Allemagne - Suisse (Deutschland Cup 2010)

On s'arrache Krupp

En 2009, il y a un an et demi, l'Allemagne était dernière du Mondial, Uwe Krupp était au plus bas dans sa popularité, sujet à la vindicte populaire. On attendait simplement la fin de sa dernière année de contrat. Après la demi-finale aux championnats du monde, Krupp est devenu un homme très convoité. En crise profonde à la dernière place de la DEL, son club formateur Cologne voudrait le recruter... mais la fédération ne veut plus le lâcher. L'avenir de l'entaîneur a alimenté toutes les conversations autour du tournoi, et elles ne se taisent que maintenant, pour la grande finale, le match dont le vainqueur terminera à la première place.

Les Suisses ont nommé leur équipe "U25", et pourtant ils n'ont que 14 joueurs de moins de 25 ans, contre 17 à l'Allemagne. Les deux éternels adversaires sont donc dans des conditions d'inexpérience équivalentes.

La Suisse est rapidement sous pression, par une pénalité précoce de Bodenmann. Leur gardien Daniel Manzato est donc déjà contraint à des arrêts décisifs devant Gogulla et Wolf pendant l'infériorité. Après vingt minutes, l'Allemagne mène 18 tirs à 6, mais elle a manqué d'efficacité, en particulier en powerplay : elle terminera le tournoi avec un catastrophique 0 sur 15 dans cet exercice, le point noir de son bilan.

Le deuxième tiers-temps se poursuit avec un jeu physique, comme il est d'usage pour respecter les pratiques de mauvais voisinage. L'intensité est élevée, et la Suisse, qui a fait tourner plus de joueurs ce week-end et dont deux lignes se sont reposées hier, semble un peu plus en jambes. Une pénalité de Hager fait enfin bouger le tableau d'affichage : d'abord Julien Sprunger, qui cherche sa réhabilitation après son forfait mal vu au dernier Mondial, n'arrive pas à conclure un beau une-deux avec Denis Hollenstein, mais la supériorité numérique continue et aboutit à un but un peu chanceux de Kevin Lötscher.

C'est son premier but en équipe nationale... mais ce sera le cas de tous les buteurs du soir ! Juste avant la seconde pause, l'inattendu Simon Danner réussit à égaliser avec un superbe mouvement individuel. L'Allemagne mérite la victoire sur l'ensemble de la partie, et elle l'obtient sur un tir masqué du point d'engagement de Daniel Pietta, qui a passé toute sa carrière dans son club formateur de Krefeld et qui a été promu cette année sur la ligne de parade menée par l'international letton Vasiljevs. Cette avance (2-1), les Allemands parviennent pour leur part à la préserver jusqu'à la fin.

Belle preuve de force de cette très jeunes équipe allemande, où pas mal de joueurs ont su tirer leur épingle du jeu. Qui aurait imaginé que la paire défensive Kohl-Kettemer, qui ne comptait aucune sélection internationale, finirait le tournoi avec le meilleur bilan (+3) ?

Longtemps incapable de gagner son tournoi, l'Allemagne remporte maintenant sa deuxième Deutschland Cup d'affilée. Encore un tour de force d'Uwe Krupp. Le sélectionneur est obligé de rassurer tout le monde officiellement : oui, il restera en poste jusqu'à la fin. En revanche, il signe déjà comme manager de Cologne pour la suite. Il n'est pas annoncé qu'il sera aussi l'entraîneur, certainement par prudence et respect envers le titulaire (de transition ?) du poste Niklas Sundblad, mais cela paraît tout à fait envisageable. Cela permettrait de faire des économies, dans la situation financière précaire du KEC. Homme de défis, Krupp, qui a un compte en banque bien rempli depuis ses années en NHL, n'a pas dû demander un salaire très important à "son" club, qui a besoin comme l'équipe d'Allemagne de renouer avec la victoire.

Désignés joueurs du match : Daniel Pietta pour l'Allemagne et Kevin Lötscher pour la Suisse.

Commentaires d'après-match

Uwe Krupp (entraîneur de l'Allemagne) : "Je ne voudrais pas diminuer la performance des nouveaux, mais ce sont surtout les vétérans, comme Kai Hospelt et Michael Wolf, qui montrent l'exemple en allant de l'avant et remotivent sans cesse les jeunes... Tout vient de là. Après cette performance au championnat du monde à domicile et dans cette Deutschland Cup, nous avons sûrement contribué à rendre le hockey sur glace encore plus aimé en Allemagne. [...] Avec une équipe sans vrai défenseur offensif, on ne peut réussir en powerplay que si l'on s'est entraîné longtemps ensemble. Nous n'avons pas eu cette possibilité. Avec Braun, Dietrich, Fischer et Reiss, les défenseurs qui pouvaient jouer ce rôle nous ont manqué dans ce tournoi."

Sean Simpson (entraîneur de la Suisse) : "Nous sommes mal partis et nous ne sommes rentrés dans le match qu'après 15 minutes. Cela n'a pas suffi. L'Allemagne a mérité de remporter le tournoi. Je suis fier de notre jeune équipe. N'encaisser que trois buts dans le tournoi, ce n'est pas mal et nous sommes satisfaits."

 

Allemagne - Suisse 2-1 (0-0, 1-1, 1-0)
Dimanche 14 novembre 2010 à 20h15 à l'Olympiapark de Munich. 6500 spectateurs.
Arbitrage de Wilhelm Schimm et Florian Zehetleitner (ALL) assistés de Markku Büse et Michael Sauer (ALL).
Pénalités : Allemagne 12' (4', 6', 2'), Suisse 16' (8', 6', 2').
Tirs : Allemagne 40 (18, 12, 10), Suisse 31 (6, 14, 11).
Évolution du score :
0-1 à 33'12" : Lötscher assisté d'Ehrensperger (sup. num.)
1-1 à 38'55" : Danner assisté de Pietta et Kohl
2-1 à 45'38" : Pietta assisté de Schymainski


Allemagne

Gardien : Dennis Endras.

Défenseurs : Justin Krueger - Rainer Köttstorfer (A) ; Benedikt Kohl (+1) - Florian Kettemer (+1) ; Moritz Müller - Denis Reul ; Felix Petermann (+1) - Nikolai Goc (+1).

Attaquants : Michael Wolf (C) - Kai Hospelt (A, 2') - Philip Gogulla ; Patrick Reimer (4') - Darin Olver (2') - Patrick Hager (2') ; Simon Danner (+2) - Daniel Pietta (+2) - Martin Schymainski (+2) ; Frank Mauer - Alexander Weiss - Marcus Kink (2').

Remplaçant : Patrick Ehelechner (G). Non utilisés : Frank Hördler, Martin Buchwieser, Jerome Flaake.

Suisse

Gardien : Daniel Manzato [sorti à 59'25"].

Défenseurs : John Gobbi (-2) - Tim Ramholt (-2, 2') ; Eric Blum – David Jobin ; Raphael Diaz ; Félicien Du Bois (A, 2') - Patrick von Gunten ; Jonathan Mercier (2').

Attaquants : Caryl Neuschwander - Kévin Romy (C, -1) - Tristan Vauclair (2') ; Kevin Lötscher - Gianni Ehrensperger (2') - Felix Hollenstein ; Julien Sprunger (A, 2') - Andreï Bykov (2') - Yannick Bodenmann (2') ; Reto Suri (-2) - Étienne Froidevaux (-1) - Pascal Berger (-2).

Remplaçant : Benjamin Conz (G).