Rouen II - Chambéry (Division 2, 7e journée)

Retour sur terre pour la D2...

Deuxième au classement de la Poule A à deux points du leader Dunkerque, la formation rouennaise de Division II avait à gérer sa septième journée face aux Éléphants de Chambéry. Même si les Dragons l'ignoraient au moment où l'arbitre de la rencontre lançait le premier palet du match face à Chambéry, les Castors d'Asnières de leur coté menaient 2-0 à Dunkerque, plaçant les Rouennais en situation idéale pour retrouver la cime du classement ex-aequo avec les Corsaires. Encore fallait-il que les Dunkerquois s'inclinent à la sirène finale et que les Normands, surtout, s'imposent face à des Éléphants énigmatiques, capables de disposer d'une équipe de La Roche-sur-Yon certes moribonde mais également de se faire ramasser le week-end dernier sur sa glace par l'équipe de Clermont Ferrand.

Et, en début de rencontre, la troupe normande ne prenait pas le chemin de la victoire. Loin de là, débutant la partie de façon poussive, il ne fallait que quelques minutes aux Éléphants pour faire plier les Dragons. Sur une hésitation défensive rouennaise, Anthony Schieste devant la cage parvenait à pousser le palet au fond des filets haut-normand au nez et à la « barbe » du portier rouennais Thibault Maggi (0-1 à 03'13). Plutôt mal embarqués les Dragons peinaient à réagir même si, au bénéfice d'un bon travail dans la coin de Quentin Berthon, Valentin Dumélié voyait sa tentative déviée de la mitaine par un vigilant Damien Angella (07'30). Peu tranchantes, les occasions rouennaises n'avaient guère le mérite que de tenir éveil les supporters rouennais de la « Génération Dragon » donnant de la voix tout au long de la période. Bien leur en prenait, puisque sur une mise en bouche de Thibault Maggi, le défenseur Nicolas Lehericey se chargeait de relancer la partie en prenant les choses en main. Chaloupant depuis sa défense, le Rouennais incendiait le glaçon pour finalement tromper le portier de Chambéry d'un lancer entre les jambières (08'27").

Pour autant, le retour à parité ne donnait pas plus de velléités offensives aux Rouennais. Installé dans un faux rythme, le Dragon se laissait endormir alors que Jérémy Bigot testait la résistance de la mitaine de Thibault Maggi (15'42) En toute fin de tiers, un joli mouvement du quatrième trio rouennais orchestré entre Germain Raimbourg, Julien Thomas et Anthony Goncalves donnait lieu à un sursaut offensif haut-normand. Quoiqu'il en soit alors que, dans le même temps, les Corsaires de Dunkerque étaient parvenus à faire leur retard à 2-2 à l'issue de la deuxième période, les Dragons, eux, au moment de boucler le premier vingt minutes semblaient dans un jour léthargique.

Les affaires rouennaises ne s'arrangeront guère dans la deuxième période. Tandis qu'Asnières profitera de la troisième période pour créer la sensation de cette journée en battant Dunkerque 3-2, les Dragons rouennais continuaient de déjouer. Dès le coup d'envoi de la période médiane, Anthony Schieste doublait la mise pour les siens sur la fin d'une séquence en avantage numérique (20'22). Même si dans la foulée Alexandre Sucré répliquait en égalisant à 2-2 (20'22), la soirée n'était décidément pas placée sous le signe du Dragon. En effet, avec une insolente réussite, les Éléphants de Chambery continuaient de maltraiter les Rouennais. Reprenant la main par Fabien Marcon dans un angle bien fermé (24'03), les visiteurs d'un soir se payaient même le luxe de faire le break peu avant la mi-match, toujours par Fabien Marcon (29'07). Menant désormais 4-2 au tableau d'affichage, les Rouennais se retrouvaient au pied du mur sans parvenir à le franchir y compris lors d'une longue séquence en double avantage numérique (35'58) qui n'offrira que peu de travail au gardien des Éléphants Damien Angella.

Plus que vingt minutes pour les Rouennais pour réagir et revenir au score. A défaut d'être inspirée offensivement, l'escouade haut normande montrait des signes de révolte. Certes, l'ensemble était bien brouillon mais les intentions étaient bien présentes et le palet se teintait peu à peu de jaune et de noir. Malheureusement pour les Rouennais, les belles intentions ne suffisaient pas, d'autant plus que l'élan des Dragons était entrecoupé de séjours au cachot (44'47 et 50'52). Ne parvenant pas à réduire l'écart y compris en avantage numérique où Alexandre Sucré effleurait le poteau (53'47), les Dragons se dirigeaient tout droit vers leur première défaite de la saison à domicile. Pourtant, les Normands y croiront jusqu'au bout alors que Nicolas Lehericey de la bleue en avantage numérique rallumait la flamme de l'espoir (55'00). Hélas pour les Normands, un troisième tiers à l'énergie ne suffira pas à faire oublier deux premières périodes aléatoires. Les Dragons auront beau pousser et monopoliser la rondelle, les Eléphants, loin d'être morts, finiront par réaliser le bonne opération de cette journée de D2 en chapardant deux points inattendus. En effet, en toute fin de rencontre, Chambéry profitait de la sortie du portier rouennais pour alourdir la note à 3-5 (59'50) et entérinait définitivement sa victoire alors que le Dragon s'en ira le week-end prochain à La Roche-sur-Yon.

 

Rouen II - Chambéry 3-5 (1-1, 1-3, 1-1).
Samedi 13 novembre 2010 à 20h00 à la patinoire de l'Ile Lacroix.
Arbitrage de Frédéric Barre et Fabien Linek.
Pénalités : Rouen II 12' (6', 0', 6'), Chambéry 14' (2', 6', 6').
Évolution du score :
0-1 à 03’13" : Schieste assisté de Périllat
1-1 à 08’27" : Lehericey assisté de Marias-Magill et Maggi
1-2 à 20’22" : Schieste assisté de Sarzier et Cano (sup. num.)
2-2 à 20’44" : Sucré assisté de Dumélié
2-3 à 24’03" : Marcon assisté de Pesce
2-4 à 29’07" : Marcon assisté de Rol
3-4 à 55’00" : Lehericey assisté de Bertrand (sup. num.)
3-5 à 59’50" : Cano assisté de Pesce (sup. num.)