France - Hongrie (Euro Challenge, tournoi de Székesfehérvár)

HECQUEFEUILLE_Kevin-100509-174Devant la patinoire de Szekesfehervar se trouve un grand panneau avec le drapeau de l'Union Européenne, précisant que celle-ci contribue à sa rénovation. Elle est pour l'instant toujours en l'état, mais a le mérite d'être toujours une des mieux remplies en Europe pour les tournois internationaux. Plus de trois mille spectateurs encouragent bruyamment la Hongrie.

Les bénéfices de l'organisation de cette "Telenor Cup" seront versées aux victimes de la boue rouge toxique échappée le mois dernier d'un bassin de rétention dans une usine d'aluminium, à moins de cent kilomètres à l'ouest d'ici. Les deux adversaires de ce soir se sont laissés ensevelir hier, mais par du caoutchouc. Les deux perdants de la première journée sont donc à la relance.

Au cours de la première période, les powerplays sont d'une redoutable efficacité, d'un côté comme de l'autre. La charge incorrecte de Luc Tardif est d'abord exploitée dans les dernières secondes : passe dans le cercle gauche de Gergo Nagy pour la reprise de volée de Daniel Fekete en pleine lucarne d'Eddy Ferhi (1-0). Puis deux pénalités de Pozsgai et Fekete se recoupent durant neuf secondes. La première sentence a tout juste expiré quand Kevin Hecquefeuille envoie un missile de la ligne bleue (1-1).

C'est au tour de la France de jouer à trois après une charge contre la bande de Lampérier et un cinglage de Trabichet. Balint Magosi trouve la lucarne gauche (2-1). Mais lorsqu'ils reviennent au complet, les Bleus égalisent de nouveau par une belle action individuelle de Hecquefeuille qui marque d'un tir de la gauche (2-2).

Le match bascule lorsque Luc Tardif est renvoyé aux vestiaires pour une charge dans le dos (24'15"). La France résiste à quatre, mais pas à trois lorsque Desrosiers part en prison à son tour. En double supériorité numérique, Istvan Sofron force la décision dans le slot (3-2). Les Bleus osent alors réagir et une grosse occasion d'égaliser avec un poteau, suivi d'une pénalité de Szélig.

ROUSSEL_Thomas-100509-071Les équipes se rééquilibrent alors à quatre contre quatre... mais dix-sept secondes plus tard, Thomas Roussel prend à son tour une méconduite pour le match après une charge contre la bande (28'08"). Cinq minutes d'infériorité numérique supplémentaires... et Daniel Fekete place un palet précisément dans la lucarne proche (4-2). Avant même que les cinq minutes ne soient terminées, Desrosiers reprend une pénalité : la France joue donc quarante secondes à trois et continue à quatre, sans pouvoir empêcher un nouveau but de Balázs Ladányi alors que Ferhi a perdu de vue le palet (5-2).

Les Bleus ont perdu ce match à cause de ces pénalités, mais la vérité force à dire qu'ils ont quatre avantages numériques en troisième période, sans les concrétiser. L'unité d'infériorité composée de Márton Vas, Bálint Magosi, Bence Svasznek et Ádám Hegyi fait forte impression. Malgré 22 tirs à 2 en vingt minutes (!), les Français n'ont pas réussi à marquer.

La Hongrie a largement progressé par rapport à son premier match face au Japon. Son meilleur joueur dans le tournoi est pour l'instant Istvan Sofron, qui joue physique, travaille dur et est décisif devant la cage. Les jeunes se sont bien rattrapés, notamment Gergő Nagy élu joueur du match après sa grosse erreur défensive d'hier.

La France, elle, a surtout payé les deux expulsions de Luc Tardif et Thomas Roussel, deux joueurs incités à utiliser leur physique pour mettre des mises en échec, mais qui ont été sanctionnés ce soir. Difficile d'incriminer l'arbitrage puisque M. Fussi officie dans le championnat autrichien, un des plus physiques d'Europe.

Désignés joueurs du match : Gergő Nagy pour la Hongrie et Kévin Hecquefeuille pour la France.

 

France - Hongrie 2-4 (0-1, 2-2, 0-1)
Vendredi 12 novembre 2010 à 19h15 à Székesfehérvár. 3200 spectateurs.
Arbitrage de Wolfgang Fussi (AUT) assisté de Balázs Kovács et Attila Nagy (HON).
Pénalités : France 64' (8', 4'+5'+20'+5'+20', 2') ; Hongrie 22' (8', 6', 8').
Tirs : France 47 (14, 11, 22) ; Hongrie 27 (11, 14, 2).
Évolution du score :
0-1 à 07'51" : Fekete assisté de Nagy (sup. num.)
1-1 à 13'32" : Hecquefeuille assisté d'Amar (sup. num.)
1-2 à 15'15" : Magosi assisté de Szélig et Hegyi (double sup. num.)
2-2 à 16'54" : Hecquefeuille assisté de Tardif et Da Costa
2-3 à 27'09" : Sofron assisté de Tokaji et Ladanyi (double sup. num.)
2-4 à 30'10" : Fekete assisté de Hegyi et Nagy (sup. num.)
2-5 à 33'42" : Ladanyi assisté de M. Vas et Horváth (sup. num.)


Hongrie

Gardien : Zoltan Hetenyi.

Défenseurs : Bence Sziranyi (-1) - Bence Svasznek (-1, 2') ; Viktor Tokaji (2') - András Horváth (2') ; Viktor Szélig (2') - Adam Hegyi (2') ; Tamás Pozsgai (2') - Attila Orbán.

Attaquants : Balazs Ladanyi - Marton Vas (2') - Istvan Sofron ; Zsolt Azari (-1) - Nikandrosz Galanisz (-1) - Imre Peterdi (-1, 2') ; Gergő Nagy - Daniel Fekete (2') - Balint Magosi (2') ; Dávid Szappanos (2') - Szabolcs Fodor - Erik Maklári.

Remplaçant : Miklos Rajna (G). Absent : Adam Hegyi.

France

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Baptiste Amar (+1) - Vincent Bachet ; Maxime Moisand - Thomas Roussel (5'+20') puis Kévin Igier à 28'08" ; Kévin Hecquefeuille (+1) - Teddy Trabichet (4').

Attaquants : Loïc Lampérier (+1, 2') - Teddy Da Costa (+1) - Luc Tardif (+1, 2'+5'+20') ; Julien Albert - Damien Raux - Julien Desrosiers (4') ; Erwan Pain (2') - Laurent Gras - Nicolas Arrossamena ; Lionel Tarantino - Édouard Dufournet.

Remplaçant : Fabrice Lhenry (G). Absent : Pierre-Édouard Bellemare (au repos).