Colmar - Morzine-Avoriaz II (Division 3, poule D, 7e journée)

Un attaquant contraint de devenir gardien

Colmar s'est remis de sa défaite à domicile contre Briançon en dominant Besançon puis la réserve mulhousienne. La réserve de Morzine a bien débuté sa saison en étrillant Aubagne (11-3), mais depuis, les Savoyards marquent le pas et enchaînent les défaites. Aussi ce match était-il intéressant pour remettre les deux protagonistes dans le bain et essayer d'engranger des points pour le tour suivant.

La partie étant précédée de la présentation de l'effectif total du club colmarien, les Titans avaient à cœur de montrer à l'affluence (en augmentation) leur statut de favori, face à une armada morzinoise aux maillots floqués de noms prestigieux pour de la D3 (Immonen, Elian, Jestin, Halava, etc)... mais ce n'était qu'un rêve, c'était seulement les maillots de l'effectif morzinois 2009-2010. Tant pis... ou tant mieux, tout dépend de quel côté on se place !

Pourtant, il faudra plus d'un tiers aux deux équipes pour se chauffer les jambes. Les vingt premières minutes sont laborieusement disputées, pas très vives et très peu précises. Le match commence à décoller lors d'un break d'Anthony Richard (assurément l'Alpin le plus dangereux du match) (7'40") mais c'est principalement Colmar qui pousse.

Les locaux ouvrent logiquement le score sur un joli tir décentré de Pierre Zaenker (1-0 à 10'26") puis consolident par l'intermédiaire de Christopher Dehan (2-0 à 15'23"). Pourtant, même s'ils dominent le terrain, on pressent que les Alsaciens ne sont pas encore à l'aise devant leur propre cage. Anthony Richard se charge de le prouver en exploitant du revers un palet très grossièrement abandonné devant Marc Buchlin (2-1 à 16'47"). Les Titans se mettent alors à douter et trouvent dans leur entraîneur de quoi les rassurer : le petit stratège alsacien leur redonne rapidement deux longueurs d'avance (3-1 à 17'31") et toute la troupe peut alors rentrer aux vestiaires un peu plus sereinement.

Si le retour des vestiaires est long à venir, c'est que Morzine y a vécu deux grosses contrariétés. Après avoir rapidement perdu Franck Baud lors d'un choc dans le premier quart d'heure de jeu, voilà que les Pingouins doivent remplacer leur unique gardien Thibaut Zurcher qui boîte bas... C'est Damien Vidaleinq qui se colle à la tâche en se faisant passer pour son ancien collègue Greg Blais. Morzine devra, en outre, tourner à quatre derrière pour compenser la perte de deux attaquants. Ca fait donc beaucoup pendant une pause pour se concentrer.

Mine de rien, le bougre de Haut-Savoyard sait se débrouiller malgré un rapide but encaissé lors d'un envoi de la bleue d'Eloi Lenner (4-1 à 20'34"). Il trouve même le moyen de se faire suppléer par son poteau lors d'un slalom de Vincent Besserer (23'06"). Comme ses potes savent se faire oublier pour partir en break (Antoine Berger à 24'45"), même si la partie devrait être difficile, on ne sait jamais, avec un ou deux palets récupérés, ça doit le faire... et ça le fait quand Hugo Gravier et Anthony Richard prennent de vitesse tout leur monde. Le second exploite nickel du revers un centre du premier (4-2 à 26'20"). Bref, Vidaleinq tient bon !

Pourtant, la cinquième réalisation est le genre de but gag qui déconcentre tout gardien digne de ce nom. Yannick Maillot est accrédité de la réalisation de ce palet que tout le monde croit gelé mais qui finit de l'autre côté de la ligne (5-2 à 27'27"). Dès lors, c'est la tasse : Thimothée Heydt puis Timo Preuss (7-2 à 29'51") en remettent une couche au milieu de la défense morzinoise à l'agonie.

Les haut-savoyards peuvent revenir au score sur un nouveau break de Berger (30'46") puis sur un tir de pénalité (32'15") logiquement accordé suite à une opération "je rase tout ce qui se présente devant moi" de Laurent Blanck face à Gravier. Mais à chaque fois, Marc Buchlin, puis Julien Hagenmuller, ferment impeccablement la porte de la cage locale. Le match perd ensuite beaucoup d'intensité et de précision jusqu'au huitième but de TGV Preuss qui allume Vidaleinq à mi-zone (8-2 à 38'40"). Courage, il reste encore un tiers à jouer !

Il reste, en effet, encore vingt minutes qui deviennent rapidement un vrai calvaire pour le recyclé morzinois, malgré les trucs que lui a soufflés, à la pause, son "vrai" gardien. Colmar redémarre tambour battant le match mais c'est Morzine qui débute les hostilités, toujours par Anthony Richard en embuscade (8-3 à 41'22"). Ensuite, la paire Heydt-Leconte pense scorer sur un palet relâché mais non validé (42'30") puis dans la foulée, l'inévitable Maillot conclue joliment une remontée avec Blanck (9-3 à 43'07").

Le naufrage continue... Même la quatrième ligne colmarienne, qui vient pourtant de rentrer en jeu, y met son grain de sel sur un tir de Yann Pflieger qui fixe bien son infortuné adversaire. Julien Fuchs y va de sa réalisation, et enfin le duo Schultz-Buchlin en supériorité (12-3 à 51'38"). Ça y est, Vidaleinq peut espérer terminer sa partie et geler comme il peut tous ses palets... jusqu'à cette dernière réalisation de Mickaël Tin, sur un tir en pivot à mi-distance (13-3 à 56'19"). Jusqu'à la lie, ce match, on vous dit !

Gageons que sans ce problème de gardien, le match aurait été un peu moins déséquilibré. Morzine n'a pourtant pas été en mesure d'inquiéter durablement son adversaire, hormis lors de situations de rupture. Leur première victoire de la saison a sans doute été un peu faussée par la présence des magnusiens Romain Bonnefond et Théophile Mourin. Le reste de l'équipe est travailleur, de bonne volonté, mais peu percutant devant la cage adverse. Gageons qu'ils auront mieux profité ensuite de l'hospitalité hôtellière locale. Et encore bravo au gardien remplaçant pour tous ses efforts.

Malgré ce score, trop exagéré pour résumer le niveau entre les deux équipes, Colmar peut être satisfait de sa partie. Les quatre lignes ont contribué sensiblement au gain du match. Rarement, sur un match, les Titans ont été aussi peu pénalisés (seulement 2 minutes). Un power play percutant (3 buts pour 4 supériorités). Des alignements qui tentent même de jolis essais collectifs, même si infructueux.

Reste quand même à travailler l'aspect défensif, toujours un peu passif et perfectible à proximité de Marc Buchlin. L'aspect mental aussi est perfectible, avec le réflexe d'attendre de l'entraîneur-joueur la voie à suivre, en cas de doutes (lors du 2-1 par exemple). La réception de la réserve dijonnaise, la semaine prochaine, risque de ne pas se passer de façon similaire.

 

Colmar - Morzine-Avoriaz II 13-3 (3-1, 5-1, 5-1)
Samedi 20 novembre 2010 à 18h00 à la patinoire de Colmar. 350 spectateurs.
Arbitrage de MM. Bergeron et Zaegel.
Pénalités : Colmar 2' (0', 2', 0') ; Morzine 8' (2', 2', 4').
Tirs : Colmar 55 (16, 18, 21) ; Morzine 16 (4, 6, 6).
Évolution du score :
1-0 à 10'26" : Zaenker assisté de Maillot et Fuchs (sup. num.)
2-0 à 15'23" : Dehan assisté de Maillot
2-1 à 16'47" : A. Richard assisté de Berger et Gravier
3-1 à 17'31" : Maillot assisté de Dehan et Fuchs
4-1 à 20'34" : Lenner assisté de Leconte
4-2 à 26'20" : A. Richard assisté de Gravier
5-2 à 27'27" : Maillot
6-2 à 28'31" : Heydt assisté de V.Besserer et Leconte
7-2 à 29'51" : Preuss assisté de Schultz
8-2 à 38'40" : Preuss assisté de Schultz et P. Buchlin
8-3 à 41'22" : A. Richard assisté de Gravier et S. Marullaz
9-3 à 43'07" : Maillot assisté de Blanck
10-3 à 45'10" : Pflieger
11-3 à 46'27" : Fuchs assisté de Dehan
12-3 à 51'38" : Schultz assisté de P. Buchlin (sup. num.)
13-3 à 56'19" : Tin assisté de Fuchs et P. Buchlin (sup. num.)


Colmar

Gardien : Marc Buchlin puis Julien Hagenmuller à 30'46".

Défenseurs : Éloi Lenner (C) – Sébastien Muller ; Mickaël Tin (A) – Gilles Heintz ; Laurent Blanck – Pierre Zaenker [en rotation avec Quentin Besserer à 40'].

Attaquants : Christopher Dehan – Yannick Maillot – Julien Fuchs ; Pierre Schultz – Timo Preuss – Pierre Buchlin ; Thimothée Heydt – Vincent Besserer – Benjamin Leconte (A) ; Joan Koenig – Yann Pflieger – Joris Eigelthinger ou Xavier Dufilh [à partir de 40'].

Morzine-Avoriaz II

Gardien : Thibaut Zurcher [puis Vidaleinq à 20'].

Défenseurs : Sébastien Richard – Benjamin Muffat ; Thibault Tavernier – Guillaume Marchand ; Cédric Marullaz – Sylvain Marullaz [puis Tavernier à 20'].

Attaquants : Anthony Richard – Hugo Gravier – Damien Vidaleinq [puis S. Marullaz à 20'] ; Michaël Vauthay (A) –Sébastien Dugerdil – Antoine Berger ; Thibault Gaydon – Benjamin Tricot – Franck Baud [puis Berger à 20', puis Marchand à 40'].