Compiègne - Epinal 2 (Division 3, Poule C, 6e journée)

La force tranquille

Après une défaite difficile à digérer à Metz (7-2), Compiègne avait à cœur de se relancer à domicile face à une équipeCompigne d’Epinal qui restait sur trois défaites consécutives, la dernière en date contre Chalons (3-10). Comme nous le précisait David Dostal avant le match, « il est important de gagner après la défaite à Metz pour notre premier match à domicile depuis un mois et demi, pour rendre heureux notre public et pour nous bien sûr. » Mission accomplie pour les Lions qui ont fait honneur aux nombreux spectateurs qui s’étaient déplacés malgré le froid à la patinoire de Mercières, puisque, après un match maitrisé de bout en bout, les jaunes l’emportent (9-0).

Compiègne assure

Dès le coup d’envoi, Compiègne met la pression sur Epinal. Le palet tourne et les joueurs de David Dostal poussent sur la cage de Nicolas Ravel, le gardien d’Epinal. Pourtant la première vraie occasion du match est à mettre au crédit des visiteurs avec une belle frappe de Christophe Viac (4’30). Mais les Lions, bien décidé à ne pas se laisser marcher dessus, repartent au combat et c’est Julien Lefranc qui réveille toute la patinoire en ouvrant le score après une transmission de Ondrej Prokop (5’51, 1-0).

Quelques instants plus tard, le même Julien Lefranc, très en forme ce soir, est sur le point de doubler la mise. Mais Epinal n’est pas en reste puisque suite à un très mauvais renvoi de Richard Caladi, un visiteur ce précipite sur le palet avant de frapper, sans conséquence toutefois puisque le gardien de Compiègne se rattrape bien en captant le palet au prix d’un joli plongeon. Les jaunes vont ensuite profiter d’être en supériorité numérique pour faire le forcing, mais ni Antoine Panto (9’21), ni Prokop (10’28) ne parviennent à tromper la vigilance de Nicolas Ravel.

Par la suite les débats s’équilibrent, les deux équipes se procurant chacune des occasions. Pour Compiègne, Maxime Caillard envoi le palet sur Nicolas Ravel (13’40), avant qu’Ondrej Prokop (16’06) ne perde son duel face au gardien d’Epinal, excellent ce soir. Son homologue de Compiègne capte lui dans sa mitaine une frappe d’Alexis Mathieu (15’58).

Les Lions s’en remettent alors à leur entraineur-joueur David Dostal, lequel double la mise avec l’aide de Julien Lefranc (16’36, 2-0). Totalement libérés, les compiégnois enfoncent encore un peu plus le clou grâce à Jeremy Lebreton, en solo (16’57, 3-0). Une pénalité de 2 minutes contre Compiègne pour surnombre n’y changera rien, David Dostal et son équipe ont totalement dominé ce premiers tiers temps.

Alors que les joueurs sont aux vestiaires, le public profite de la pause pour se réchauffer et goûter au beaujolais nouveau. A consommer avec modération bien sûr !

 

Duels de costauds

A l’entame du deuxième tiers temps, le jeu se durcit et les deux équipes multiplient les fautes. Un joueur de chaque équipe est rapidement mis en repos forcé pour deux minutes, avant que l’attaquant de Compiègne Pierre Brochard ne prenne même dix minutes pour contestation. Alors que les débats s’équilibrent, le maître à jouer des Lions David Dostal franchit la bleue, transmet de l’autre côté à Etienne Rotily qui remise immédiatement à son entraineur, avant que ce dernier n’aille tromper le gardien d’Epinal (26’38, 4-0).

Compiègne enchaine et est sur le point d’alourdir un peu plus la marque sur une contre attaque, mais à trois contre un, l’équipe ne parvient pas à convertir l’occasion (29’02).

Du côté d’Epinal, on sent de plus en plus d’agacement, à l’image de cette pénalité de deux minutes à l’encontre de Justin Renouard pour retenir. Profitant de leur supériorité numérique, les picards continuent d’assiéger la cage d’Epinal. L’équipe de l’Est joue en contre mais Richard Caladi reste très serein sur sa ligne (15’31). A la fin du second tiers temps, les Dauphins tentent le tout pour le tout et poussent, et c’est Compiègne qui à son tour par en contre à l’instar de David Dostal qui, sur un exploit personnel, est sur le point de tromper un solide Nicolas Ravel.

Fin du deuxième acte. Les Lions restent sereins face une équipe d’Epinal amorphe qui ne parvient pas à profiter des nombreuses pénalités de Compiègne.

 

Compigne_Epinal
Les Lions rugissent

Au retour des vestiaires, Epinal essaye de mettre la pression sur les picards. Mais les jaunes reprennent vite le jeu à leur compte. Jonathan Boucher transmet à Etienne Rotily pour le 5-0 (42’26). Epinal prend là un sacrée coup derrière le casque et lâche le match. Un très beau slap de Christopher Teixeira Leite trouve la mitaine de Nicolas Ravel (44’43).

En supériorité pendant le passage par la case prison d’Alexandre Delplanque, les Dauphins ne parviennent qu’à se créer qu’une seule petite occasion, une frappe bien molle de Christophe Viac (46’31) qui illustre l’état d’esprit des vosgiens. Compiègne va même se retrouver à trois contre cinq quand Christopher Teixeira Leite rejoint Alexandre Delplanque en prison pour deux minutes, sans conséquence toutefois.

De nouveau à cinq, les Lions vont continuer leur marche en avant sur une nouvelle percée de Julien Lefranc qui s’en va tromper le gardien d’Epinal (51’34, 6-0). Sur la même action, Nicolas Ravel prend même dix minutes pour méconduite. Dans la foulée, Julien Lefranc envoi le palet une nouvelle fois au fond (52’38, 7-0). Epinal est K-O debout.

Gérant leur avantage, les picards fond tranquillement tourner le palet et c’est Ondrej Prokop qui va à son tour s’illustrer après une transmission de David Dostal (57’29, 8-0). Les Dauphins, dépités, s’énervent en cette fin de match. Etienne Rutily va clore la marque d’un slap magnifique (59’33, 9-0). Rideau, la patinoire de Mercières applaudit.

Avec cette belle victoire, Compiègne conserve son invincibilité à domicile. Mieux, les Lions deviennent la première attaque de leur poule (45 buts). Le duel à distance avec Metz continue (le club lorrain s’est imposé à Chalons (3-6). Pour Epinal, les temps sont durs. Après leur victoire initiale lors de la première journée, les vosgiens restent sur quatre défaites d’affilées et n’ont plus gagnés depuis le 25 septembre. Prochain match pour les jaunes, le 27 novembre, face à Chalons, quatrième de la poule à deux points, pour un match qu’il faudra savoir bien négocier. Epinal se rendra chez le leader messin.

Charles Thelliez

 

Réactions d’après match :

David Dostal (entraineur-joueur de Compiègne) : « Non je ne suis pas très satisfait. Nous n’avons pas mis la manière aujourd’hui et il y a eu beaucoup de flottement de notre part. On pouvait faire mieux, être plus agressifs devant les buts, concéder moins de pénalités. Mais on gagne ce soir et c’est une bonne chose. Les joueurs sont conscients du travail qu’ils nous restent à faire. Il y avait du monde dans les tribunes aujourd’hui, c’est une bonne chose. On espère que ça va continuer pour qu’il y ait plus de monde encore et plus de sponsor aussi. »

 

Compiègne – Epinal 2 : 9-0 (3-0, 1-0, 5-0)

Samedi 20 novembre 2010, à 20h30 à la patinoire de Mercières. 301 spectateurs.

Arbitrage d’Adrien Ernecq et de Samuel Fessier.

Pénalités : Compiègne : 32’ (2’, 20’, 10’), Epinal 2 : 24’ (2’, 10’, 12’).

Evolution du score :

1-0 à 5’51 : Lefranc assisté de Prokop

2-0 à 16’36 : Dostal assisté de Lefranc

3-0 à 16’57 : Lebreton

4-0 à 26’38 : Dostal assisté de Rutily et de Panto

5-0 à 42’26 : Rutily assisté de Boucher

6-0 à 51’34 : Lefranc

7-0 à 52’38 : Lefranc assisté de Lebreton

8-0 à 57’29 : Prokop assisté de Dostal

9-0 à 59’33 : Rutily

 

Compiègne

Gardien : Richard Caladi

Défenseurs : Cristopher Teixeira Leite – Julien Lefranc ; Maxime Caillard (A)- Etienne Rutily.

Attaquants : Julien Lefranc (C) (ou Dostal) - Anthony Panto (ou Dostal) - Ondrej Prokop ; Pierre Brohard - David Dostal - Alexandre Delplanque ; Jonathan Boucher (A) – Jérémy Lebreton - Rémy Feuillet.

Remplaçant : Luc Polverelli, Thibault Varin. Absents : David Selin, Clément Roussié, Jérémy Corée, Sébastien Fronty.