Suisse – Slovaquie (Deutschland Cup 2010)

Deutschland_CupComme beaucoup, la Slovaquie a lancé sa saison internationale la semaine dernière. Sauf que pour le pays organisateur des prochains championnats du Monde, on va sans aucun doute accorder bien plus d’importance aux performances de la sélection nationale. L’intérêt suscité par la participation à la Deutschland Cup, qui sert traditionnellement de point de départ à la národný tím, a été sans conteste grandi et chacune des sorties des ouailles de Glen Hanlon sera désormais jugée par rapport à l’échéance internationale de mai 2011. Le technicien canadien, qui a pris les rênes de la sélection slovaque après les Jeux de Vancouver, sait donc que sa tâche est de constituer un groupe compétitif, et ce de préférence assez rapidement.

« J’attends personnellement deux choses de ce tournoi, déclarait-il avant le début de la compétition bavaroise. La première, c’est que nous allons à Munich pour représenter les couleurs de la Slovaquie et nous voulons donc gagner. Nous ne pouvons pas juste participer avec comme seuls objectifs d’acquérir de l’expérience, s’exercer et bien jouer. Nous voulons l’emporter. D’un autre côté, je veux voir les joueurs évoluer dans certaines situations de jeu, voir comment ils coopèrent. » Sa liste est un mélange de maturité et de jeunesse, avec quatre néophytes sous le maillot à la Double-Croix, tous pensionnaires de l’Extraliga nationale : le gardien Július Hudáček (Košice), les défenseurs Marek Ďaloga (Zvolen) et Marek Biro (Banská Bystrica) ainsi que l’attaquant Michal Kokavec (Žilina).

En compagnie de Dominik Graňák, Richard Lintner, Marcel Hossa ou autre Richard Zedník, Tomáš Starosta fait partie de ses habitués des rencontres internationales. Il dispute d’ailleurs contre la Suisse, en match d’ouverture de cette Deutschland Cup, son centième match en sélection. Son bizutage avait eu lieu en avril 2002 contre ces mêmes Helvètes. Et puisque qu’on est dans les jubilés, c’est aussi l’occasion de signaler que c’est la cinquantième fois que les deux pays se rencontrent officiellement. Pour autant, les festivités tardent à être ouvertes et l’on adopte plutôt la fameuse neutralité suisse en entame de match. Les deux formations s’observent, se jaugent dans les premières minutes puis les choses commencent à bouger davantage avec une présence accrue des Suisses devant les cages adverses.

Les deux premières grosses occasions de la partie sont d’ailleurs à mettre à l’actif des hommes de Sean Simpson.  Fabian Schnyder réalise un joli tir en back-end mais le portier débutant Hudáček saisit les intentions de l’attaquant de Zoug et se positionne en rempart devant lui (4'32). Dans les secondes suivantes, c’est au tour de Patrick Von Gunten de s’essayer avec une frappe puissante qui trouve une nouvelle fois le gardien des champions de Slovaquie. La pénalité infligée à Simon Lüthi (8'38'') change à peine la donne ; le jeune Benjamin Conz (19 ans) annihile sans sourciller les tendres assauts slovaques. Celui qui protège d’ordinaire les cages du SCL Tigers Langnau fait montre d’une étonnante dextérité pour sa deuxième sélection.

Son vis-à-vis slave, à peine plus vieux que lui (22 piges), est lui aussi très attentif à ce qui se passe, d’autant plus qu’il a du travail en rab dans ce premier tiers-temps. Mais il poursuit son désarmement jusqu’à la pause, notamment sur ce boulet de canon envoyé par le capitaine helvète Félicien Du Bois et que Hudáček récupère dans son plastron (11'02). La Slovaquie rééquilibrent le nombre de tentatives par la suite mais manquent toutefois de mordants sur les actions offensives, contrariés dans leur entreprise par une défense bien regroupée devant ses buts. Sans offrir un visage des plus dominateurs, les Suisses se sont montrés plus dangereux sur les vingt premières minutes mais ne sont pas parvenus à concrétiser.

La rencontre s’enflamme davantage en deuxième période. Les Slovaques reviennent sur la glace le couteau entre les dents et manifestent de plus vives velléités en zone d’attaque. Martin Bartek et Radovan Somík s’y prennent à tour de rôle dans la même action mais le duo d’archer du HC Pardubice ne trompe pas Conz (21'34) et Peter Ölvecký ne réussit pas mieux une minute plus tard (22’38). Somík insiste une nouvelle fois, et il n’est pas loin d’arriver à ses fins mais le gardien suisse réalise un arrêt sans aucun doute déterminant (23'12). Les « Rouges » réagissent à cet orage slovaque ; Conz passe directement à Damien Brunner dont le back-end termine son chemin dans le plexiglas alors que toutes les conditions semblaient réunies pour l’ouverture du score (24'30).

BRUNNER_Damien-20100508-203Les offensives slovaques s’essoufflent quelque peu à la demi-heure de jeu, à l’image de cette attaque emmenée par Richard Zedník mais qui est stoppée par l’inébranlable Conz (30'02). Il faut dire que la Slovaquie multiplie ensuite les fautes, remettant ainsi les Suisses sur les bons rails. C’est d’abord Branko Radivojevič qui file en prison (32'18) et le défenseur Robin Grossmann profite de ce power-play pour tenter sa chance, en vain (32'54). Paul Savary manque quant à lui de précision sur sa frappe et le palet lancé par le Genevois passe à côté des cages slovaques alors que Hudáček n’était pas si bien placé que cela (36'08).

Qu’à cela ne tienne, Radovan Somík laisse ses coéquipiers évoluer en infériorité (37'12) et les Helvètes vont utiliser à bien cette providence. Raphaël Diaz frappe si puissamment depuis la « bleue » que le caoutchouc rebondit sur le portier slovaque avant d’être repris avec précision par Julien Sprunger. Le joueur du HC Fribourg-Gottéron donne l’avantage au score à la Suisse (1-0, 38'03). Comme souvent sur la scène internationale, les attaquants slovaques n’ont pas fait preuve d’assez de réalisme pour prendre en premier les commandes de la partie. Preuve en est l’ultime opus pendant lequel ils ont jeté, sans succès, toutes leurs forces dans la bataille.

Comme vingt minutes plus tôt, ils repartent à l’abordage, notamment par Zedník, toujours à la recherche d’un club depuis son unique match avec Banská Bystrica le 17 septembre dernier. Le doyen de la sélection (34 ans) trouve la jambière de Conz (44'42). Rien n’y fait. Les hommes à la Croix Blanche contrôlent désormais leur affaire en dégageant le palet le plus loin possible de leur zone de défense, au détriment des spectateurs. Certes, la Slovaquie tire le plus souvent mais de façon bien peu convaincante pour mettre à mal une équipe pourtant expérimentale.

Pis, une énorme bourde de Branislav Mezei permet aux Suisses de doubler la mise ; alors que le reste de la défense a déjà filé vers l’avant, le natif de Nitra passe maladroitement à Hudáček mais celui-ci n’a pas le temps de réagir avant que Damien Brunner, à l’affût et esseulé, reprenne la rondelle avec précision (2-0, 50'05). La messe est dite. Ni le réveil tardif du meilleur buteur de KHL, Marcel Hossa, ni la sortie du gardien à deux minutes du gong final ne font évoluer les choses. La Suisse s’impose à l’issue d’un match dans l’ensemble équilibré mais dont elle a mieux négocié les moments clés. Un grand merci aussi et surtout à Benjamin Conz, auteur de son premier blanchissage…

Désignés joueurs du match : Benjamin Conz (Suisse) et Tomáš Starosta (Slovaquie).


Commentaires d’après-match (www.hokejportal.sk)

Sean Simpson (sélectionneur de la Suisse) : « Je suis fier de nos jeunes joueurs dont la plupart ont moins de 25 ans. Ils ont bataillé ferme toute la rencontre et ont réussi à obtenir une précieuse victoire. Le gardien Conz, qui n’a que 19 ans, a été excellent dans les buts et il a été le meilleur joueur de l’équipe. Je répète que c’est pour nous un succès de valeur. »

Glen Hanlon (sélectionneur de la Slovaquie) : « Je suis très déçu du résultat. Nous avons eu plus d’occasions que notre adversaire en première période mais nous n’avons pas marqué. Ensuite on a pris un but sur notre infériorité. Le second, à vrai dire, on l’a presque offert aux Suisses. Heureusement, le match d’aujourd’hui n’était pas si important que cela, à l’inverse de ceux des championnats du Monde. Là-bas, nous ne pourrons nous permettre de perdre contre un tel adversaire. »

Marek Zagrapan (attaquant de la Slovaquie) : « Ça s’est décidé sur des détails aujourd’hui. On a bien joué dès l‘entame, on a pressé notre adversaire et plusieurs fois on a attaqué devant la ligne de but. On a eu trois fois les cages à moitié ouvertes et trois fois on a loupé notre affaire. La Suisse a eu une seule chance et elle a marqué. C’est là que quelquechose s’est brisé pour nous. Nous avons maintenu la pression sur la Suisse jusqu’à la fin du match mais nous n’avons malheureusement pas inscrit de but. »

Július Hudáček (gardien de la Slovaquie) : « J’ai la rage au coeur car pour ma première en sélection on a perdu et je vais m’en souvenir toute ma vie. Les Suisses n’ont en rien été meilleurs ce soir, ils ont juste eu plus de chance. Dans l’ensemble, on a joué la plupart du temps dans la zone d’attaque. On a pressé. Mais les Suisses se sont mis à cinq devant les buts pour défendre et c’est bien difficile de marquer dans ces cas-là. »


Suisse – Slovaquie 2-0 (0-0, 1-0, 1-0)

Vendredi 12 novembre 2010 à 16h15 à la Olympiahalle de Munich. 7500 spectateurs.
Arbitrage de Lars Brüggemann et  Wilhelm Schimm (ALL) assistés de Tony Engelmann et Michael Sauer (ALL).
Pénalités : Suisse 6' (2', 2', 2') ; Slovaquie 6' (2', 4', 0').
Tirs : Suisse 21 (8, 8, 5) ; Slovaquie 22 (8, 5, 9)

Evolution du score :

1-0 à 38'03'' : Sprunger assisté de Ramholt et Diaz (sup. num.)
2-0 à 50'05'' : Brunner assisté de Du Bois et Schnyder


Suisse

Gardien : Benjamin Conz.

Défenseurs : Tim Ramholt – Raphael Diaz ; Félicien Du Bois (C, +1) – Patrick Von Gunten (A, +1) ; Simon Lüthi (2') – Robin Grossmann ; Patrick Geering.

Attaquants : Paul Savary (+1) – Fabian Schnyder (+1) – Damien Brunner (+1) ; Simon Bodenmann  - Andrei Bykov – Julien Sprunger (A) ; Tristan Vauclair – Janick Steinmann – Dino Wieser ; Gianni Ehrensperger – Kevin Lötscher (2') – Simon Moser (2').

Remplaçant : Leonardo Genoni (G).

Slovaquie

Gardien : Július Hudáček [sorti à 58'20''].

Défenseurs : Tomáš Starosta – Richard Lintner (C) ; Dominik Graňák (2') – Branislav Mezei ; Michal Sersen (-1) – Peter Mikuš ; Marek Biro (-1).

Attaquants : Peter Ölvecký – Marcel Hossa – Branko Radivojevič (A, 2') ; Richard Zedník – Ivan Čierník – Marek Zagrapan ; Rudolf Huna (-1) – Michal Macho (-1) – Michal Kokavec (-1) ; Roman Tománek – Martin Bartek – Rastislav Špirko ; Radovan Somík (A, 2').

Remplaçant : Branislav Konrád (G).