Allemagne - Canada (Deutschland Cup 2010)

Mark Messier, maître du monde ?

Kai Hospelt

Deuxième marqueur de NHL de tous les temps (derrière son coéquipier d'Edmonton Wayne Gretzky), Mark Messier a été plus discret depuis la fin de sa - très longue - carrière (25 ans). Il a cependant été nommé manager du Team Canada pour les derniers championnats du monde en mai, une charge qui lui a valu de nombreuses critiques dans son pays. Après l'échec de son équipe, on lui a reproché d'avoir choisi le mauvais entraîneur (Craig McTavish) et/ou les mauvais joueurs.

La fédération canadienne continue cependant à lui faire confiance, et pour le prouver, elle l'a nommé à une fonction encore plus active - coach - pour cette Deutschland Cup, puis pour la Coupe Spengler à Noël. Est-ce à dire qu'il sera également derrière le banc lors du prochain Mondial ? Il est trop tôt pour le dire. Cela dépendra peut-être en partie de ses performances. Il a conduit une sélection de Canadiens de LNA à une victoire 6-2 sur la Suisse il y a trois jours, et ce week-end, il est aux manettes d'une équipe constituée de joueurs de la ligue allemande, la DEL. Messier ne révolutionne pas le poste d'entraîneur : il se contente de peu de mots, et demande à son équipe de jouer simple. Par contre, son charisme impressionne indéniablement ses joueurs, qui confient se réjouir simplement d'avoir parlé à une telle légende.

Forfait par "peur panique" des procédures anti-dopage

La présence de la star contribue à la renommée médiatique de cette Deutschland Cup, qui n'est pas installée à Munich par hasard. C'est en effet la dernière édition avant la désignation de la ville-hôte des Jeux olympiques d'hiver 2018, à laquelle la capitale bavaroise est candidate. La patinoire du parc olympique (qui date des JO d'été de 1972 mais vient d'être rénovée avec un toit plus isolant, un nouveau restaurant et des écrans neufs) est correctement remplie avec 7500 spectateurs, chiffre en hausse par rapport à l'an passé.

Krupp a aussi attiré le public en sélectionnant trois joueurs du promu Munich : Felix Petermann, un ex-international relancé avec du temps de jeu et la confiance de son coach, Martin Schymainski, un joueur de quatrième ligne de DEL avant qu'il arrive à Munich et participe à la montée, et Martin Buchwieser, le "joueur du mois" en octobre pour ses débuts au plus haut niveau. Seul ce dernier joue dès ce soir, les deux autres attendent leur tour.

Le régional de l'étape, largement célébré par des chants du public en son nom ("Buch, Buch, Buchwieser"), n'est pas le seul novice puisqu'Uwe Krupp aligne pas moins de huit débutants ! Le sélectionneur allemand a en effet dû faire face à plus de dix refus sur blessures, sans compter le nouveau cas Florian Busch. Deux ans après avoir échappé à une longue suspension pour avoir claqué la porte sur le nez d'un contrôleur anti-dopage qui sonnait chez lui, le meilleur marqueur des Eisbären de Berlin devait faire son retour en équipe nationale. Or, il a renoncé à venir par "peur panique" d'un nouveau problème. Il a encore reçu un avertissement de l'agence allemande anti-dopage pour ne pas avoir donné sa localisation, et veut ainsi s'éviter les contrôles auxquels sont soumis les internationaux. Le directeur sportif de la fédération allemande Franz Reindl connaissait les atermoiements du joueur, mais a été surpris qu'il ne le prévienne qu'au dernier moment.

ENDRAS_Dennis-Allemagne-20100516-877La réplique de Reimer

Les Allemands dominent nettement le début de match face à une équipe canadienne mal organisée. En un quart d'heure à peine, ils mènent 3-0. Si les deux premiers buts sont marqués par Patrick Hager et Kai Hospelt, deux joueurs présents aux derniers championnats du monde, le troisième est signé de l'invité-surprise Alexander Weiß. Le mois dernier, il a en effet été critiqué publiquement par Don Jackson, son entraîneur aux Eisbären de Berlin, qui expliquait que ce joueur régressait au lieu de se développer. Son frère Daniel, son cadet de deux ans, l'a dépassé dans son équipe. Alexander a certes bien réagi aux mots durs de son coach, qui lui a reconnu ensuite une amélioration mais il a lui-même été surpris de cette sélection.

Au deuxième période, le jeu s'inverse totalement. Cette fois c'est le Canada qui donne le rythme. Après un tir de pénalité manqué par le nouveau capitaine allemand Michael Wolf pour un possible 4-0, les Canadiens marquent deux fois en moins d'une minute par la même ligne Goren-Hahn-Robinson. Une obstruction de David Danner permet même à Mario Scalzo d'égaliser à 3-3. Quel renversement de situation !

Patrick Reimer met cependant tout le monde d'accord. Vingt-quatre secondes plus tard, il met dans le vent deux défenseurs canadiens et donne un avantage définitif à l'Allemagne (4-3). Plus rien n'est en effet marqué dans un dernier tiers-temps physique où les portiers Dennis Endras et Fred Brathwaite font bonne garde.

Désignés joueurs du match : Patrick Reimer pour l'Allemagne et Derek Hahn pour le Canada.

Commentaires d'après-match

Uwe Krupp (entraîneur de l'Allemagne) : "Nous savions que les Canadiens avaient des joueurs très expérimentés, mais les spectateurs sont derrière nous. Nous avons commencé avec beaucoup d'élan et nous en avons été récompensés au premier tiers. Quand nous avons été menés, l'égalisation rapide a été d'une importance énorme pour redonner confiance à nos gars. Nous sommes prêts pour le match contre la Slovaquie, qui sera du même niveau émotionnel."

Mark Messier (entraîneur du Canada) : "Ce n'était pas facile pour moi, car je ne connaissais vraiment que peu de joueurs avant le tournoi. Je me suis largement appuyé sur Hockey Canada et sur les gens ici qui connaissent ces joueurs pour faire la sélection. Le challenge était d'apprendre à connaître les joueurs aussi vite que possible. [...] Les Allemands sont très agressifs sur le palet et jouent avec du forechecking pendant 60 minutes."

 

Allemagne - Canada 4-3 (3-0, 1-3, 0-0)
Vendredi 12 novembre 2010 à 20h00 l'Olympiapark de Munich. 7500 spectateurs.
Arbitrage de Daniel Piechaczek (ALL) et Daniel Stricker (ALL) assisté de Markku Buse et Andre Schrader (ALL).
Pénalités : Allemagne 20' (2'+10', 6', 2'), Canada 12' (2', 4', 6').
Tirs : Allemagne 27 (15, 9, 3), Canada 29 (10, 13, 6).
Évolution du score :
1-0 à 08'22" : Hager assisté de Danner
2-0 à 12'04" : Hospelt assisté de Gogulla et Wolf
3-0 à 14'56" : A. Weiss assisté de Mauer et Kink
3-1 à 27'48" : Robinson assisté de Hahn et Goren
3-2 à 28'40" : Bouck assisté de Goran et Hahn
3-3 à 33'26" : Scalzo assisté de Milley et Welser
4-3 à 33'50" : P. Reimer assisté de Kettemer et Buchweiser


Allemagne

Gardien : Dennis Endras.

Défenseurs : Justin Krueger (+1) - Rainer Köttstorfer (A) ; Benedikt Kohl (+1) - Florian Kettemer (+1) ; Dennis Reul - Frank Hördler ; Moritz Müller (+1) - Nikolai Goc.

Attaquants : Philip Gogulla - Kai Hospelt (A) - Michael Wolf (C, 4') ; Patrick Reimer - Darin Olver - Martin Buchwieser ; David Danner (+1, 2') - Daniel Pietta (+1, 2') - Patrick Hager (+1) ; Frank Mauer (+1) - Alexander Weiß (+1) - Marcus Kink (+1, 2'+10').

Remplaçant : Patrick Ehelechner (G).

Canada

Gardien : Fred Brathwaite [sorti à 58'40"].

Défenseurs : Jame Pollock (2') - Paul Manning (-1) ; Stéphane Julien (C) - Mario Scalzo (2') ; Richie Regehr (+1) - Derrick Walser (+2, 6') ; Sean Blanchard (-3) - T.J. Kemp (-3).

Attaquants : Matt Dzieduszycki (-2) - Craig MacDonald (A, -2) - Adam Mitchell (-2) ; Lee Goren (+2) - Derek Hahn (+2) - Nathan Robinson (+1) ; Tyler Beechey (-2, 2') - Connor James (-2) - Tyler Bouck (A, -1) ; Norm Milley -  Eric Schneider - Jason Ulmer.

Remplaçant : Jean-Sébastien Aubin (G).