Grenoble - Chamonix (Coupe de la ligue, 1/4 de finale retour)

Grenoble passe in extremis

2010-11-17-grenoble-chamonix3C'est l'heure de la reprise pour les hockeyeurs de la Ligue Magnus après la pause internationale. Et le calendrier propose une entrée en matière plutôt rapide avec les quarts de finale retour de la coupe de la ligue. Ce qui, pour les Brûleurs de Loups et les Chamois, revient à une troisième confrontation consécutive après les deux matchs précédant la trêve. À chaque fois, les hommes de Jean-François Dufour se sont imposés en Haute-Savoie (4-3 et 3-2). Deux victoires extrêmement serrées qui augurent d'une confrontation encore disputée ce soir. Avec seulement un but d'avance au final après en avoir compté jusqu'à trois lors du match aller, la marge des Brûleurs de Loups est limitée et les Chamois peuvent encore croire à une qualification pour les demi-finales.

La pause a eu du bon du côté de l'infirmerie grenobloise puisque Jean-François Dufour récupère Jason Crossman et Vincent Llorca. Seul Elie Raibon est encore blessé. Les internationaux (Ferhi, Amar, Arrossamena et Moisand en équipe de France, Sivic avec la Slovénie, Benoît et Llorca en U20 et Bedin en U18) sont tous de retour sans pépin notable. Les deux équipes se présentent donc avec leur alignement quasiment au complet, ce qui promet un beau spectacle sur la glace de Pôle Sud.

2010-11-17-grenoble-chamonix1Le début de rencontre est relativement prudent pour les deux équipes. Si les occasions sont assez peu nombreuses, l'engagement en revanche est bien présent. Loup Benoît reste quelques secondes au sol sur une charge de Kévin Igier qui reçoit la première pénalité du match. L'international junior grenoblois finit par se relever péniblement et reprendra la partie. Pour Grenoble, c'est l'occasion de retrouver les automatismes en power-play après une longue interruption. Le jeu de puissance peine à s'installer et les Brûleurs de Loups essaient surtout d'inquiéter Hardy sur des tirs lointains. Sans succès.

C'est au tour d'Aymeric Gillet de rejoindre la prison pour un retenir assez grossier et pas vraiment utile. Les Chamois croient tenir leur chance en supériorité numérique mais se font surprendre sur une contre attaque emmenée par Broz et Krayzel. Ce dernier décale Viktor Wallin sur la droite en entrée de zone offensive, le défenseur suédois prend son temps pour expédier un missile qui vient se loger sous la barre de Florian Hardy (1-0, 07'49"). Stéphane Gros fulmine sur son banc, n'ayant visiblement pas apprécié le manque de repli défensif qui a provoqué ce but marqué alors que son équipe était en avantage numérique.

Ses joueurs essaient donc de se rattraper pendant le reste de la prison. Ils bénéficient même d'une nouvelle pénalité appellée contre Alexandre Rouleau. Plutôt que de donner le palet à un Grenoblois pour évoluer tout de suite à cinq contre trois, ils préfèrent sortir leur gardien et évoluer à six contre quatre. Un choix un peu surprenant, et qui ne permettra pas à Chamonix de trouver la faille avant le retour de Gillet sur la glace et durant le reste de la pénalité de Rouleau.

L'ouverture du score est un bon signe pour les Brûleurs de Loups qui se sont toujours imposés à Pôle Sud cette saison après avoir inscrit le premier but. Pourtant les Chamois sont loin d'avoir renoncé à une qualification en demi-finale. Ils continuent de tenter des mouvements offensifs avec notamment un Carl Lauzon toujours dans les bons coups. Sur une action en zone offensive, il décale Brent Patry dont le tir ras de glace depuis la ligne bleue est dévié par Audibert bien placé sur la trajectoire (1-1, 13'33"). Du coup, les coéquipiers de Richard Aimonetto se sentent relancés par ce but et se remettent à y croire en se montrant mençants face à Ferhi. Ils terminent bien mieux le tiers que leurs hôtes ce qui laisse planer encore tout le suspense sur l'issue de la rencontre.

2010-11-17-grenoble-chamonix4La deuxième période débute avec beaucoup de mouvement : les deux équipes se lancent dans des offensives débridées, cherchant visiblement le K.O. d'entrée de deuxième tiers. Chamonix ne se laisse pas dicter le jeu par des Grenoblois parfois un peu en dedans et prend même le dessus au niveau de l'intensité et de la vitesse de jeu. Mais sur un engagement en zone offensive, Alexandre Rouleau récupère le palet, son tir est renvoyé par la défense, il se décale sur la droite et tente un second lancer avec cette fois plus de réussite puisqu'il bénéficie des écrans placés par ses coéquipiers devant Hardy (2-1, 22'40"). Grenoble reprend donc deux buts d'avance sur l'ensemble des deux rencontres et peut voir venir sereinement la suite des débats.

Les Chamois ne sont toujours pas décidés à rendre la partie facile. Accrocheurs et volontaires, ils continuent de perturber une équipe grenobloise qui a du mal à se libérer. Les contacts se font plus rudes mais M. Bourreau décide de laisser jouer, y compris lorsque les charges ont lieu parfois assez loin du palet. Une liberté d'action qui fait naître ça et là quelques frictions à l'image d'un échange de provocations entre Broz et Pulkki. L'intimidation est de mise dans une rencontre qui devient de plus en plus tendue. Benoît se retrouve étendu sur la glace pour la seconde fois de la soirée mais parvient encore à se relever. Moisand effectue un "bloc" spectaculaire sur Carl Lauzon, lui entravant l'accès de la cage avec beaucoup de détermination, saluée par le public.

Finalement, sur une pénalité enfin appelée par M. Bourreau pour une crosse haute grenobloise devant le slot, Chamonix voit ses efforts récompensés : Brent Patry tire, Eddy Ferhi repousse, mais Carl Lauzon, tout seul au second poteau, n'a plus qu'à pousser la rondelle dans la cage laissée grande ouverte (2-2, 33'04"). L'instinct du buteur a parlé et le Canadien remet les compteurs à égalité. À la peine, les Brûleurs de Loups bénéficient enfin d'une pénalité de Veydarier. Malgré une bonne séquence des cinq étrangers de Grenoble, présents sur la glace dans la seconee partie de la supériorité, la défense chamoniarde tient le choc et s'en sort sans dommage. Dans la dernière minute, Nicolas Arrossamena commet une faute peu utile en zone défensive, bien loin de l'endroit où se trouvait le palet.

2010-11-17-grenoble-chamonix2Chamonix n'a qu'un but à inscrire, mais ne parvient pas à faire la différence malgré la supériorité numérique initiale. Les Brûleurs de Loups sont revenus sur la glace sans Christophe Tartari, touché au genou en essayant de contrer un tir chamoniard. L'absence de l'assistant capitaine grenoblois oblige Jean-François Dufour à remodeler ses lignes d'attaque qui de toute façon n'avaient pas trouvé la faille jusqu'à présent.

Au fur et à mesure que les minutes passent, le coach grenblois se contente même d'aligner seulement deux lignes offensives car Raphaël Papa est contraint lui aussi de quitter la rencontre, lèvre ouverte après avoir reçu un palet en plein visage. Chaque équipe laisse passer l'occasion de prendre les devants au score. Chamonix d'abord, sur un cinglage de Krayzel, sévère compte tenu des nombreuses fautes non sifflées dans cette rencontre. Grenoble ensuite, suite à une faute d'Aimonetto en zone offensive lors d'une bagarre pour le contrôle du palet le long de la bande. Mais les power-plays ne sont pas à la fête ce soir, d'un côté comme de l'autre et la décision se fait attendre.

Dans ce troisième tiers, la rencontre peut basculer d'un côté comme de l'autre tant les deux équipes ont des occasions franches. Mais la réussite manque à Graham Avenel, qui hérite d'un palet tout seul devant Florian Hardy et ne parvient pas à le déjouer. Même constat côté chamoniard avec plusieurs occasions très franches repoussées in extremis à bout portant par un Eddy Ferhi très inspiré ce soir. Sur certaines séquences de jeu dans sa zone, la défense grenobloise est même incapable de mettre la crosse sur le palet pendant de longues secondes mais la possession chamoniarde ne se concrétise pas au tableau d'affichage.

La fin du match approchant avec un suspense toujours à son comble, Stéphane Gros demande logiquement un temps mort et sortait Florian Hardy. Grosse pression sur la cage grenobloise avec un Ferhi vigilant et une fin finalement heureuse pour les locaux puisque Krayzel sort le palet de la zone défensive et sert sur un plateau Mitja Sivic qui marque cette fois dans la cage vide juste avant le coup de sirène (3-2, 59'59").

Chamonix a vendu chèrement sa peau ce soir, démontrant une combavité et une intensité de jeu qui auraient mérité sans doute une meilleure issue. Les Chamois étaient venus chercher leur qualification à Pôle Sud et il s'en est fallu d'un cheveu pour que cela se réalise. Avec trois blocs homogènes et dangereux chacun à leur tour, et un Florian Hardy bien présent devant sa cage, Chamonix a démontré qu'elle était une équipe solide, capable d'évoluer à un niveau bien supérieur à la treizième place de la Ligue Magnus qui est la sienne actuellement.

Brent Patry, en tour de contrôle à la ligne bleue, capable de porter le danger offensivement, et Carl Lauzon, buteur réaliste avec une bonne technique individuelle et poison permanent, ont fait à deux la différence. Il ne s'en est fallu que d'un grain de sable nommé Eddy Ferhi pour que la qualification soit du côté de Chamonix ce soir. Assurément prometteur pour la suite de la saison des Haut-savoyards.

Grenoble s'est contenté du strict minimum pour accéder aux demi-finales. Une victoire tirée par les cheveux dûs à des Grenoblois combatifs mais manquant de cohésion, la trêve internationale n'y étant sans doute pas étrangère. Encore une fois il a fallu compter sur les défenseurs pour marquer les buts. Sur neuf buts marqués en trois matchs contre Chamonix (en excluant le but de Sivic en cage vide), huit l'ont été par des défenseurs (quatre par Rouleau, le monsieur plus des Brûleurs en ce moment, deux par Amar, un par Wallin et un par Gillet).

Si Grenoble peut se réjouir d'avoir des défenseurs qui marquent, favorisés il est vrai par un système de jeu "à la canadienne", le manque de réalisme des attaquants grenoblois commence à inquiéter à l'image de Sivic, toujours dans le doute, de Tartari, bien en dessous de son niveau de la saison passée, et même du duo Broz-Krayzel qui peine à marquer malgré un très gros temps de jeu. Et comme les espoirs Avenel, Baylacq ou Arrossamena ne sont pas non plus des "tueurs" devant la cage, Jean-François Dufour a encore du pain sur la planche en attaque pour trouver les bonnes combinaisons offensives. Car le Grenoble de ce soir n'aura aucune chance contre Angers en demi-finale et devra hausser sérieusement son niveau de jeu d'ici là.

Désignés meilleurs joueurs du match : Eddy Ferhi (Grenoble) et Carl Lauzon (Chamonix)

(photos www.hockey-passion.com)

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Baptiste Amar (capitaine de Grenoble) : "C'est très clairement notre plus mauvais match de la saison. C'était faible. Le positif ? La qualification."

Eddy Ferhi (gardien de Grenoble) : "Ce fut excessivement douloureux. Je ne vais pas dire qu'on ne méritait pas la qualification mais on n'a pas été une équipe qui voulait aller la chercher."

 

Grenoble - Chamonix 3-2 (1-1, 1-1, 1-0)

Mercredi 17 novembre à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 2200 spectateurs
Arbitrage de Alexandre Bourreau assisté de Guillaume Gielly et Adrian Popa
Pénalités : Grenoble 8' (4', 2', 2'), Chamonix 6' (2', 2', 2')
Tirs cadrés : Grenoble 39 (11, 13, 15), Chamonix 30 (6, 9, 15)

Évolution du score :

1-0 à 07'49" : Wallin assisté de Krayzel et Broz (inf. num.)
1-1 à 13'33" : Audibert assisté de Patry et Lauzon
2-1 à 22'40" : Rouleau assisté de Sivic et Benoît
2-2 à 33'04" : Lauzon assisté de Patry et Audibert
3-2 à 59'59" : Sivic assisté de Krayzel et Rouleau (cage vide)

 

Grenoble

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Baptiste Amar (C) - Aymeric Gillet ; Viktor Wallin - Maxime Moisand ; Jason Crossman - Alexandre Rouleau (A) ; Vincent Llorca.

Attaquants : Julien Baylacq [puis Avenel à 40'] - Christophe Tartari (A) [puis Sivic à 40'] - Mathieu Le Blond ; Ludek Krayzel - Ludek Broz - Graham Avenel [puis Baylacq à 40'] ; Loup Benoît - Mitja Sivic [puis Papa à 40'] - Nicolas Arrossamena ; Raphaël Papa ; Joris Bedin.

Remplaçants : Sébastien Raibon (G), Rémi Colotti, Maxime Suzzarini. Absent : Elie Raibon (blessé à l'épaule).

Chamonix

Gardien : Florian Hardy (sorti à 58'40").

Défenseurs : Brent Patry - Fabien Veydarier ; Anders Torgersson (A) - Damien Torfou ; Simo Pulkki - Kévin Igier.

Attaquants : Alexandre Audibert - Richard Aimonetto (C) - Carl Lauzon ; Arnaud Hascoët - Laurent Gras (A) - Vincent Kara ; Thibault Geffroy - Emil Tobiasson-Harris - Aram Kevorkian.

Remplaçants : Tom Charton (G), Matthieu Séguy, Matthias Terrier. Absents : Maxime Claret-Tournier, Clément Colombin, Laurent Deldicque.