Slovaquie – Allemagne (Deutschland Cup 2010)

Après la défaite contre la Suisse la veille (0-2), Glen Hanlon a opéré trois changements dans son groupe au moment d’affronter le pays hôte de la compétition. S’il avait déjà annoncé depuis longtemps que ce serait Branislav Konrád qui prendrait la succession de Július Hudáček dans les buts, la présence contre les Allemands de Marek Ďaloga et Marek Haščák n’était pas forcément prévue. Les deux joueurs de Zvolen avaient vu leurs camarades perdre face aux Helvètes depuis les tribunes. « Comme nous ne pouvons pas avoir plus de vingt éléments sur le banc, j’ai décidé aux vues du match d’hier (vendredi) de donner leur chance à deux nouveaux joueurs, un défenseur et un centre », justifiait le Canadien.

Il convient pour les Slovaques de mettre fin à une série de quatre revers successifs, parmi lesquels la défaite contre ces mêmes Allemands lors des derniers Mondiaux, match qui avait décidé qui, des deux formations, participerait aux quarts-de-finale. La quarantième confrontation entre les derniers et prochains organisateurs des championnats du Monde débute activement pour les ouailles de Uwe Krupp malgré une infériorité (3'18) toutefois bien négociée puisque Martin Bartek a été le moins timides des attaquants slovaques.

Si les tenants du titre se montrent rapidement en jambes, ils n’utilisent pas l’aubaine d’un double power-play lorsque Marek Zagrapan file en prison (6'58) suivi de près par Branislav Mezei (8'16). Sur une mauvaise relance de la défense à la Double-Croix qui laisse Frank Mauer et  Marcus Kink en position de deux contre un, les « Jaunes » peuvent ouvrir la marque mais la passe du premier est cependant galvaudée par le second devant le gardien du Slovan Bratislava (10'30).

Dix minutes. C’est ce qu’il aura fallu aux hommes de Glen Hanlon pour se réveiller et se mettre enfin dans la partie. C’est eux cette fois-ci qui profitent des errements défensifs adverses et ils se retrouvent par trois fois en supériorité numérique avant le premier souffle. C’est d’ailleurs sur la deuxième qu’ils vont trouver la voie des filets par l’actuel meilleur buteur de l’Extraliga, Roman Tománek. Le canonnier de Banská Bystrica n’a pas eu à forcer son talent puisqu’il s’est contenté de repousser un palet perdu après une puissante frappe de Peter Mikuš (1-0, 19'03). Les Slovaques retournent donc aux vestiaires avec un avantage d’un but, ce qui est mérité aux vues des dix dernières minutes, à sens unique pour les Slaves.   

La deuxième période est beaucoup plus équilibrée que la précédente, en tous cas en termes de franches occasions. Marcus Kink est l’un des Allemands les plus inspirés de la partie. L’attaquant de Mannheim porte souvent le danger en zone ennemie et n’est pas loin d’égaliser seul (22'58) ou  après un raid collectif mené en compagnie d’Alexander Weiss et Frank Mauer (27'20). Ce à quoi les « Blancs » répondent par l’intermédiaire de Tománek (26'01), Ivan Čiernik (28'10) ou Richard Zedník (29'01), qui effectue là seulement sa troisième sortie de la saison, mais le gardien Patrick Ehelechner, comme son homologue, est attentif sur toutes ces actions.

Le Tigre de Nuremberg l’est en revanche un peu moins lorsque la formation des Tatras se retrouve une nouvelle fois en supérioté. Les Slovaques font alors tourné le palet et, avec, la tête des défenseurs locaux. Sur une de ces belles combinaisons, Marek Haščák hérite du caoutchouc sur le cercle gauche alors qu’il menait l’offensive en compagnie de Rudolf Huna. Grâce à une merveille de missile, il donne un break d’avance aux siens et réussit par la même son entrée dans la compétition (2-0, 33'27). Le portier allemand, pas verni dans l’histoire, se montre toutefois digne de la confiance d’Uwe Krupp jusqu’à la seconde pause.

Dès le retour des vestiaires, la formation hôte du tournoi se montre dangereuse. Gogulla et Hospelt profitent d’un mauvais relais des Slovaques en dévalant sur le pauvre Dominik Graňák. Le joueur de Cologne sert sur un plateau le palet à son comparse de Wolfsburg qui dispose alors d’une demi-cage ouverte. Les Allemands reviennent à une longueur de leur adversaire du soir (2-1, 43'15) et la liesse provoquée dans les tribunes de l’Olympiahalle (et sur le banc « jaune ») incitent la Mannschaft à se retrousser les manches et aller chercher au minimum les prolongations. Malheureusement, leurs ardeurs sont freinées par la pénalité de match infligée au défenseur Mauer, coupable d’un méchant coup de coude sur Marcel Hossa.

Si les « Blancs » se montrent incapables de mettre à profit le power-play allongé de cinq minutes et se mettre à l’abri à dix minutes du gong, ils font toutefois tourner l’horloge. Pas assez vite en tous cas. Hospelt se charge, aussitôt après que l’Allemagne se soit retrouvée à bon compte, de remettre les compteurs à zéro – ou plutôt à deux partout. La défense slovaque est sur le coup on ne peut plus désorientée et voilà que le centre allemand atterrit seul devant les buts de Konrád et n’a plus qu’à ajuster (2-2, 51'35).

« Je n’ai jamais pensé au blanchissage durant la rencontre, confiait le gardien slovaque après les hostilités. Pas même après le deuxième tiers-temps. » La Slovaquie vient de prouver une nouvelle fois, s’il en était besoin, sa médiocre gestion d’un avantage au score. La fin est malgré tout heureuse pour eux. Radovan Somík ne fait pas traîner les prolongations et donne rapidement la victoire à son équipe après un travail efficace de Rastislav Špirko (3-2, 61'34). Ça aurait été bête quand même !

Désignés joueurs du match : Branislav Konrád (Slovaquie) et Patrick Hager (Allemagne).

 

Commentaires d’après-match (www.hokejportal.sk)

Glen Hanlon (sélectionneur de la Slovaquie) : « Nous sommes heureux de la victoire. L’Allemagne a une équipe de qualité et sa force psychique a augmenté après avoir bien défendu sur leur infériorité de cinq minutes. La victoire nous réjouit, surtout après le but en prolongations. Nous aurions pu tuer le match avant, lors de notre longue supériorité. »

Uwe Krupp (sélectionneur de l’Allemagne) : « La Slovaquie a mieux joué contre nous que vendredi contre la Suisse. Je suis très content que nous ayons rattrapé deux buts, mais nous aurions dû marquer lorsque nous étions en supériorité, notamment lors de notre double power-play. »

Richard Lintner (défenseur de la Slovaquie) : « On a bataillé ferme pour gagner. Ce fut un match difficile. Les Allemands ont très bien patiné et ont joué un hockey plus dur que les Suisses vendredi. Nous sommes satisfaits d’avoir mis les deux premiers buts. C’est dommage que nous n’ayons pas tenu cet avantage. Mais c’est rare de l’emporter facilement à ce niveau. »

Slovaquie –Allemagne 3-2 a.p. (1-0, 1-0, 0-2, 1-0)
Samedi 13 novembre 2010 à 15h45 à l’Olympiahalle de Munich. 7100 spectateurs.
Arbitrage de Wilhelm Schimm (ALL) et Daniel Stricker (SUI) assistés de Markku Büse (ALL) et Marcandre Naust (ALL).
Pénalités : Slovaquie 8' (4', 4', 0', 0') ; Allemagne 33' (8', 0', 25', 0').
Tirs : Slovaquie 33 (11, 9, 11, 2) ; Allemagne 27 (6, 14, 6, 1).

Evolution du score :
1-0 à 19'03'' : Tománek assisté de Mikuš et Lintner (sup. num.)
2-0 à 33'27'' : Haščák assisté de Mezei et Čiernik
2-1 à 43'15'' : Hospelt assisté de Köttstorfer et Gogulla
2-2 à 51'35'' : Hospelt assisté de Gogulla et Wolf
3-2 à 61'34'' : Somík assisté de Graňák et Špirko


Slovaquie

Gardien : Branislav Konrád.

Défenseurs : Tomáš Starosta – Richard Lintner (C, -1, 2') ; Dominik Graňák (+1) – Branislav Mezei (2') ; Michal Sersen – Peter Mikuš ; Marek Ďaloga.

Attaquants : Marek Zagrapan (2') – Marcel Hossa (-1) – Branko Radivojevič (A, -1) ; Martin Bartek (-1) – Rastislav Špirko – Radovan Somík (A) ; Roman Tománek – Rudolf Huna – Michal Macho ; Marek Haščák (+1) – Richard Zedník (2') – Ivan Čiernik (+1) ; Michal Kokavec.

Remplaçant : Július Hudáček (G). Non utilisés : Peter Ölvecký (A), Marek Biro (D).

Allemagne

Gardien : Patrick Ehelechner.

Défenseurs : Justin Krueger – Rainer Köttstorfer (A) ; Benedikt Kohl (+1) – Florian Kettemer (+1) ; Denis Reul – Frank Hördler (-1, 2') ; Felix Petermann – Nikolai Goc (-1, 2').

Attaquants : Michael Wolf (C, +2, 2') – Kai Hospelt (A, +2) – Philip Gogulla (+2) ; Patrick Reimer – Martin Buchwieser – Darin Olver (2') ; Jerome Flaake – Patrick Hager (-1) – Daniel Pietta (-1) ; Frank Mauer (-1, 5'+20') – Alexander Weiss (-1) – Marcus Kink (-1).

Remplaçant : Dennis Endras (G). Non utilisés : Simon Danner (A), Martin Schymainski (A), Moritz Müller (D).