se retrouve libre coté gauche et se connecte avec Vigners, qui inscrit son deuxième du match avec une puissante reprise de volée (10-2 à 58'05"). Le récital ne va pas s’arrêter là pour les Phénix et leurs partisans. Quarante secondes plus tard, tel un renard, Rehor chipe un palet à la défense des Lynx et inscrit dans un trou de souris le onzième but rémois (11-2 à 58’45"). Cet ultime but clôt le festival offensif des locaux, qui peuvent célébrer en toute sérénité leur succès au klaxon final.

Avec ce large succès, Reims avance au classement (troisième avec 10 points) et préserve son invincibilité à domicile, avant d’entamer une grosse semaine. En effet, mardi, la formation de François Dusseau se déplacera chez le leader de Ligue Magnus, Strasbourg, à l’occasion de la Coupe de France, avant un déplacement à hauts risques du côté d’Anglet la semaine prochaine.

Compte-rendu du site officiel des Phoenix de Reims


Reims - Valence 11-2 (2-0, 4-2, 5-0).
Samedi 23 octobre 2010 à 20h00 à Bocquaine. 721 spectateurs.
Arbitrage de Thibaud Juret assisté de Sébastien Geoffroy et Jérémy Metais.
Pénalités : Reims 46' (6', 10'+10', 10'+10'), Valence 56' (8', 12'+10’, 16'+10').
Évolution du score :
1-0 à 05'09" : J. Sabatier assisté de Savoie et Desrosiers (sup. num.)
2-0 à 05'34" : F. Sabatier assisté de Rehor
3-0 à 20’15" : Vigners assisté de Molmy et Prochazka (sup. num.)
3-1 à 20‘52" : Billieras assisté de Parviainen
4-1 à 23'30" : Desrosiers assisté de Vesely et Prochazka (inf. num.)
5-1 à 28‘15" : Molmy assisté de Prochazka et F. Sabatier (sup. num.)
5-2 à 29'28" : Sangiorgio assisté de Samson et Parviainen
6-2 à 38‘42" : Prochazka assisté de Savoie et Desrosiers (sup. num.)
7-2 à 43'00" : Gervais assisté de Desrosiers et Coustenoble
8-2 à 45'29" : Savoie assisté de Gervais et Desrosiers (sup. num.)
9-2 à 52’00" : Molmy assisté de Vrielynck et Rehor (double sup. num.)
10-2 à 58'05" : Vigners assisté de Rouillard et Gervais
11-2 à 58’45" : Rehor