Amiens - Rouen (Coupe de la Ligue, 1/4 de finale aller)

Au cap de Bonne Espérance

Couverture

Voilà en quoi s'est transformée hier l'arène de la ville la plus au nord de la France du côté de l'Élite. Non pas pour la navigation rouennaise qui a chaviré, mais pour des Amiénois qui emportent un match ouvert, spectaculaire d'un côté comme de l'autre. Sans Claireaux et Béron, mais avec le retour à la maison de Deniset, Antoine Richer se permettait un alignement inédit qui devait enrayer la machine normande au grand complet. Ce mardi 2 novembre, ce que l'on ose parfois imaginer à Amiens et que l'on craint rarement à Rouen s'est réalisé.

Un premier tiers de pénalités et un réalisme des jaunes précédait un tiers médian à l'avantage des Amiénois. Trois buts en cinq minutes et les locaux virent en tête avec, peu avant la pause, une réduction du score signée Carl Mallette. Vingt minutes à dominer sans marquer, puis les visiteurs se fatiguent tout comme leurs adversaires. La défense des gris tient, et Bergin mène un contre qui enflamme le public. 4-2, et Thompson achève les Normands par un énième arrêt.

Match référence pour les deux équipes, en deux versions différentes : pour Amiens un collectif et une prestation recherchés depuis le début de l'année, pour Rouen le match de base à partir duquel il faudra travailler. Réitérer pour les uns, réajuster pour les autres, le tout dans des délais extrêmement courts : à une semaine du match retour à l'Ile Lacroix.

1er_tiersLe vent des prisons

C'est avec cinq minutes d'avance et environ deux cent supporters rouennais venus en Picardie que le match commence. Pour ce qui est des cinq minutes d'avance, oubliez-les, l'arbitre principal du soir fait vérifier les filets jusqu'à ce qu'il soit 20h.

Bref, le coup d'envoi est tout de même donné, et il suffit d'écouter les tribunes pour savoir qui mène la danse sur la glace à quelques exceptions : les premières minutes sont rouennaises dans les travées, amiénoises sur la glace. Une domination, quelques tirs, puis Rouen reprend le dessus et se montre dangereux. Carl Mallette lance hors cadre puis Juha Alen loupe un caviar, mais l'idée est là : quand Rouen accélère, Amiens a du mal. Toujours est-il que les Picards suivent le jeu rouennais et prennent les contres. Billy Thompson repousse notamment le palet seul face à deux normands. Dans la foulée, Kevin Hcquefeuille slape sur le plastron de Fabrice Lhenry. Le palet repart dans l'autre sens et Mallette ouvre le compteur des siens (9'43, 0-1).

Amiens tente de réagir mais les Dragons jouent bien le coup en provoquant leurs adversaires dans leur zone. Les Gothiques sont étouffés à quatre contre cinq, et même à trois contre cinq lorsque le portier des locaux prend 2+10 minutes pour une charge incorrecte... Dans ce tiers d'unités spéciales – car Rouen prend également quelques pénalités – le jeu proposé est davantage stressant que tranchant. Hecquefeuille se montre intenable, au dessus du lot physiquement à en prendre la défense des jaunes de vitesse, quand Anthony Rech et Jonathan Janil lancent vers le but.

2me_tiersAmiens toutes voiles dehors

À la reprise, les locaux se montrent véritablement dangereux. Rouen laisse venir, mais a déjà montré sa faiblesse en infériorité numérique sur le premier tiers. Les supporters visiteurs retiennent leurs souffles lorsque Bergstrom se fait prendre par la patrouille. Il n'en faut pas plus à Amiens : Pavel Kowalczyk lance et Pazak reprend le rebond laissé par Lhenry, mais hors-cadre. Le palet circule encore et Kowalczyk décale cette fois Kevin Hecquefeuille sur la gauche qui envoi un missile dans la lucarne adverse (25'29, 1-1). Marc-André Thinel réagit pour les Dragons, sans succès.

Trois minutes plus tard, un 3 contre 2 aboutit à un tir à côté d'Hecquefeuille. Paul Deniset arrive en seconde vague et hérite du palet au deuxième poteau pour le pousser au fond (28'14, 2-1). Les supporters amiénois donnent de la voix et exultent lorsque Kowalczyk montre toute l'étendue de son expérience : Le 23 local presse son adversaire dans sa zone et tape de la crosse pour simuler une position contre la bande. Le Tchèque repique au contraire dans l'axe et chipe le palet à son adversaire, se glisse jusque Lhenry et perd son duel. Anthony Mortas joue les deuxièmes lames et fusille le portier normand (29'53, 3-1).

Rodolphe Garnier demande un temps mort du côté de Rouen qui doit maintenant prendre l'initiative du jeu. Amiens tient bon, Thompson multiplie les arrêts depuis des tirs de la bleue mais s'incline lorsque son équipe s'endort quelque peu. Mallette entre en zone offensive et lance derrière un adversaire pour glisser le palet entre la botte du gardien gris et son poteau (38'38, 3-2).

3me_tiersRouen all-in

Le dernier tiers voit Rouen dominer de la tête et des épaules, Amiens se contentant de prendre quelques contres et d'éviter la prison. Des tirs, toujours plus nombreux, mais dont le pourcentage de non cadrés reste affolant. Même en supériorité, les Normands ne trouvent pas la faille et Bergström gâche cinq munitions depuis la bleue.

Dix minutes encore à jouer et les deux équipes baissent soudainement de rythme. Les actions sont moins construites, les contres se font à l'arrachée et Rouen peine à franchir la ligne bleue amiénoise. Mathieu Brunelle part tout de même dans un break que Thompson remporte.

À croire que Rouen a loupé le coche, car Bergin part juste derrière en contre. Le 21 local, poussé par un public debout, lance du poignet ras de sol et surprend Lhenry sur son côté droit (57'19, 4-2). Les supporters rouennais se rassoient et ne chanteront plus avant la fin du match. Les jambes coupées, les normands sont achevés par Thompson qui va chercher le lancer de Janil dans le coin gauche avec la mitaine, le tout en faisant le grand écart.

Les normands se résignent et laissent filer la victoire. Hecquefeuille et Mallette sont élus joueurs de la rencontre pour chaque camp et les deux équipes se serrent la main. Avec un match retour dans une semaine, Rouen aura à cœur d'oublier ce revers, et aux amiénois de savourer cette victoire méritée.

Adrien Lhermitte / Photos : Elie Lefebvre

Avec Emilie Enault

Galerie photo de la rencontre : Amiens-Rouen

3-12Réactions d'après match :

Rodolphe Garnier (entraîneur de Rouen) : « C'est certain que l'on était pas venu ici pour perdre. Mis à part les deux buts de Carl (Mallette) qui lui feront du bien, on n'a pas été bons. On prend des buts d'école, on n'est jamais vraiment dans les clous, sauf peut-être sur la troisième période. On fait des erreurs en attaque et pas grand monde en défense ne les récupèrent. Pour autant, on a encore des chances de se qualifier, mais cela dépendra de l'équipe que l'on affiche. On prend quatre buts en moyenne par match depuis le début de la saison, je pense que le problème est là. Après, c'est aux joueurs de s'investir davantage. »

Carl Mallette (élu meilleur joueur de Rouen ce soir) : « Après trois bons matchs, on pensait poursuivre la série. On s'est fait surprendre. L'équipe peut faire mieux, on doit roder davantage notre collectif. [...] Cela fait trois ans que j'essaye d'amener Kevin (Bergin) en France, et ce soir j'aurai aimé gagné contre lui, mais il reste soixante minutes. »
7-5Kevin Bergin (attaquant d'Amiens) : « Je marque le quatrième but de la même façon que Carl (Mallette) sur son deuxième but : je décoche quand le gardien commence son déplacement. J'ai eu un peu de chance car je ne voyais pas la cage, mais si on ne lance pas, on ne marque pas. Contre une équipe comme Rouen dont on connaît la puissance offensive, on s'est concentré à s'appliquer défensivement. On a bien tué les prisons. Rouen a vraiment poussé en fin de match quitte à prendre ce genre de contre qui leur coûte un but. [...] Je n'ai pas le même palmarès que Carl pour qu'une grosse équipe vienne me chercher, mais j'attendais une bonne opportunité qu'Amiens m'a offert. On peut remercier Carl de m'avoir aidé à venir en France, Jonathan Zwikel qui m'a aidé pour mon contrat, et je suis vraiment content de faire partie de la grosse machine des Gothiques. »

Kevin Hecquefeuille (élu meilleur joueur d'Amiens ce soir) : « La victoire fait du bien au moral mais on sort tout de même fatigué de ce genre de match. Après, ce n'est que le match aller et ce quatrième but peut jouer. C'est bien d'avoir deux buts d'avance pour aller à l'Ile Lacroix mais ce ne sera pas facile de se qualifier pour autant. Cela s'est joué sur des petits détails. Individuellement on savait qu'on était moins fort, mais on a bien travaillé ensemble, en respectant les consignes. Billy a encore fait des arrêts clés au bon moment. Personnellement, j'ai fait un match complet et le groupe a bien travaillé. C'est un match référence pour l'équipe. Samedi, on affronte Briançon et je suis content de jouer ce genre de rencontre. Ce sera dur et j'ai hâte d'y être. »

 

Amiens – Rouen 4-2 (0-1, 3-1, 1-0)
Mardi 2 novembre à 20h au Coliseum d'Amiens. 2800 spectateurs.
Arbitrage de Alexandre Hauchart assisté de Pierre Dehaen et Jérémy Rauline.
Pénalités : Amiens 30' (10'+10', 8', 2'), Rouen 18' (2', 6'+10', 0').
Évolution du score :
0-1 à 09'43" : Mallette assisté de Desrosiers
1-1 à 25'29" : Hecquefeuille assisté de Kowalczyk et Pazak (sup. num.)
2-1 à 28'14" : Deniset assisté de Hecquefeuille et Pazak
3-1 à 29'53" : Mortas assisté de Kowalczyk
3-2 à 38'38" : Mallette assisté de Tardif et Da Costa
4-2 à 57'10" : Bergin assisté de Bachet


Amiens

Gardien : Billy Thompson

Défenseurs : Pavel Kowalczyk – Vincent Bachet (C ) ; Teddy Trabichet – Thomas Roussel ; Romain Bault

Attaquants : Miroslav Pazak – Paul Deniset – Kevin Hecquefeuille (A) ; Kevin Bergin (A) – Florent Neyens – Martin Tomasek ; Simon Petit – Anthony Mortas – Aïna Rambelo

Remplaçants : Léo Bertein (G), Maxim Belov, Julian Marcos, Yannick Offret. Absents : Grégory Béron (blessé), Valentin Claireaux (fracture poignet), Louis Boucherit, Marius Serrer

Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry

Défenseurs : Daniel Babka – Jonathan Janil ; Calle Bergström – Jens Olsson ; David Holmqvist – Juha Alen.

Attaquants : Julien Desrosiers – Carl Mallette – Teddy Da Costa ; François-Pierre Guenette – Marc André Thinel – Ilpo Salmivirta ; Mathieu Brunelle – Luc Tardif jr – Jonathan Zwikel ; Alexandre Mulle – Anthony Rech – Quentin Berthon

Remplaçants : Sébastian Ylönen (G), Cédric Custosse.