Reims - Mulhouse (Division 1, 10e journée)

Gervais, l'antidote à Scorpion !

Avec un précieux et difficile succès à Nice, Reims peut continuer sa série victorieuse en recevant les Scorpions de Mulhouse. Sauf que les Mulhousiens ne sont plus la même équipe qu’en début de championnat et le challenge qui attend les Phénix est particulièrement relevé. En effet, les hommes de Christer Eriksson ont vu dernièrement le renfort de plusieurs étrangers, venant s’ajouter aux fines gâchettes que sont Gadoury ou encore Kiska et Croteau. Reims, de son côté, peut compter sur un groupe quasi identique qu’à Nice, seul Molmy étant ménagé en raison de soucis physiques.

Dans une patinoire Bocquaine remplie et avec une ambiance surchauffée, les Mulhousiens ne perdent pas de temps à engager les hostilités. Les Scorpions allument la première mèche par Croteau et dans la foulée Reims réplique, créant un début d’échauffourée. La tension est vive en début de match et un autre débat viril vient marquer les premières minutes. En même temps que d’imposer un défi physique, les visiteurs impriment un rythme soutenu à la partie et les Rémois s’en trouvent contraints à commettre des fautes. A 2’32", Reims se retrouve en infériorité et les Scorpions ne tardent pas à en tirer profit par leur attaque massive. Kubis réalise certes deux arrêts sur Gadoury et Croteau, mais le palet capricieux file sur le côté et Aubry est le plus prompt à bonifier le rebond (0-1 à 03’43"). Cette ouverture du score est logique, tant la pression adverse a été intense.

Naturellement, les Scorpions éprouvent le besoin de reprendre leur souffle et Reims en profite pour refaire surface dans la partie. Vigners est le premier à aller frapper à la porte de Hurajt, sans succès à la clé pour le Letton. La fougue est toujours présente chez les Scorpions, même trop à l’image de Papaux, qui se fait prendre par la patrouille en zone offensive. Puis c’est Kukucka qui offre une double supériorité aux locaux et Reims obtient là une occasion de recoller. Après plusieurs essais bien stoppés par Hurajt, dont un sur Savoie à bout portant, Mulhouse finit par céder. Posté sur le côté, Florian Sabatier patiente et repère au deuxième poteau, Vigners, qui égalise comme à la parade (1-1 à 08’56"). Ce but semble libérer les Rémois, qui se mettent à prendre la mesure des Alsaciens. Les vagues bleues mettent à rude épreuve la défensive mulhousienne et cette dernière va craquer une nouvelle fois. Sur une remontée de puck orchestré par Florian Sabatier plein centre, Jan Rehor se retrouve servi en position idéale côté droit et ajuste Hurajt d’un tir à ras glace (2-1 à 13’15").

Après un début de match difficile, Reims est enfin bien lancé dans le match et ce but vient traduire la domination des locaux. Dès lors en retard au score, Mulhouse fait le forcing pour niveler le score, mais tombe sur un Kubis très solide dans sa cage. A 15’32", Reims se retrouve en infériorité sans toutefois trouver la faille. Pire, les visiteurs passent à deux doigts de se faire surprendre en contre par Savoie, qui se présente en face à face avec Hurajt. Le portier slovaque semble maîtriser le tir du Québécois, mais la rondelle glisse lentement sous la botte et pénètre de quelques centimètres dans le but. Hélas, ce fait échappe au corps arbitral, qui ne valide pas l’action. Ce but aurait fait du bien aux Rémois, qui parviennent tout de même à conserver leur avantage jusqu’à la sirène.

A la reprise, on assiste au même scénario qu’au tiers précédent. Mulhouse démarre plein pot le tiers, mais cette fois-ci les locaux arrivent à endiguer parfaitement les assauts adverses, bien secondés par un Kubis royal. Mieux, les Phénix vont surprendre une nouvelle fois les Scorpions sur une belle action collective. Servi par Vrielynck, Florian Sabatier s’infiltre plein axe et propose un lancer que Hurajt ne maîtrise pas. Rehor, qui a bien senti le coup, récupère le disque et s’en va nettoyer la lucarne du cerbère mulhousien (3-1 à 23’42"). Certes les Mulhousiens se lancent dans la bataille pour revenir sur les talons des Rémois, les Phénix gèrent bien leur avantage. Sur un jeu à 4 contre 4, Gadoury, Kiska et Croteau ont des occasions franches pour réduire la marque, seulement Kubis en décide autrement en frustrant tour à tour ses opposants.

Les Scorpions commencent par la suite à s’énerver quelque peu et l’on assiste à quelques meetings virils, à l’instar des duos Desrosiers/Hatlelid ou Morel/Claesson. Les pénalités pleuvent à cet instant et le rythme du match s’en retrouve haché. Toutefois, les esprits se calment et Mulhouse recommence à bourdonner autour des cages rémois, sans toutefois faire trembler les cordages. De son côté, Reims est bien installé aux commandes du match et peut attendre son adversaire, qui commence à se demander comment résoudre l’énigme proposée par la formation à François Dusseau. Malgré un match toujours aussi intense, avec un jeu rapide, plus rien ne change jusqu’au repos. Reims regagne sa chambre avec un avantage de deux unités, mais Mulhouse reste toujours à portée.

A l’aube du troisième tiers, tout est encore possible, même si Reims a un avantage substantiel au score. Et Mulhouse entend bien mettre la pression sur le but de Kubis, afin de changer la donne rapidement. Croteau a d’entrée l’occasion de ramener les siens à un but d’écart, mais Kubis en profite pour sortir un arrêt mitaine, au grand dam du Canadien. Malgré cette alerte, pas de quoi paniquer pour les Phénix, forts d’une excellente assise défensive, et qui vont prendre à nouveau en défaut les Mulhousiens. A la quarante-cinquième, un relais de Prochazka avec Desrosiers permet au Québécois de servir sur un plateau Savoie, qui s’en va gagner son duel avec Hurajt d’un tir précis au ras du poteau (4-1 à 44’48").

Reims a semble-t-il fait le plus dur en se donnant un avantage de trois unités. Pourtant, les visiteurs sont décidés à jouer leur va-tout. Pour preuve, à la quarante-sixième, Kubis réalise trois arrêts magiques de suite pour voler à chaque fois un but aux avants mulhousiens, qui n’en croient pas leurs yeux. Preuve de la frustration des Scorpions, Cerny se voit prier de se calmer dix minutes après une protestation vigoureuse. Le temps file et Mulhouse court toujours après ce petit but, qui pourrait les remettre en selle. A dix minutes du terme, les Scorpions vont voir leur persévérance récompensée, suite à un cafouillage devant les buts rémois qui profite à Gadoury pour une réduction du score d’un revers sous la barre (2-4 à 50’12"). Est-ce une relation de cause à effets, mais Reims commence à être gagné par la fébrilité, quand Mulhouse croit à nouveau en ses chances. Trois minutes plus tard, Mulhouse obtient un jeu de puissance et va complètement relancer le match. Sur un tir de Prunet, Kiska, posté dans l’enclave, dévie astucieusement la rondelle et inscrit le troisième but des siens (4-3 à 53’56").

Le coach rémois sent le vent tourner et demande un temps mort pour remettre les choses en ordre dans la maison rémoise. L’effet de cette mini-pause ne semble pas gêner les visiteurs, qui harcèlent encore et encore la cage de Kubis dans l’espoir d’une égalisation. Reims subit dans ces dernières minutes et Bocquaine retient son souffle. Pourtant, les Scorpions vont refroidir l’ambiance chez les partisans rémois. Une nouvelle action, initiée par Kukucka, profite à Kiska qui voit son tir contré, mais Aubry se retrouve une nouvelle fois en bonne situation pour récupérer le puck et tromper Kubis du revers entre les bottes (4-4 à 57’07"). Le vent souffle dans les voiles mulhousiennes en cette fin de match et Reims semble être au bord du gouffre. La tension est à son comble dans les derniers instants et chaque équipe essaie de forcer la décision. Mulhouse passe près de décrocher le gros à quinze secondes du terme, si Kubis ne réalise un arrêt décisif aux devants de Croteau, parti seul en échappé. Mulhouse vient de rater le coche et les deux équipes s’en vont dès lors en mort subite pour se départager.

Au début de la prolongation, on s’attend à voir le schéma de la fin de match avec des Mulhousiens prenant d’assaut les cages rémoises, pour compléter victorieusement leur remontée. Au contraire, ce sont les Rémois qui prennent leur destin en mains, décidés à rester invaincus sur leur glace. Desrosiers et Savoie placent les premières banderilles, sans réussite au final. Mulhouse attend son heure et Gadoury manque de donner le point supplémentaire aux Scorpions, sans une énième parade de Kubis. Dans ce jeu de « à toi à moi », Florian Sabatier se retrouve mis sur orbite par Rehor, mais l’avant rémois bute sur un Hurajt décisif dans son duel. Les minutes passent dans cette prolongation et aucune formation ne parvient à marquer. La tension est à son comble dans ces dernières minutes de jeu et on se dirige tout droit vers les tirs au but.

Après un nouvel échange houleux, Vesely et Croteau sont renvoyés aux vestiaires, ce qui peut avoir son importance, tant le Canadien est un réel danger pour la défensive rémoise. A 68’22", Reims obtient une chance en or de repartir avec le gain. A 4 contre 3, l’attaque massive rémoise se fait pressante sur les buts adverses et il faut un Hurajt solide pour maintenir en vie les Scorpions. Dans un ultime effort, Rehor, posté sur l’aile gauche, se connecte avec Gervais à l’opposée. Le défenseur québécois prend le temps de contrôler et de compter à l’aide d’un tir à mi-hauteur, libérant d’un seul coup tout Bocquaine (5-4 à 69’46"). Si Mulhouse a raté l’occasion, dans le temps réglementaire, de repartir avec la victoire à 15 secondes du terme, Reims l’a fait en prolongation, repartant du même coup avec les deux points.

Avec ce succès, Reims continue de coller au duo de tête Brest-Neuilly/Marne, en préservant en parallèle son invincibilité à domicile cette saison. Mulhouse peut repartir quelque peu déçu, mais a pris toutefois un point après une folle remontée dans le troisième tiers. Prochaine étape pour la formation à François Dusseau, un déplacement chez les Bisons de Neuilly pour un nouveau gros test.

Compte-rendu du site officiel des Phoenix de Reims


Reims - Mulhouse 5-4 (2-1, 1-0, 1-3, 1-0).
Samedi 20 novembre 2010 à 20h00 à Bocquaine. 845 spectateurs.
Arbitrage de Thibaud Juret assisté de Laurent Rouèche et Christophe Moncozet.
Pénalités : Reims 30' (6', 10', 2', 2'+10'), Mulhouse 38' (6', 8’, 10', 4'+10').
Évolution du score :
0-1 à 03'43" : Aubry assisté de Gadoury et Oberg (sup. num.)
1-1 à 08'56" : Vigners assisté de F. Sabatier et Vesely (sup. num.)
2-1 à 13’15" : Rehor assisté de F. Sabatier
3-1 à 23‘42" : Rehor assisté de Vesely
4-1 à 44'48" : Savoie assisté de Desrosiers et Prochazka
4-2 à 50‘12" : Gadoury assisté de Dufournet et Aubry
4-3 à 53'56" : Kiska assisté de Prunet et Kukucka (sup. num.)
4-4 à 57‘07" : Aubry assisté de Kiska et Kukucka
5-4 à 69'46" : Gervais assisté de Vrielynck et Rehor (sup. num.)