Brest - Anglet (Division 1, 10e journée)

CORMIER_Benoit-100911-054Nouvelles émotions fortes au Rïnkla Stadium.

Duel de régions en ce samedi soir : la Bretagne rencontre le Pays Basque. Les Gwen Ha Du ainsi que les Ikkuriña (respectivement drapeaux breton et basque) flottent dans la patinoire. Deux semaines après une prestation en demi-teinte mais riche en suspense face à Montpellier, les Albatros rencontrent le champion de division 2 en titre : l’Hormadi d’Anglet.

La défense locale n’est toujours pas complète avec l’absence d’Alexey Volkov mais un renfort est arrivé avant la date limite des transferts en la personne de Peter Cintala. Nathan Ansell ne reviendra donc pas du Canada.

Du côté angloy c’est encore pire puisque seuls trois vrais défenseurs sont présents. Rousselin, Cormier assurent l’intérim pour boucher les trous. En attaque on dénombre également plusieurs absents (Patard, Larbaigt…). Dans les cages l’incertitude plane jusqu’au dernier moment mais c’est bien Guillaume Richard qui les occupe, une semaine après avoir été libéré par Morzine-Avoriaz.


« Cyr » Richard

 

Pour son baptême du feu, on peut clairement dire que Guillaume Richard a brillé. Il est d’entrée de jeu mis à contribution par le pressing brestois. Après avoir stoppé le revers de Petricko (0’45’’), c’est son poteau qui le sauve sur un tir de Vargas Dias (2’20’’). Anglet est sanctionné à de multiples reprises par la suite mais le jeu de puissance breton continue de buter sur l’étincelant portier basque. Signe avant-coureur, les Brestois sont exposés aux contres adverses à l’image de Cyr qui profite d’une échappée en sortant de prison qui ne donnera rien (5’30’’).

La troisième prison sera la bonne pour les Albatros. Sur une tentative de centre de Jaroslav Prosvic, Benoît Cormier, défenseur par intérim, bloque la passe et renvoie bien involontairement le palet sur le Slovaque. Prosvic pousse le disque au fond d’une cage laissée ouverte par Guillaume Richard qui a anticipé le centre (1-0 à 8’42’’).

LAFRANCESCA_Gautier-100911-219L’ouverture du score est logique car la domination est locale mais les Basques font face. En plus de compter sur un excellent gardien, les joueurs de l’Hormadi sont bien en place et d’une grande vivacité. Sur un duel perdu le long de la bande par Centala, Benoît Ladonne parvient à envoyer le palet au fond de la zone offensive. Mathieu Cyr est le premier dessus et trouve en retrait Gautier Lafrancesca qui glisse le palet entre les jambes de Landry Macrez (1-1 à 15’53’’).

Ce scénario se poursuit dans la première moitié du deuxième tiers. Richard continue de déjouer les supériorités numériques bretonnes. Il y a pourtant bien plus de construction dans le jeu brestois qu’il y a deux semaines mais il n’est pas assez rapide et manque de vivacité. Ceci a pour conséquence de voir le palet tourner autour de la cage de Richard mais ce dernier a tout le temps pour lire le jeu et ainsi bien se positionner pour arrêter les tirs malgré quelques écrans d’attaquants brestois. Il finit par céder face à un bon travail de Motreff qui se bat pour récupérer son propre rebond (2-1 à 29’47’’).

Brest repart donc devant mais fait preuve de plus en plus de fébrilité face au pressing adverse. Ainsi Prosvic fait un dégagement plein axe sur Xavier Daramy. Le capitaine emblématique intercepte le disque de la main mais ne cadre pas son tir (30’40’’). Quelques secondes plus tard Anglet revient à la marque en concrétisant rapidement une supériorité numérique. Macrez est surpris par une déviation de l’excellent Mathieu Cyr sur un tir de Mickaël Wiart (2-2 à 31’35’’).

Mécontent de cette égalisation, les Brestois repartent à l’assaut mais l’efficacité n’est pas au rendez-vous. Ces occasions manquées vont à ravir à l’équipe d’Anglet qui mise sur sa grande vitesse pour partir en contre. Cette équipe est capable de traverser en quelques secondes la patinoire et d’avoir trois joueurs en un rien de temps sur la cage adverse. C’est sur une de ces configurations, récurrentes tout au long de la partie, que Rousselin trouve du revers Dave Grenier. Le meilleur défenseur de D1 dribble en pleine course Macrez (2-3 à 32’28’’).

grenier_dave-100911-167_393x380Un réalisme maximal pour des visiteurs qui jouent parfaitement le coup. Les Albatros, menés sur leur glace pour une deuxième fois en deux semaines, accusent le coup. Heureusement pour eux, Landry Macrez déboute Grenier de son plastron (35’29’’) puis la fusée Mathieu Cyr (38’26’’). Des arrêts rassurants pour le gardien local dans un match pas évident pour lui. Il est en effet moins sollicité que son homologue Richard mais il doit pourtant être à son top à chaque offensive des visiteurs. Pas évident de faire face à un joueur comme Cyr  en un contre un après ne pas avoir été sollicité depuis plusieurs minutes.

Le jeu des contres redoutables se poursuit en début de troisième période mais la maîtrise brestoise se réaffirme rapidement. Richard, derrière son but, passe le palet à un partenaire qui le dégage maladroitement sur Francis Ballet posté à la bleue. L’ancien défenseur d’Anglet expédie un lancer frappé qui trompe un Richard masqué par Gauthier et qui n’avait pas eu le temps de reprendre correctement place devant son but (3-3 à 42’25’’).

Macrez y va lui aussi de sa boulette en perdant le palet derrière sa cage mais il parvient à revenir devant sa cage et sort un arrêt miraculeux sur le tir angloy. Revenu au score, les Albatros exercent un pressing d’enfer sur la cage adverse mais sont toujours aussi vulnérables aux contres, souvent menés par l’inévitable Cyr.

Brest vendange un nombre incalculable d’occasions. Richard est héroïque dans ses buts et lorsqu’il est battu le palet passe à côté d’une cage grande ouverte (Dian à 53’30’’). C’est finalement Gauthier qui débloque la situation. L’ancien Jokers de Cergy fait un forcing de tous les instants pour garder le palet à proximité du but visiteur, il s’impose dans le slot face aux défenseurs et trompe Richard à bout portant (4-3 54’44’’).

Bis repetita.

Revoilà les Albatros qui repassent en tête de manière logique au vu de la domination des dernières minutes. Brest continue de presser mais Richard sort une mitaine magnifique sur Vargas Dias et empêche les Bretons de prendre le large (56’55’’). Les locaux ont la main mise sur la rencontre et on pense qu’ils se dirigent vers une victoire certaine. Ce sentiment est conforté lorsque anglet est doublement sanctionné avec deux minutes à faire dans le match. À trois contre cinq il est difficile d’imaginer que l’Hormadi va pouvoir égaliser et pourtant…

CYR_Mathieu-100911-208Francis Ballet se fait sanctionner pour accrocher. Un quatre contre trois se met donc en place. Les secondes s’écoulent, Brest fait tourner le palet en zone offensive et gagne du temps. C’est alors que va se produire le cadeau du match, une véritable offrande. Dans le rôle du père Noël avant l’heure, Vladimir Holik à la bleue tire dans les patins de Mathieu Cyr (encore lui !). L’attaquant ultra rapide part en contre et s’en va tromper seul Macrez dans une consternation générale au Rïnkla stadium. Les Albatros n’avaient pourtant qu’à gagner du temps mais une bévue individuelle met tout ceci par terre et offre un point à l’Hormadi.

Alors qu’on n’avait pas vu de prolongation depuis six ans au Rïnkla stadium, on assiste à un deuxième match prolongé en l’espace de deux semaines ! Brest domine copieusement la prolongation et veut cette victoire dans un match que les Albatros auraient du tuer depuis longtemps sans un adversaire qui s’accroche courageusement à leur basques.

Le héros ne sera pas Alexandre Lefebvre cette fois. Sur une sortie de zone visiteuse, Vargas Dias parvient à faire perdre le contrôle du palet à son adversaire. Tristan Lemoine le récupère et fait demi-tour pour rentrer en zone offensive, il transmet au centre sur sa gauche pour Nelson Vargas Dias. Le Canado-Portugais effectue un contrôle et un dribble de toute beauté avant de placer le palet sous la barre (5-4 à 65’41’’). Le public et le banc brestois exultent, le « héros » est rapidement entouré de tous ses coéquipiers.

Brest décroche encore une victoire à l’arrachée à domicile. Cependant le jeu produit était d’une meilleure qualité que face aux Vipers. L’efficacité aura pourtant fait cruellement défaut, la faute à un gardien en état de grâce et à un adversaire au réalisme offensif redoutable et bien en place défensivement . L’Hormadi, malgré de nombreuses absences, a su mettre à profit ses qualités de vitesse pour placer des contres meurtriers. Le point ramené tient un peu du miracle vu comment il a été offert mais il vient récompenser le bon travail de l’équipe basque.

Le match s’est déroulé dans une excellente ambiance entre supporters brestois et angloys (une dizaine d’entre eux étaient présents) avec un arbitrage correct. À l’arrivée les deux équipes sortaient de la glace en étant satisfaites. Les Albatros restent leader mais mardi c’est un tout autre challenge qui les attend en coupe de France. Face à une équipe des Ducs d’Angers en pleine forme, il faudra faire preuve d’une plus grande efficacité offensive pour avoir la moindre chance de réaliser un exploit.  


Brest – Anglet 5-4 a.p (1-1, 1-2, 2-1, 1-0)
Samedi 19 novembre 2010 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 788 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Rousselin, assisté de Jérémie Douchy et Jérémy Metais.
Pénalités : Brest 10' (2', 4’, 4',0’), Anglet 18' (6', 8', 4’, 0’).
Évolution du score :
1-0 à 08’42’’ : Prosvic assisté de Hennbert (sup. num)
1-1 à 15’53’’ : Lafrancesca assisté de Cyr et Ladonne
2-1 à 29’47’’ : Motreff
2-2 à 31’35’’ : Cyr assisté de Wiart (sup. num)
2-3 à 32’28’’ : Grenier assisté de Maréchal
3-3 à 42’25’’ : Ballet
4-3 à 54’44’’ : Gauthier assisté de Petricko
4-4 à 59’38’’ : Cyr (inf. num)
5-4 à 65’41’’ : Vargas Dias

Brest

Gardien : Landry Macrez

Défenseurs : Vladimir Holik – Francis Ballet ; David Hennebert  – Slavomir Vorobel ; Peter Cintala.

Attaquants : Matus Petricko – Martin Gascon (C) – Sébastien Gauthier ; Alexandre Lefebvre – Jaroslav Prosvic (A) – Michal Dian ; Nelson Vargas Dias – Nicolas Motreff (A) – Tristan Lemoine.

Remplaçants : Pierre Pochon, Jérémy Cormier, Sergueï Toukmatchev. Absent : Alexey Volkov.

Anglet

Gardien : Guillaume Richard.

Défenseurs : Dave Grenier – Sébastien Rousselin ; Mickaël Wiart – Mathieu Grazina ; Benoît Cormier.

Attaquants : Benoit Ladonne – Gautier Lafrancesca – Mathieu Cyr (A) ; Xavier Cazaubon – Xavier Daramy (C) – Geraud Maréchal (A) ; Maxime Badets – Aurélien Frasier – Martin Trecu.

Remplaçant : Xavier Chatelin. Absents : Patrice Bellier, Christophe Cantos, Thomas Molia, Jérôme Patard, Jimmy Ferrez, Pierre Hervé Colombeix, Julien Hitze, Tristan Larbaigt, Mathieu Saint Marc, Cyril Mendy.