Brest - Neuilly-sur-Marne (Division 1, 12e journée)

dermignysebastien2_240x280Le combat des chefs

C’est une affiche de rêve offerte aux 1100 spectateurs du Rïnkla Stadium. Les deux co-leaders invaincus se rencontrent enfin. Le match nul étant impossible, une seule équipe restera invincible à l’issue de ce duel au sommet. Aucune absence n’est à déplorer. Brest dispose enfin de six défenseurs et surtout récupère son entraîneur André Peloffy après un mois et demi de convalescence. Les Bisons de Frank Spinozzi sont sur une dynamique de résultats plus convaincants que les derniers scores étriqués, mais néanmoins bons obtenus, par les Bretons.

En effet, après avoir battu Amiens (4-3), Neuilly-sur-Marne a corrigé Reims (7-0). Pendant ce même temps les Albatros s’inclinaient de peu contre Angers (4-5) et venaient difficilement à bout de Mulhouse aux tirs au but (3-2). Bref, tous les ingrédients sont réunis pour un grand match de hockey à la saveur bien particulière pour Francis Ballet et Martin Gascon, tous les deux champions de France de D1 sous les couleurs de Neuilly-sur-Marne en 2008.

Duel de gardiens

Les deux équipes entrent immédiatement dans le vif du sujet. Les Bisons s’engagent physiquement d’entrée avec Jesse Gauthier-Lebreton qui part en prison au bout de 35 secondes de jeu. Kevin Desfossés, le portier nocéen, déboute Alexandre Lefebvre de sa jambière (1’) puis arrête les tirs de Slavomir Vorobel et Alexey Volkov. Il permet ainsi aux siens de tuer la pénalité. Le duel entre deux gardiens époustouflants est alors lancé.

C’est ensuite au tour des Bisons de bénéficier d’une supériorité numérique (3’48’’). Le jeu de puissance est mis en place et c’est au tour de l’autre gardien, Landry Macrez, de se mettre en valeur. Il effectue notamment une mitaine en deux temps sur un bon tir d’Alexis Birolini. Malgré leurs efforts, les Nocéens ne profiteront pas de cet avantage numérique.

Cette rencontre tient toutes ses promesses. Les deux équipes sont d’un niveau très proche et se neutralisent efficacement. Les joueurs s’engagent des deux côtés, ils pressent le porteur du palet et n’hésitent pas à travailler fort dans les coins. À mi-tiers Neuilly répond par un contre du duo Pittarelli-Appel (11’55’’) à la folie installée par l’offensive brestoise autour de la cage de l’excellent Desfossés (11’30’’). Les gardiens sont tous les deux chauds. La maladresse de Cacciotti sauve Macrez lorsque l’Italo-Canadien pousse à côté d’une cage grande ouverte un rebond provoqué par un tir de Kecka (15’30’’). Malgré des occasions franches des deux côtés, ce tiers équilibré se termine sur un score vierge.

Neuilly-sur-Marne aborde la deuxième période en supériorité numérique suite à une prison de Martin Gascon. Landry Macrez tient toujours bon même si la circulation rapide du palet effectuée par le jeu de puissance visiteur le met parfois hors position. Appel et Cacciotti encore une fois ne cadrent pas leurs tirs sur une cage ouverte (21’). Les Brestois sont de nouveau sanctionnés sur un bon travail dans le coin de Michal Borovansky qui provoque la faute de Slavomir Vorobel (22’03’’). Cette fois le jeu de puissance est moins convaincant, à l’image de Martin Gascon qui parvient à partir en contre et transmettre à Jaroslav Prosvic qui ne parvient pas à tromper Kevin Desfossés (22’53’’).

La tendance se confirme à l’expiration de la prison de Vorobel. Francis Ballet effectue une sortie de zone et trouve Alexandre Lefebvre. L’ancien attaquant de Villard-de-Lans prend de la vitesse et pénètre en zone offensive. Il met dans le vent un défenseur adverse d’un grand pont magnifique et effectue un tir. Desfossés se couche et repousse le palet d'une jambière. Petricko bien positionné dans l’enclave profite du rebond pour ouvrir le score (1-0 à 24’12’’).

Les Bisons accusent le coup et subissent le jeu. Michal Dian manque d’augmenter le score d’un tir à bout portant suite à une bonne remise (24’45’’). Pire pour les visiteurs, lorsqu’ils parviennent à s’engouffrer en zone offensive cela se retourne contre eux. Ainsi sur une passe en retrait effectuée par un attaquant nocéen, le palet rebondit sur Lukas Pek qui ne peut le contrôler. Le disque est récupéré par Matus Petricko qui entame un contre fulgurant. Sur un jeu à trois absolument magnifique tout en vitesse et en précision, le trio Petricko-Lefebvre-Gauthier laisse littéralement sur place l’équipe adverse et aggrave la marque (2-0 à 26’43’’).

KeckaMiroslav_300x318Franck Spinozzi choisit alors de prendre son temps mort. Ceci à un effet bénéfique sur ses troupes qui se ressaisissent et repartent à l’assaut du but de Landry Macrez. Le gardien des Albatros monte en puissance et sort une mitaine hallucinante sur un très puissant lancer frappé de Miroslav Kecka qui était en pleine course (27’30’’) ! Malgré un excellent Alexandre Lefebvre qui multiplie les festivals de dribbles et effectue un très bon travail dans la conservation du palet, Brest marque le pas en effectuant quelques passes dans le vide ou en se dégageant de manière parfois maladroite. Heureusement, Landry Macrez fait un véritable show dans ses cages en annihilant une nouvelle fois l’occasion d’un Miroslav Kecka mis en orbite par une longue transversale et qui se présentait seul face au but (32’20’’).

Les performances époustouflantes de Macrez relancent les Albatros. Martin Gascon se rappelle au bon souvenir de son ancienne équipe en effectuant un dribble à 360° ahurissant que Kevin Desfossés déboute d’un arrêt tout aussi magnifique (33’30’’). Brest manque ensuite de porter l’écart à trois buts en ne concrétisant pas la supériorité numérique obtenue suite à une obstruction de David Williams. On en restera là dans cette deuxième période.

Suspense, suspense

Cette avance de deux buts est loin d’être suffisante pour permettre aux Albatros de se reposer sur leurs lauriers. Les Bisons sont loin d’avoir abdiqué et vont tout faire pour revenir dans la partie. Comme en première période les deux équipes se neutralisent durant les premières minutes, elles cherchent les passes longues qui sont souvent coupées. Les supériorités numériques vont débloquer cette situation.

Tristan Lemoine est sanctionné pour un accrocher peu évident sachant que Slavomir Vorobel a subi la même faute quelques secondes auparavant (47’44’’). Neuilly-sur-Marne en profite et finit par tromper Landry Macrez par une déviation de Steven Cacciotti sur une lancer Juho-Tuomas Appel (2-1 48’17’’).

Sûrement conscient qu’il a relancé la partie sur une décision litigieuse, l’arbitre rééquilibre les débats en infligeant une pénalité tout aussi peu évidente à Lukas Pek (48’44’’). Le palet circule bien en jeu de puissance mais on peut regretter un manque évident de vitesse d'exécution qui empêche de mettre hors position l’adversaire afin de trouver la faille. Les Brestois vont finalement la trouver sur une passe millimétrée de Matus Petricko qui lance Sébastien Gauthier en échappée. L’attaquant canadien fait preuve d’un très grand sang froid en effectuant un beau dribble avant de marquer tranquillement du revers pour s’offrir un doublé (3-1 à 50’11’’).

Le break est de nouveau fait mais les spectateurs présents ne vont pas respirer bien longtemps. Peter Cintala, la dernière recrue brestoise plutôt très convaincante depuis son arrivée, se fait sanctionner pour une charge sur laquelle il avait mis toute son envie mais de manière incorrecte aux yeux de l’arbitre. Une décision arbitrale encore lourde de conséquence.

Sur un tir nocéen, Macrez détourne le palet qui part en l’air. Martin Malat se sert de sa crosse tel un marteau et smashe la rondelle dans le but d’une crosse bien trop haute aux yeux du public. L’arbitre valide le but à la stupeur de l’assistance qui ne manque pas de manifester son mécontentement par une bronca (3-2 à 53’57’’).

Avec un petit but d'avance les six dernières minutes sont interminables pour les locaux. Le stress est présent et les attaquants adverses leur donneront encore quelques sueurs froides. Kevin Desfossés sort pour provoquer un surnombre mais en vain puisque la marque en reste là. Les Bisons sont vaincus pour la première fois de la saison.

Contrairement au match contre Montpellier, Laury Thilleman, Miss Bretagne 2011 devenue Miss France 2011 peu après la fin de la rencontre, n’est évidemment pas présente pour poser avec les Albatros afin de célébrer avec eux cette belle victoire. Qu’importe, le choc a tourné en la faveur de ses protégés ce qui permet à Brest d’occuper seul la tête de la division.

Cependant ce match très équilibré disputé dans une belle ambiance où supporters Brestois et Nocéens ont fait du bruit, aura montré aux Albatros que le plus dur reste à venir. Les Bisons de Neuilly-sur-Marne s’inclinent de justesse mais ils ont montré qu’il sera très dur de venir les battre une deuxième fois au mois de janvier, sur leur glace cette fois-ci. Avant cela il faudra affronter l’autre péril que constitue la double confrontation face aux Phénix de Reims actuellement en difficulté.

 

Brest – Neuilly-sur-Marne 3-2  (0-0, 2-0, 1-2)
Samedi 4 décembre 2010 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 1100 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Péronnin assisté de Romain Herrault et Charlotte Girard.
Pénalités : Brest 12' (4', 4’, 4'), Neuilly-sur-Marne 6' (2', 2', 2’).
Évolution du score :
1-0 à 24'12" : Petricko assisté de Lefebvre et Ballet
2-0 à 26'43" : Gauthier assisté de Lefebvre et Petricko
2-1 à 48'17" : Cacciotti assisté de Appel et Goeckner-Zoeller (sup. num.)
3-1 à 50'11" : Gauthier assisté de Petricko et Ballet (sup. num.)
3-2 à 53'53" : Malat assisté de Kecka (sup. num.)

 

Brest

Gardien : Landry Macrez

Défenseurs : Slavomir Vorobel – David Hennebert ; Peter Cintala – Francis Ballet ; Vladimir Holik – Alexey Volkov.

Attaquants : Martin Gascon (C) – Jaroslav Prosvic (A) – Michal Dian ; Alexandre Lefebvre – Matus Petricko – Sébastien Gauthier ; Nelson Vargas Dias – Nicolas Motreff (A) – Tristan Lemoine.

Remplaçants : Pierre Pochon (G), Jérémy Cormier.

Neuilly-sur-Marne

Gardien : Kevin Desfossés (sorti à 59’24’’).

Défenseurs : Jozef Wagenhoffer – Jesse Gauthier-Lebreton ; David Williams – Alexis Birolini ; Jérôme Wagner – Stanislas Aubert ; Sébastien Dermigny (A).

Attaquants : Lukas Pek – Grant Goeckner-Zoeller (C) – Steven Cacciotti ; Martin Malat – Anthony Pittarelli – Juho-Tuomas Appel  ; Benjamin Galmiche – Miroslav Kecka (A) – Michal Borovansky.

Remplaçants : Landry Labat (G), Clément Rey.