Les adversaires de Rouen en Coupe Continentale (II) : Liepaja

STALS_Juris-20100508-278Le "Liepâjas Metalurgs" a cette particularité qu'il n'est pas le champion de Lettonie sortant. Que fait-il donc dans cette Coupe Continentale ? En fait, le titre était revenu aux "Dinamo-Juniors" de Riga, équipe-ferme du représentant letton de KHL. Or, cette équipe a été dissoute en tant que telle, afin d'aligner à la place une formation en MHL, la nouvelle ligue junior créée par la KHL. Deux conséquences à ce changement : 1) Liepaja est engagé sur la scène européenne, et 2) le Dinamo Riga a dû recaser ses joueurs ailleurs.

En effet, sans compter les juniors, le Dinamo Riga a un large effectif de 15 attaquants et 9 défenseurs. Tous ne jouent pas en KHL et les réservistes rongent leur frein en tribunes. Ils ont passé l'âge de jouer en MHL, et pour leur donner du temps de jeu, il fallait donc trouver un partenaire. À moins de sortir carrément des frontières du pays, le choix était limité : le Metalurgs de Liepaja est le seul autre club letton qui joue à un niveau décent, dans le championnat du Bélarus. Or, pendant des années, Liepaja et Riga ont été les deux grands rivaux au pays. Collaborer ne s'est pas fait de gaieté de coeur, mais ils s'y sont résolus. Ils ont trouvé un accord limité, pour cinq joueurs qui évoluent au Dinamo Riga mais qui peuvent être prêtés à tout moment à Liepaja.

Un partenariat qui n'est pas sans conséquence sur ce qui se passera à Rouen : aujourd'hui même, le défenseur international Janis Andersons vient d'être envoyé pour renforcer le Metalurgs. Profil défensif, il devrait a priori faire équipe avec le capitaine Vents Feldmanis - défenseur offensif - pour former une première paire expérimentée.

En deuxième ligne, on devrait trouver deux arrières qui participent chaque année aux championnats du monde de division 1 : Yuri Navarenko avec l'Ukraine et Arturas Katulis avec la Lituanie. Les autres défenseurs sont des habitués du club, peu connus, mais il faut y relever Nerius Alisauskas, un très bon espoir lituanien qui a déjà participé à un Mondial senior alors qu'il n'a que 19 ans.

Les gardiens sont rarement le point fort des équipes lettones, on le sait. Dmitrijs Zabotinskis a au mieux été troisième gardien de l'équipe nationale mais est depuis longtemps l'indéboulonnable gardien du Metalurgs Liepaja. Indéboulonnable ? Pas si sûr. Maris Jucers, un gardien de 23 ans qui a passé trois années juniors en Suède à Tyringe, est en train de le supplanter en ce début de saison. Si Zabotinskis est un habitué de la ContiCup, son jeune collègue vivra sa première expérience internationale.

Si le Metalurgs Liepaja n'est qu'une équipe de milieu de tableau dans le championnat biélorusse, c'est notamment parce que son attaque est une des plus faibles. Il ne faut pas trop s'y fier. Juris Stals, qui n'a presque pas joué en championnat (car il était dans les tribunes du Dinamo), est un renfort très sérieux. Bon gabarit, technique mais éprouvé au jeu direct nord-américain, c'est un pur joueur offensif, qui avait réussi de bonnes prestations en mai dernier à Mannheim lors des championnats du monde sur la quatrième ligne.

Autre renfort, datant de la semaine dernière, Viktors Blinovs, un centre qui tournait à un point par match l'an passé. Dès son retour providentiel, il a donc été placé en première ligne aux côtés des "meubles" de l'équipe que sont Vladimirs Mamonovs et Valerijs Filimonovs. Des anciens qui étaient assez discrets depuis le début de la saison.

Le meilleur marqueur actuel de l'équipe est en effet, aussi surprenant que cela paraisse, Gunars Skvorcovs, un jeune joueur de 20 ans formé au club, un fait nouveau. À l'époque soviétique, tous les joueurs venaient de Riga, et les générations locales ne commencent que maintenant à poindre. Skvorcovs évolue sur la deuxième ligne avec Artem Hnidenko, centre ukrainien de métier.

La force de cette équipe de Liepaja, c'est surtout sa densité. Elle est capable de jouer à quatre lignes et dispose d'un banc plus fourni que ses adversaires, ce qui peut lui servir sur la durée du tournoi.