Gap - Rouen (Ligue Magnus, 9e journée)

BRUNELLE_Mathieu_100911_103Les Rapaces de Gap, sixièmes avec 10 points, reçoivent les Dragons de Rouen, troisièmes avec 13 points. Malgré la proximité au classement, le match est a priori déséquilibré face à un champion de France en titre en pleine confiance, qui s'est facilement imposé mercredi 6-0 face à Amiens dans le cadre des quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Mais, de leur côté, les Haut-Alpins font une très belle saison. Gap reste sur une prestigieuse victoire à l'extérieur face à Strasbourg (1-2), leader avant la trêve.

Après avoir fait chuter les " poids lourds " du championnat (Briançon, Strasbourg, et Grenoble en Coupe de la Ligue), Gap s'attaque à un autre calibre : Rouen, et son armada offensive, meilleure attaque du championnat avec 42 réalisations. Aucune absence à signaler, hormis celle de Teddy Da Costa, l'ex-Gapençais pour les Dragons. Malgré une température avoisinant les 0°C, le public est venu en nombre pour supporter son équipe favorite. Le gardien Ronan Quemener est chargé de faire face aux attaques de Rouen, club où il a fini sa formation.

Le premier tiers démarre sur les chapeaux de roues. Les Rouennais pratiquent un pressing très haut, qui asphyxie les Haut-Alpins. La possession du puck est largement en faveur des Dragons, qui petit à petit installent leur jeu en territoire adverse. Les actions se multiplient, mais la défense gapençaise est rigoureuse et arrive à contrer les Normands.

Cependant, lors du premier power-play de la partie en faveur des Rouennais, une grossière erreur de marquage permet à Mathieu Brunelle d'ouvrir le score, bien servi par Ilpo Salmivirta (0-1, 5'19"). La réaction gapençaise ne se fait pas attendre. Après une interception en zone défensive, Jean-Charles Charrette réalise une remontée fantastique. Il prend de vitesse tout la défense et sert idéalement la nouvelle recrue Jesse Uronen, qui fusille Lhenry (1-1, 6'47"). Ce but sonne comme un avertissement pour la défense normande totalement absente sur cette action.

LHENRY_Fabrice_100911_315Longtemps contesté par les Dragons, qui s'entretiennent avec le trio arbitral, le jeu reprend finalement. Il devient très physique, voire trop par moment. Ce qui oblige les arbitres à distribuer des minutes de pénalité. Le match s'équilibre, mais reste très intense. Lors du premier power-play gapençais, les Dragons perdent bêtement le palet en zone neutre. Jiri Rambousek le récupère, et se retrouve seul face à Fabrice Lhenry, abandonné une nouvelle fois par sa défense. Le portier s'incline pour la deuxième fois, face à la frappe pure du Tchèque (2-1, 8'54"). Les Rapaces prennent les devants. Dans le camp normand, l'inquiétude règne : la physionomie du match est totalement renversée. Les Rapaces profitent de la moindre erreurs des Dragons ! Bien qu'ils n'aient que très peu d'occasions, les Gapençais arrivent à faire douter l'ogre rouennais.

À moins de cinq minutes du terme du premier tiers, l'imposant défenseur Milan Tekel jaillit de la zone neutre et intercepte le puck. Il se présente seul face à Lhenry, et gagne son duel. Mais coup de théatre à la Blache, le but est refusé pour obstruction ! Les Rouennais sont en sursis, et mettent les bouchées doubles pour tenter d'égaliser avant la rentrée aux vestiaires. Ils s'appliquent sur chaque passe, et sont dangereux devant la cage. La défense haut-alpine, qui jusqu'ici s'était remarquablement comportée, devient fébrile, et met en difficulté Ronan Quemener.

Les Gapençais font beaucoup trop de fautes, et sont pénalisés par le trio arbitral à de nombreuses reprises : cinq power-plays en faveur des hommes de Rodolphe Garnier dans les dix dernières minutes ! Les Rouennais en profitent, et lors d'une phase de jeu, Marc-André Thinel sert idéalement Carl Malette, légèrement excentré à gauche et totalement démarqué. D'une frappe instantanée, il fusille Quemener (2-2, 18'57"). Le premier tiers, riche en émotions, se conclut sur ce score, et laisse présager une belle suite de rencontre.

Dès la reprise, les Dragons pratiquent, comme ils l'avaient fait lors du premiers tiers, un jeu dirigé vers l'avant. Les actions se multiplient, mais Gap tient bon. Soit grâce à des dégagements approximatifs des défenseurs, soit grâce à des arrêts de classe internationale du portier gapençais, phénoménal.

OLSSON_Jens_100911_352Les Rouennais écoute à la lettre les consignes données par leur entraîneur, et font très attention à leur défense qui a pris l'eau lors du premier tiers. Les actions partent de plus en plus de derrière les filets. Après un excellent " une-deux " entre Julien Desrosiers et Jens Olsson, le Suédois frappe une première fois sur Quemener, qui repousse le palet. Quelques instants plus tard, Carl Mallette récupère le puck pour le rebond. Il décale pour Olsson qui marque. Les défenseurs gapençais n'ont pas le temps de s'interposer (2-3, 27'32"). Les Rouennais reprennent les devants dans ce match fou.

Les Rapaces ont du mal à réagir de nouveau, et laissent leurs adversaires faire le jeu. Ils évoluent en contre. Cela finira par marcher. Sur une belle action, ils installent leur jeu en zone offensive. La défense rouennaise n'est pas efficace, et laisse les Gapençais seuls. Sean Roche fait le tour de la cage et arrive à trouver Rane Carnegie, devant le montant droit de Lhenry. La frappe à bout portant du Canadien crucifie le gardien international, qui manque de coordination avec sa défense (3-3, 31'18"). Et dans la minute qui suit, rebelote. Sur une mise au jeu en zone offensive, Jiri Jelen sert Rane Carnegie, qui inscrit son deuxième but de la soirée, d'un slap puissant (4-3, 32'23").

Durant la seconde partie du deuxième tiers, Gap fait plus que défendre le score. Les Rapaces cherchent des solutions sur les côtés, et se créent de nombreuses occasions en power-play. Mais, lors d'une supériorité numérique rouennaise, Jens Olsson sert en profondeur Julien Desrosiers. Il frappe une première fois sur Quemener qui repousse. Desrosiers recupère le puck pour le rebond, et bat facilement le gardien, couché (4-4, 39'09"). Gap a de quoi être déçu car le but dans la dernière minute a donné un coup au moral avant la rentrée aux vestiaires.

À l'entame du dernier tiers, tout reste encore possible pour les deux équipes. Mais comme à chaque début de tiers, ce sont les Dragons qui ont la mainmise sur le palet. Les occasions se multiplient, mais Quemener permet à Gap d'y croire encore. Les actions locales restent rares, et inachevées, à l'image du beau contre mené par Jesse Uronen, qui est accroché par Jonathan Zwikel et amène un tir de pénalité. Celui sera malheureusement raté pour ladernière recrue gapençaise. Le Finlandais part trop à gauche et frappe dans un angle quasi impossible. Rouen repart à l'attaque. Quelques instants après ce pénalty manqué, un contre orchestré par Mathieu Brunelle permet à Desrosiers d'inscrire son deuxième but de la partie d'une frappe en pleine course, qui surprend Quemener (4-5, 49'59").

À ce moment-là, on se dit que c'est fini, que les Gapençais n'auront pas les ressources mentales pour égaliser. D'autant plus qu'ils sont dominés par une équipe de Rouen qui se sert bien de tout l'espace de la glace, et empêche les Rapaces de jouer. Mais les Dragons ne profitent pas bien longtemps de ce score en leur faveur. Seulement deux minutes plus tard, ils perdent le palet lors d'une remise en jeu en zone offensive. Jiri Rambousek s'échappe à toute allure. Après une remontée fulgurante de la glace, il se présente face à Fabrice Lhenry, avec deux défenseurs dans le dos. Il fixe le gardien d'un lancer puissant et précis (5-5, 52'07"). La tension se fait sentir dans les derniers instants, le puck se balade sans cesse d'un bout à l'autre de la glace. Cependant, personne ne prend les devants. On s'achemine donc vers une prolongation.

MALLETTE_Carl_100911_363Elle démarre avec une rythme moins soutenu qu'a la fin du troisième tiers. Néanmoins, les actions sont nombreuses. Mais les deux défenses tiennent le coup. Cependant, Rouen prend l'ascendant et se montre très dangereux. Côté gapençais, la fatigue commence à se faire sentir, et les joueurs sont moins décisifs dans les duels. Après seulement trois minutes de prolongation, Julien Desrosiers lance Olsson à gauche, il remonte toute la glace, tel Rambousek, et se présente à la droite de Quemener. Le Suédois tente alors une frappe assez lointaine, mais précise et puissante. Le palet passe entre les jambes de Quemener, trop lent sur le coup ! Dans le camp rouennais, c'est la délivrance, on croit que l'on a gagné. Mais nouveau coup de théâtre. Les arbitres refusent le but ! En effet, Julien Desrosiers, le passeur, a perdu son casque durant l'action précédente. Il se dirige alors vers le banc pour changer et finalement décide de remettre son casque et reprend le jeu. Ceci étant interdit par le règlement, l'arbitre à logiquement sanctionné le joueur. Et les Normands, qui croyaient avoir gagné, se retrouvent en double infériorité numérique car ils prennent aussi une pénalité de banc mineur !

Coup dur pour les hommes de Rodolphe Garnier qui sont en difficulté maintenant. Heureusement pour eux, Gap exploite mal ce double power-play, et le but refusé ne fait que retarder l'échéance. Cinq minutes plus tard, ce même Desrosiers vient se faire justice lui-même. Après un slalom fantastique de Carl Malette dans la défense, celui-ci arrive à trouver le Franco-Canadien qui trompe Quemener (5-6, 68'07").

C'est donc Rouen qui s'impose au cours d'un match à rebondissements. Les deux équipes ont pratiqué du bon hockey. Chacune d'entre elle a réussi à tirer profit des erreurs de l'adversaire, notamment Gap qui a beaucoup évolué en contre.

Avec une majorité de buts inscrits sur des erreurs défensives, les Rapaces peuvent dire merci à la défense rouennaise pour son laxisme, tant au niveau du marquage qu'au niveau de la relance. Cependant, ces erreurs n'entachent en rien la prestation des joueurs, qui confirment ce soir leur belle saison. On notera l'excellente prestation de Jiri Rambousek et Rane Carnegie : deux buts chacun. On regrette un peu le manque de réalisme de Julien Correia, qui n'a rien pu faire face à son club formateur.

Côté rouennais, beaucoup de très bonnes individualités telles que Julien Desrosiers, Jens Olsson et Carl Mallette. Par ailleurs, il faudra retravailler les phases de contres à l'entraînement car les Dragons ne sont pas au point. Ils manquent de coordination entre eux, et surtout avec le gardien, Fabrice Lhenry, qui en a fait les frais ce soir. Match discret de Luc Tardif. Avec cette victoire, Rouen conserve sa première place, à égalité de points avec Angers et Strasbourg. C'est son quatrième succès consécutif, ce qui reste quand même de bon augure avant l'entrée en lice en Coupe Continentale vendredi.

Pour ceux qui souhaiteraient revoir le match, une vidéo est disponible.

 

Gap - Rouen 5-6 après prolongation (2-2, 2-2, 1-1, 0-1).
Samedi 20 novembre 2010 à 20 h 30 à la patinoire Brown-Ferrand. 1 144 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de David Courgeon et Geoffrey Barcelo.
Pénalités : Gap 32' (12'+10', 6', 4', 0') ; Rouen 14' (6', 4', 0', 4').
Évolution du score :
0-1 à 05'19" : Brunelle assisté de Salmivirta et Desrosiers (sup. num.)
1-1 à 06'47" : Uronen assisté de Charette
2-1 à 08'54" : Rambousek
2-2 à 18'57" : Mallette assisté de Thinel et Bergström (sup. num.)
2-3 à 27'32" : Olsson assisté de Lhenry
3-3 à 31'18" : Carnegie assisté de Roche et Cornaire
4-3 à 32'23" : Carnegie assisté de Jelen
4-4 à 39'09" : Desrosiers assisté d'Olsson (sup. num.)
4-5 à 49'59" : Desrosiers assisté de Mallette et Brunelle
5-5 à 52'07" : Rambousek assisté de Suchanek
5-6 à 68'07" : Desrosiers assisté de Mallette et Holmqvist


Gap

Gardien : Ronan Quemener.

Défenseurs : Jakub Suchanek - Milan Tekel (A) ; Justin Vienneau - Alexandre Cornaire ; Matus Luciak - Ryan Jorde.

Attaquants : Jiri Jelen - Rane Carnegie - Jiri Rambousek ; Sean Roche - Jean-Charles Charette (A) - Jesse Uronen ; Romain Moussier (C) - Jérémie Paradis - Julien Correia.

Remplaçants : Adrien Fénart (G), Mathieu André, Jonathan Piras, Romain Vitali, Kévin Zampa, Jérémy Baridon.

Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Calle Bergström – Juha Alen ; Jonathan Janil – Daniel Babka ; Jens Olsson – David Holmqvist.

Attaquants : Alexandre Mulle – François-Pierre Guénette – Marc-André Thinel (A) ; Julien Desrosiers – Carl Mallette (C) – Mathieu Brunelle ; Luc Tardif – Jonathan Zwikel (A) – Ilpo Salmivirta ; Anthony Rech.

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Cédric Custosse. Absent : Teddy Da Costa.