Toulon - Français Volants de Paris (Division 2, groupe B, 5e journée)

Bienvenue au hockey à Marseille !

MAZZONE_Arnaud-Franais_Volants-200901C'est donc un match de D2 qui inaugure officiellement ce petit bijou qu'est le PGG (Palais de la Glisse et de la Glace) à Marseille. Bien qu'elle ne soit pas pleine, l'ambiance était présente dans la - désormais - plus grande patinoire de France. Avec 5000 places assises, seul Bercy la dépasse. À l'initiative des Boucaniers de Toulon, le public à pu découvrir cette patinoire splendide.

C'est à l'annonce de l'effectif des Boucaniers que l'on comprend que les Toulonnais joueront à domicile à Marseille ! Le promu Toulon a déjà acquis trois points en trois rencontres, puisqu'il compte un match en moins. En revanche pour Paris, la victoire semble impérative au vu du classement : avant-dernier avec 1 point. Cette rencontre est donc d'une importance cruciale pour les deux équipes qui cherchent à se repositionner au classement.

Dès le début du match, les Boucaniers se montrent dangereux, et sur un palet perdu bêtement par les attaquants parisiens, ils ratent de peu l'ouverture du score. Le palet va d'un bout à l'autre de la glace. Après une faute de Mazzone sanctionnée par les arbitres, les Boucaniers obtiennent le premier avantage numérique de la partie en leur faveur. Ils installent leur jeu de puissance et marquent facilement après une série de passes par l'intermédiaire de Petr Burda (1-0, 3'21").

Moins d'une minute plus tard, sur un contre, après une erreur du dernier défenseur parisien, Willy Autran récupère le palet devant la cage et trompe facilement le gardien. Les Toulonnais poussent, et sentent leurs adversaires en difficulté dans ce premier tiers. Sur une action devant le but des Francais Volants, Tomas Salma lobe le gardien Johan Bäckö, assis et impuissant (3-0, 06'36"). Le jeu perd petit à petit de son superbe et les Boucaniers se font moins décisifs dans les duels.

Lors du premier powerplay pour Paris, Mazzone, légèrement excentré sur la gauche, trompe d'une frappe peu puissante le gardien toulonnais (3-1, 13'42"). Par la suite, le jeu s'équilibre. Les frappes s'enchaînent des deux côtés de la glace, mais le score reste inchangé, notamment grâce aux gardiens.

À l'entame du deuxième tiers, Les Toulonnais sont confiants, mais prudents. En effet, les Français Volants se montrent plus entreprenants devant les buts, mais toujours trop approximatifs dans le dernier geste. Après une récupération en milieu de glace, les Parisiens se présentent en zone offensive. Julien Boulet sert idéalement Nicolas Chauveau qui trompe Hildeby d'une frappe pure. Il permet à son équipe de recoller au score (3-2, 26'48"). Le match est relancé. Les Français Volants installent leur jeu et deviennent un réel danger pour la défense toulonnaise qui se comporte très bien dans ce deuxième tiers. Malgré de nombreuses occasions, les Parisiens n'arrivent pas à égaliser et se heurtent à un bon gardien.

AutranLe dernier tiers sera décisif. Et dès le début, on sent les deux équipes crispées. Rapidement, les Français Volants mettent la pression sur la cage adverse. On dénote de nombreuses imperfections dans leur jeu : passes mal dosées, jeu trop personnel... Les attaques se multiplient, mais aucune ne permet aux Parisiens de revenir. On croit donc que le dernier tiers va être comme le précédent : dominé par les Volants dans le jeu, sans remettre en cause l'avance des Boucaniers au tableau d'affichage. Mais sur une récupération toulonnaise, le solide attaquant Tommy Latouche-Gauvin vient servir Richard Brodeur qui fusille le portier parisien Bäckö (4-2, 46'11").

La tendance s'inverse, et ce sont les Boucaniers qui se montrent dangereux à présent. Johan Bäckö, esseulé, frise la correctionnelle, après l'enchaînement de plusieurs frappes. Moins d'une minute plus tard, sur une interception en zone offensive, Petr Burda vient le tromper d'une frappe forte (5-2, 51'06"). Seulement cinq secondes plus tard, sur l'engagement, les ¨Parisiens réduisent la marque par l'intermédiaire de Mazzone (5-3, 51'11"). Quel match ! Mais, sur l'action suivante, après avoir bien construit le jeu autour de la cage, Willy Autran sert Jan Katrusin (6-3, 51'44"). Après une erreur d'un défenseur varois, Einar Engström intercepte le palet, et trouve Kévin Guimbard qui bat Bäckö impuissant (6-4, 54'46").

À moins de cinq minutes de la fin de la rencontre, les Parisiens tentent un pari risqué : alors qu'ils sont en supériorité numérique, ils décident d'enlever le gardien. La suite est moins joyeuse : un attaquant parisien perd le palet, et Latouche-Gauvin va d'une frappe puissante inscrire le dernier but de cette rencontre décidément riche en rebondissements (7-4, 56'24"). Paris est KO. Les Boucaniers imposeront leur jeu jusqu'à la fin de la rencontre.

Ce match aura donc été une réussite en tout point. Tout d'abord, d'un point de vue politique : on a pu assister pour la première fois à un match de hockey sur glace de niveau national à Marseille. Toutefois, il teste quelques petits détails à régler, comme le speaker, qui a annoncé les années de naissance des Français Volants au lieu des numéros des joueurs ! Cette expérience fut forcément enrichissante pour le personnel de la patinoire, pas trop habitué à ce type d'événements, qui devrait toutefois se multiplier avec France-Italie (en décembre).

Côté jeu, malgré ce score "fleuve", le match a été très serré et s'est joué sur des petites erreurs. Les deux équipes ont du mal à exploiter la largeur de la glace. Pour les Boucaniers, on ne joue pas assez collectif. Côté parisien, on remarque le manque de réalisme des attaquants, qui malgré de nombreuses occasions, n'ont pas réussi à mettre le palet au fond. De même, il se repose trop sur le gardien Johan Bäckö, solide, qui a sauvé à de nombreuses reprises son équipe.

Les Boucaniers de Toulon réalisent la bonne opération, puisqu'ils grimpent à la quatrième place à égalité avec Viry, Meudon, Amnéville, et Val Vanoise (4 points). De leur côté, les Français Volants sont maintenant bon derniers avec un point. Mais tout n'est pas perdu pour cette équipe qui aura très prochainement l'occasion de se rattraper...

 

Toulon - Français Volants de Paris 7-4 (3-1, 0-1, 4-2)
Samedi 30 octobre 2010 à 15h00 à Marseille Grand Est. 1200 spectateurs.
Arbitrage de Didier Drif et Kamel Kattouche.
Pénalités : Toulon 14' (4', 6', 4'), FV Paris 12' (6', 0', 6').
Évolution du score :
1-0 à 03'21" : Burda assisté de Brodeur et Kollar (sup. num.)
2-0 à 04'09" : Autran
3-0 à 06'36" : Salma assisté de Bidoli et Merbah
3-1 à 13'42" : Mazzone assisté d'Engström et Guimbard (sup. num.)
3-2 à 26'28" : Chauveau assisté de Boulet
4-2 à 46'11" : Brodeur assisté de Latouche-Gauvin et Burda
5-2 à 51'06" : Burda assisté de Brodeur et Kollar (sup. num.)
5-3 à 51'11" : Mazzone
6-3 à 51'44" : Katrusin assisté d'Autran et Anaïs
6-4 à 54'46" : Guimbard assisté d'Engström et F. Brodin
7-4 à 56'24" : Latouche-Gauvin assisté de Burda (inf. num.)