Rouen II - Asnières (Division 2, 5e journée)

Deux précieux points pour la D2...

En inscrivant deux buts dans les cinq premières minutes face à Asnières, la Division II rouennaise pouvait penser avoir fait le plus difficile. Pourtant face à des Castors accrocheurs, les Rouennais ne feront que tomber de Charybde en Scylla pour finalement s'imposer 6 buts à 4 à une dizaine de minutes de la sirène finale.

Ainsi, après un début de match délicat où les Dragons peinaient à se mettre en route à l'image d'une série de trois dégagements interdits signes de la maladresse ou d'impuissance (01'59"), la formation rouennaise profitait d'une pénalité différée pour ouvrir le score. Évoluant à 6 contre 5, Nicolas Levasseur de la bleue endossait le costume de premier artilleur de la rencontre sur un lancer d'artificier à la bleue (1-0 à 03'42"). Dopés par cette opportune ouverture du score, les attaquants jaunes et noirs poursuivaient le forcing sur la cage d'Arthur Rabany. Furieux au moment de déborder et faire le tour de la cage parisienne, Valentin Dumélié, altruiste au lieu de prendre un logique lancer, trouvait le décalage pour Romain Gutierrez seul au deuxième poteau pour le 2-0 (05'03").

Pourtant bien lancés, les Seinomarins remettaient l'équipe d'Asnières en jeu en concédant un jeu en infériorité numérique dans la foulée (05'24"). Une très belle occasion de revenir que Gaëtan Portier exploitait parfaitement en réduisant le score (06'07"). Dès lors, le flux offensif normand semblait tari, pire quelques erreurs offraient aux joueurs de Dimitri Fokine l'occasion de raccrocher le bon wagon à l'image de ce stupide palet perdu dans la neutre qui déclenchait un trois contre un parisien (11'35"). Loin de passer l'arme à gauche, le Dragon n'en était pas moins malade puisqu'il faudra patienter pas loin de huit minutes pour une nouvelle offensive jaune et noire. Cette dernière était menée par Kévin Marias-Magill derrière la cage qui combinait avec Thomas Dreyfus. Tentant une remise directe pour son compère, le numéro 7 haut normand manquait sa cible mais trouvait néanmoins avec fortune un Franck Pihan embusqué à la bleue. Le lancer puis la tentative de déviation devant la cage ne donnaient guère d'occasion de lever les bras mais l'action avait au moins le mérite de laisser les Dragons sur une bonne note avant la fin des vingt premières minutes.

Une bonne note, ternie d'entrée de jeu dans la deuxième période. En effet, dès la reprise, Martin Domian s'illustrait en inscrivant son quatrième de la saison pour les Castors (21'57"). Revêches, les Dragons tentaient bien de réagir mais le retour en grâce des Parisiens semblait les avoir fort contrariés. D'autant plus que, de fil en aiguille, le corps zébré s'en prenait vertement à la tunique au Dragon. Ainsi, à la mi-match, c'est à cinq contre trois que les Dragons devront défendre leur peau (28'57"). Au lieu de concéder un but, c'est tout le contraire qui arrivait à la formation de Julien Guimard. Faisant montre de tout son talent, Peter Valier s'envolait en double désavantage numérique pour porter la marque à 3-2 (29'13"). Un but « à faire lever les foules » qui donnait des idées quelques secondes plus tard à Aurélien Gréverend en power-play. Une mine surnaturelle expédiée depuis la bleue et les Rouennais menaient à nouveau de deux buts (31'50"). Mieux que de « sauver le canapé au milieu de l'incendie », les Dragons s'étaient à nouveau mis à l'abri et pouvaient voir en l'avenir un ciel radieux en dépit d'une dernière série de pénalités qui auraient pu, qui auraient du remettre les choses à plat (35'55", 36'27" et 37'37").
 
Sans le savoir, les Franciliens venaient peut-être de perdre leurs dernières cartouches en vendangeant autant d'opportunités en avantage numérique. Loin de toutes ces considérations, Valentin Dumélié profitait des premières minutes de la troisième période pour jouer les fossoyeurs. En envoyant l'avance des Dragons à trois buts, nul doute que, sur le banc rouennais, on pensait au succès acquis. A classer parmi les outsiders de cette poule A au même titre que les Dragons, Asnières faisait honneur à son statut en ne lâchant pas l'affaire aussi facilement. Réduisant le score par William Guillon en avantage numérique (50'06"), la perspective d'un formidable retour en grâce germait dans l'esprit parisien d'autant plus que Dave Bertrand se servait d'une équipe de Rouen à l'agonie pour faire afficher au tableau des scores un sybillin 5-4 (50'55").

Pour les Dragons, il aurait été fort dommageable de mettre à mal le début de saison et les efforts dans cette rencontre en concédant des points face à une équipe d'Asnières accrocheuse mais peu inspirée. Là encore, les Rouennais faisaient preuve de caractère pour se sortir de l'adversité. Au plus fort de la tempête, Valentin Dumélié se montrait particulièrement aimable en convertissant une passe de Romain Gutierrez en sixième but (51'38"). Cette fois, les Castors ne parviendront plus à revenir au score et les Rouennais tenaient leur important succès pour rester dans le sillage des intouchables dunkerquois. Avant de voyager à Orléans la semaine prochaine, les Rouennais restent ancrés à la deuxième place du classement, ex-aequo avec Wasquehal, distancés à deux points des Corsaires de Dunkerque, les Nordistes se retrouvant confrontés à l'occasion de la prochaine journée.

 

Rouen II - Asnières 6-4 (2-1, 2-1, 2-2).
Samedi 30 octobre 2010 à 20h00 à la patinoire de l'Ile Lacroix.
Arbitrage de Pascal Telliez et Frédéric Massé.
Pénalités : Rouen II 20' (6', 12', 2'), Asnières 26' (4'+10', 6', 6').
Évolution du score :
1-0 à 03'42" : Raimbourg assisté de Valier
2-0 à 05'03" : Gutierrez assisté de Dumélié
2-1 à 06'07" : Portier assisté de Cuzin et S. Guillon (sup. num.)
2-2 à 21'57" : Domian assisté de Portier et Cuzin
3-2 à 29'13" : Valier (double inf. num.)
4-2 à 31'50" : Gréverend assisté de Gutierrez et Dumélié (sup. num.)
5-2 à 49'15" : Dumélié
5-3 à 50'06" : W. Guillon assisté de Cuzin et S. Guillon (sup. num.)
5-4 à 50'55" : Bertrand assisté de Stenhols et Capet
6-4 à 51'38" : Dumélié assisté de Gutierrez