Wasquehal - Asnières (Division 2, 8e journée)

helmbrechtricky-3Ricky Helmbrecht relance Wasquehal

En septembre 2009, les Castors d'Asnières avaient joué deux rencontres amicales en moins de deux jours à Dunkerque puis Wasquehal. Cette saison, ils disposent d'une semaine entre les deux rencontres, histoire de préparer au mieux ce qu'ils espèrent être un doublé synonyme de remontée au classement.

Pour cela, il faudra encore faire sans plusieurs éléments majeurs, malgré l'apport de Johan Mellander. Avec un effectif toujours réduit, Asnières démarre sur un rythme effréné, ponctué d'un lancer de Dave Bertrand de la droite, mais Wasquehal répond également présent par Lionel Wiotte, dont le lancer est dévié par Rabany au-dessus de son épaule et glisse au ras du poteau. Cependant, l'Amiénois d'origine voit sa relance contrée par Domian, ce qui profite à Dave Bertrand, à l'affût pour venir tromper Peyre de près (0-1 à 02'34"). Sur l'engagement, le doublé s'offre même au numéro 18, lancé par le revenant Mellander, mais il rate sa feinte.

Rageant pour les Castors car la première faute d'Arthur Cuzin est, malgré un Mistrik déjà au four et au moulin, exploitée par Frédéric Nilly. Ce dernier suit le rebond d'un tir de la nouvelle recrue américaine, à la réception d'un travail initial de Boschetti et Fauchart dans le coin (1-1 à 06'43"). Forts de cette égalisation, les Lions pressent leur adversaire du soir assez haut, mais lui laissent les dangereux espaces qu'il affectionne...

Vainqueur d'une chaude lutte contre la balustrade, Bertrand rend la politesse à Martin Domian, dont le contrôle est suivi d'un lancer de près en lucarne (1-2 à 09'55"). Moins heureux en zone offensive que devant sa cage, Stanislav Mistrik, isolé par deux fois, trouve tour à tour l'extérieur du but et le plexi situé au-dessus. Mais Norbert Abramov, fraîchement sélectionné en équipe de France U18, signe joliment son retour en effaçant Louf pour trouver le dessous de la barre transversale (1-3 à 13'50").

Les Nordistes sont à la peine face à la maîtrise alors affichée par les Franciliens et souffrent quand le premier trio des visiteurs confisque le palet. Helmbrecht subit même les foudres du corps arbitral pour avoir accroché Johan Mellander, et voit Benjamin Louf le rejoindre dix secondes plus tard parce que son gardien est lui aussi sanctionné. Cet avantage de deux hommes au début du deuxième tiers n'est pas converti par les Castors, qui ratent le coche à plusieurs reprises.

Suite à une longue présence de la première ligne asniéroise, Ricky Helmbrecht, astucieusement lancé par Frédéric Nilly, vient même tromper Rabany en sortant de la prison (2-3 à 21'53"). Ce dernier, employé par deux fois par Bardet, doit faire face à un surcroît de lancers de la part des bleus, revigorés. Un double avantage numérique s'offre aux hommes de Frédéric Nilly suite à un cinglage très discuté de Cuzin sur le gardien, et à une crosse haute de Mistrik dans le visage d'Haramis. Frédéric Nilly prend le contrôle du jeu de puissance et passe près de l'égalisation, ses lancers étant successivement repoussés par le poteau gauche et par un trafic dense devant la cage de Rabany.

Toutefois, Martin Domian, très dangereux un peu plus tôt sur un numéro en solitaire repoussé in extremis par Julien Peyre, s'échappe sur la gauche, résiste à Helmbrecht et trouve la faille d'un tir croisé (2-4 à 30'44").

mistrikstanislav3Les malheurs de Stanislav Mistrik

À mi-chemin, Asnières est donc bien parti pour repartir du Nord avec deux points supplémentaires, d'autant que son gardien capte du gant un nouvel essai de Lionel Wiotte. Devant lui, et en l'absence de son compère Stenhols, Stanislas Mistrik bénéficie encore d'un temps de glace très important. Très actif dans les deux sens du jeu, l'ancien défenseur de Viry passe par tous les états. Puni pour un cinglage, il assiste de la prison à un lancer aussi précis que puissant de Ricky Helmbrecht (3-4 à 34'30").

À son tour en avantage numérique, Mistrik multiplie les essais. Son premier tir, repoussé, n'étant pas repris, la faute à un important trafic de joueurs devant la cage, il remet l'ouvrage sur le métier pour trouver cette fois la barre transversale. Dans la foulée, il est une troisième fois renvoyé au cachot, ce qui n'empêche pas la paire Bertrand-Domian de sortir un nouveau contre très dangereux sur lequel Peyre sauve les meubles.

À peine revenu des vestiaires et du cachot, Stanislav Mistrik reste étendu sur la glace après un choc avec Mickaël Bardet, mais l'action se poursuit par un tir en force de Louf, bien suivi par Lionel Wiotte (4-4 à 40'46"). Soirée maudite pour le Slovaque, contraint à regagner le vestiaire prématurément. Il aura juste le temps de voir Dave Bertrand redonner l'avantage aux Castors devant l'enclave moins d'une minute plus tard (4-5 à 41'35"). Comme au premier tiers, le Canadien a rapidement l'opportunité d'enfoncer le clou, mais il trouve lui aussi le poteau.

La rencontre s'affole un peu plus, et offre un air de déjà-vu lorsque Lionel Wiotte sonne la charge des Lions pour recoller à la marque. Déjoué par le gant d'Arthur Rabany, le grand numéro 20 ne tergiverse pas sur la mise au jeu subséquente (5-5 à 46'16"). Toutefois, la balance penche de plus en plus du côté des locaux, suite à une accélération de Fauchart, que la défense des Castors ne peut écarter bien longtemps car Adam Haramis suit (6-5 à 48'16"), tout comme Nilly, isolé par une passe croisée de la bleue de Thomas quelques secondes plus tard (7-5 à 48'39").

Asnières n'abdique pas : son capitaine Pfeiffer colmate les brèches à l'arrière et la première ligne continue ses longues présences. L'espoir vient toutefois du deuxième trio, sur un lancer de Stalin dévié par Alexandre Capet (7-6 à 51'47"). Il se réduit un temps sur un nouveau tir magistral de la bleue signé Helmbrecht (8-6 à 52'30"), avant que Rabany ne freine les ardeurs de Valentin Vienne, sur un lancer en lucarne.

Et comme le tir surpuissant de Martin Domian, de la gauche, ne laisse aucune chance à Julien Peyre (8-7 à 55'24"), Wasquehal s'apprête à souffrir dans la dernière ligne droite. La sortie de Rabany, combinée à une pénalité de Helmbrecht qui a accroché Cuzin, annoncent une pression grandissante sur la cage des Lions. Mais c'est surtout le capitaine Guillaume Pfeiffer qui s'illustre en fermant le chemin de la cage vide à Canaguier, avant que Mathieu Mille, en écartant le dernier tir de Mellander, ne permette à Lionel Wiotte de libérer les siens de très loin (9-7 à 59'26").

Pour ses débuts à domicile, Ricky Helmbrecht aura ainsi été l'un des principaux artisans de la victoire nordiste, acquise dans la douleur à l'issue de ce que Julien Peyre a qualifié avec le sourire de "match de gardiens". Les Castors d'Asnières, qui repartent sans point et avec un blessé supplémentaire, doivent languir de pouvoir (enfin) disposer d'un effectif au complet..

Commentaires d'après-match

Ricky Helmbrecht (défenseur de Wasquehal) : "J'ai souhaité quitter l'Allemagne, où j'ai connu des soucis et où je n'étais pas heureux. Je pensais chercher un club en Amérique du Nord, peut-être en ECHL, quand Frédéric Nilly m'a contacté pour m'offrir l'opportunité de venir en France, d'apprendre le français et ainsi faciliter ma future reconversion. La vitesse d'exécution et du jeu en général est différente de ce que j'ai connu ces dernières années en Allemagne, où plus de joueurs sont professionnels. Ici, beaucoup jouent avant tout pour le plaisir, mais conservent un esprit sportif. J'ai hâte de voir le niveau de la Ligue Magnus avec la venue de Dijon mardi."

 

Wasquehal - Asnières 9-7 (1-3, 2-1, 6-3).
Samedi 20 novembre 2010 à 18h30 à la patinoire Serge Charles. 180 spectateurs.
Arbitrage de Guillaume Gardiol et Frédéric Massé.
Pénalités : Wasquehal 12' (4', 2', 6'), Asnières 10' (2', 8', 0').
Tirs : Wasquehal 47 (10, 18, 19), Asnières 39 (10, 18, 11).
Évolution du score :
0-1 à 02'34" : Bertrand assisté de Domian
1-1 à 06'43" : Nilly assisté de Helmbrecht (sup. num.)
1-2 à 09'55" : Domian assisté de Bertrand et Mistrik
1-3 à 13'50" : Abramov assisté de Domian et Stalin
2-3 à 21'53" : Helmbrecht assisté de Nilly (inf. num.)
2-4 à 30'44" : Domian assisté de Bertrand et W. Guillon (double inf. num.)
3-4 à 34'30" : Helmbrecht assisté de Nilly et Haramis (sup. num.)
4-4 à 40'46" : Wiotte assisté de Bardet et Louf
4-5 à 41'35" : Bertrand assisté de Cuzin et Domian (sup. num.)
5-5 à 46'16" : Wiotte assisté de Mille et Chan
6-5 à 48'16" : Haramis assisté de Lenière-Piquet et Canaguier
7-5 à 48'39" : Nilly assisté de Thomas et Boschetti
7-6 à 51'47" : Capet assisté de Stalin et W. Guillon (sup. num.)
8-6 à 52'30" : Helmbrecht assisté de Boschetti et Nilly
8-7 à 55'24" : Domian assisté de Mellander
9-7 à 59'26" : Wiotte assisté de Mille (inf. num.), cage vide

Wasquehal

Gardien : Julien Peyre.

Défenseurs : Mathieu Mille (C) - Benjamin Louf ; Hugo Picard ou Quentin Leclaire - Nicolas Hamoudi ; Ricky Helmbrecht - Alexis Thomas (A).

Attaquants : Mickaël Bardet (A) - Lionel Wiotte - Edmond Chan ; Adam Haramis - François Lenière-Piquet - Thomas Fauchart ; Axel Canaguier (ou Valentin Vienne à 45'09") - Maxime Boschetti - Frédéric Nilly.

Remplaçants : Fabien Chardon (G), Arthur Delbecque.

Asnières

Gardien : Arthur Rabany (sorti de 58'14" à 59'26").

Défenseurs :  Stanislav Mistrik [puis Pfeiffer à 40'46"] - Arthur Cuzin (A) ; William Guillon - Robin Stalin.

Attaquants : Martin Domian - Dave Bertrand (A) - Johan Mellander ; Alexandre Capet - Gaëtan Portier - Sébastien Guillon ; Guillaume Pfeiffer (C), Norbert Abramov.

Remplaçant : Mathias Franchtein (G). Absents : Sevan Babikian (blessé), Brandon Highton (convalescence), Léo Cuzin (genou), Andreas Stenhols (raisons familiales).