Metz - Compiègne (division 3, poule C, 5e journée)

Après un tel match, et malgré l’amour qu’on peut porter au voisin du FC Metz, il serait difficile de comprendre qu’on puisse encore préférer un triste soir à Saint-Symphorien plutôt qu’un décoiffant match de hockey à la patinoire d’en face.

Car dans cette patinoire, on sait faire plaisir à son public, on sait gagner, on a une âme, et surtout on a une équipe, une vraie, une bande de copains qui luttent tous dans le même sens pour un seul objectif : la montée.

Le match contre Compiègne était déjà un tournant de cette saison naissante ; le club vainqueur serait alors seul aux commandes du championnat.

Et comme la saison dernière, le match débutait déjà dans les vestiaires ; Compiègne se plaignait de la qualité de la glace messine, et pendant ce temps, les spectateurs attendaient le coup d’envoi du match qui prenait du retard.

Le match enfin lancé, on se rendait vite compte que les deux équipes n’allaient rien lâcher et que les débats allaient être âpres. Et pourtant, vingt minutes de jeu plus tard, la messe était déjà dite : les Graoullys avaient pris le large et menaient 4-0. Le président Rahmoun le confessait alors : le score était plutôt flatteur tant l’écart sur le terrain n’avait pas été aussi évident.

Outre à son réalisme, Metz devait aussi à son gardien son avance ; car Compiègne a eu de nombreuses occasions d’ouvrir le score mais a buté à chaque fois sur un Cédric Dietrich en état de grâce. Metz par contre ne laissait pas passer sa chance : Essipov ouvrait la marque à la 9e minute. Moins de deux minutes plus tard, Yann Vannienwenhove (sorti blessé lors du troisième tiers-temps) doublait la marque assisté de Yakovlev et Kaneko, cible permanente de tentatives de déstabilisation des Compiégnois. Le seul Japonais du championnat de France, toutes divisions confondues, s'est d’ailleurs montré plutôt discret ce soir contrairement à ses habitudes.

09

À 2-0, Compiègne montrait des signes d’agacement et d’énervement et les pénalités commencèrent à tomber. Le match se crispait petit à petit, et plusieurs fois, les esprits s’échauffèrent notamment par le fait des visiteurs dont on aurait aimé qu’ils mettent autant d’énergie à se battre avec fair-play plutôt qu’à chipoter sur l’état de la glace... Au final, Compiègne se verra infliger 62 minutes de pénalité ; une sale habitude pour les Picards ; à défaut de prendre la tête du championnat, Compiègne place 3 de ces joueurs parmi les 5 les plus pénalisés du groupe C. Sans doute pas une consolation... Et pendant que Compiègne pourrissait le match, les Graoullys, eux, empilaient les buts : Kouznetsov triplait la marque, suivi par Yakovlev, assisté comme souvent de Kaneko.

Le deuxième tiers-temps confirmait l’avance de Metz avec le cinquième but de la soirée signé Kouznetsov. Ce qui irritait un peu plus les visiteurs qui se voient infliger en cinq minutes 20' de pénalité, dont 12 pour le seul Julien Lefranc pour dureté et méconduite. Metz répondait de la meilleure des façons : Yakovlev creusait encore l’avance.

Il faudra attendre la 34ème pour voir Compiègne réduire le score grâce à Alexandre Delplancque ; trop tard néanmoins pour espérer revenir dans la partie face à des Messins qui géraient tranquillement un match viril qui dégénérait même lors du troisième tiers-temps quand plusieurs joueurs en venaient aux mains avec comme conséquence une série de pénalités dont 12 minutes pour Mickaël Richard. Et si Compiègne avait marqué quelques secondes avant cet épisode malheureux un deuxième but par Lefranc, c’est Metz qui clôturait le score à 41 secondes du terme du match grâce à Sébastien Bergeret, Compiègne de son côté se limitant à clore le bal des pénalités avec une ultime sanction de 10 minutes pour méconduite .

Au classement , Metz prend donc seul la tête du championnat avant un déplacement très important à Chalons, qui ne compte qu’une défaite au compteur, le 20 novembre.

Prochain rendez-vous à la patinoire messine le 27 novembre à 18h15 ; Metz recevra Epinal pour ce premier derby lorrain de la saison.

Toute l'info sur le HCM est à retrouver sur le site du Graoully déchainé : www.le.graoully.dechaine.free.fr

 

Metz - Compiègne 7-2 (4-0, 2-1, 1-1)
Samedi 6 novembre 2010 à 18h15 à la patinoire de Metz. 100 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Bereron et Cédric Turbert.
Pénalités : Metz 28' (4', 8', 6'+10') ; Compiègne 62' (6', 14'+10', 12'+10'+10').
Évolution du score :
1-0 à 08'17" : Essipov assisté de Hamri et Kouznetsov
2-0 à 09'55" : Vannienwenhove assisté de Yakovlev et Kaneko
3-0 à 17'01" : Kouznetsov assisté de Hamri et Jovanovic (inf. num.)
4-0 à 18'58" : Yakovlev assisté de Kaneko
5-0 à 22'12" : Kouznetsov (sup. num.)
6-0 à 31'04" : Yakovlev assisté de Zitouni (sup. num.)
6-1 à 33'15" : Delplanque assisté de Feuillet et Brohard
6-2 à 53'22" : Lefranc assisté de Prokop et Brohard (sup. num.)
7-2 à 59'19" : Bergeret assisté de Drain et Dogar