Réactions d'après-match Rouen-Liepaja

GARNIER_Rodolphe_100925_225Rodolphe Garnier (entraîneur de Rouen) : "L'important, c'est la victoire, parce qu'elle nous laisse nos chances pour demain. C'est étonnant qu'on joue avec autant de nervosité. Il a fallu un grand Lhenry pour nous empêcher d'être menés. Au deuxième tiers, on a joué plus classique avec du trafic devant la cage, cela correspond plus à ce qu'on doit présenter en jeu de puissance. Même au troisième tiers, on n'a pas joué avec confiance malgré le score. On a pris trop de pénalités. Coventry est une équipe bonne en powerplay, il faudra être plus calmes et appliquer les consignes."

"Il y a dans notre équipe de très bons joueurs qui voudront sauver leur tournoi demain. Je ne sais pas pourquoi le bloc de Carl Mallette est aussi tendu. Au moins, ils ne donnent pas de but, on va s'en satisfaire, mais c'est vrai qu'on attend de ces joueurs qu'ils puissent marquer. Les prisons que Julien Desrosiers a pris, c'est plus de la frustration, parce qu'il ressent qu'il n'y arrive pas. Mathieu Brunelle, je l'ai mis sur le banc à la fin parce qu'il ne joue pas comme il en est capable, mais il sera aligné demain."

"Janil essaie de mettre une charge, et il laisse alors un 2 contre 1 devant la cage qui devient un but, mais sur cette action, je cherche encore le troisième homme, qui est dans le coin. Bien sûr, c'est un jeune défenseur qui manque d'expérience sur ce genre de tournoi, mais dans ce cas-là, que fait-on ? On ne fait pas jouer les jeunes Français, et on ne joue qu'avec des étrangers ? Janil est un jeune joueur qui s'engage physiquement, qui donne des mises en échec, ce soir je l'ai vu se coucher devant un lancer en infériorité. Quand on ne marque qu'un but comme hier, je ne pense que le problème soit en défense."

"Ce n'était pas facile. Ces Lettons patinent fort, ils sont solides sur l'homme. Les adversaires ici ne sont pas plus forts que les grosses équipes de Magnus, par contre l'intensité est plus importante. On est respecté en championnat, mais là les équipes n'hésitent pas à nous presser. Après le match de Courbevoie en coupe, les joueurs n'étaient pas préparés à une telle intensité."

Fabrice Lhenry (gardien de Rouen) : "Ils jouaient vite en contre, il y en avait toujours un qui attendait en zone neutre et ils tentaient une longue passe. On en a parlé à la pause et ensuite ils n'ont eu qu'un seul break, en supériorité. On a bien travaillé, même à trois contre cinq. Je voyais les shoots, c'était bien agréable. Alen notamment a fait du super boulot devant la cage et m'aide super bien. On a fait des ajustements en powerplay ce matin et ça a payé au deuxième tiers. [...] Sur la cage bougée, c'était involontaire : en fait, je me suis pris les pieds dans le tapis et je suis tombé. [...] Sur un match, tout est possible. Coventry est super discipliné, mais ne nous impressionne pas. Ils jouent simple, mettent au fond et ne se compliquent pas. On ne part pas dans l'inconnu comme contre Cracovie au premier match."